Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Celiac98 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Jamais plus Jamais plus
Colleen Hoover   
Ok, vous êtes prêts ? Oubliez tous les livres que vous avez pu lire de Colleen Hoover. Oubliez toutes les romances, tous les personnages qu'elle a créé. Plongez dans ce livre à l'aveugle. Ne lisez pas d'extraits. Si vous pouvez l'éviter, ne lisez pas le synopsis non plus. À vrai dire arrêtez tout de suite de lire ma critique et foncez en librairie acheter ce livre.
Il va vous détruire. Il va vous reconstruire. Il va vous changer comme peu de livre en sont capables. Il va vous pousser à vous questionner sur ce que vous pensez réellement, vous incitez à revoir vos points de vu. Il va vous offrir du recul sur des situations qui vous paraissaient inéchangeables. Il va vous donner envie d'hurler et de pleurer. Il va faire battre votre coeur à toute allure. Il va tout simplement vous donner l'impression d'être dans la peau de Lily, de partager ses joies, ses doutes, ses peurs, ses peines, ses amours. Son humanité. Lily n'est pas votre héroïne que vous rencontrez dans la plupart des livres, celle qui a réponse à tout et qui fait les bons choix aux bons moments. Lily c'est vous. Vous n'êtes plus spectateur, vous êtes acteur. Vous êtes les défauts du personnage, et vous êtes ses forces. Vous êtes les choix qu'elle fait. Vous allez en comprendre certains et en rejeter d'autres. Vous êtes embarquer dans cette quête de vérité car ce n'est plus Lily qui cherche a découvrir cette vérité mais c'est vous aussi. Et vous voulez la connaître peut-être encore plus que Lily. Voilà ce qui fait la force de ce livre. Vous tirez autant de leçons de ce livre que les personnages eux même, peut-être même encore plus. Tellement d'émotions, tellement... Si vous n'êtes pas affectés ne serait-ce qu'un minimum par les mots et l'histoire de ce livre, alors vous n'êtes pas humain.
Je ne saurais le répéter, et je ne suis pas la seule à le dire, évitez les spoilers à tout prix. Rien que connaître le sujet du livre vous gâchera l'aventure, et ce livre mérite d'être respecté à sa juste valeur. Personne ne peut avoir la même réaction face à ce livre, et il est indispensable qu'il soit seulement découvert par vos propres yeux pour que vous en compreniez la profondeur. Ayez confiance en lui. Ayez confiance en Colleen Hoover, je vous promets que vous ne serez pas déçu. C'est une magnifique histoire comme on en voit peu. Je n'ai jamais lu une dédicace aussi intense, poignante et émouvante que celle que nous offre Colleen à la fin. Bravo madame pour ce chef d'œuvre.
Maybe, Tome 1.5 : Maybe Not Maybe, Tome 1.5 : Maybe Not
Colleen Hoover   
Bien que se soit un tout petit livre, quel plaisir j'ai eu de me replonger dans l'ambiance de Maybe Someday !

Je ne vais pas vous faire tout un commentaire sur Maybe Someday sinon on y passerait des heures. Mais en bref : c'était mon énorme coup de coeur de tous les temps !! Je n'avais encore jamais ressenti ça pendant une lecture, Colleen Hoover est tout de suite passée sur la première place du podium.

C'est pour vous dire que j'avais hâte de me plonger dans la tête de Warren, étrange colocataire et de Bridgette très chiante colocataire.
Mais on en sait enfin plus sur eux, sur leurs failles etc...
En plus de cela c'est très plaisant de suivre l'humour un peu casse-bonbon de Warren, j'aime bien !

L'histoire est plutôt courte mais agréable tout de même !

Bien sûr je ne vous cache pas que j'étais en mode euphorie OMG quand le personnage de Ridge ou Sydney apparaissaient.

Je crois que c'est donc la dernière porte qui était ouverte sur le monde de Maybe Someday ! Mais je n'hésiterais en aucun cas de les rouvrir !

par lois21
Nos faces cachées Nos faces cachées
Amy Harmon   
Ce livre est terminé.
Une larme au coin de l'oeil.
Un coeur remplit de chaleur.
Et l'impression que ce livre m'a changé.

C'est l'histoire de la vie, des souffrances, de la mort, de nos âmes belles ou laides, de la vraie beauté, de l'amour et de tous ses sentiments qui nous dépassent.

On trouve dans ce livre, des personnages aux grands coeurs, qui nous font rire, et pleurer.
Des personnages honnêtes, et qui voient la vie comme elle est.
Des personnages qu'on aiment parfois un peu trop...

Fern, la jeune fille qui a peur de son visage, qui a peur de son corps, qui croit être laide. Un personnage grâce à cela au grand coeur, qui aide toutes les personnes qui l'entoure. Une jeune fille qui aime lire et écrire comme nous. Comme c'est dit dans le livre, elle est un Miracle.
Ambrose, le beau garçon...
Non, pour sa beauté mais pour ce qu'il est à l'intérieur, c'est ce qui le rend beau. Il est intelligent, et cite Shakespeare. Au fur à mesure du livre, il apprend des choses qui le rend meilleurs.
Bailey, le plus amusant, intelligent.
Celui qui restera sûrement le plus dans ma mémoire.
Rita, la jeune fille magnifique. Qui a croisé des personnes sur sa route qu'elle n'aurait pas dû croiser, et l'a rendue forte et indépendante.

Souvent, on peut lire des souvenirs, ce qui est vraiment important car ça nous fait aimer encore plus les personnages. Ces souvenirs deviennent mes souvenirs et restent à tout jamais graver dans ma mémoire.

Dans le livre, on cite beaucoup de chansons, je vous conseille de les écouter en les lisant. On a presque l'impression d'être dans la pièce avec eux et d'être un nouveau personnage; c'est très amusant.

Conclusion, on nous apprend qu'il faut regarder par dessus l'apparence pour voir ce qu'il y a dans le coeur des gens. Pour voir enfin la lumière des âmes qui nous entourent et qui nous éblouissent parfois.
Car souvent les personnes qu'on croient les meilleurs sont souvent les pires.

par Ayat
L'héritière de Jacaranda L'héritière de Jacaranda
Tamara McKinley   
Ce livre retrace une saga familiale du début du XIXème siècle en Angleterre jusqu'à nos jours en Australie.
C'est l'histoire d'une famille et d'un vignoble créé avec le sang et la sueur des pionniers dans le bush australien.
Jock Witney, le patriarche vient de s'éteindre. Après son départ il laisse l'entreprise en péril et la famille doit trouver une solution. Les destins familiaux de plusieurs générations s'entrecroisent dans le récit et on découvre divers liens familiaux, les secrets de famille et une malédiction tzigane.
A lire pour la connaissance de l'Australie,de l'installation des premiers colons.
J'avoue que les destins mêlés de la famille sont parfois difficile à suivre car l'histoire est racontées sur plusieurs générations........

par SARA81
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites
Marc Levy   
Ce livre est très beau. Beaucoup de rebondissement, donc on s'ennuie pas. Les relations qu'entretiens Julia avec son père, Tomas ou encore Stanley sont très touchante ! J'espere que "Mes amis Mes amours" sera aussi bien, et beau que celui çi ! :)


par Mariine
L'Infini + un L'Infini + un
Amy Harmon   
http://wandering-world.skyrock.com/3264715576-L-INFINI-UN.html

Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. Cette histoire m’a fait vivre de véritables montagnes russes émotionnelles. Moi qui ai habituellement beaucoup de mal avec les romances, je me surprends à être complètement et irrémédiablement tombé amoureux de celle-ci. Amy Harmon nous livre ici un récit spectaculaire et bouleversant. Je crois que L’INFINI + UN est responsable des cernes que j’ai affiché ces derniers jours à la fac tant il m’était impossible de lâcher le roman une fois que j’y replongeais avant d’aller dormir. J’ai adoré Bonnie et Finn, leur aventure, l’écriture de l’auteure et toutes ces histoires de théorèmes et de paradoxes mathématiques. L’INFINI + UN est définitivement une magnifique découverte et un livre hors-du-commun.

