Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Celine-241 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le jour où j'ai appris à vivre Le jour où j'ai appris à vivre
Laurent Gounelle   
Absolument génial, j'ai adoré.
Ce livre ne fait que remettre en question le personnage principal Jonathan. Moi aussi ça m'a interpellé et quand j'ai eu fini le livre, je suis resté un moment à me demandé ci je ne m'était pas perdu un peu en route moi aussi et la réponse fût comme une évidence. Il y a plusieurs phrases dans ce livre qui font réfléchir mais j'aime celle ci ''' La nature nous rend ce que la société nous à confisqué.'''' Ce livre est un roman, une fiction mais on y retrouve tellement de chose vrai. Nous vivons dans une société de consommation abusive, il faut toujours le dernier cri en téléphonie ou vêtement et si tout simplement nous nous contention pour une fois de vivre sans regarder à travers une vitrine. C'est décidé je commence aujourd'hui.

par MARIANE16
La Petite Boutique des Horreurs La Petite Boutique des Horreurs
Nolween Eawy   
Je remercie Lilian ainsi que la maison d'édition l'ivre-book pour l'envoi de ce livre en numérique. J'avoue que c'est uniquement la couverture (donc le titre et le fait qu'il soit dans l'imaginarium) que j'ai décidé de le demander. Je ne suis pas déçue.

C'est un livre particulier dans le sens où il s'agit plutôt de nouvelles qui se suivent, ont un fil conducteur avec des personnages que l'on voit passer dans l'une ou l'autre sans pour autant avoir une seule voie. Nous débutons avec un premier texte où un ange raconte ce qui lui est arrivé. Sa douceur, sa présence, sans qu'elle ne le veuille a fait beaucoup de mal. Ce mal qui ronge dorénavant un autre personnage et qui le fait payer. Cet ange qui rêvait de devenir humaine prend conscience de tout ce qui est dans l'esprit humain. La sagesse fait bien pâle figure en comparaison des pensées impures qui peuvent provenir sans qu'on s'y attende. À partir de ce moment, celui où l'ange décide de revenir en arrière, de petites choses se mettent en place.

Plusieurs histoires qui au final ont un but commun. Non je ne dirais rien, juste que c'est fascinant de lire l'écriture de cet auteur, que je ne connaissais pas et que j'ai beaucoup apprécié. C'est une manière de voir les choses, de découvrir une histoire sous une autre forme que la traditionnelle. Il y a un lieu qui revient : une boutique. Jamais la même devanture, jamais les mêmes produits, mais une personne qui vend des objets à des clients, sans réellement prendre l'argent. Ce qui est très sympathique, c'est que cette boutique n'ouvre que lorsque que le "client" est devant la porte. Et elle disparaît après le passage, une fois l'achat terminé. Il ne reste plus que les murs et un vague sentiment désagréable sans trop savoir ce qui s'est réellement passé.

Le fantastique est présent, par le biais de l'ange, mais aussi de petits objets qui s'amusent aux dépens de leur propriétaire. Le miroir est mon préféré pour la simple et bonne raison que je fais bien de ne pas me regarder dedans. Un objet tout simple qui, si on lui donne sa chance, peut détruire n'importe qui. Il y a également cette boite à musique, si douce, si gentille, si... comment expliquer qu'une boite à musique qui paraît si innocente peut receler autant de contradictions en elle ? Des objets communs, qui peuvent servir à tout le monde et qui pourtant ont été crée, donné, acheté et qui ont un but... Ce but n'est pas évident à trouver au départ, comme le pourquoi tout cela. Jusqu'à certains détails qui s'accumulent.

L'histoire est à la fois déjantée et sérieuse. Comment une personne peut mettre à mal l'esprit d'une autre ? L'explication vient au fur et à mesure des pages. Et puis il y a Sam, flic de surcroit. Il est un élément clé de tout ce qui se passe. C'est même le point central. Une enquête, un tueur au sapin qui le nargue. Des femmes qui disparaissent pour être retrouvées dans des états lamentables : mortes, brûlées, violées dans le désordre. La noirceur des actes et des paroles est pesante, pourtant il y a cet humour noir (très noir) qui allège.

Chaque "nouvelle" apporte un élément qui nous amène vers une fin inéluctable. Après tout ce mal, il ne peut y avoir d'autres final. Il y a un peu de répétition dans les actes, une histoire qui continue en passant par des personnages qui ont des soucis. À force de montrer du doigt là où cela fait mal, on se focalise dessus en oubliant tout le reste. L'auteur arrive à montrer tout ce qu'il y a de plus malsain dans un être pur et inversement.

En conclusion, une histoire qui allie le fantastique à la mort de manière originale. Un peu d'horreur, un peu de noirceur, un peu d'espoir rapidement étouffé, des personnages qui décoiffent. Un petit coup de cœur pour Gracie qui est vraiment terrible dans son style.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-petite-boutique-des-horreurs-nolween-eawy-a148905502
Une douce lueur de malveillance Une douce lueur de malveillance
Dan Chaon   
Quelle œuvre étrange ! Il m’a fallut un moment afin de savoir si je l’avais apprécié ou non. Le roman en lui-même est tellement spécial que l’on se pose réellement cette question, à la fin. C’est un mélange de thriller, de polars, de littérature contemporaine et de roman noir. Ce qu’on appelle un « fourre-tout ». Mais ce « fourre-tout » là, fonctionne plutôt bien après réflexion. Évidemment, ceux qui ne sont pas adeptes des romans noirs, je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin. Parce que celui-ci l’est particulièrement ! 
En lisant les premiers chapitres, je me suis dit que ce roman avait tout pour me plaire : des chapitres courts, un rythme très soutenu, un meurtre … Banal, mais qui fonctionne toujours ! Puis, ça a dérapé dans un genre que je n’avais jusque-là jamais vu : des textos insérés dans l’intrigue, des tableaux, des lettres, des émoticônes … C’était bizarre, et je dois l’avouer, parfois ça m’a vraiment coupé de l’intrigue. J’avais souvent l’impression d’être droguée en même temps que les protagonistes, ce qui était assez déconcertant. J’ai vraiment eu l’impression d’avancer dans un compact brouillard, parfois sans que ma lampe frontale ne me soit d’aucun secours. Pourtant malgré cet épais brouillard, on comprend vite (trop vite, et je le regrette) l’identité de Jack Daniels. Si l’histoire de Rusty et Dusty nous surprend (simplement parce qu’on nous a poussé à penser à cette solution), ce n’est pas le cas de celle-ci. Le côté sombre de l’histoire aurait été encore plus exacerbé avec une autre solution. D’ailleurs parlons de sa noirceur. Entre les meurtres, les disparitions, la drogue, le sexe et les rites sataniques, on est servi. Mais qu’à cela ne tienne ! À ça, l’auteur ajoute une ambiance glauque digne de la Louisiane. Moi qui trouve généralement que les romans noirs n’en font pas assez, je me suis retrouvé contenté. Les allusions au « Seigneur des anneaux » ne suffiront pas à alléger le ton de l’œuvre (le pieds de Frodon et dame Galadriel ne font pas le poids).
Côté personnage, que dire ? Je ne me suis attaché à aucun d’eux … Et étrangement, pour la première fois, j’ai aimé ça et c’est, je pense, ce qui l’œuvre encore plus noire qu’elle ne l’est déjà. Chacune des personnalités des personnages est bien travaillée. Cela-dit, je regrette un peu la facilité utilisée par l’auteur : un enfant maltraité qui en maltraite un autre, fait automatiquement de lui un « maltraiteur » … Non, c’est faux ! Pas tous les enfants abusés ou maltraités ne reproduisent le schéma familial. Puis, cette famille dans son ensemble m’a semblé particulièrement malsaine. Des nièces, aux grand-parents. 
Autre fait qui m’a légèrement dérangé, c’est que je n’ai pas eu l’impression de changer d’années selon les narrateur. J’ai continué à évoluer à l’époque où Rusty et Dusty étaient petits, et jamais le paysage les entourant n’a changé dans mon imaginaire. 
À la fin, je me suis dit : « Noooooooon, il peut pas s’arrêter comme ça ! » - « Eh bien » (comme dirait Dusty), si ! Ça s’arrête comme ça. J’étais un peu blasée par la fin, mais j’ai fini par accepter en me rappelant qu’on était en plein roman (plus que) noir et que, donc, cette fin avait une certaine logique. 
En résumé, j’ai aimé ! C’est particulier, ça change, ça dérange, ça fait un peu froid dans le dos … Mais surtout, ça marque les esprits ! Et c’est avec ça que l’auteur a tout gagné. Parce que lire ce roman, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, une chose est sûre : on ne l’oublie pas !
La Disparue de la cabine n° 10 La Disparue de la cabine n° 10
Ruth Ware   
Ce livre partait très bien avec l'originalité d'un huit clot sur un bateau. A celà s'ajoutait une tension psychologique bien mené. Pourtant j'en garde un gout de deception, il manquait un petit plus pour en faire un très on thriller.

