Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cecillia89 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Sorceleur, Tome 6 : La Tour de l'hirondelle Sorceleur, Tome 6 : La Tour de l'hirondelle
Andrzej Sapkowski   
Encore un livre excellent de cette magnifique saga! Sorceleur n'a pas fini d'epater, et laisse desirer le dernier tome, que je vais m'empresser d'entamer! A tout hasard, la critique qui suis concerne la version originale (polonaise donc), je me permettrai donc plusieurs eloges quant au style, dont je ne certifie pas l'exactitude dans la version francaise.

Bref. On se retrouve avec un schema tout a fait nouveau des aventures de Geralt, Ciri, Yen, Triss, Rience et de tous ces autres personnages originaux et attachants de l'univers "Jamais-jamais" de Sapkowski. En effet, les peripeties sont racontees par les personnages: n'y voyez rien de lourd! Au contraire! L'histoire gagne en piment, vous reconstruisez petit a petit le scenario. Les 100 dernieres pages, vos doigts saignent tellement vous essayez de les tourner vite!
Pour le langage, c'est toujours le meme compliment- dans la VO, on a une espece de melange de vieux polonais, d'argot et de familier: en somme, on ne lit pas un recit vulgaire, mais on note toutefois les "putain" qui peuvent tomber dans les pires moments, ou en parlant a des nains.
On se delecte aussi de toute la philosophie trainee dans les actions; les evolutions des morales, des pensees des personnages; les moments ou le bien et le mal ne sont plus si claires et faciles a distinguer; les phrases purement reflective (" Ne confond pas les etoiles avec leurs reflets sur le lac", en trad. approximative)

En somme, un bouquin excellent, une passerelle pour la "Mature dark fantasy", comme un ami aime le dire. N'y cherchez pas le reconfort d'une vie pas toujours facile: ce livre ne fera que vous convaincre de son horreur.

par Foxi1309
Sorceleur, Tome 4 : Le Temps du mépris Sorceleur, Tome 4 : Le Temps du mépris
Andrzej Sapkowski   
J'étais impatiente de lire ce livre (d'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à le trouver). Je trouve que ce tome Ciri est un peu plus mature mais garde quand même son côté "garce". Après Geralt est un peu en retrait dans l'histoire ce qui est un peu dommage. Cependant j'ai quand même apprécié ce livre et je suis pressée de lire la suite !

par _shadow_C
Sorceleur, Tome 2 : L'Épée de la providence Sorceleur, Tome 2 : L'Épée de la providence
Andrzej Sapkowski   
Pour l'instant j'accroche toujours autant à l'univers proposé par l'auteur.
On continue à en apprendre plus sur Geralt et sur son entourage grâce au format particulier du livre. Cela permet également à l'histoire de garder un rythme assez soutenu car on reste essentiellement dans l'action. Les personnages sont complexes mais ils ne nous délivrent pas encore tous leurs secrets. Je ne sais pas si toute la série est écrite sous forme de nouvelles mais j'apprécierais d'avoir un récit plus romancé justement pour approfondir les personnages.
Je pense que je vais vite me lancer dans le tome 3 histoire d'avoir terminé les livres avant que la série Netflix ne sorte.

par Fo0stine
Outlander, Tome 3 : Le Voyage Outlander, Tome 3 : Le Voyage
Diana Gabaldon   
Dans ce troisième opus, nous assistons aux retrouvailles de Claire et Jamie 20 ans plus tard.
Nos deux héros ont changé, vécu des joies et des épreuves différentes, tout en gardant le souvenir de l'autre. Ils doivent se redécouvrir, accepter les nouvelles facettes de l'un et l'autre et leur passé distinct.
Et l'Histoire continue d'avancer! Après les méandres politiques, la contrebande d'alcools et les jeux de cache-cache avec les douaniers, Claire et Jamie sont contraints de traverser l'Atlantique où ils feront face à la Royal Navy, les pirates, les ouragans, l'esclavage... et feront de nouvelles rencontres inattendues.
Malgré quelques longueurs, cela reste un très bon livre. Il ne reste plus qu'à découvrir la suite!

