Livres
392 559
Comms
1 377 064
Membres
284 515

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ce pays qui te ressemble



Description ajoutée par x-Key 2015-06-12T14:07:05+02:00

Résumé

C’est dans le ghetto juif du Caire que naît, contre toute attente, d’une jeune mère flamboyante et d’un père aveugle, Zohar l’insoumis. Et voici que sa soeur de lait, Masreya, issue de la fange du Delta, danseuse aux ruses d’enchanteresse, le conduit aux portes du pouvoir. Voici aussi les mendiants et les orgueilleux, les filous et les commères de la ruelle, les pauvres et les nantis, petit peuple qui va roulant, criant, se révoltant, espérant et souffrant.

Cette saga aux couleurs du soleil millénaire dit tout de l’Égypte : grandeur et décadence du roi Farouk, dernier pharaon, despote à l’apparence de prince charmant, adoré de son peuple et paralysé de névroses. Arrivée au pouvoir de Gamal Abdel Nasser en 1952 et expulsion des Juifs. Islamisation de l’Égypte sous la poussée des Frères musulmans, première éruption d’un volcan qui n’en finit pas de rugir… C’est la chute du monde ancien, qui enveloppait magies et sortilèges sous les habits d’Hollywood. La naissance d’un monde moderne, pris entre dieux et diables.

(Source : Stock)

Afficher en entier

Classement en biblio - 18 lecteurs

Or
4 lecteurs
PAL
6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Stephanelefort 2016-12-30T10:56:09+01:00

À vingt et un ans, Esther était une femme. Les seins et les fesses rebondis sous sa légère robe de cotonnade, les cheveux bruns aux flammes rousses déliés sur ses épaules, comme une Amazone, le visage ouvert, les lèvres fraîches et épanouies, et cette façon de marcher, comme si ses pieds flot‐ taient quelques centimètres au‐dessus du sol... Ah, elle pouvait donner envie aux hommes ! Mais c’était à son insu car pour ce qui était des hommes, Esther ne pensait qu’au sien. Dans ‘Haret el Yahoud, « la ruelle aux Juifs », nul n’était heureux en ménage. On était mariés parce qu’on respirait, parce qu’on marchait, parce qu’on mangeait des fèves et des oignons et parce qu’il était temps de le faire. Ces deux‐là s’étaient mariés comme tous les autres, mais ils avaient obtenu l’amour en prime, un don de Dieu, assurément.

À l’époque, elle avait quatorze ans et lui, le double. Ils étaient cousins, bien sûr, mais ils n’avaient jamais joué ensemble, la différence d’âge était trop impor‐ tante ; ils ne s’étaient même jamais parlé. Il était beau. Il paraissait immense dans sa galabeya imma‐ culée, mais il était aveugle depuis sa plus tendre enfance... à trois ans, une infection non soignée, comme il y en avait tant. Ses yeux étaient clairs, trop clairs, deux perles délavées, et fixes. Elle était jeune, une gazelle ; on la disait folle depuis sa chute lors‐ qu’elle avait cinq ans du haut d’une terrasse, un second étage. Elle avait perdu connaissance. On l’avait crue morte.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par serafina80 2017-10-11T23:29:03+02:00
Bronze

Je ne crois pas avoir réussi à accrocher. La couverture et le résumé me tentaient vraiment, mais non. J'ai mi une plombe à le terminer. Premiers chapitres difficiles à lire, ou est-ce moi qui n'ai l'habitude de ce type d'écriture ?

Un des files rouge, l'évolution de l'histoire de Zohar, était intéressante, mais ne m'a pas pationné outre mesure. J'ai quand-même trouvé les éléments historiques intéressants.

Dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maxime1086 2015-12-22T21:49:15+01:00
Bronze

Une belle découverte de l'Egypte du XXème siècle, de ses traditions ainsi que de son monde politique chamboulé.

Néanmoins, il y a trop de petites histoires qui s'emmêlent les unes aux autres sans lien.

Les personnages sont forts mais l'histoire d'amour reste en retrait, c'est dommage car elle aurait pût être développée davantage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BelleBrunette 2015-12-09T16:16:25+01:00
Or

C'était une bonne découverte, et un point de vue que je n'avais encore jamais exploré : celui des juifs d’Égypte avant et après la deuxième guerre mondiale.

J'ai plutôt apprécié les personnages, bien que je n'ai pas pu me reconnaitre en eux, tout ce qui tournait autour des rituels et de la sorcellerie m'a assez intriguée.

Une chose qui m'a gênée, c'est l'ambiance assez incestueuse du roman. Ce roman évoque la romance entre un frère et une sœur, d'accord, pas de sang mais de lait, mais tout de même.

Si je n'ai pas apprécié tous les personnages ou toutes les relations, j'en ai trouvé certains sympathique, comme Esther et Motty, il est d'ailleurs que l'on les mette de côté plus tard dans le roman; ainsi que Joe.

La fin du roman était assez triste

Spoiler(cliquez pour révéler)
avec la mort de Joe, que j'aimais bien... et dont j'ai trouvé la mort si injuste. Le trio d'amis formé par Zohar, Joe et Nino se disloque, l'un mort, l'autre reconverti en "Imam" dégénéré psychopathe fou furieux... un peu cliché sur l'Islam, surtout que l'on ne sait pas vraiment ce qu'il s'est passé pour qu'il subisse une métamorphose pareille...

Et si je ne me suis pas particulièrement sentie concernée lorsqu'on évoquait les psaumes et autres trucs du judaïsme, j'ai trouvé assez sympas de me reconnaitre avec l'emploie de certains mots arabes (en étant une) dans les mots de Tobie Nathan.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phael 2015-10-16T18:47:25+02:00
Argent

L'Egypte juste avant et juste après la 2ème guerre mondiale vue par des membres de la communauté juive, sur fond de guerre puis antisémitisme

Afficher en entier

Dates de sortie

Ce pays qui te ressemble

  • France : 2015-08-19 (Français)
  • France : 2017-03-01 - Poche (Français)

Activité récente

Clash l'ajoute dans sa biblio or
2016-06-12T21:59:15+02:00

Les chiffres

Lecteurs 18
Commentaires 4
Extraits 2
Evaluations 4
Note globale 6.75 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode