Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de CecileM : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Garçon en pyjama rayé Le Garçon en pyjama rayé
John Boyne   
Un roman qui bouleverse, les camps de concentration vu par les yeux d'un jeune enfant allemand qui ignore tout de la Shoah et de la politique de son pays, une amitié sincère et fidèle entre deux petits garçons que tout oppose et qu'un grillage sépare, une fin horrible et inattendue, un poids sur la conscience.
A lire absolument.
Elle Elle
Martine Roffinella   
Trois ans de la vie d’une adolescente. A l’âge où naissent les désirs, sa passion pour une femme : son professeur de français. Trois ans pendant lesquels elle va l’observer, employer son énergie à lui cacher son ardeur amoureuse, l’attendre. Un temps bien long, quand les sens sont en émoi, le plaisir sans cesse différé. Lorsque l’enfant devenu femme se livrera, la violence des sentiments exprimés sera à la mesure de la retenue qui aura précédé l’aveu. Ce petit livre terrible, est-il besoin de le préciser (précisons-le toujours, les gens sont si distraits), est bien plus qu’un simple roman d’amour entre femmes : l’un de ces texteS auxquels on se brûle les doigts, parce qu’ils ont été fondus à la plus haute température – celle de la passion que rien n’apaise. L’histoire est brève. Prévenons qu’elle n’est pas de tout repos. Une jeune fille tombe amoureuse d’une femme mûre : récit d’une passion torride qui se heurte à tout, et d’abord aux mensonges de la vie ordinaire. Réédition (en collection « Libretto ») d’un classique « scandaleux » – lancé en 1988 par Bernard Pivot, dans une émission qui fit date.
Au grand lavoir Au grand lavoir
Sophie Daull   
Une romancière participe à une émission littéraire télévisée à l'occasion de la parution de son premier livre. Elle ne se doute pas qu'au même moment son image à l'écran bouleverse un employé des Espaces verts de la ville de Nogent-le-Rotrou. Repris de justice pour un crime commis il y a trente ans, menant désormais une vie bien rangée, ce dernier est confronté de façon inattendue à son passé, à son geste, à sa faute.

Car la romancière est la fille de sa victime. Et, dans cinq jours, elle viendra dédicacer son ouvrage dans la librairie de la ville.

Un compte à rebours se déploie alors pour cet homme solitaire, dans un climat à la fois banal et oppressant, en attendant le face-à-face qu'il redoute mais auquel il ne pourra se dérober.

Dans ce texte où chaque personnage est en quête d'une réparation intime, Sophie Daull intervient pour affirmer la fidélité qu'elle voue aux disparus, aux fleurs et aux sous-préfectures.

Un roman brillamment construit sur les ambiguïtés du désir de pardon.
L'Écriture ou la vie L'Écriture ou la vie
Jorge Semprún   
J'ai choisi de lire ce livre parmi d'autre pour l'école, car j'aime beaucoup le thème abordé. C'est un livre tellement émouvant, qui peint une telle horreur... L'auteur est vraiment touchant. Quand j'ai commencé ce livre, Jorge Semprun était vivant. Mais lorsque je l'eût finit, je suis aller voir sur internet ce qu'il devenait : il était mort il y a deux jours... Ce fut un choc pour moi étant donné que je suis l'une des dernières lectrices de son livre de son vivant... Je n'oublierais jamais son oeuvre. A lire !
L'Ingratitude L'Ingratitude
Ying Chen   
c'est une histoire crue qui nous fait voir une tout autre réalité à celle que l'on est habitué de voir. c'est l'histoire d'une mère envahissante (si vous croyiez que la votre l'est, attendez de voir celle de la protagoniste!) qui a tué sa fille qui revoit les derniers moments de sa vie. Une gifle en plein visage.
Camille, mon envolée Camille, mon envolée
Sophie Daull   
Un livre qui m'a totalement bouleversé. Une véritable ode à l'amour d'une mère pour sa fille disparue brutalement. Comment se dire que la vie peut continuer après la perte de son enfant, cela n'est pas dans l'ordre des choses. Et pourtant il faut faire face et penser à " l'après". Comment rester insensible à ce très bel hommage. Un livre qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

par Dadouche
Seiobo est descendue sur terre Seiobo est descendue sur terre
Laszlo Krasznahorkai   
Bien sûr, les phrases sont longues. Mais c'est juste une économie de points et de majuscules. La lecture reste agréable, sur des sujets liés à l'art, mais très variés. Rien de spécial à retenir du contenu, qui n'a à mon avis aucune vocation pédagogique, mais plaisir à se laisser porter par les mots.

par pujols
La suture La suture
Sophie Daull   
J'ai découvert Sophie Daull avec "Camille, mon envolée" où elle racontait l'histoire de sa fille emportée une veille de Noël après quatre jours d'une fièvre sidérante.
J'avais été bouleversée par cette lecture.
Avec celle-ci, je n'ai pas pleuré même si certains passages sont très émouvants.
Sophie mène une enquête à partir de photos , de certes postales pour connaître les 26 premières années de la vie de sa mère avant son mariage.
A certains moments , Sophie romance , brode car elle ne possède pas assez d'informations.
Le résultat est très touchant surtout lorsqu'elle évoque Camille .
L'écriture est très poétique, tendre.
J'ai passé un très bon moment de lecture.
Cinéma Cinéma
Tanguy Viel   
Celui qui se présente ici comme narrateur en est donc réduit à parler d'un film, d'un seul film, du même film qu'il a vu des dizaines et des dizaines de fois. Toute remarque, tout commentaire, il les a notés, consignés dans un cahier, jour après jour. Son existence est minée par le film. Ses goûts et ses jugements, il les doit au film. Ses amis comme ses ennemis, il les doit à l'opinion qu'ils se sont faite sur le film. À vrai dire, sa vie ne tient qu'à un film.

par ninanina
Tuer Catherine Tuer Catherine
Nina Yargekov   
Pour qui connaît les techniques de l'écriture et le vocabulaire ad hoc, ce roman déglingué propose un vrai jeu de lecture, d'abord terriblement égayant mais peut-être trop étiré vers la pré-fin (les toutes dernières pages sont quelque chose !). C'est un exercice de style et de fond tout à la fois, qui toujours frôle avec maîtrise la frontière de l'hilarité pour faire de cette mission, « tuer Catherine », le lien (il)logique entre des conversations absurdes, une mise en scène de procès décalé (un procédé d'ailleurs repris bien plus longuement dans le roman « Vous serez mes témoins »), une FAQ pour lecteurs désorientés et autres types d'écrits insolites.
En somme, c'est un genre d'autofiction polymorphe... ou non, rien n'est moins sûr.

par Hillja