par Couet13
Sorceleur, Tome 7 : La Dame du lac Sorceleur, Tome 7 : La Dame du lac
Andrzej Sapkowski   
Ça y est, c'est déjà terminé. Le Sorceleur a été une série que j'ai adoré lire bien que certains tomes sont un peu inégaux. En effet, j'ai préféré le tome 3 du début à la fin. Quant aux autres tomes, il y avait certains passages qui traînaient en longueur. Néanmoins, globalement c'est une très bonne saga et la fin m'a un peu émue notamment avec [spoiler]la mort de Milva, Angoulême, Régis et Cahir (même si je ne l'appréciais pas trop) [/spoiler]. Bref je relirais sûrement ces livres dans quelques années !

par _shadow_C
Sorceleur, Tome 5 : Le Baptême du feu Sorceleur, Tome 5 : Le Baptême du feu
Andrzej Sapkowski   
C'est un peu frustrant quand rétrospectivement on s'aperçoit que ce qu'on a lu, les presque 500 pages, s'étendent sur quelques semaines à peine. Mais durant la lecture, forcément, ça passe bien plus lentement, vu la multiplicité des points de vue ; essentiellement du sorceleur et de sa compagnie, et de Ciri.
Ah, et enfin, on fait la connaissance de Zoltan Chivay ! Ceux qui ont joué au(x) jeu(x) attendaient sûrement comme moi qu'il fasse son apparition.
Enfin bref, toujours autant un régal dont on ne décroche pas, et vu l'évolution assez lente mais prenante, on peut en lire pendant des heures sans avoir l'impression d'avoir tant lu que ça. Mais du coup après on arrive à la fin du livre et on se dit "Quoi ? plus que deux seulement ?!". Mon dieu si ça va aussi vite, la saga sera finie avant l'hiver.
Enfin bon, des répliques toujours aussi bonnes, faudra que je pense à mettre les extraits que j'ai relevé dans ce tome-ci et les précédents. Le récit ne manque pas de fond et de sincérité, ni n'hésite à elle franc avec nous. Il n'épargne rien.

Ah oui ! Petit hic. J'aime beaucoup le personnage de Milva, cette archère féministe et un peu hautaine. Mais j'ai trouvé certains passages ambigus ou elle se laisse aller à des comportements trop chaleureux ou sensibles un peu incohérent avec le masque qu'elle essaye de se donner. Trop flagrant, pour une personnalité, de passer ainsi d'une froideur à une sympathie sensible. Mais bon, c'est peu fréquent.
Et c'est un détail. Oh, et le personnage de Régis est aussi très bon, bieeeeen que [spoiler]l'explication autour de son vampirisme et du sang clairement comparé à l'alcoolisme pour un vampire, ça cassait avec l'atmosphère, démystifiait la créature, certes volontairement, mais ça faisait perdre au récit de son caractère "fantasy", et j'ai pas trop aimé. Parce que du coup ça le ramène au statut d'abstinent, d'ancien alcoolique relativement normal et banal.[/spoiler]
Sorceleur, Tome 3 : Le Sang des elfes Sorceleur, Tome 3 : Le Sang des elfes
Andrzej Sapkowski   
Quel plaisir de lire ce volume! Je l'ai lu d'une traite. Les personnages sont vraiment attachants [spoiler](il y a juste Triss qui m'a tapé sur les nerfs pendant toute l'histoire!)[/spoiler] : Geralt de Riv est un personnage incroyable, le fait qu'il ne soit pas beau, qu'il ait des défauts, que ce soit un mutant le rend attachant (aussi bizarre que cela puisse être!) et puis il y a Ciri, toute l'intrigue tourne autour d'elle mais ce n'est pas non plus la fille parfaite, bien cliché! Certes, c'est l'élément clé de l'intrigue mais c'est une fille comme tout le monde, à qui on peut s'identifier bien qu'elle soit un mutant.
Il y a aussi Yen, qui est à la fois détestable, énervante, mais géniale! Elle, par contre, est une femme magnifique mais tout de même bourré de défauts!
Pour finir il y a le barde, Jaskier, est génial! Il ajoute un peu d'humour dans ce sombre livre.
A part ça il y a du suspense jusqu'au bout, on ne peut pas lâcher le livre une seconde, les pages se tournent toute seule et il y a tout ce dont on a besoin dans ce genre de livre : amour, combat, etc.
Bonne lecture

