Livres
639 867
Membres
758 574

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Cendresa, Tome 1 : L'Éveil



Description ajoutée par Gkone 2020-09-23T20:49:20+02:00

Résumé

« Libère-moi de ces chaînes. »

Orpheline et amnésique, Yphaëlle est condamnée à être une Esclave de Guerre dans le Colisée, à cause de la défaite de son pays face à l’Europe et les États-Unis. Souhaitant partir à la recherche de vérité et de son identité, Kaheld, un ténébreux Esclave lui prêtera main-forte à maintes reprises.

Une étrange attirance les lie, mais elle ne cesse de la combattre. D’autant plus qu’à cause des mystères qui entourent Kaheld, Yphaëlle ne sait pas si elle peut vraiment faire confiance à cet homme, venu du monde auquel elle appartient, mais dont elle ignorait jusqu’alors l’existence.

Et entre les pertes qui s’amoncellent et les épreuves qui seront sur son chemin, Yphaëlle en vient à se demander si elle a fait le bon choix en partant pour Cendresa.

Surtout, quand on sait qu’un « Maitre », caché dans l’ombre, semble déterminé à avoir sa peau.

Afficher en entier

Classement en biblio - 35 lecteurs

extrait

« L’intensité de mon regard lui déclenchant un frisson, que j’aurais aimé engloutir, je lui dis :

– Je prends toujours soin de ce qui m’appartient. »

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

J’annonce d’emblée la couleur : le plus gros défaut de ce roman, c’est d’être un premier tome et de nous laisser sur notre faim parce qu’il se termine sur un cliffhanger, vous êtes prévenus.

Dans ce roman de fantasy, nous découvrons Yphaëlle, une jeune femme peu commune qui ne manque ni de force ni de courage. Elle est Esclave et est retenue au Colisée avec d’autres individus. Son meilleur ami Rafayel est là pour la soutenir et lui donner assez de cran pour conserver son calme : Yphaëlle étant une drôle de créature capable de tout. Je précise qu’il n’est pas là pour jouer les gros durs, la demoiselle se débrouille très bien toute seule sur ce point.

Alors qu’elle tente de mettre en pratique un plan conçu pour reprendre sa liberté, elle va croiser la route de Kaheld, qui semble savoir beaucoup de choses sur Yphaëlle et qui la trouble. Méfiante, elle finit par lui accorder de l’attention et par récupérer de précieuses informations. Mais rien ne se déroule jamais vraiment comme on le prévoit.

L’éveil commence fort et garde une bonne dynamique au niveau de l’action tout du long. Moi qui appréhendais (comme toujours en fantasy) de me sentir perdue, cette lecture est déroulée de manière à ce que le lecteur apprenne au rythme d’Yphaëlle, ce qui est une bonne chose parce qu’on est rapidement jeté dans l’arène.

Si vous aimez les récits où le sang coule régulièrement et où le personnage principal se retrouve au cœur du chaos physiquement comme mentalement, foncez. Vous ne serez pas déçus. Batailles et épreuves se succèdent, laissant peu de répit à Yphaëlle et ceux qui l’accompagnent.

Les frontières entre bien et mal évoluent constamment. Yphaëlle n’est pas une héroïne qu’on peut qualifier de gentille et cela malgré certains actes admirables dont elle est capable. Elle possède sa propre notion de justice.

Les divers personnages sont bien traités et permettent de nous faire ressentir un large panel d’émotions : l’empathie sera de mise et plus d’une fois. Peut-être même que ça vous donnera envie de sortir les mouchoirs.

Côté romance, ne vous attendez pas à lire quelque chose de classique à ce niveau : les héros ne se livrent pas facilement l’un à l’autre mais nous, lecteurs, pouvons apprécier les sentiments qu’ils éprouvent et l’attachement qui se noue en ayant les points de vues alternés des concernés.

En bref, L’éveil est une histoire bien rythmée, principalement dans l’action, qui ne s’embarrasse pas des codes de la morale et qui saura plaire à ceux qui aiment les romans sombres où les héros doivent faire des choix parfois dramatiques pour survivre et se faire respecter. Les émotions y sont palpables autant dans les moments de souffrance que dans ceux plus positifs. Le tome 1 de Cendresa présente un monde à part, très riche et bien construit dont j’ai hâte de poursuivre la découverte avec une suite.

A découvrir absolument.

Afficher en entier
Or

Un roman qui m’a attiré depuis un moment, autant pour la couverture que pour le résumé. Beaucoup m’ont dit énormément de bien, et je l’avoue, je ne regrette pas. Le coup de coeur est pas loin, et si la suite suit le même chemin, il sera rapidement validé.

Je vais essayer de vous résumer mon roman sans spoiler, donc je risque d’être vague. Mais retenez surtout que si vous êtes adeptes des univers urban fantasy, ce roman est absolument pour vous.

Yphaëlle est une esclave. Elle est amnésique et possède une Bête sanguinaire au fond d’elle. À part son amour fraternel pour Rafayel, elle n’est que rancoeur et envie de vengeance pour tous les esclaves mal traités du Colisée. Pourtant, Kahled va apparaître et tout va basculer. Quels sont les secrets qui tournent autour de nos héros ? Qui est derrière toute cette machination ?

Ouvrir ce roman, c’est être projeté dans un univers atypique et original, rempli d’esclaves, d’humains et d’une sortie de magie. Le gros point fort dans cet aspect, c’est qu’on est pas assommé par pleins de détails et d’explication dès le début. On avance dans la vie de notre héroïne avec ses acolytes et on comprend au fur et à mesure sa vie. Elle est entourée de zone d’ombres, de par son amnésie, donc on essaye de découvrir son passé avec elle.

Je n’ai aucun point négatif à vous mettre en avant à part le cliffhanger et encore il est bien maîtrisé. Oui, on veut la suite, mais on peut se montrer patient. En dehors de l’univers qui m’a énormément plu, les personnages ne sont pas en reste.

Les principaux, tout abord, comme Yphaëlle, Rafayel et Kahled. N’ayez crainte, vous n’aurez pas de triangle amoureux et vous le comprendrez dès le troisième chapitre. J’ai vraiment apprécié que l’héroïne soit forte. Même si y’a des moments où on souhaite la secouer, elle est forte, indépendante et déterminée. Rafayel est un personnage ambigüe, qu’on a du mal à comprendre, et quand les révélations arriveront, on aura envie de relire pour savoir si un indice ne se cachait pas quelque part. Kahled est ma révélation. Un héros atypique, déterminé et très mystérieux. Concrètement, tout ce que j’aime. J’ai hâte de poursuivre même si j’ai quelques idées sur lui.

Vous avez aussi des personnages secondaires comme d’autres esclaves, le Maître, même si on ne connaît pas son identité, la famille de Kahled, les habitants de Cendresa. Tout est mis en place pour que l’on soit happé par notre lecture. C’est très addictif, bien développé et travaillé. On a encore beaucoup de question, et on a tout simplement hâte de poursuivre la saga.

Alors, vous vous en doutez, je vous recommande fortement cette lecture. Surtout si vous êtes amateurs du genre. C’est très sanguinaire, mais juste. La romance est en fond, fond, fond, mais bien présente et logique. Tout coule de source. Un excellent travail. Foncez !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par petitealeex 2022-08-07T16:17:22+02:00
Or

Quel dommage que ce livre ne soit pas plus mis en avant. Le résumé sous-estime le contenu du livre!

Ce tome 1 est captivant, les personnages sont attachants. Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est ce mystère constamment présent tout au long des chapitres. Il y a des mystères qui s'éclaircissent tandis que d'autres s'élargissent. On ne devine pas la suite des évènements, on n'a pas le temps.

J'ai beaucoup aimé le personnage principal. Yphaelle a deux côtés : si douce, si sensible, mais qui peut se montrer bestiale et si froide. Ni héroïne, ni anti-héroïne, peut-être les deux ?

Beaucoup d'actions, une belle aventure, avec un soupçon de romance (juste assez). Et surtout, chacun des personnages a une personnalité bien distincte, qui apporte quelque chose de concret dans l'histoire de Yphaelle. C'est d'ailleurs un autre point qui m'a marqué dans ce livre, chaque détail a son importance, un détail au chapitre 2 pourrait donner un indice supplémentaire au chapitre 13 par exemple, pour essayer de découvrir le mystère qui plane autour de Yphaelle.

Sachez qu'à la fin, on reste sur sa fin et que le mystère s'éclaircit sans non plus être résolu. On reste donc sur sa faim... A la fois heureuse et frustrée de l'avoir lu... Hâte de lire le tome 2!

En tout cas, merci à l'auteure de nous avoir fait découvrir le monde de Cendresa.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marji 2022-06-02T18:16:45+02:00
Argent

L'éveil nous embarque dans un univers d'urbanfantasy sombre. Yphaëlle n'est pas une héroïne comme on peut s'y attendre. Avec son passé torturé, elle possède un sens de la justice et de la morale qui lui sont propres et ne sont pas toujours conventionnels.

Cet un univers reste très original avec son Colisée, ses esclaves et ce peuple secret...

Les personnages principaux sont tous très intéressants avec des personnalités bien à eux et bien construites.

Mon personnage préféré est Kaheld : je suis intriguée par son passé, ses pouvoirs et sa fratrie.

Quelques fois j'aurai aimé plus de suspens pour certaines informations:ne pas savoir tout de suite que Kaheld vient de Cendresa. Ou j'aurai aimé avoir plus d'informations détaillées pour les différentes castes du Colisée.

Le passage entre la libération du Colisée et le départ pour Cendresa est un peu trop rapide à mon goût: Yphaëlle passe très rapidement d'un état psychologique borderline à un état relativement normal pour elle.

Un excellent moment de lecture, jusqu'au cliffhanger de fin... C'est horrible maintenant je veux la suite !

Afficher en entier
Or

Un roman qui m’a attiré depuis un moment, autant pour la couverture que pour le résumé. Beaucoup m’ont dit énormément de bien, et je l’avoue, je ne regrette pas. Le coup de coeur est pas loin, et si la suite suit le même chemin, il sera rapidement validé.

Je vais essayer de vous résumer mon roman sans spoiler, donc je risque d’être vague. Mais retenez surtout que si vous êtes adeptes des univers urban fantasy, ce roman est absolument pour vous.

Yphaëlle est une esclave. Elle est amnésique et possède une Bête sanguinaire au fond d’elle. À part son amour fraternel pour Rafayel, elle n’est que rancoeur et envie de vengeance pour tous les esclaves mal traités du Colisée. Pourtant, Kahled va apparaître et tout va basculer. Quels sont les secrets qui tournent autour de nos héros ? Qui est derrière toute cette machination ?

Ouvrir ce roman, c’est être projeté dans un univers atypique et original, rempli d’esclaves, d’humains et d’une sortie de magie. Le gros point fort dans cet aspect, c’est qu’on est pas assommé par pleins de détails et d’explication dès le début. On avance dans la vie de notre héroïne avec ses acolytes et on comprend au fur et à mesure sa vie. Elle est entourée de zone d’ombres, de par son amnésie, donc on essaye de découvrir son passé avec elle.

Je n’ai aucun point négatif à vous mettre en avant à part le cliffhanger et encore il est bien maîtrisé. Oui, on veut la suite, mais on peut se montrer patient. En dehors de l’univers qui m’a énormément plu, les personnages ne sont pas en reste.

Les principaux, tout abord, comme Yphaëlle, Rafayel et Kahled. N’ayez crainte, vous n’aurez pas de triangle amoureux et vous le comprendrez dès le troisième chapitre. J’ai vraiment apprécié que l’héroïne soit forte. Même si y’a des moments où on souhaite la secouer, elle est forte, indépendante et déterminée. Rafayel est un personnage ambigüe, qu’on a du mal à comprendre, et quand les révélations arriveront, on aura envie de relire pour savoir si un indice ne se cachait pas quelque part. Kahled est ma révélation. Un héros atypique, déterminé et très mystérieux. Concrètement, tout ce que j’aime. J’ai hâte de poursuivre même si j’ai quelques idées sur lui.

Vous avez aussi des personnages secondaires comme d’autres esclaves, le Maître, même si on ne connaît pas son identité, la famille de Kahled, les habitants de Cendresa. Tout est mis en place pour que l’on soit happé par notre lecture. C’est très addictif, bien développé et travaillé. On a encore beaucoup de question, et on a tout simplement hâte de poursuivre la saga.

Alors, vous vous en doutez, je vous recommande fortement cette lecture. Surtout si vous êtes amateurs du genre. C’est très sanguinaire, mais juste. La romance est en fond, fond, fond, mais bien présente et logique. Tout coule de source. Un excellent travail. Foncez !

Afficher en entier
Diamant

Cendresa est typiquement le genre de livre avec un résumé qui ne lui rend pas honneur. Je ne sais pas si l’autrice a voulu conserver le mystère mais je serai passée à côté de cette histoire si la couverture ne m’avait pas attiré.

Vous l’aurez compris, aucun regret ! J’ai beaucoup aimé ce premier tome de Cendresa !

Je ne suis pas une personne qui accroche facilement dès les premiers chapitres, et pourtant, ici ça a été le cas.

Déjà, l’univers qui est sombre, complexe et bien élaboré m’a rapidement fait accrocher. L’autrice ne dévoile pas tous ses mystères, au contraire même, il reste tellement de choses à découvrir que ça n’a fait qu’attiser mon intérêt. Cela ne m’a pas vraiment gêné car je sens que beaucoup de réponses à mes questions se trouveront au prochain tome.

Le décor est bien posé et nous sommes aisément emportés par les paysages. Les lieux tels que le Colisée ou Cendresa, sont décrits avec suffisamment de détails, sans superflu et sans longueurs. D’ailleurs, même si on ressent une certaine accalmie dans quelques scènes, on ne s’ennuie pas, c’est le calme avant la tempête !

