Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ccaammiillee17 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Alex Verus, Tome 1 : Destinée Alex Verus, Tome 1 : Destinée
Benedict Jacka   
j'ai adoré ce premier tome que j'ai dévoré. Le mélange de la magie et de l'époque moderne est vraiment cool et la caste des mages est vraiment fascinante.
j'ai adoré les personnages, Alex en tête ainsi que Brise Stellaire avec son côté tête en l'air plein d'humour simple, qui s'oppose a l'humour très cynique d'Alex. Le personnage de Luna est assez attachant mais peu mise en avant au final.
C'est clairement un tome de présentation et de mise en place des fils rouges et de l'univers. J'ai très envie d'en apprendre plus sur le passé d'Alex, qui semble très sombre.

par tochiro
Fallen Crest, Tome 2 : Family Fallen Crest, Tome 2 : Family
Tijan   
Je reste à nouveau sur ma faim sur cette suite. J'ai bien apprécié en savoir plus sur Sam ce qui m'a permis de mieux la comprendre.
En revanche, il est vraiment compliqué de s'attacher aux personnages et cela part un peu dans tous les sens. Pour du drama, il y a du drama!
J'attends de voir la conclusion.

par D0d0
Calendar Girl, Tome 2 : Février Calendar Girl, Tome 2 : Février
Audrey Carlan   
http://wp.me/p7NXJX-2Mz

Aussitôt acheté, aussitôt lu car j’avais très hâte de pouvoir lire cette suite. Comme je l’ai dit dans mon précédent avis, le concept est toujours aussi original : 12 villes, 12 missions à chaque fois, ce qui permet d’éviter une redondance tous les mois et de découvrir de nouvelles villes et protagonistes… De plus, le livre se lit toujours aussi bien et avec fluidité.

Pour autant, j’ai été très déçue par ce tome, si ce n’est agacé. Ce que je redoutais est finalement arrivé : Mia couche avec Janvier et maintenant Février trois jours à peine après avoir quitté son premier client.

J’ai trouvé le comportement de Mia assez aberrant. Dès son arrivée, elle succombe et désire follement Alec et ne rêve que de coucher avec. En précisant au fil de notre lecture, qu’elle a des sentiments pour Wes et pense souvent à lui durant ce mois passé avec Alec, bien sûr.

N’oublions pas que lorsque sa tante lui a proposé ce job, elle a été choquée par cette proposition et s’est mise à revendiquer qu’elle n’était pas une prostituée.. Assez paradoxal comme comportement, je trouve.. Quant à Alec, il ne m’a fait ni chaud ni froid. Je l’ai trouvé assez bizarre, un peu trop vite familier avec Mia alors qu’il ne la connait même pas.

Bref, la seule chose qui m’a réellement plu, ce sont les prises de conscience de Mia sur elle-même et son corps. Apprendre à se voir autrement et à s’aimer à travers le travail d’Alec est assez intéressant quoique pas assez approfondi dû au format du livre qui ne le permet pas.

Je me répète mais on ne peut vraiment enlever à l’auteur d’avoir su trouver le bon filon pour rendre accro les lectrices en créant un sentiment de frustration et d’impatience à chaque fin de tome. Qu’on n’aime ou pas, on vous voudra forcément savoir le fin mot de l’histoire et surtout savoir avec qui Mia finira.

Me concernant, je lirai le tome sur Mars car je l’ai pré-commandé et payé mais si l’histoire est à l’image de février, je passerais mon tour pour les autres mois et lirais peut-être décembre pour avoir le fin mot de tout ça ou je trouverais une chronique bien spoiliante !

par Cassije
Calendar Girl, Tome 3 : Mars Calendar Girl, Tome 3 : Mars
Audrey Carlan   
Après un avis plutôt mitigé du mois de Février, j’avais néanmoins hâte de découvrir ce nouveau mois. Suite à un Live Facebook avec l’auteur Mars faisait l’unanimité et malgré ma déception face à certain choix de Mia, je souhaitais laisser le temps à l’intrigue de poser ses bases. Et heureusement, car ce tome est sensiblement différent et bien meilleur que le précédent, tant par ses personnages, que son intrigue.

Mia montre encore une fois une nouvelle image et son retour à Las Vegas n’est pas étranger à mon appréciation. Ce tome nous dévoile la vraie facette de Mia, la voir dans son élément avec sa meilleure amie et sa sœur, m’a rappelé ce qui m’avait tellement séduite lorsque j’ai lu le premier opus de cette série, on ressent l’enjeu de ses sacrifices et on voit le poids que son père fait peser sur elle.