par Kyriaan
Le Silmarillion Le Silmarillion
John Ronald Reuel Tolkien   
Une Bible, il n'y a pas d'autre mot pour tenter de résumer le Silmarillion. Toute l'histoire du monde y est décrite dans le détail et c'est encore un moyen de se rendre compte du talent, de l'imagination extraordinaire, de la passion et de la cohérence inimaginable de Tolkien par rapport à son univers. Encore un moyen, aussi, d'être transporté dans un monde si merveilleux et inquiétant à la fois, de le comprendre. On y découvre les origines et le passé de certains personnages emblématiques du Seigneur des Anneaux et parfois de faire les liens entre plusieurs protagonistes [Galadriel qui est la belle-mère d'Elrond, par exemple]. Je qualifiais le Silmarillion de bible plus haut. En effet, en plus d'être incontournable, il possède plusieurs points communs avec la Bible chrétienne (bien qu'à mon sens l'oeuvre de Tolkien est plus intéressant car plus poétique , entre autres) On y retrouve par exemple la création du monde, ce que l'on pourrait comparer au déluge,... Bien sûr comme tout ouvrage de Tolkien, le Silmarillion est ardu à lire, et à comprendre parfois, passant parfois du coq à l'âne tout en faisant appel à ce que l'on a lu précédemment. Il y a beaucoup de personnages et leurs liens entre eux ne sont parfois pas faciles à établir, beaucoup de termes employés sont en elfique ou autre langages, difficiles à retenir. Sans oublier bien évidemment que Tolkien fournit encore et toujours une multitude de détails pour nous faire vivre au mieux les aventures de Fëanor, Beren, Turgon et j'en passe. Etant une oeuvre totalement complète, le Silmarillion contient également des magnifiques illustrations dans certaines éditions, des généalogies bien pratiques, les divisions elfiques, les prononciations,...
Pour lire le Silmarillion, il faut s'armer de détermination, de concentration... Mais aussi de passion. Ne vous en faites pas, celle de Tolkien que l'on sent au fil des pages est contagieuse.
Le Fléau, tome 1/3 Le Fléau, tome 1/3
Stephen King   
Dans ses deux premiers tiers, le Fléau fonctionne à merveille, même si on sent par moments une certaine frilosité dans la description de certains actes pervers suscités par la disparition d'un ordre établi et par le désoeuvrement d'individus se livrant à leurs plus bas instincts. L'écrivain semble plus disert sur les intentions des créatures les plus viles que sur leurs agissements, comme s'il s'apercevait au dernier moment de l'inanité d'un tel voyeurisme. Peut-être les passages rétablis (dont au moins un avait été proprement censuré à l'époque) vont-ils plus loin dans le glauque, le gore ou la violence ? Stephen King, en revanche, fait la part belle aux émotions, aux sentiments, à tout ce qui sourd de l'âme humaine : bons ou mauvais, ses personnages n'agissent jamais sans réfléchir et l'auteur n'hésite jamais à traduire les pensées de tel pyromane dégénéré, tel attardé mental ou tel sourd-muet suspicieux.
La fin, du coup, laisse à désirer. L'accélération est patente, les ellipses temporelles se multiplient, délayant la tension, ralentissant le tempo : la conclusion inévitable, le duel ultime, le Gran Finale se précipitent doucement, et on se demande quelle pirouette pourra bien se produire pour nous surprendre, quelle surprise nous réserve King à la fin. Elle sera, forcément, décevante, presque ridicule par sa tiédeur et ses coups de théâtre, tant les enjeux et le potentiel étaient immenses. On est presque étonnés par l'absence d'étonnement.

par Vance
Le Trône de fer, Tome 3 : La Bataille des rois Le Trône de fer, Tome 3 : La Bataille des rois
George R. R. Martin   
L’été s’achève et comme l’automne, la situation s’endort et s’étiole. Comme on le dit : on récolte ce que l’on sème et les sept Royaumes récupèrent trois rois, alors qu’une comète semble annoncer quelque chose. On y découvre aussi une nouvelle religion qui semble vouloir tuer les anciens et les nouveaux dieux mais quelle est sa puissance ? Nous ne le savons pas encore. La bataille des rois est nouée d’intrigues, laissant au second plan quelques-uns des grands personnages pour se pencher sur de nouveaux ou sur ceux qui n’ont pas eu de grande importance auparavant. De tableaux nouveaux en tableaux nouveau, on demeure le souffle coupé, dans un calme précédent la tempête. L’échiquier est toujours en route, il se déploie et l’on sent que l’on n’est encore qu’au début de la partie.

par Kore