Ce roman est bourré d’action, et cela m’a tenu en alerte constamment, surtout quand des twist imprévisibles avaient lieu.

Bien qu’il s’agit d’esclavage, cela a été repensé et correspond plus à de l’esclavage moderne : par caste et par importance, les Esclaves attisent la soif des gens aisés dans le Colisée ou leurs pulsions inavouables lorsqu’ils leur tapent dans l’œil en tant qu’Esclave de plaisir.

Il paraît évident qu’il y aura une révolte, dans chaque livre basé sur un système de dominants/dominés, il y en a une. Dans ce livre, ce qui m’a beaucoup plu, c’est que la révolte des Esclaves n’est pas la finalité, ce n’est qu’une étape nécessaire pour le déroulement de l’histoire, comme l’a bien fait comprendre un personnage. Et cela donne du relief à l’intrigue parce qu’on se demande alors quel est le véritable objectif, et pourquoi cette révolte était « nécessaire » pour ce grand maître manipulateur !

Phoenix Pharell nous prend donc à contre-pied avec cette case révolte que de nombreuses dystopies contiennent comme finalité, pour s’en servir comme marchepied. Preuve en est, ce n’est pas du tout à la fin du tome que ce passage se trouve, et j’ai aimé cet aspect de fraîcheur et d’originalité, en plus d’une plume fluide et percutante.

Les scènes d’actions et précisément celles de combat sont toujours décrites de manières très détaillées avec beaucoup de rythmes. Pour moi qui apprécie cela, c’était assez jouissif. Semblable à Une braise sous la cendre (ici) il faut s’attendre à y voir du sang, de la torture, et la mort. Il s’agit de dark fantasy, et l’atmosphère sombre ressort très bien des pages. Nul besoin d’excès pour cela, mais attention aux âmes sensibles.

Les personnages sont tous incomparables les uns aux autres, ils sont intéressants que ce soit par leur attitude ou par leur passé. Chacun d’entre eux parvient à attiser notre attention et nous pousse à nous poser des questions pour essayer de deviner le prochain coup. Mais le suspense est épais et on y ressort juste avec moult interrogations.

Notamment sur ce qu’est l’héroïne ou sur sa relation avec certains personnages, comme le ténébreux Kaheld.

Yphaëlle est une femme atypique, froide, forte que rien ne semble arrêter… Elle m’a un peu fait penser à Raphaël de Rebecca Kean. Vous l’aimerez car elle est à la fois unique et terriblement humaine, d’une certaine façon. Son caractère bien trempé m’a plu aussi. On nous dévoile une femme droite dans ses principes, courageuse malgré tout ce qu’elle a vécu (vous verrez que ce n’est pas rien) et on s’interroge tout le long sur sa vraie nature.

Plus complet sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2021/03/26/cendresa-tome-1-leveil-une-dark-fantasy-originale/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nini51000 2021-03-17T11:15:20+01:00
Argent

Que dire ?

Cette histoire j'ai l’impression de l'avoir vécu en 3 temps. Pour moi elle se découpe en trois parties.

Pour commencer l'auteure plante le décor. On découvre les personnages, dans quelle condition, contexte se déroule l'histoire. Elle nous donne des infos sur le passé de quelques personnages, ce qu'ils vivent, endurent au quotidien et merdouillette ça déguste grave. Dès le début l'héroïne nous intrigue et on veut déjà en savoir plus. J'ai aimé cette pointe de mystère présente dès le commencement.

Ensuite les choses s'accélèrent.

Nous voilà plongé dans cette deuxième partie(toujours ma façon à moi de l'avoir vécu). Action à gogo, des personnages intrigants, des rapprochements même des sentiments naissants ou alors peut-être déjà là depuis longtemps qui sait. Bref tout ce qu'il nous faut pour enchainer les pages et savourer à fond notre lecture. J'ai même été émue pour le sort de certains et aussi grave vénère pour la réaction de l'héroïne pour d'autre. Même si je comprends son ressenti j’étais en colère car moi je suis dans la Team « c'est bien fait » lol. Cette deuxième partie c'était un pur kiffe.

Ensuite on arrive à la troisième, là j'avoue que je reste un peu dans le flou. Ok on avance toujours, on a une belle révélation mais aussi ça devient un peu complexe. Des personnages "disparaissent" , des nouveaux débarquent et du coup c'est un peu perturbant pour moi. Peut-être trop d'infos d'un coup pour une fin de première tome. Attention je ne dis pas qu'elles sont inutiles ou autre mais je l'ai ressenti ainsi. Résultat petit blocage pour bibi mais ce n’est pas pour autant que je ne veux pas découvrir la suite hein.