Étrangement le format court de m’a pas autant dérangé que les tomes précédents et j’ai trouvé qu’Audrey Carlan avait réussi à parfaitement doser la visite à Las Vegas pour nous en montrer suffisamment pour mieux connaître Mia et son séjour à Chicago n’est pas précipité pour autant. On prend le temps de découvrir Anthony son nouveau client et j’ai trouvé que l’auteur avait tiré son épingle du jeu en proposant un tome qui s’éloigne de ce qu’elle nous avait proposé jusqu’ici et sans pourtant être vide. On découvre un bel italien, qui a besoin de Mia et j’ai tout de suite été sous le charme de l’environnement et les personnages secondaires m’ont tout de suite donné envie de m’immerger dans leur quotidien.

Tout ce que j’avais pu entendre concernant ce tome, s’est révélé bien meilleur que tout ce dont j’aurais pu imaginer. Sans conteste mon préféré de la série et on peut dire que même si l’abandon m’avait effleuré à la fin du tome précédent, ce n’est plus prévu au programme. Un tome touchant, beaucoup plus abouti et qui se savoure. Personnellement je n’étais pas une grande fan de Mia, mais je trouve que ses rencontres au fil des tomes sont bénéfiques à son personnage et lui apporte beaucoup humainement.

http://wp.me/p4u7Dl-37G

par Luxnbooks
Harry Potter et l'Enfant maudit Harry Potter et l'Enfant maudit
John Tiffany    Jack Thorne    Joanne Kathleen Rowling   
Pour une Potterhead impatiente de lire une nouvelle histoire dans ce merveilleux univers... c'est une énorme déception. Je ne sais même pas par quel point commencer.
Les personnages. J'ai aimé Albus et Scorpius. Le reste... c'est du grand n'importe quoi. J'ai eu l'impression de lire une mauvaise fanfiction écrite par un enfant n'ayant absolument pas compris l'essence des personnages.
Concernant l'histoire maintenant. On prend un semblant d'histoire, des éléments canon, et on fait un mélange absurde. L'histoire entière repose sur une énorme incohérence. Le plot twist final concernant un personnage est pire que ridicule, ça frise le deus ex machina de pacotille d'un écrivain en mal d'inspiration et cherchant désespérément à finir son scénario.
Une fois de plus, les Maisons sont sous-représentées, deux Serpentard ok, ça ça me plaît (bien que...), et le reste à Gryffondor. Euh, Poufsouffle et Serdaigle, ça existe aussi vous savez. Et en plus, le seul Poufsouffle qui était un minimum développé ? Pas de souci, on déforme totalement son caractère ! C'est juste stupide. Parlons de Serpentard. Nous sommes 19 ans après la Bataille de Poudlard. 19 ans après la guerre. Et surprise surprise, Serpentard est toujours la maison du Diable ! Waw, quelle évolution. Je vais faire une comparaison un peu risquée, mais après la Seconde Guerre Mondiale, les choses ont changé. Les points de vue ont changé. Il y a eu une évolution de la pensée. Là... rien.
Le Retourneur de Temps. Son utilisation est totalement ABSURDE. Ça va à l'encontre de TOUT ce qu'on a appris sur leur utilisation.
Je ne vais pas m'étendre plus, mais le tout forme une masse totalement absurde et dénature le canon de l'univers d'Harry Potter tel qu'on le connait. Des petits détails m'ont fait grincer des dents comme pas possible, comme l'histoire avec la dame au chariot.

Une immense déception. Je suis passé de l'incrédulité au désespoir, et je regrette ma lecture, ce que je pensais ne jamais dire au sujet d'un livre en rapport avec Harry Potter.

par Stormy
Nevermoor, Tome 1 : Les Défis de Morrigane Crow Nevermoor, Tome 1 : Les Défis de Morrigane Crow
Jessica Townsend   
Nevermoor c'est d'abord un univers magique complexe, farfelu extraordinaire qui nous immerge complètement. Un hôtel merveilleux, une salle de fumoir à l'odeur de chocolat, des sauts en parapluie, un dresseur de dragons, une reine des neiges, des épreuves à dos de chats... tout est magique, fantastique et mystérieux. Cela n'est pas sans rappeler Harry Potter bien évidemment. Le monde de Nevermoor qui rappelle Poudlard, les épreuves, le tournoi des sorciers, les amitiés et rivalités au sein d'une école, et Jupiter Nord, le mécène de Morrigane est à rapprocher de Dumbledore sans conteste. Et puis, il y a cette petite fille maudite qui se retrouve dans un monde où elle ne connait pas les codes. Elle a un don, il parait, mais ne sais pas lequel, ne sait pas à qui faire confiance.. bref, les parallèles sont nombreux.



Pourtant, moi qui suis une grande fan d'Harry, je trouve que Nevermoor a quelque chose de très frais et d'audacieux. C'est une grande aventure qui se lit avec délectation. Remplie d'humour, d'originalité, de trouvailles, ce roman trouvera sûrement son public. Je n'en dirais pas plus sur l'histoire, je pense qu'elle se découvre au fur et à mesure de la lecture. Nevermoor c'est un mélange d'aventure, de magie, de découvertes, dans un univers décalé, sombre parfois mais terriblement familier, qu'on a tous envie de visiter. Les personnages sont affectueux, attachants et intrigants.

Un très bon premier tome qui fait plus que poser un décor et une intrigue, mais nous révèle un véritable monde qui tient debout, avec une héroïne charmante.
Tortues à l'infini Tortues à l'infini
John Green   
Turtles All The Way Down (titre anglophone) est, pour moi, le second meilleur roman de John Green (après Nos Etoiles Contraires) à égalité avec Qui es-tu Alaska? J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré en moins d'une semaine...

Le style d'écriture est toujours aussi excellent. Je dirais même parfait, selon moi. C'est du pur John Green. Des phrases à en faire pleurer les plus insensibles. Des tournures de phrases, des expressions qui m'ont profondément ému... C'était de la poésie en roman. J'ai eu d'avantage l'impression de l'entendre parler quand je lisais ce livre. Ce dernier m'a définitivement semblé plus personnel que les précédents. On sent l'attachement de l'auteur à traiter ce thème. On sent l'engagement de John Green dans cet ouvrage. Encore plus que pour les autres livres.

Alors, commençons par le scénario et thème de ce livre. Si l'ouvrage est vendu comme une enquête, un mystère à résoudre, le livre ne se focalise pas dessus; ce qui m'a plu. Je me souviens ne pas avoir adoré La face cachée de Margo pour cette raison. Le thème de l'enquête, du suspens, du mystère à résoudre, de la grande quête ne m'est pas particulièrement cher. Je pense que ce livre aurait pu s'en passer, mais il ne m'a pas déranger. Non, clairement, ce livre est portée sur la maladie mentale de Aza et sa façon de gérer sa maladie avec les gens qui l'entourent. Et en cela, cet ouvrage relève du génie.

Je me suis reconnu dans énormément de passages de ce livre. J'ai trouvé que la maladie était très bien traité, non pas comme quelque chose qui est guérissable grâce à l'amour ou l'amitié, mais comme une vraie bataille, qui peut parfois sembler impossible à gagner mais aussi comme un défi à relever au quotidien. Les derniers mots du livre m'ont arraché quelques larmes.

Ensuite les personnages... S'ils ne sont pas nombreux, ils ont l'avantage d'être bien développés à mon goûts. Sans être idéalisés. Aza en est un très bon exemple. L'auteur la dépeint comme une jeune fille sensible, anxieuse, malade... On se prend d'empathie pour elle. Toutefois, John Green n'hésite pas à faire ressortir son côté égocentrique, self-centered, focalisé sur sa maladie, etc. qui existe, et qui peut effectivement être difficile à gérer pour l'entourage de personnes avec des maladies mentales.

J'ai aimé que l'histoire d'amour soit présente mais pas centrale. Le seul reproche que je pouvais faire à TFIOS était qu'Hazel semblait "guérir" de sa depression, un peu magicalement, grâce à l'influence de Gus. Or, ici, on ne tombe pas dans le piège du "l'amour m'a sauvé". La relation entre Aza et Davis est importante, car ce fut le premier amour d'Aza, et car elle met en lumière les luttes du personnage pour agir comme une adolescente normale, ses craintes, ses difficultés à process comme un individu lambda, etc. Donc la présence de cette histoire est pertinente mais elle ne prend pas une trop grosse partie de l'histoire.

L'amitié entre Daisy et Aza, à défaut d'être l'amitiée légendaire, auquel on pourrait s'attendre, est plutôt vraie et réaliste. Les deux amies s'aiment clairement. On sent que Daisy constitue une aide permanente pour Aza. Mais sans que ça tombe dans le cliché de la BFF, histoire d'amitié parfaite. Daisy est un très bon personnage en cela. Elle réagit très bien à certains comportements de Aza : elle lui propose d'aller voir un film chez elle, alors que celle ci fait une crise de panique, etc. Mais parfois, étant humaine, elle a de mauvaises réactions et s'emporte contre son amie. Certains n'apprécieront probablement pas. Moi, j'ai trouvé que ça ajoutait une touche de réalisme aux personnages et à la relation amicale des deux jeunes filles. Car personne n'est parfait, et aucune relation n'est vraiment flawless.