La force de cette histoire réside évidemment dans ses deux principaux héros : Bonnie et Finn. Je peux certifier qu’en l’espace d’une soirée et de quelques chapitres, j’étais déjà inexorablement attaché à eux et dépendants de leur personnalité. Ils sont tous les deux tellement humains, tellement écorchés et tellement passionnés qu’ils m’ont tout simplement touché en plein cœur. J’ai adoré découvrir, au fil de l’histoire, leurs souvenirs, leurs fissures, leurs expériences, leurs douleurs et leurs projets. Bonnie et Finn possèdent quelque chose de rare et d’hyper saisissant en eux. A mes yeux, ils n’étaient pas que de simples personnages de papier ou des mots imprimés à l’encre noire, loin de là. Pour moi, ils étaient physiquement présents à mes côtés. J’assistais visuellement à leur aventure. Vraiment. C’est quelque chose de très compliqué à définir et à retranscrire tant c’est une expérience sensorielle et purement émotionnelle. Séparément, Bonnie et Finn sont extrêmement renversants et fascinants. Ils sont à la fois très différents et inséparables. Nous sommes liés à l’un et à l’autre mais pour des raisons variées. L’auteure possède vraiment un don pour conférer à ses personnages des traits de caractère réalistes et auxquels on croit sans hésiter une seconde. Néanmoins, s’ils sont déjà irrésistibles lorsqu’ils progressent séparément, ensemble ils deviennent tout simplement dévastateurs.

En effet, le rapprochement Bonnie/Finn sur le plan sentimental prend un peu de temps (chose que j’ai trouvé parfaite, tout ne se fait pas d’une seconde à l’autre et n’est pas mielleux ou niais). Une fois que le duo a pris ses marques, L’INFINI + UN gagne en intensité. J’ai complètement craqué pour la manière dont Finn et Bonnie se raccrochent l’un à l’autre pour garder la tête hors de l’eau. La connexion qui s’établit et s’épanouit entre eux prend littéralement vie sous nos yeux. De plus, l’aspect road-trip du roman m’a totalement pris au dépourvu et m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai adoré parcourir les différents états de l’Amérique à leurs côtés. Bonnie et Finn se livrent à nous petit à petit, on découvre vraiment les différentes facettes de leur personnalité graduellement et j’ai trouvé que cela apportait une vraie consistance au récit. L’INFINI + UN est avant tout l’histoire de deux êtres perdus et brisés qui veulent se reconstruire et, fatalement, j’ai été époustouflé et pris aux tripes par cette idée de la première à la dernière page.

Le petit plus de ce roman se cache dans toutes les réflexions qu’il recèle et dans son caractère hyper addictif. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais ce récit m’a véritablement envoûté. L’écriture d’Amy Harmon est vraiment parfaite, sans aucun défaut, juste, précise et saisissante. Par ailleurs, l’auteure a décidé – à juste titre étant donné la personnalité de Finn – d’intégrer, dans cette histoire, de nombreuses explications au sujet de certains théorèmes et paradoxes mathématiques. J’ai tellement, tellement aimé ça. Croyez-le ou non mais je me suis retrouvé à regarder des vidéos sur Youtube à propos de certains de ces paradoxes tant j’ai adoré les concepts exposés par l’auteure. On sent bien qu’il y a tout un travail de réflexion et de préparation derrière ce roman. Tout est parfaitement bien orchestré et minutieusement prévu. Les surprises s’enchaînent avec un rythme sans fausse note et, jusqu’à la fin, tout est mis en place pour nous couper le souffle. Les dernières pages, à l’instar du livre entier, m’ont complètement satisfait. L’INFINI + UN ne possède donc, à mes yeux, aucun point noir.

En conclusion, L’INFINI + UN est une lecture époustouflante et un coup de cœur que je n’avais absolument pas vu venir. Faire la rencontre de Bonnie et Finn a été un véritable honneur et je dois bien reconnaître que ce duo embrasé et embrasant me manque déjà énormément. Amy Harmon est parvenue à les rendre terriblement humains, touchants et lumineux, ce qui fait d’eux des protagonistes rares et prodigieux. Du début à la fin, ce road-trip m’a complètement renversé et m’a fait oublier comment respirer. Un récit enfiévré et foudroyant sur lequel je vous conseille de vous jeter sans plus attendre !

par Jordan
Les Pages de notre amour Les Pages de notre amour
Nicholas Sparks   
Quel livre splendide...
Ces 212 pages m'ont transporté dans un autre monde; un monde où l'amour est plus fort que tout.
Je suis tombé amoureuse du personnage de Noah qui est... génialissime.
Allie est plus complexe: mais le déroulement de leur histoire m'a tout simplement scotché.
Un livre à lire, lire et relire.

par Rachel
L'Art de Mon voisin Totoro L'Art de Mon voisin Totoro
Hayao Miyazaki   
Un ouvrage très instructif sur les coulisses de "Mon voisin Totoro". C'est très intéressant de voir le travail pour arriver jusqu'à à l'oeuvre finale. Les croquis et les aquarelles sont superbes !

par Miney
Qualia under the snow Qualia under the snow
Kanna Kii   
On y rencontre Akio Kobayashi, un jeune homme de vingt quatre ans qui a une véritable passion pour les fleurs. Il est assez renfermé sur lui-même, et n’a pas vraiment d’amis. On voit d’ailleurs qu’à la fac, il ne parle à personne, sauf à une personne qui, je pense, est un professeur. Il mange d’ailleurs avec lui. Il préfère la présence des plantes que celles des personnes, et il ne fait donc pas d’effort pour se sociabiliser, puisqu’il n’en a pas envie. On apprends qu’il a des soucis depuis tout petit. Son père est parti lorsqu’il était à la maternelle, son père qui était un grand… coureur de jupons ? Il trompait sa femme, la mère de Akio, très souvent. Il a fini par partir, et la maman de Akio a voulu le suivre pour le reconquérir. Il s’est donc retrouvé avec sa grand mère et sa soeur, et n’a plus eu de nouvelles de ses parents. Malgré le fait qu’il déteste son père, il fume des cigarettes très vieilles, qui s’avèrent être la marque de cigarettes que son père consommait. Il a un attachement certain à son passé, et on comprends que c’est pour cela qu’il a du mal à faire confiance aux autres. C’est un personnage très terre-à-terre, touchant, qui m’a beaucoup plu. C’est le personnage qui était censé être asexuel, d’après certaines personnes, mais le mot n’est jamais mentionné. On peut supposer qu’il est ace, tout comme on peut supposer qu’il est aromantique vu ses paroles, mais il n’y a pas de confirmation. Et j’en attendais…



Ensuite, il y a Umi Ôhashi, un étudiant un peu plus jeune que Akio, qui s’attache très rapidement à lui. C’est un jeune homme qui a une manière de vivre totalement différente de celle d’Akio. Il couche un peu avec tout le monde, enfin, des hommes. Il n’a pas de critères de sélection, il se laisse aller du moment que la personne est gentil avec lui. Il y a une raison, une raison personnelle et amoureuse. Derrière cette carapace de personne qui adore coucher à droite à gauche, se cache un coeur qui a souffert. Il n’a pas sû gérer une déception amoureuse. Il n’a pas sû gérer le départ de celui qu’il aimait. C’est un personnage très mignon, attachant là aussi. Il ne force jamais Akio à accepter mais surtout découvrir son mode de vie, il comprends que certaines personnes sont plus distantes que d’autres par rapport aux relations humaines. Il est touchant lorsqu’on apprends à le connaître, et je me suis bien trop identifiée à lui au moment où il y a les chats.



Il y a plusieurs personnages secondaires qui ont leur importance. Les parents de chacun, leurs soeurs aussi. La famille de l’un et de l’autre, quoi. Il y a aussi les amants de Umi, qui ont du mal à comprendre le fait qu’il ne souhaite qu’une nuit avec eux, qui forcent un peu. Mais le récit reste majoritairement sur l’histoire d’Umi et Akio.



La fin est assez confuse, je trouve, je crois qu’on peut appeler ça une fin ouverte, une grande première dans un manga, pour moi. Je ne suis pas contre les fins ouvertes, mais là, j’avoue être un peu.. frustrée et surprise ? Je ne suis pas sûre de tout comprendre, et j’aimerai une suite, peut-être un peu moins longue que ce manga.



La passion pour les fleurs est très bien exploitée, très poétique, j’ai adoré.

La relation qui se développe est elle aussi un peu confuse, mais très jolie. C’est vraiment très mignon, et je pense que c’est un excellent Yaoi pour débuter dans ce genre, parce qu’il n’y a aucune scène de sexe. On en parle, oui, mais elles sont passées, il n’y a pas de dessins descriptifs.

D’ailleurs, je suppose que les dessins ne plairont pas à tout le monde, mais personnellement, je suis tombée amoureuse de ces dessins ! Très jolis coups de crayons.



En bref, une petite lecture bien sympa, qui ne romantise pas le viol, c’est toujours bien de le souligner quand c’est le cas, haha. Des personnages mignons et absolument pas clichés. Une relation un peu ambigüe, le manque d’étiquettes m’a peut-être un peu perturbé. Mais c’est sans doute un livre que je prêterai à ma petite soeur pour qu’elle découvre les Yaoi sans avoir des dessins de scènes de sexe. Une mangaka que j’ai envie de découvrir encore un peu plus, pour ses dessins au moins.