par Lilith86
Le Vase rose Le Vase rose
Eric Oliva   
L'avis d'Esméralda :

Je dois dire que le début du roman a tout pour bouleverser, surprendre et intriguer. Frédéric Caussois est anéanti par cette disparition qui n’aurait jamais dû être. Comment surmonter cette épreuve ? Comment continuer à vivre après ça ? Les images hantent son esprit jour et nuit. Les traitements médicamenteux et l’alcool sont autant de moyens de distraction qui pourtant ne lui permettent en aucun moment d’oublier. Seul, perdu, sa femme partie, il tourne en rond, rumine et plonge irrémédiablement vers l’enfer. Son cauchemar est un calvaire sans nom. Las du silence radio du gendarme en charge de l’enquête, il ne supporte plus de ne pas savoir.


Bénéficiant d’une occasion inespérée, le destin met sur sa route une jeune femme qui va le soutenir bien plus que nécessaire. Une certaine complicité va les lier petit à petit alors que Fred continue à remuer ciel et terre pour enfin débusquer le responsable de cette atrocité. D’actions en actions, les éléments apparaissent pour un dénouement loin d’être évident.


Je pense que mon avis sur LE VASE ROSE va être assez court car je ne veux nullement te spoiler ce thriller assez hallucinant. Je pense avoir imaginer tous les coupables potentiels sans bien sur mettre le doigt sur le véritable coupable. J’ai quelque peu été déstabilisée par ces deux rebondissements finaux. Je crois bien être restée cinq longues minutes devant ma tablette bouche bée entrain de me remémorer l’histoire et de savoir où j’avais louper le coche. Et bien non, je n’ai rien raté ! Moi qui adore les surprises, et bien j’ai été largement gâtée.


Les personnages sont percutants. Leurs démarches sont acceptables et bien sur, biens fondées. Que feriez vous pour savoir enfin cette vérité ? N’hésiteriez-vous pas à tenter l’impossible ? Et c’est sur ce dernier point que l’auteur invite son lecteur à la réflexion. Il vient titiller ta conscience et ta morale. Il te met face à l’improbable, au surréaliste, à la violence du cœur et de la raison. Y a -il une frontière entre le bien et le mal lorsqu’on est victime ? Eric Oliva met parfaitement en évidence cette désolation, cette perdition. Il ose déranger son lecteur par des moyens peu scrupuleux rendant la lecture psychologiquement très intense. Et le résultat est plutôt pas mal et surtout très intéressant.


Eric Oliva fort de sa plume talentueuse, t’immerge dans un cauchemar sans nom et psychédélique. La lecture fut addictive et surprenante mais le final me laisse un petit goût amer : je m’étais faite à l’idée initiale et j’ai eu du mal à encaisser ce genre de dénouement qui néanmoins, d’autres lecteurs trouveront génial.


Belle découverte ! Un thriller aux atouts psychologiques non négligeables.
Au-delà d'un destin Au-delà d'un destin
Jean-Marc Dhainaut   
http://carnet-de-bord-litteraire.over-blog.com/au-dela-d-un-destin-de-jean-marc-dhainaut
Ma première impression :
1ère critique en partenariat avec l'auteur
Lorsque j'ai reçu son livre, j'ai tout de suite été enthousiasmée, que ce soit par le titre " Au delà d'un destin" qui sonne bien à l'oreille (ce n'est pas le plus important certes mais c'est toujours un petit plus ) ou encore le résumé, qui me semblait intéressant.
J'avais un peu peur d'être déçue au vu du sujet traité : les voyages dans le temps, thème  assez récurrent dans les films, plus que dans les romans. Ce n'est pas un sujet évident ni même logique et la plupart des lecteurs ont tendance à préférer des histoires auxquelles ils peuvent s'identifier. De plus combien de romans fantastiques ne m'ont pas dégoûté avec une fin complètement tirée par les cheveux...
Mon avis: 
Mon bilan concernant ce roman est assez positif.
Tout débute avec une scène de présentation à la Zola ( mais avec un point de vue omniscient). Très bien (d)écrite, elle nous permet de nous situer dans le contexte et de nous habituer aux personnages. Je regrette cependant l'absence de certains protagonistes qui s'ils sont souvent évoqués, ne sont "presque" jamais présents (ex : Sophie...).
Parlons maintenant de Maxime, le personnage principal sur lequel j'ai beaucoup de choses à raconter. Son défaut principal est sa simplicité. Certaines de ses remarques hors propos sont compréhensibles en début de roman mais deviennent à la longue répétitives (l'utilisation du eh... bref).
 
D'un autre côté, j'ai beaucoup aimé ses réflexions sur le Moyen Age, entre la réalité et notre perception de cette période ( la saleté, la nourriture...). On distingue une véritable recherche derrière ces informations. Ses réactions sont parfaitement adaptées à la situation, on sent qu'il est paumé, ses connaissances sur l'époque sont comme beaucoup de monde assez basiques. Un tas d'éléments nous permettant de s'identifier à lui. 
Les personnages les plus attachants restent Bertrand ou encore Adeline.
Pour ce qui est de l'intrigue, elle se divise en deux parties :
1. L'intrigue moyenâgeuse
2. Et l'intrigue globale, qui est le fil conducteur. 
 
Commençons par l'intrigue moyenâgeuse, riche en émotion ( même si je suis un peu restée sur ma faim, je ne me sentais pas complétement dans la peau de Maxime). Pour ne pas spolier, je ne vais pas épiloguer mais nous y retrouvons un concentré : de sentiments (dont la vengeance), d'actions, et de découvertes. 
Quant à l'intrigue globale, elle se résume en quelques grandes questions : "Pourquoi Maxime est là?", "Et comment y est-il arrivé ?". 
Notre principale source de réponses est un homme qui apparaît et disparaît tout le temps et ça c'est très énervant. J'avais dû mal à y croire et cela me frustrait un peu, car de nombreuses interrogations planaient. La plupart des explications viennent à la toute fin du livre donnant une impression de fouillis, j'aurai aimé que cela soit plus étalé. Pour ce qui est de la résolution de l'histoire en elle même, elle est assez logique et reste plausible. Il y a cependant quelques zones d'ombre qui m'ont laissées assez perplexe. 
Par exemple, où est passé Jean (son esprit précisément) ? Où pourquoi l'homme pouvait le faire voyager dans le temps et pas les autres morts?
Peut on imaginer une suite ?
En conclusion:
Un bon livre fantastique avec une intrigue rondement menée et une fin assez logique, mais qui laisse quelques questions en suspens... Le thème du voyage dans le temps est traité d'une façon originale.

par PlumeVive
Les Prières de sang Les Prières de sang
Jean-Marc Dhainaut   
Je remercie Babelio, ainsi que la maison d'éditions Taurnada pour cette nouvelle découverte, par le biais de la dernière masse critique. Ce qui m'a d'abord attiré c'est la maison d'édition, je sais que je vais tomber sur une valeur sûre. Je n'ai jamais été déçue par un de leurs livres et cela se confirme de nouveau. La couverture appâte, il faut bien le dire pour tout lecteur qui aime le surnaturel. Puis vint le résumé. En d'autres termes je sentais que j'allais passer un bon moment. C'est gagné !

1986, une étudiante infirmière, Céline, achète une armoire dans un vide-grenier. Quelques mois plus tard, Mina, l'assistante de Alan, reçoit un coup de fil de sa part : elle a besoin d'aide car sa maison semble être habitée. Hors il n'y a qu'elle et son chat qui y vivent. Des bruits étranges la nuit la réveille. La peur est permanente. Pour une jeune femme enceinte de surcroit, se reposer devient de plus en plus difficile. Elle ne rêve plus que de passer ses nuits ailleurs et va jusqu'à prendre une chambre d’hôtel. Pour Mina, c'est qu'il y a quelque chose chez elle. Pour Alan, c'est plus complexe, pensant d'abord aux divers changements que Céline a effectué. Ce n'est pas sans mal que Mina le pousse à partir un weekend là-bas pour y voir plus clair. L'arrivée semble tranquille, pourtant, cette armoire recèle bien plus qu'un simple "esprit" : une clé !

Et quelle clé ! Mais passons sur ce détail. L'auteur a un duo de personnages attachiants et attachants. Alan Lambin a 44 ans, spécialiste dans le paranormal. Il n'est pas l'un de ceux qui trafique ses vidéos pour obtenir un nom véreux. Il est de ceux qui reste sceptique par moment, mais sait comment faire pour refouler les esprits d'une maison, ou autre. Mina Arletti, 46 ans est son assistante, médium de surcroit. Elle voit, ressent et aimerait bien que son patron l'écoute un peu plus. Tous deux forment une équipe qui marche, ne mêlant pas les sentiments entre eux. Et pourtant, depuis 3 ans qu'ils travaillent ensemble, leur cœur est pris dans les mailles du filet, sans pour autant qu'aucun d'entre eux ne le dévoile. Les "esprits" gardés au chaud dans cette armoire ne sont que des résidus. Il faut que Alan et Mina creuse plus profondément pour découvrir ce qui se passe avec.

La recherche de la provenance de cette armoire les envoie vers le monastère dans la même ville. Ce vieil monastère qui a vu passer des générations de moines et de Templiers. L'histoire recèle des trésors d'Histoires avec le grand H. Certains faits restent de l'imaginaire, d'autres de témoignages. L'auteur nous apporte les éléments sans que nous réussissions à trouver comment les combiner les uns aux autres. Et puis plus nous avançons dans le récit, plus de petites choses sont gênantes. Qui est ce petit garçon qu'Alan voit souvent ? Que s'est-il passé au 14ème siècle pour que les habitants du monastère soient encore emprunt d'une nostalgie qui ne peut pas leur être propre ? Quel est le lien entre tous les événements passés chez Céline et le monastère ? Vous me direz : l'armoire magique de la sorcière blanche ? Oups, je me trompe de livre, nous ne sommes pas à Narnia ! L'armoire a un pouvoir certain sur son propriétaire.

Les phénomènes paranormaux restent dans le domaine du réaliste. Je demanderais bien qui n'a jamais rêvé de participer à cette chasse aux fantômes mais je ne suis pas certaine que vu comment les événements tournent, cela soit de bons augures. Si au départ il n'y a "que" des voix, des murmures, le froid, des frôlements, cela devient de plus en plus coriaces allant jusqu'à faire voler ou disparaitre des objets. Les présences sont partout. Je ne suis pas peureuse de nature, j'avoue que ce livre ne m'a pas fait peur, mais pour plus sensible il est certain que des frissons de peur s'amuseront à se promener le long de la colonne vertébrale. L'angoisse est bien présente de part les réactions des fantômes, mais aussi des découvertes macabres qui ne datent pas toutes d'hier.

Un point que j'ai beaucoup apprécié, cela se passe entre le Normandie et la Bretagne et à un moment Alan parle même d'une ville de l'Aisne. Connaissant bien ces recoins car étant moi-même de Bretagne et vivant en Picardie dorénavant, c'est très agréable de voir des auteurs se promener dans des lieux méconnus pour la plupart. Un autre c'est le fait de retourner dans le passé. Les années 80 m'ont remonté bien en arrière (oui j'étais née :p) La manière de communiquer, le fait que les ordinateurs et les téléphones portables n'étaient encore que des ébauches pour l'un ou l'autre. Pourtant, nous pouvions communiquer ! Oui, en frappant aux portes, en allant voir les gens ! Un véritable exploit. Le personnage de frère Oscar est bien mené, tout comme celui de frère Laurent. Des seconds rôles qui apportent plus de questions que de réponses.

Seul petit bémol, la relation "amoureuse" entre Alan et Mina. J'ai beaucoup apprécié la façon dont ils se cherchent, se chamaillent comme des enfants. Ils ressentent des choses entre eux, cela se voit, se lit, se ressent. Leurs gestes l'évoquent sans problème. Le seul petit point qui m'a chagriné c'est la façon dont l'auteur en parle souvent du fait qu'ils ne se sont pas déclarés mutuellement. Personnellement je préfère suivre cette chasse aux fantômes.

En conclusion, une histoire paranormale angoissante, avec de belles descriptions sur les phénomènes. Un duo de choc qui n'est pas toujours d'accord mais qui arrive toujours à s'unir contre le pire. J'ai passé un très bon moment de lecture, je le recommande, en plus il est à petit prix.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-prieres-de-sang-jean-marc-dhainaut-a151032854
La Maison bleu horizon La Maison bleu horizon
Jean-Marc Dhainaut   
Belle découverte.

1985, en quelques jours la vie de Alan Lambin "chasseur de fantômes " va changer. Son point de vue sur son métier et sur la vie après la mort également.

A la veille d'une tempête de neige Alan reçoit un appel de détresse d'une mère de famille dont le mari a disparu et depuis il y a des manifestations étranges chez elle. Alan qui doit justement participer à une conférence dans les environs lui propose son aide contre le gîte et le couvert pendant le week-end.

Dès le voyage en train celui-ci à un cauchemar mettant en scène un soldat en 1915. Un rêve très réaliste qu'il pense lié à un article de journal qu'il lisait avant de s'endormir. Puis après sa conférence il arrive dans la maison, qui a tout d'une maison hantée de cliché : armure, sculpture et grenier qui grince. Tout cela pendant une tempête de neige par - 20°c isole la famille , la domestique et Alan pendant quelques jours ou toute l'action se passera.

Il y a Hélène une femme forte mais en proie à l'angoisse de la disparition de son mari, Peggy une adolescente qui passe son temps dans sa chambre, Thomas le fils taciturne qui à une aversion subite pour le feu et Mélanie la domestique mystérieuse et très belle...

Alan pense d'abord à un côté psychologique mais lui aussi sera témoin de manifestations étranges....

Vous pensez découvrir la suite mais ce livre n'est pas seulement un livre sur les maisons hanté, il est aussi un livre historique et psychologique qui nous fait nous interroger sur la vie après la mort et les liens entre le passé et le présent ainsi qu'entre les gens...

Même si j'ai regretté quelques facilités vers la fin, j'ai aimé le style de l'auteur et apprécié ma lecture du début à la fin. Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman surprenant et très bien écrit. Un huis clos passionnant avec une fin surprenante.

par paraty62
Juste une ombre Juste une ombre
Karine Giebel   
Une traque époustouflante où une ombre prend le dessus, où on sombre peu à peu dans la folie en tentant sans succès de se raccrocher à l'amour qu'on commence à éprouver pour un homme. On assiste à une enquête menée sans relâche par un homme qui tentait d'accomplir sa mission, à la paranoïa qui nous pousse à nous tromper. Et on assiste à une fin si émouvante qu'elle nous donne envie de pleurer. L'épilogue tente de refermer les blessures sur notre coeur, terminant un roman époustouflant exploité à fond pour nous transporter dans une histoire fantastique où la traque prend le dessus sur tout le reste.

par Glacy28
Transe Transe
M.I.A   
Ce livre appartient au genre des romans dont on est le héros, et dans celui-ci, on plonge dans une atmosphère plutôt sombre.

On commence par le réveil de notre personnage dans un bâtiment abandonné, et dès lors, ce pose plusieurs questions : que faisons-nous là, comment sommes-nous arrivés ici ? Des questions dont on obtiendra les réponses par la suite.

On est dès le début bien ancré dans notre personnage, grâce à l'écriture choisi. Ici, pas de je ou de il, mais l'utilisation de vous dans la narration. Par exemple, au lieu de retrouver "Le bruit insistant de la pluie [me/le] sort d’un cauchemar sans fin, dépourvu de sens.", on aura "Le bruit insistant de la pluie vous sort d’un cauchemar sans fin, dépourvu de sens.", permettant de plus facilement se glisser dans la peau de notre personnage.

Nous aurons l'occasion plusieurs fois de faire des choix, qui orienteront l'histoire en fonction de ce celui qu'on aura sélectionné (il faut d'ailleurs dire que la version ebook, du fait des liens directement sur les choix, permet de naviguer très facilement entre les sections sans risque de se faire spoiler par erreur). A nous alors de faire les bons pour essayer de survivre à la mésaventure dans laquelle on se trouve plongé ! Car les choix ont bels et biens des conséquences, et je dois avouer que je suis morte lors de l'un des derniers choix, et que j'avais de toute manière prises de mauvaise décision depuis un bon moment dans le livre, sans le savoir.

De ce fait, on participe à la mise en place de la personnalité de notre personnage, que l'on peut alors rendre méfiant, craintif, ou alors touche à tout par exemple, du fait des choix que l'on adopte au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire. Cela facilite d'autant plus l'attachement ou le lien qu'on développe avec le personnage.
Les aspects de la personnalité qui sont inscrits de manière non-modifiable et dès le début sont de même intéressants, et apporte un plus à l'histoire, car notre personnage a un handicap, que l'on peut choisir de surmonter ou non, mais qui reste toujours plus ou moins présent sans qu'on ne puisse rien y faire de plus.

L'histoire m'a entraînée tout du long, je ne voulais pas lâcher le bouquin, afin de pouvoir savoir les réponses à nos nombreuses questions. Je l'ai trouvé enrichissante et intrigante, par son rythme, les recherches associées au livre (que j'ai trouvé vraiment instructives), et elle m'a tenu en haleine à chaque page. La construction est bien menée, on nous apporte des réponses, mais au compte-goutte et de manière sibylline pour nous intriguer encore plus, et nous rendre encore plus confus.
Les éléments de l'intrigue étaient eux réussis, bien qu'il y en ait un dont je me suis douté dès le moment où il prend place dans l'histoire, et qui ne m'a donc pas surprise.

On ressent de nombreux sentiments lors de cette lecture, que ce soit de l'espoir, de la confusion, de l'horreur, du malaise, de l'oppression, tout est fait pour essayer de nous mettre le plus possible dans l'ambiance du récit.
L'atmosphère est du genre sombre, et nous immerge d'autant plus dans l'intrigue, avec la description des décors, de certaines situations, de certaines scènes, et peut plus d'une fois plonger dans une certaine angoisse sourde parfois dérangeante, mais adaptée au genre choisi.

En plus des choix que l'on peut effectuer durant le livre, on trouve aussi des énigmes, qui nous sont souvent utiles dans certaines de nos décisions. Ne comptez pas sur les auteurs pour vous donner directement la réponse, il va falloir chercher un peu. Mais pas de panique, ils donnent le début de la résolution de l'énigme, ou la manière de la résoudre, permettant à quiconque qui s'en donne le moyen de les résoudre par lui-même.

La fin, ou plutôt les différentes fins possibles, sont aussi bien menées, jusqu'au bout on espère survivre, alors qu'on a aussi des chances de mourir, si cela ne l'a pas déjà été auparavant. Des derniers choix s'offrent à nous pour conclure notre lecture et donc notre sort en fonction de nos choix, juste après qu'on a enfin les explications à notre situation et donc qu'on a enfin les clés pour comprendre l'intrigue.

On a d'ailleurs un bonus dans le bouquin, qui permet de connaître vers un navigateur web qui vous donnera les réponses aux énigmes, mais aussi des annexes (conseil en lien avec l'intrigue, vidéo, photo, ...) mais surtout vous pourrez y retrouvez la mind-map ayant permis de construire le livre, chose que j'avais d'ailleurs eu l'intention de faire, avant de découvrir qu'on nous la proposait en bonus. La mind-map correspond au plan avec les différentes situations que l'on rencontre lors du récit, avec les conséquences qu'entraînent nos choix dans l'histoire, donc en gros, indiquent les différents chemins empruntables par le lecteur. Cela permet alors de découvrir comment avoir la meilleure fin, quels sont les choix les plus judicieux, et ainsi découvrir comment nous ont mené nos décisions, et quelles sont les éventuelles erreurs que nous avons pu commettre. Je conseille vivement de consulter cette mind-map lorsque vous avez fini votre lecture du roman, c'est vraiment intéressant à voir.


En conclusion, j'ai adoré suivre notre personnage et de pouvoir choisir nos actions. De plus, le genre, le thriller, nous immerge vraiment dans le genre dont on est le héros, et la très bonne construction de l'histoire nous entraîne très rapidement dans l'intrigue qui nous tient en haleine. Cette lecture me tentait dès l'annonce officielle de sa sortie, et je ne regrette absolument pas de l'avoir découverte, c'est un livre que je recommande vraiment et que je n'hésiterai pas à offrir à ceux à qui elle pourrait plaire. L'écriture est vraiment bien dirigée, et donne envie de découvrir d'autres romans du duo d'auteurs cachés derrière le pseudonyme M.I.A., et j'ai même hâte de découvrir un autre thriller dont on est le héros de la part des auteurs que je me procurerai alors au plus vite si cela venait à se concrétiser.

Coup de cœur