Profond, puissant, touchant sans tomber dans les clichés, je l'ai surtout trouvé très vrai. C'est ce réalisme émouvant qui m'a transporté dans ma lecture, m'a fait vivre toutes les émotions in live, m'a emporté. Véritable voyage dans les pensées directs du personnage principal, ce livre touchera plus particulièrement les personnes qui se reconnaissent en Aza (ce fut mon cas). En écrivant une oeuvre plus sérieuse et "lourde" que ses autres livres, John Green prend un pari risqué auprès de ses fans, qui pour moi, paye à 100%0
Positive Positive
Paige Rawl   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2017/01/25/20170124positive-de-paige-rawl/

Un beau récit autobiographique dénonciateur emprunt d’innocence…

Paige Rawl écrit ici sa propre histoire : celle d’une jeune fille séropositive qui a perdu son père, qui est populaire et bien acceptée jusqu’à ce qu’elle confie à sa meilleure amie être atteinte du VIH. À partir de là, tout bascule et elle subit un harcèlement sans limite.

J’étais très attirée par ce roman de par le thème. Dans mon métier, on n’a pas forcément la possibilité de se mettre à la place du patient pour de vrai. On peut le comprendre, l’écouter, mais pas entrer dans ses pensées (bien que certains pensent le contraire… !).

Ce récit contient une histoire importante. Paige Rawl raconte son enfance, son adolescence, et toutes les difficultés qu’elle a du traverser, de la prise méthodique des médicaments depuis sa naissance, au harcèlement subi à l’école. La jeune fille enjouée et populaire s’est petit à petit fermée au monde.
Cette histoire, c’est aussi le récit d’une victoire. Celle de Paige sur son isolement. C’est aussi le récit d’un combat de tous les instants, celui de Paige contre la maladie. Elle explique avec des mots simples ce qu’est le VIH, puis le SIDA (qu’il ne faut pas confondre, comme elle le dit bien). J’ai trouvé cette description de la maladie très juste et très facile à comprendre. Personne ne connaît mieux une maladie que celui qui en est atteint !

Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire. Le récit est entrecoupé de photos de la vie de Paige Rawl et j’ai trouvé ça très bien fait. Mais c’est surement la dimension autobiographique qui m’a éloignée du personnage principal. L’auteure décrit bien ses ressentis mais il m’est difficile de m’attacher à une petite fille analysée avec soin par elle-même vingt ans après.

Ce récit raconte une histoire importante et permet de prendre conscience de certaines choses. Ayant étudié le VIH durant mes études, certaines réactions m’ont paru évidemment absurdes. Cependant, je trouve cela glaçant de se dire que si ce livre est aussi important à l’heure actuelle, c’est surtout parce que ce harcèlement, ce rejet des malades, existe toujours (que cela soit le VIH ou une autre maladie, c’est d’ailleurs flagrant pour les patients en psychiatrie par exemple). C’est fou comme la notion de contagiosité peut changer la vision des gens autour d’un malade… (ou l’idée d’une contagiosité d’ailleurs !)

Ce livre n’est pas forcément du young adult pour moi. Oui, on suit une adolescente. Mais ce récit est important pour tous les âges !

En bref, je vous conseille vraiment ce livre si le sujet vous intéresse. Ayant déjà lu des témoignages similaires durant mes études, ayant déjà rencontré des personnes me racontant le même mal être, le même combat, je dois avouer ne pas avoir été plus séduite que cela. Je pense que c’est simplement du au fait d’avoir déjà rencontré ces malades et leur mal-être. Paige Rawl décrit avec brio son histoire et je dois avouer avoir été vraiment inspirée par le dernier chapitre.

par Mayumi
Le suivant sur la liste, Intégrale Le suivant sur la liste, Intégrale
Manon Fargetton   
Agréable à lire du début à la fin. Je suis resté accrocher dessus. L'histoire est vraiment bien ficelée. Et commence direct dans l'action avec des beaux moment de coopération des pouvoirs même si je dois admettre malgré tout que l'ont reste un peu sur sa faim.

par Jadan
Celle qui a tous les dons Celle qui a tous les dons
Mike Carey   
Énorme coup de cœur !

L'intrigue est extrêmement prenante et le roman très addictif. Une fois entamé on ne peux plus le lâcher.

Les personnages sont super attachants, notamment Mélanie pour qui l'on se prend tout de suite d'affection.

Je ne m'attendais pas du tout à ça en commençant ma lecture, ça a vraiment été une agréable surprise. Tout est maitrisé.
Ce roman soulève de nombre questions déontologiques intéressantes. Jusqu'où peut on aller au nom de la science?

Je ne m'attendais absolument pas à cette fin là. Ça a été un véritable coup de poing, et pourtant elle fait totalement sens.

Bref un roman original qui vaut le détour.

par celia23