Bref un premier tome vraiment intéressant par contre désolé mais je vais devoir balancer : voilà encore une auteure sadique à ajouter à une loooongue liste hihihi. Et oui c’est une fin comme je les appelle « fin torture » lol.

Conclusion : à découvrir.

Afficher en entier
Bronze

Chronique de Diana : https://followthereader2016.wordpress.com/2021/03/11/cendresa-1-leveil-phoenix-pharell/

Ce premier tome me laisse à la fois curieuse et perplexe. Curieuse parce que je veux la suite et que la fin nous laisse clairement sur notre faim. Perplexe parce que pendant ma lecture, j’ai été un peu perdue par moment, mais je vous explique ça plus en détails d’ici peu.

Il semble donc que nous sommes dans un monde qui soit plus avancée que nous niveau chronologie. Mais on parle bien de l’Europe et des États-Unis, du coup on reste sur une réalité proche de la notre. Par contre on se sert d’une partie de la population comme des esclaves avec tout un système de jeux sadiques et sanglants comme à l’époque romaine. C’est là que mon cerveau a commencer à fondre. Il y a une technologie moderne et des êtres avec des capacités hors normes, mais on s’amuse comme en 300 av JC. J’aime les univers fantasy mais j’avoue que je suis plus calibrée pour adhérer à soit un coté médiéval, soit un côté futuriste, le mélange des deux me perturbe.

On y fait connaissance d’Yphaëlle, une esclave qui semble inspirée la peur et le dégout (y compris pour elle-même) à tous, sauf Raphayel, qui est son ami et celui qui veille sur elle. L’arrivée d’un autre prisonnier énigmatique, Kaheld, aussi charismatique que mystérieux, va faire monter la tension dans le Colisée.

Yphaëlle, ne sait pas qui elle est, ni ce qu’elle est (enfin elle le sait mais elle est la seule dans le Colisée, je vous laisse apprécier l’explication plus détaillée dans le roman). Elle est rongée par des remords sans en être pleinement consciente. Kaheld va l’éveiller progressivement à sa nature, sans jamais se livrer lui et ce tome les met sur des niveaux différents. Ils sont attirés l’un par l’autre mais ne sont jamais sur la même longueur d’onde pour se rapprocher. Il reste beaucoup d’interrogations, qui j’espère nous seront révélées par la suite.

C’est un premier tome, et pour tout vous dire il est un peu fouillis, il vous donne plus d’énigmes que de pistes pour avancer. Je ne me suis pas attachée au personnage d’Yphaëlle, qui se complait dans sa tristesse. Elle m’a même par moment beaucoup énervée ; Kaheld est comme on dit chez moi, trop poli pour être honnête mais je n’arrive pas à le cerner non plus. On est sur des personnages qui sont dans la zone grise. Bon ou mauvais, il nous faudra patienter pour le découvrir et peut être qu’ils seront toujours ainsi. Yphaëlle semble avoir un avenir tracé qu’elle ignore et d’un côté certains tentent de l’aider à ne pas sombrer dans sa noirceur quand d’autres veulent à tout prix l’y faire basculer.

Ce premier tome a piqué ma curiosité, je ne suis pas totalement convaincue mais j’ai envie d’avoir la suite, c’est que le positif l’emporte tout de même largement. On ne sait pas qui tire les ficelles dans l’ombre pour l’instant mais j’imagine qu’on fera plus ample connaissance dans le prochain tome.

Un roman qui installe beaucoup de chose et qui vous embrouille par moment. Je n’arrive pas à voir où l’auteure veut nous emmener pour l’instant et j’espère que les choses seront plus précises en se développant. Je découvre ici, Phoenix Pharell, sa plume est plaisante, j’attends la suite pour étoffer mes impressions et mieux vous en parler.

Afficher en entier
Diamant

Je remercie Maïwenn pour cette proposition de lecture ainsi que la maison d'éditions Juno Publishing.

Lorsque Maïwenn a proposé de découvrir ce titre, c'était juste avec la couverture. Je n'ai absolument pas hésité. Quelque chose me disait que j'allais aimé ce qu'il y avait derrière cette magnifique couverture. L'appréhension que je pouvais avoir a été totalement effacé dès les premiers mots. Des esclaves qui sont amenés à un point précis et elle qui est perçue comme une bête monstrueuse, des chaînes plus solides que d'autres, jamais enlevées, toujours sur son cou, ses poignets, ses chevilles. 9 ans, 9 longues années où Yphaëlle est devenue une esclave, comme tant d'autres orphelins qui n'ont pas eu la chance de mourir à la guerre précédente. Une énième guerre entre pays qui ont fait de ces enfants d'orphelinat des soldats sans qu'ils ne le veuillent. Des enfants devenus des esclaves une fois que les ennemis ont gagnés. Des enfants devenus adultes en comprenant que la mort aurait été plus douce que l'esclavage dans lequel ils ont mis les pieds. Et le Colisée est la parfaite demeure qui garde ce contrôle, celui de ces êtres qui avaient déjà tout perdus avant et qui n'ont aucun avenir.

Le récit est coupé en deux parties. La première est celle où nous découvrons l'univers de Yphaëlle et de ces autres personnages de tout horizon, avec ceux qui subissent et ceux qui s'amusent de leur pouvoir sur des êtres humains devenus des objets. Quant à la seconde, elle est bien plus sombre, plus terrifiante, mais Ô combien jouissive de voir la chute de cet empire. Sauf que cette chute entraîne dans son sillage bien d'autres questions. Bien que certains esclaves pensent qu'ils ont un toit, de la nourriture, des soins, ils n'ont pas de privilèges. Ils font partie de castes différentes. Car même en tant qu'esclaves, il y a une hiérarchie qu'il vaut mieux ne pas oublier, ni même que certains endroits sont propices à la "détente" et non au combat, comme l’arène. Castes de Combat, de Sang, à Croc et les Ailés : tous différents, tous enfermés et pourtant ils n'ont pas la même vision de cet enfermement. Yphaëlle en a assez de tout et depuis des années, elle tente avec son ami, son frère de sang Rafayel de créer une rébellion. Pour cela, il faut des hommes, des esclaves qui sont d'accord avec eux pour faire tomber le trône de Luzy Crown et que rien ne filtre. C'est long, compliqué et la confiance ? Encore plus surtout en sachant que Yphaëlle serait prête à partir uniquement avec Rafayel, car il n'y a que lui qui compte.

Rafayel Neiss est le seul qui arrive à contrôler Yphaëlle dans plusieurs sens : le fait qu'il est le seul à pouvoir s'approcher d'elle pour la soigner après chaque combat qui a engendré une punition lourde. Le fait qu'elle ne tue pas ses adversaires lui offre de jolis coups de fouet jusqu'à l'inconscience. Le fait qu'ils se connaissent depuis l'orphelinat, qu'ils sont été en guerre ensemble. Lui l'aime d'un amour d'un amant et non d'un frère, mais il se tait, car il sait que pour elle, c'est le seul de sa famille, elle ne le voit que comme un frère. Le fait qu'il connaisse ce qui se passe en elle, qu'elle n'est pas seule, qu'une bête rode sans savoir ce qu'elle est. La peur dans les yeux des autres n'est qu'infime dans celle de son ami. Ils sont solidaires, complémentaires, bien que de différentes races. Leur passé respectif les a soudés, les rendant à la fois forts et faibles, car lui n'est qu'un humain. Il peut mourir si facilement en comparaison de Yphaëlle.

Luzy Crown est l'homme à abattre, dès le début. Il est vil, mesquin, adore faire payer les nobles pour leur fournir des esclaves pour toutes raisons : nettoyage, sexe, coups, tout est bon du moment qu'ils payent bien. Ou presque, car Yphaëlle est à lui et s'il en a peur, il arrive à la contrôler un minimum. enfin c'est ce qu'elle lui fait croire. Les chaînes et le collier explosif qu'ils ont tous est la seule chose qui lui permet de ne pas le tuer. Surtout qu'elle fait en sorte de ne pas le voir, de ne pas tomber sur lui. Et les joutes verbales entre eux nous donnent l'indication qu'elle est bien plus importante qu'une simple esclave. Car il est clair que le premier qui oserait envoyer bouler ce maître absolu, c'est la mort assuré et pas la plus rapide. En parlant de mort, elles sont souvent violentes, mais avant cela il y a les punitions : perte d'un membre, d'un œil, fouet, obligation de se battre avec celui a qui l'on tient et bien d'autres spectacles que la population vient voir de bon cœur. Ils ont besoin de se divertir, les pauvres, on viendrait presque à les plaindre. Crown est tyrannique sachant d'entourer des bonnes personnes : guerriers, soldat, hommes ou femmes politiques, nobles, esclaves. Car oui, même dans ces derniers il y a des traîtres, des hommes et des femmes qui veulent bien faire pour être privilégiés. Les pauvres, s'ils savaient la réalité, mais passons.

D'autres personnages gravitent autour de Yphaëlle. Nous avons d'abord ce nouveau qui est entré dans le Colisée car il a tué un haut dirigeant : Kaheld Kreuz. Un monstre parmi les monstres, un esclave qui fait encore plus peur que Yphaëlle et pourtant elle est considérée comme dangereuse. Kaheld est mystérieux, parlant peu ou alors lorsqu'il le fait c'est pour faire enrager Yphaëlle. Nous n'arrivons pas à vraiment savoir ce qu'il pense et pourtant le livre est écrit à plusieurs voix, dont la sienne. Il a ce petit truc qui peut le faire basculer dans le côté des méchants ou des gentils. Impossible de savoir s'il est un traître ou tout simplement prêt à les aider pour les faire sortir. Et même s'il arrive à montrer de quel camp il est, il y a assez de rebondissements et de bouleversements pour que nous soyons toujours en train de danser d'un pied sur l'autre. Tout comme avec Shade et Tiashe, un couple qui ont également de grandes capacités et bon nombre de secrets, comme la plupart des personnages. Si Yphaëlle est amnésique et n'arrive pas à savoir ce qu'elle est, les autres n'en disent pas un mot, sur eux-mêmes et sur le fait qu'elle serait autre chose. Provenant d'un autre monde ou plutôt d'une nouvelle terre, peu importe.

En plus des personnages, il y a les lieux qui sont tout aussi important. Le Colisée d'abord de part sa participation, son fonctionnement, la terre sur laquelle il est porté. Et puis il y a Cendresa, c'est tout de même le titre de la série, il ne faudrait pas l'oublier. Nous la découvrons au travers des yeux de Yphaëlle, mais aussi d'autres personnages tel la petite Soma qui a de nombreuses compétences. C'est dans cette seconde partie du livre que nous en apprenons énormément sur les créatures qui peuplent Cendresa, sur leurs compétences. C'est ainsi que nous pouvons émettre plus que des certitudes et que les doutes s'estompent petit à petit. Bien entendu il reste des éléments cachés, comme ce fameux maître qui veut absolument Yphaëlle sans que nous sachions pourquoi. Ou encore le fait que certains personnages restent encore secrets sur leur volonté de nuire ou de ne pas nuire à notre personnage principal. Cendresa est une terre où tous arrivent à vivre ensemble, du moment que chacun reste sur son territoire. De nombreuses races coexistent, certains sont plus terrifiantes que d'autres et pourtant nous en connaissons certains.

Le récit regorge d'émotions en tout genre. La peine, la solitude, la peur, la confiance, l'espoir, le désespoir, la violence, la trahison, nous passons par tout un nombre d'émotions. Chaque combat fait frémir, qu'il soit contre quelqu'un ou soit même. Yphaëlle a beaucoup de mal à accepter ce qu'elle est, cette bête qui la ronge, qui fait d'elle ce monstre que tous ou presque ont peur. Elle agit, essaye d'être froide dans chacun de ses gestes, pourtant une part d'elle-même se perd bien plus loin que la noirceur qu'elle montre. La peur de perdre quelqu'un est si fort et la manipulation bien plus encore. Nous la découvrons autrement, alors que la mort l'a côtoyé depuis si longtemps elle va être dévastée et montrer que l'horreur qu'elle a déjà déployé n'était qu'un avant-gout. Difficile de ne pas pleurer pour elle et ce qui lui arrive. Je pourrais continuer sur de nombreux points qui m'ont plu et ils sont nombreux. Ce livre fantasy a toutes les qualités à mes yeux pour être le premier tome d'une très bonne série. Des personnages travaillés, un passé construit pour chacun d'entre eux et la population qui la compose, une intrigue qui met un point d'honneur à nous donner des éléments tout en gardant un certain nombre de mystères, des créatures existantes dans la fantasy et d'autres créées de toutes pièces.

En conclusion, j'ai été conquise par ce récit, complètement transportée dans un autre monde où la violence fait loi depuis si longtemps que la paix semble inaccessible. Par chance, des personnages montrent qu'il est possible de reprendre un droit chemin, mais à quel prix ? J'ai hâte de découvrir ce qui va se passer pour Yphaëlle, car la fin de ce premier tome est véritablement frustrant sur le destin de notre héroïne qui n'est pas toute blanche.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/cendresa-tome-1-l-eveil-phoenix-pharell-a207104230

Afficher en entier
Lu aussi

Je suis mitigée avec ce livre, car il est bon, il y a de bonnes idées, l’univers est inédit, mais en même temps, j’ai mes petites préférences, qui ne sont pas forcément là.

J’aurais voulu que le début de l’histoire prennent beaucoup plus son temps, qu’on vive des combats dans le Colisée, qu’on nous place bien la situation initiale, la vie quotidienne des esclaves de l’arène pendant quelque temps avant la rébellion. Qu’on est la naissance de cette rébellion… Qu’on vive plus la préparation de la rébellion…

Les relations entre les personnages aurait mérité un peu plus d’approfondissement, il y a un événement, je n’ai pas ressenti le côté dramatique, car je n’ai pas vu le poids sur les autres personnages. Mais avant tout, je ne me suis pas franchement sentie proche des personnages. Ce qui reflète chez moi clairement que je ne suis pas rentrée dans l’histoire.

