Livres
443 065
Membres
378 113

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre



Description ajoutée par Prilla 2013-05-22T12:19:41+02:00

Résumé

Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres.Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de Juin 1941,des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient.

Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle...

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 950 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par DML12 2012-09-25T21:35:22+02:00

" Ne leur donne rien, Lina. Même pas ta peur. "

P.383

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Ce livre est tout simplement indescriptible. Dans les musées, les cours d'histoires et dans la vie, on oublie souvant à quel point la vie dans les futures pays de l'Est lors de la seconde guerre mondiale était tout aussi difficile que la vie pour les juifs dans les pays d'Europe de l'Ouest face au Allemands! Déporté comme Lina et sa famille, maltraité, souvent bléssé aussi bien physiquement que moralement... Les goulags sont tout aussi atroce que les camps de concentrations, et le fait que dans cette histoire, l'une des partie se passe en hiver, avec le froid, la faim, la mort, la peur ... donne une dimension horrifique à l'histoire

Pourtant, le personnage principale, lina, grâce à son courage, à sa force, grâce à la manière dont l'auteure nous décrit ses joies, ses peines, ses doutes, son histoire d'amour et ses espoirs, n'est que plus attachante, et arrive à donner une certaines douceur à l'histoire qui fait que ce livre n'est pas "trop" brutal.

Ce livre est un hymne à la vie et rend hommage à toutes les personnes décédées lors de leurs déportations, ou qui en s'en étant sortie, sont resté marquée à vie!

J'ai juste trouvé dommage que le livre ne soit pas plus long, Qu'on ne découvre pas le jour où Lina et son frère peuvent rentrer chez eux, où Lina retrouve Andrius, où il arrive pour la première fois depuis des années en Lituanie... Bref Qu'on ne découvre pas dans ce livre, tous les instant heureux qui lui aurait donné un charme plus doyux encore et un espoir plus poignant!

Afficher en entier
Argent

Lina Vilkas a quinze ans, lorsqu’en 1941, pour des raisons qu’elle ignore totalement, elle est déportée ainsi que sa famille. Commence alors pour Lina et un nombre ahurissant d’autres, un véritable enfer. Après un voyage dans les wagons à bestiaux, beaucoup ont perdus leur dignité, mais le pire reste à venir.

Brimades et injustices sont monnaies courantes. Les conditions de vies, elles, sont désastreuses. Mais Lina, son frère et leur mère font preuve d’une combattivité à toutes épreuves. Ainsi qu’Andrius, un garçon du même âge que Lina, qui ne fléchit pas. Au camp, ils ne sont pas les seuls.

Commence alors le récit d’une liberté volée…

Poignant. C’est le mot juste. Le fait que ce récit soit en partie une fiction ne change rien à sa crédibilité. Et au contraire, ajoute une dimension plus douce à cette histoire. Car, tout y est tellement violent.

C’est donc avec un certain soulagement que l’on lit les retours en arrière dans la vie de Lina. On se rend compte que, malgré le fait que ces passages soient plus « relaxants » comparés au reste, il y a toujours une tension palpable. En plus, ces flash-back permettent de comprendre certains aspects de l’histoire… et vice versa.

Je parlais de tension à un moment. Le climat ambiant est totalement glaçant compte tenu du sujet. Être déporté en Sibérie, vous imaginez ? Il y a de quoi frissonner.

Comme il faut un peu de douceur dans ce monde brute, tout n’est pas tout noir ou tout blanc (quoiqu’en Sibérie… promis, plus de jeu de mots). Les « méchants » ne le sont pas tellement et les « gentils » non plus.

Donc, il y a le côté histoire « d’amour » entre Andrius et Lina. On en vient à cette question que la jeune fille elle-même s’était posée : si elle n’avait pas été déportée, aurait-elle été vers quelqu’un comme Andrius ? Nous ne le saurons jamais et là n’est pas l’important d’ailleurs.

Après ces deux personnages, j’en oublie les autres. La mère et le frère de Lina, notamment. Une mère si courageuse et exemplaire. Néanmoins, je me suis découvert une grande sympathie pour Jonas, le frère de Lina, d’à peine dix ans, qui a dû grandir si vite…

Un aspect de ce livre est l’art. Oui, quel est le rapport, me direz-vous. Lina tente entre autres de rentrer en contact avec son père (déporté dans un autre camp) par le biais de ses dessins que l’on s’imagine sans difficulté. Ou encore, la passion de Lina pour les tableaux de Munch.

Bref, un livre pour ne pas oublier, ça remet les pendules à l’heure. A lire pour ceux de 14/15 ans (et les autres aussi), cela apporte une autre dimension aux cours d’histoire sur la Seconde Guerre Mondiale. On oublie souvent les Goulags, qui n’étaient pas mieux que les affreux camps allemands. Et ça, il ne faut surtout pas.

La playlist, pour ceux qui aiment lire en musique : 42 et Violet Hill de Coldplay, ainsi que Ny Batteri de Sigur Rós (groupe islandais).

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Ce livre que j'ai lu il y a bien longtemps m'a marqué à jamais.

Le style de l'auteur est indéniablement sublime , on voit que chaque phrase est habilement et précisément travaillé.

Les personnages sont attachants et leur psychologie est bien développée.

L'originalité se trouve par le côté choisie de la 2nd guerre mondiale. Je pense que ce livre devrait être lu obligatoirement au lycée car il permet dans un premier temps de se rendre compte de l'étendu des crimes contre l'humanité commit durant cette guerre mais surtout il permet aux adolescent de prendre conscience que certaines personnes de leurs âges vient encore cela Cela permet donc de développer leur empathie face aux victimes de guerres car ils reconnaîtront sans doute tous dans l'héroïne.

Pour finir, ce roman est est une ode à toutes les formes d'art comme résistance à l'oppression et symbole de Liberté.

Afficher en entier
Argent

C'est en visitant Riga et son musée de l'occupation que j'ai appris à quel point les trois pays que sont l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie ont été touchés par la déportation au point de perdre jusqu'à un tiers de leurs populations d'origine.

Ce livre relate l'histoire de Lina d'une façon assez sobre, en décrivant l'horreur de façon efficace mais sans s'attarder sur les détails. On y perçoit la façon horrible dont les déportés étaient traités et ça fait froid dans le dos.

J'ai beaucoup aimé le personnage de la mère de Lina et de Jonas, qui tente de protéger tout le monde en étant d'une extrême générosité et en faisant attention à chacun. Spoiler(cliquez pour révéler)C'est affreux de la voir sombrer dans le désespoir à la suite de l'annonce de la mort de son mari... J'ai bien aimé les relations qui naissent entre chacun malgré le peu qu'ils possèdent (partage, célébration de Noël, soutien moral, etc.).

Ce livre se lit vite, peut-être un peu trop, j'aurais apprécié une fin un peu plus consistante. Spoiler(cliquez pour révéler)Pour moi, arrêter à cet endroit relevait de la facilité. J'aurais apprécié pouvoir lire au moins leur libération, les retrouvailles avec Andrius, leur retour du pays, etc.

Afficher en entier
Diamant

Ce roman est un chef d'oeuvre. Je l'ai lu après deux ou trois livres moins bons et je l'ai vécu (malgré le thème) comme une bouffée d'air. Je l'ai relu plusieurs fois, je l'ai conseillé à d'autres... Il est génial. La couverture et la mise en page sont aussi très belle. La scène de début est bien écrite, on s'attache à tous les personnages même à certains méchants. Bref, à lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par einoha 2018-10-18T18:11:25+02:00
Diamant

Lorsque j’ai fini ce roman, j’ai eu du mal à mettre des mots sur ce que j’ai vécu pendant cette lecture éprouvante et bouleversante, toujours les larmes aux yeux.

Ruta Sepetys nous présente un pan de l’histoire soviétique que bien trop peu d’entre nous connaissent, ou juste par bribes : la déportation des peuples envahit comme les trois pays baltes (l’histoire débute en Lituanie) ou même la Finlande, vers les affreux kolkhozes de Sibérie. Malgré la maladie, la famine, le froid, les humiliations constantes des gardes, le travail... tout ça en tentant de garder son humanité et surtout l’espoir ténu de s’en sortir.

A lire pour connaître, pour ressentir, pour rester humain et pour ne jamais laisser se reproduire ce genre d’horreurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LsaMo 2018-09-26T16:07:29+02:00
Bronze

Bouleversant. Touchant. Triste. Réaliste.

Ce livre est juste incroyable.

D'un côté Lina m'a réellement touchée. D'un autre côté il y a des scène horribles.

Il y a des moments durs, très durs, mais il y a aussi des moments forts et touchants.

A lire mais si vous êtes sensibles méfiez vous ! ;)

Afficher en entier
Or

https://mondeosmonde.blogspot.com/2018/09/long-avis-ce-quils-nont-pas-pu-nous.html#more

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre est un livre qui m'a énormément touchée. Cependant quelques éléments m'ont déplu, et sans ça, je pense que ça aurait fait toute la différence.

Nous suivons Lina jeune fille de 15 ans lituanienne déportée avec sa famille. Malheureusement je n'ai pas accroché avec le personnage. Au début du récit j'ignorais son âge et je lui donnais 13 ans (j'avais oublié le résumé et je vous conseille de ne pas le lire car il en dit trop). Elle est immature et beaucoup trop enfantine. Son portrait que l'on en fait au départ ne correspond pas à ce qu'elle donne dans le livre. Je m'attendais à plus de caractère, je l'ai senti absente malgré qu'on soit dans sa tête.

Et à l'inverse son frère fait bien plus qu'un enfant de 10 ans. Jonas qui est son nom est adorable et il m'a fendu le coeur à plusieurs reprises.

J'ai bien aimé la mère également, mais je n'ai pas réussi à me sentir proche de la famille jusqu'à la dernière partie. La façon dont les faits sont racontés donne l'impression que Lina et sa mère (on excusera Jonas) les vivent passivement. Alors que l'on est du point de vue de Lina je n'ai pas ressenti suffisamment de colère, de révolte, de tristesse et de souffrance. Mise à part lorsqu'elle dessine. L'autrice a bien retransmis ses sentiments et j'ai donc pu très bien visualisé les dessins.

Les blessures, les injustices se passent comme s'ils étaient écrits dans un livre d'histoire et que les personnages n'étaient qu'à moitié concernés. Pourtant c'est ce genre de fiction qui permet justement de mieux se rendre compte de ce qu'ont pu vivre ces populations et ça n'a pas été le cas ici.

Bien que ce livre soit jeunesse il est pauvre en informations historiques, presque pas documenté. Sûrement raison pour laquelle Lina ne s'interroge que très peu sur la situation. Ce qui ne m'a pas paru réaliste.

J'ai d'ailleurs noté quelques incohérences ou idées floues. Lina qui a un opinion bien tranché sur Staline ne connait rien de ce qui se passe politiquement. Et quelques fois alors qu'elle est sensée ignorer certaines informations on se retrouve avec des sauts dans le passé où finalement elle les sait.

La plupart de ce qui se veut être des « révélations » sont devinables à l'avance. On sait tout de suite où l'autrice veut en venir car pas du tout subtile. D'un autre côté il y a des questions auxquelles je n'ai pas eu réponse...

Pour ce qui est de l'amourette entre Lina et Andrius je n'ai pas aimé ce dernier qui est rancunier, pas très aimable parfois, et un peu immature sur les bords (pour faire fumer un enfant de 10 ans, je n'ai pas compris pourquoi sa mère a accepté ?). Pour la place que ça prend dans le livre, ce n'était pas nécessaire. Du jour au lendemain les adolescents s'aiment, sans que rien ne se passe au final. J'aurais aimé que ce soit plus présent ou tourné autrement afin de donner à leur amour plus de crédibilité. Ca aurait apporté une touche de douceur dans cette horreur.

La dernière partie est celle que j'ai préféré car la plus émouvante, les événements qui se déroulent sont d'une extrême dureté. Je me suis enfin sentie proche de cette famille et des autres déportés (coup de coeur pour le Chauve qui m'a plusieurs fois fait sourire).

Dommage que la fin soit expéditive, ce qui a aussi été le cas pour de nombreuses scènes qui s'interrompent brusquement alors qu'elles méritaient d'être plus développées. L'épilogue ne m'a pas non plus satisfaite.

Spoiler(cliquez pour révéler) Dans la lettre de Lina on sait qu'elle retrouve Andrius et se marie avec lui, mais on n'a pas assisté aux retrouvailles ce qui est vraiment frustrant. On ne sait pas non plus si son père a survécu. On ne sait pas ce que Jonas est devenu. Et on apprend qu'ils sont restés douze ans dans ces goulags ce qui est le plus déchirant finalement. Ils ont passé tant d'années dans cet enfer, leur jeunesse sacrifiée, et j'ai ressenti une profonde injustice.

J'aurais souhaité beaucoup plus de détails ! Qu'on suive cette famille plus longtemps.

Néanmoins j'ai appris. On a tendance à faire focus sur Hitler, ce qui est arrivé aux juifs, et on met un peu de côté cette autre partie de l'histoire. Mais ce livre à mon goût, aurait pu être bien mieux exploité. Je reste hantée par leur histoire, le plus effrayant étant, que c'est réellement arrivé il y a peu de temps.

Afficher en entier
Argent

Une bonne lecture ! C'est vraiment un livre plein d'espoir et d'émotions et qui transmet un message très fort : même quand il n'y a plu rien à faire, il ne faut pas perdre espoir. Au cours du livre, on voit les personnages évoluer mais surtout se serrer les coudes. Et on sent bien que même Staline ne peux brisés le lien qui les unis. On voit vraiment que Ruta Sepetys maîtrise son sujet. En fait, parfois, on croirait lire un documentaire ou une biographie. Bref pour ceux qui s'intéressent à ce sujet, un livre indispensable !

Afficher en entier
Lu aussi

Cette lecture, ce livre fut un grand mouais. Je ne fus pas émue par ce roman. Peut être parce que c'est considéré comme de la jeunesse ....Et donc que la narration est plutot simple sans trop de description.

En tout cas jusqu'au chapitre 75, il manquait quelque chose pour moi. Une chose qui m'aurait embarqué dans cette histoire.

La narratrice parle plus de ses dessins que vraiment de ce qui peut l'accabler. Et à partir du chapitre 75,que la lecture m’intéresse et sort de ce bof. On commence vraiment à découvrir la douleur, la peur, la souffrance de tout cela. L'horreur finalement de ce que peut être cette partie de l'Histoire. C'est ce qu'il manquait, ce qu'elle ressentait au plus profond d'elle. Et c'est à ce moment là que la fin approche se profile. C'est comme un épisode... et l'épilogue n'aide pas trop à comprendre, ce qu'ils sont devenus. Il faut lire la note de l'auteur pour comprendre certain élément et avoir certaines informations. Et je trouve cela dommage. Pour moi une bonne histoire, enfin un des éléments qui en font une bonne histoire, c'est qu'elle se contente à elle - même, qu'on a finalement pas besoin de lire la note de l'auteur pour savoir certaine chose. Bref, un gros mouais, un gros bof à la fin de cette lecture. Vraiment dommage.

Afficher en entier
Diamant

C'est LE livre que je recommande tout le temps et à tout le monde. Pour moi c'est le meilleur livre que j'ai lu, c'est une histoire touchante qui nous transporte.

Les personnages sont parfaits, on les suit tout au long du récit et c'est magique. Le contexte historique de l'intrigue est très bien utilisé, c'est un livre très instructif et je trouve que c'est un très bon moyen de se rendre compte de ce qui ce passait en URSS à cette époque là. Ce livre est accessible à de jeunes lecteurs comme à des lecteurs plus matures.

Il faut avoir lu ce livre au moins une fois dans sa vie !

Afficher en entier
Or

Je crois que je n’avais jamais saisi complètement le sens des mots bouleversant et touchant avant ce livre. Il raconte une partie de l’Histoire qui est méconnu ( surtout pour ceux né après 1991, la libération de la Lettonie, Lituanie et Estonie) et pourtant si atroce. C’est un livre rempli d’humanité et d’espoirs. Il nous arrive quand même toutefois d’être un peu oppressé ou même triste mais juste ce qu’il faut. Tout est bien dosé et écrit merveilleusement bien. Très agréable à lire je le conseille vivement

Afficher en entier

Date de sortie

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

  • France : 2011-10-13 (Français)

Activité récente

StaceyV l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-13T02:18:57+01:00
nes_cln l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-02T18:21:20+01:00
kwardz l'ajoute dans sa biblio or
2018-12-11T16:11:49+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 1950
Commentaires 429
Extraits 112
Evaluations 633
Note globale 8.92 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Between Shades of Gray - Anglais

Quizz terminés récemment

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode