Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de CeriseDesChamps : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Kushiel, Tome 1 : La Marque Kushiel, Tome 1 : La Marque
Jacqueline Carey   
SUBJUGANT ET CAPTIVANT !

Histoire luxurieuse mais pas seulement et loin de là...
Une série qui force le respect tant l'imaginaire de l'auteure est fertile, ses personnages luxuriants et sa plume exigeante et acérée.
Tout y est si bien décrit que l'on pourrait voir un film se dérouler sous nos yeux, jusqu'à en sentir les odeurs !
Ce roman historique dépeint une Renaissance qui n'a jamais existé et qui pourtant nous parait si tangible...
J'ai été littéralement subjuguée par cette histoire et ce contexte, captivée par Phèdre cette héroïne que l'on voit grandir et à laquelle on s'attache.
Jacqueline Carey est incontestablement un maître en Fantasy Erotico / Historique, nous livrant une oeuvre riche semée d'embuches, conspirations, sacrifices, trahisons, volupté, violence et j'en passe...
La magnificence des scènes décrites est à couper le souffle, les différents protagonistes complexes et somptueux, les intrigues et complots de haut vol.

Nous ne sommes pas immergés mais totalement engloutis et happés par le scénario, par Terre D'Ange et ces servants de Naamah.
Un territoire béni d'Elua où la plupart des descendants sont élevés à la Cour des Floraisons Nocturnes, répartie en treize Maisons ayant chacune leur crédo, mais toutes faisant un Art de la séduction et de l'érotisme.
Un premier tome grandiose et palpitant où le lecteur est assaillit par tant d'émotions que cela en est presque bouleversant.
Je crois pouvoir dire que j'ai pris une gifle avec ce roman (dans le bon sens du terme) !
Aux futurs lecteurs je dis ceci : peu de livres avant celui-ci m'avaient touchée à ce point, ils se comptent sur les doigts d'une main, et bien que les avis soient sujets à la controverse c'est indubitablement une série avec laquelle il faut compter.
Je vous invite VIVEMENT A LA DECOUVRIR !

par ccmars
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Une saison à Longbourn Une saison à Longbourn
Jo Baker   
Il y a plusieurs catégories de bouquins. Ceux qu’on n’arrive même pas à finir. Ceux qu’on lit et qu’on oublie vite. Ceux qu’on aime bien. Ceux qui sont de vrais coups de cœur. Puis finalement, il y a ceux qui sont au-delà du coup de cœur. Ces livres là, ce sont certains de mes Jane Austen (Orgueil et préjugés ou Persuasion), mes Harry Potter ou encore certains Chicago Stars. Des livres doudous que l’on ressort en cas de blues. Et, je dois vous dire qu’Une saison à Longbourn vient de rentrer par la très grande porte dans cette dernière catégorie. Ce livre, je l’ai dégusté le temps de trois soirées (oui je dis bien trois, moi qui lis habituellement un bouquin en une seule soirée). Trois parce que je n’avais pas envie de le finir. J’étais tellement happée par les mots qui défilaient devant mes yeux, tellement impatiente de connaître la fin, tellement bien, un moment d’apaisement en une période extrêmement stressante pour moi, que j’ai réussi à m’arrêter et à ne reprendre que le lendemain pour pouvoir le savourer pleinement.

[...]

Beaucoup décrivent ce roman comme si Downton Abbey s’invitait dans l’univers de Jane Austen et inversement. Oui c’est vrai, l’auteure place son récit en plein Orgueil et Préjugés, oui c’est vrai on s’intéresse aux domestiques dans ce bouquin. Mais ce que je voudrais rajouter c’est que ce livre vit avant tout par lui-même. Le fait que l’on mentionne la famille Bennett, que le livre suive parfaitement la chronologie des évènements d’Orgueil et Préjugés est un plus, un magnifique clin d’œil, mais sans même tout cela, ce livre aurait été un coup de cœur. On retrouve avec plaisir Lizzie, Jane, Darcy & Cie de l’autre côté du voile mais avec des personnages lambda j’aurais tout autant adoré ce bouquin, pour son histoire, son écriture, pour les émotions que j’ai ressenti, du grand sourire en passant par les larmes (que ce soit d’émotion joyeuse ou pour cause de cœur brisé).

[...]

Pour finir, je dirais juste que la mode est à la reprise de l’univers de Jane Austen mais c’est le premier livre du genre qui me fait un tel effet. Parfait. Je me répète mais il est tout simplement parfait. Un seul conseil, précipitez-vous dessus puis juste, dégustez … [...]

la chronique dans son intégralité ici: http://lune-et-plume.fr/une-saison-a-longbourn-de-jo-baker/

par Melwasul
La Mère La Mère
Pearl Buck   
Bien sûr, "La mère" n'est pas un roman contemporain. L'auteur, Pearl Buck, prix Nobel de littérature en 1938, a vécu presque toute son existence en Chine et a écrit de nombreux romans sur le sujet.
L'histoire de "La mère" est très simple, elle raconte la vie d'une paysanne Chinoise, au fil des jours et de la ronde immuable des saisons, le travail de la terre, les enfants à élever, tout ce travail pour finalement rester pauvre car les champs appartiennent à un propriétaire dont l'agent passe chaque année pour récolter le fruit du travail des paysans, ne leur laissant qu'à peine de quoi subsister.
Malgré la simplicité de ce récit, (il n'y a pas de grande histoire d'amour, pas de folles aventures.), ce personnage de femme est très attachant, on suit avec elle les heurs et malheurs de sa vie, les petites joies, les chagrins et les drames.
Pour moi, c'est un grand roman, que j'ai relu avec énormément de plaisir.

par Palmyre
Les Portes du secret, Tome 1 : Le Poison écarlate Les Portes du secret, Tome 1 : Le Poison écarlate
Maria V. Snyder   
Le résumer m'avait l'air bien et franchement j'ai pas été déçue, on a pas une minute pour s'ennuier. Ca faisait longtemps que j'avais pas lu un livre aussi vite! c'est bien mon livre préféré par rapport à Twilight (même si j'ai aussi adoré celui-là)! J'attend déjà le 3 avec impatience puisque qu'il ne me reste plus beaucoup de page avant la fin du 2!!!

par Laure17
Le Protectorat de l'Ombrelle, une Aventure d'Alexia Tarabotti, Tome 2 : Sans Forme Le Protectorat de l'Ombrelle, une Aventure d'Alexia Tarabotti, Tome 2 : Sans Forme
Gail Carriger   
Bien que le premier tome m'ait charmé, je dois dire que j'ai trouvé ce deuxième opus un cran au dessous, bien qu'il soit vrai que j'en attendais beaucoup ;-) .
Rassurez vous, notre héroïne Alexia a toujours sa répartie et ses réflexions impayables qui lui sont propres, de nombreux dialogues empreints du flegme 100% British qui m'est si cher personnellement, et le ridicule de certaines situations ne sont pas sans rappeler le premier tome.
Toutefois, je me suis un peu ennuyée vers le milieu du livre, l'intrigue ne m'a pas vraiment tenue en haleine, mais sur les derniers chapitres tout s'accélère et mon intérêt s'est à nouveau trouvé aiguillé, pour me laisser frustrée sur le final qui a retenu toute mon attention.
Je serai là pour le prochain !


par ccmars
Des cendres sur la neige, Tome 1 Des cendres sur la neige, Tome 1
Sara Raasch   
Je suis tombée amoureuse du livre et de ses personnages.

Le monde est somptueux, et on retrouve une foule de détails sur son fonctionnement/ses coutumes/etc... ce qui est bien agréable, étant donné que les auteurs de (mauvaise) fantasy adoooorent nous plonger dans une ignorance insupportable.

L'héroïne, Meira, est très attachante, et on s'identifie facilement à elle (même si parfois elle répète ses lamentations à propos de Mather, et comment elle doit servir Winter). Son arme, un chakram, c'est à dire une lame de jet circulaire, est originale, ça change du trio classique épée/poignard/arc. Elle a une histoire personnelle très intéressante. Meira est une jeune fille indépendante, qui veut avoir son destin en main, et ne dépend pas d'un garçon. Et c'est rafraîchissant.

Alors, oui, IL Y A UN TRIANGLE AMOUREUX. Et les dieux savent que ça m'énerve. Mais ici, ça ne m'a pas dérangée du tout, même si j'ai une préférence pour l'un des deux (Team Mather forever). Il reste très secondaire.

Je recommande très fortement ce livre, il m'a énormément plu, et j'attends le second avec impatience !

par Asagiri
Les Joyaux noirs, Tome 1 : Fille du sang Les Joyaux noirs, Tome 1 : Fille du sang
Anne Bishop   
FASCINANT !

Un excellent début pour cette trilogie qui nous plonge dès la première page dans un univers tout à fait envoutant.
Nous découvrons un monde matriarcal où les intrigues et les trahisons foisonnent, où la magie a toute sa place et où le pouvoir trouve sa source dans les joyaux, allant du plus clair au plus foncé.
Une fantasy riche mais pas évidente d'un premier abord, l'atmosphère qui se dégage de ce livre est tantôt sombre, tantôt lumineuse, de nombreux personnages agrémentent ce récit, tous plus étranges et plus fascinant les uns des autres.
J'ai hautement apprécié cette lecture, totalement adhéré à l'histoire et me jette sans attendre dans la suite de cette trilogie.

par ccmars
La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis
Kerstin Gier   
Bon sang je ne pouvais plus m'arrêter de lire ! J'ai été totalement transportée par cette histoire, par les personnages et par l'intrigue ! C'est bien écrit, bien décrit, on ressent vraiment bien la chose ! J'aime beaucoup cette mystérieuse histoire de Paul et Lucy même si à la fin, ça s'éclairci quelque peu... Concernant Gideon je reste sceptique, même en ayant lu la fin. Je suis comme Paul, je ne lui fais pas entièrement confiance !

par takiko
Histoires extraordinaires Histoires extraordinaires
Edgar Allan Poe   
On frissone, on adore, c'est génial. Un style noir, mais pas malsain.
Le style est assez lourd, mais on ne changerait aucune phrase
Je conseille !

par Altanais
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3