J’aurais voulu aussi que ça se termine plus tôt, quand Yphaëlle arrive à Cendresa. Avoir un premier tome qui se concentre sur le fait de retourner a Cendresa, comme le rêve à atteindre, j’aurais voulu qu’on nous le présente comme objectif fabuleux. Là, on y arrive avant la fin et ça aurait donné une fin plus forte.

Mais comme je l’ai dit, la construction comme elle est dans le livre, est cohérente, mais ce n’est pas ce que je préfère…

Pour ce qui est de l’univers, à un moment, on a toutes les infos d’un coup et je me suis demandée pourquoi ne pas les avoir plus tôt. (Alors je me suis dit que l’héroïne se concentre sur une seule chose à la fois donc elle s’en moquait jusque-là et quand on a les autres points de vue on nous dit rien pour être au même niveau qu’Yphaëlle : donc, franchement, il y a une logique bien construite derrière le livre).

Par contre gros point positif, c’est le personnage d’Yphaëlle, enfin une femme forte, qui ressent très peu les sentiments, c’est très courant ce type de personnage, mais d’habitude, c’est des hommes : Raphaël dans Rebecca kean, Raphaël dans chasseuse de vampires, Kaleb dans Psi-changeling donc voir ce type de personnalité chez une femme ça m’a beaucoup plu.

Je lirais la suite, car l’univers est inédit et atypique, ça m’intrigue.

Afficher en entier
Diamant

J’annonce d’emblée la couleur : le plus gros défaut de ce roman, c’est d’être un premier tome et de nous laisser sur notre faim parce qu’il se termine sur un cliffhanger, vous êtes prévenus.

Dans ce roman de fantasy, nous découvrons Yphaëlle, une jeune femme peu commune qui ne manque ni de force ni de courage. Elle est Esclave et est retenue au Colisée avec d’autres individus. Son meilleur ami Rafayel est là pour la soutenir et lui donner assez de cran pour conserver son calme : Yphaëlle étant une drôle de créature capable de tout. Je précise qu’il n’est pas là pour jouer les gros durs, la demoiselle se débrouille très bien toute seule sur ce point.

Alors qu’elle tente de mettre en pratique un plan conçu pour reprendre sa liberté, elle va croiser la route de Kaheld, qui semble savoir beaucoup de choses sur Yphaëlle et qui la trouble. Méfiante, elle finit par lui accorder de l’attention et par récupérer de précieuses informations. Mais rien ne se déroule jamais vraiment comme on le prévoit.

L’éveil commence fort et garde une bonne dynamique au niveau de l’action tout du long. Moi qui appréhendais (comme toujours en fantasy) de me sentir perdue, cette lecture est déroulée de manière à ce que le lecteur apprenne au rythme d’Yphaëlle, ce qui est une bonne chose parce qu’on est rapidement jeté dans l’arène.

Si vous aimez les récits où le sang coule régulièrement et où le personnage principal se retrouve au cœur du chaos physiquement comme mentalement, foncez. Vous ne serez pas déçus. Batailles et épreuves se succèdent, laissant peu de répit à Yphaëlle et ceux qui l’accompagnent.

Les frontières entre bien et mal évoluent constamment. Yphaëlle n’est pas une héroïne qu’on peut qualifier de gentille et cela malgré certains actes admirables dont elle est capable. Elle possède sa propre notion de justice.

Les divers personnages sont bien traités et permettent de nous faire ressentir un large panel d’émotions : l’empathie sera de mise et plus d’une fois. Peut-être même que ça vous donnera envie de sortir les mouchoirs.

Côté romance, ne vous attendez pas à lire quelque chose de classique à ce niveau : les héros ne se livrent pas facilement l’un à l’autre mais nous, lecteurs, pouvons apprécier les sentiments qu’ils éprouvent et l’attachement qui se noue en ayant les points de vues alternés des concernés.

En bref, L’éveil est une histoire bien rythmée, principalement dans l’action, qui ne s’embarrasse pas des codes de la morale et qui saura plaire à ceux qui aiment les romans sombres où les héros doivent faire des choix parfois dramatiques pour survivre et se faire respecter. Les émotions y sont palpables autant dans les moments de souffrance que dans ceux plus positifs. Le tome 1 de Cendresa présente un monde à part, très riche et bien construit dont j’ai hâte de poursuivre la découverte avec une suite.

A découvrir absolument.

Afficher en entier

Date de sortie

Cendresa, Tome 1 : L'Éveil

  • France : 2020-10-15 (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 35
Commentaires 9
extraits 13
Evaluations 16
Note globale 8.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode