Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ceylanae : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage
Christopher Paolini   
Et voilà, c'est fini. C'est avec émotion que je viens de refermer cet ultime tome des aventures d'Eragon. Beaucoup de questions trouvent des réponses, les prophéties se réalisent enfin, et pourtant certains mystères restent entiers. L'auteur nous a menés au cœur de l'Alagaësia avec brio au travers de ces quatre tomes, et si le troisième avait déçu pas mal de gens, ce dernier livre les satisfera sans aucun doute.

En réalité, je n'ai pas tant de choses que ça à dire. Cette série a été l'une des meilleures que j'ai jamais lues, peut-être même la meilleure. Et maintenant que c'est fini, je me sens toute drôle, parce qu'on quitte tous ces personnages auxquels on avait appris à s'attacher au fil des pages. Eragon, Saphira, Arya, Nasuada, Murthag, et tous les autres, que nous voyions plus comme de vraies personnes plutôt que de simples personnages de romans tant ils étaient complexes, ce sont tous ceux-là que nous devons désormais quitter. Maintenant, on ne peut qu'imaginer le futur de l'Alagaësia avec son nouveau souverain, celui des Dragoniers, celui des Elfes, des Nains, des Urgals, jusqu'à ce que, peut-être, Christopher Paolini nous emmène à nouveau dans ce monde si fantastique qu'il a créé.
Toutes les théories que nous avions échafaudées, à plusieurs ou seuls dans notre lit, se sont écroulées, et elles nous semblent désormais bien pitoyables comparées à ce qui se passe réellement.

Voilà. Je ne vois rien d'autre à dire. Peut-être ferai-je un autre commentaire quand je serai moins pleine d'émotions, ou peut-être pas. Comme l'auteur le dit lui-même, il n'y a rien d'autre à ajouter à cette série. "Le reste est silence".
L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné
Christopher Paolini   
J'ai beaucoup aimé celui-ci aussi. Par contre, vous devez savoir que le rythme est différent du premier tome. L'action se déroule plus lentements certain moments. Ce qui n'est pas une mauvaise chose non plus :P

J'ai vraiment aimé que Roran soit plus impliqué dans ce tome-ci. [spoiler]J'ai trouvé l'entrainement d'Eragon chez les elfes un peu lent, j'en avais hate de finir le chapitre pour retrouver un peu d'action avec l'histoire de Roran!^^[/spoiler] Encore une fois, Christopher Paolini, tu ne m'a pas déçu! ;)

par mymi
Héros de l'Olympe, Tome 2 : Le Fils de Neptune Héros de l'Olympe, Tome 2 : Le Fils de Neptune
Rick Riordan   
La digne suite du héros perdu. On y retrouve enfin Percy Jackson plus perdu que jamais, de nouveaux personnages avec leur identité et leurs propres pouvoir, de l'action et de la mythologie bien sûr.

Le seul bémol est que comme Percy ne se souvient de rien, il est un peu "absent". C'est seulement au fil du récit que nous retrouvons avec plaisir ses commentaires parfois désobligeant. Le troisième tome promet d'être un moment épique !

[spoiler]Le QG des amazones m'a vraiment fait rire !!!! [/spoiler]

par Kirlan
La colère de Banshee La colère de Banshee
David Sala    Jean-François Chabas   
Les illustrations sont tellement belles, et la qualité de l'édition et de la mise en page est juste parfaite. Je ne résiste pas aux dorures et l'aspect luxueux de cet album.

Pour l'histoire, ça reste très simple, mais c'est l'occasion de revoir le mythe de la Banshee irlandaise, et le récit est plutôt bien construit et efficace, avec une petite chute rigolote à la fin. Une lecture sans prise de tête qui vaut le coup d'oeil.

par Jenna95
La Quête d'Ewilan, Tome 1 : D'un Monde à l'Autre (BD) La Quête d'Ewilan, Tome 1 : D'un Monde à l'Autre (BD)
Lylian    Laurence Baldetti    Pierre Bottero   
Avant de me lancer dans ma chronique, une petite précision : j’ai conscience d’être un peu sévère, intransigeante même ; sachez juste que vous avez ici une inconditionnelle de Pierre Bottero, tombée dans la potion magique quand elle avait huit ans, qui a lu tellement de fois chacun de ses livres qu’elle pourrait voyager en Gwendalavir les yeux fermés et connaît tous les meilleurs coins à framboises de la Forêt Maison des Petits. Oui, c’est moi, enchantée.
Attention, je n’ai pas non plus dit que j’avais l’intention de démolir cet ouvrage ; je veux juste préciser que mon avis n’est pas (et ne peut pas être objectif). Parce que là, on touche carrément à de l’affectif.

Cette bande-dessinée est donc l’adaptation de la première moitié du premier tome de La Quête d’Ewilan, D’un monde à l’autre. Les tout débuts de cette belle aventure.
Au premier coup d’œil, le lecteur sait qu’il tient entre ces mains un superbe objet. Très grand format, couverture bien épaisse et bien dure, un beau papier, c’est magnifique. J’adore.

Avant de parler du contenu de la bande-dessinée elle-même, je tiens à glisser un mot sur les dessins. Le style de Laurence Baldetti est assez différent de ce à quoi je suis habituée, mais j’ai bien accroché. Malgré quelques dessins un peu simples pour la partie qui se passe dans notre monde, il y a de jolies idées et de très sympathiques trouvailles, et, si j’étais loin de m’imaginer les personnages comme ils sont ici représentés, leurs traits très marqués leur donnent un charme et un caractère qui ne sont pas pour me déplaire. Quant à Gwendalavir, ses paysages, ses animaux et ses plantes, c’est impressionnant. Deux petits bémols : tout d’abord, mais c’est très personnel, je n’ai pas du tout accroché avec le peu d’Ellana qu’on peut apercevoir. Les autres personnages étaient différents, oui, mais leur esprit restait le même. Là, c’était comme si un panneau lumineux clignotait sous mon nez : non, ce n’est pas elle ! Mais on verra ce que ça donnera par la suite, et je me braque probablement pour rien. Et, sinon, j’ai aussi trouvé que les images et les actions s’enchaînaient parfois trop rapidement, sans vraies transitions ; dans certains rares passages, il s’agissait presque plus d’illustration que de bande-dessinée. Encore un détail, mais un détail qui pourrait facilement être amélioré et rendrait tout ça encore meilleur ! Mais le bilan côté dessins reste très positif. Un très très gros coup de cœur pour le fameux « visage du bonheur », extrait du « Cancre » de Prévert. Rien à dire, c'est magique.

Passons donc à l’adaptation elle-même, réalisée par Lylian K. D’abord, un bon point : on note une vraie fidélité au texte, les détails sont respectés, les paroles souvent les mêmes ; on garde ainsi un esprit très Bottero. Une de mes craintes était de voir l’histoire réécrite, réinventée, mais ce n’est pas du tout le cas. Il y a une très grande attention portée aux détails, et c’est aussi ce qui fait la qualité de cette adaptation.

Tout semble donc, sur le papier, parfait. Pourtant, il y a un tout petit quelque chose qui n’est pas totalement passé, l’alchimie n’a pas complètement fonctionné… Pourquoi ? Rationnellement, rien n’explique cela, mais j’ai ma petite idée.
D’abord, tout ça est un peu léger. Concrètement, même s’il y a beaucoup d’actions ou de révélations, l’histoire elle-même n’avance pas beaucoup ; et je trouve dommage de n’avoir pas fait un seul album, plus gros, par tome. Non pas deux fois 72 pages, mais 144 d’un coup ! Simplement pour éviter de laisser le lecteur sur sa faim.
L’autre chose (qui peut paraître un peu surprenante de la part de la puriste que je suis) m’a été plus difficile, plus longue à comprendre. J’ai repensé à ces grandes bandes-dessinées que j’aime tant, de Gotlib à Arleston en passant par Joan Sfar, et j’ai compris ce qu’il manquait à cette très belle bande-dessinée. Un tout petit, microscopique grain de folie, ce qui fait que l’ouvrage va véritablement sortir du lot et se démarquer par son originalité. Oui, finalement, j’aurais peut-être aimé un tout petit peu plus de liberté ; pas grand choses, juste quelques détails, ce qu’on trouve déjà un petit peu dans le dessin mais moins dans le scénario.

Malgré ma sévérité, probablement injustifiée, je tiens tout de même à saluer le travail effectué, qui reste remarquable et d’une qualité rare. Les critiques que j’ai émises sont microscopiques à côté de tout le bien que j’ai pu penser, en fin de compte, de ce superbe projet. Un projet qui était fou, périlleux, et qui, en fin de compte, est une jolie réussite. Car ce premier tome a beau avoir de petits défauts, il est incroyablement prometteur et je prédis un franc succès pour les tomes à venir ! Le mot de la fin ? Bravo, tout simplement. Je conseille cette bande-dessinée à tous les lecteurs qui, un jour, ont rêvé d’arpenter les routes de Gwendalavir… Pour revivre une nouvelle fois la magie de cette belle aventure.

par Vavi
La Quête d'Ewilan, Tome 2 : Akiro (Bd) La Quête d'Ewilan, Tome 2 : Akiro (Bd)
Lylian    Laurence Baldetti    Pierre Bottero   
Un tome 2 à la hauteur du premier! La fidélité de la bande dessinée au roman est toujours aussi appréciable. Le point faible reste, pour moi, la représentation des personnages. Ewilan, Salim et Edwin ressemblent à peu près à ce que j'avais imaginé, mais pour Bjorn par exemple, je l'avais toujours vu très imposant, avec une petite bedaine, alors qu'il est tout fin et efféminé dans la bande dessinée. Je trouve que ça enlève de son charme. Idem pour Ellana. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais le personnage dans la bande dessinée ne dégage pas la même prestance que dans le roman. Et le point fort de la BD qu'il faut absolument souligner, ça reste à mon avis les paysages qui sont vraiment magnifiques. Bref, j'ai hâte de lire le prochain tome!
La Ronde des saisons, Tome 3 : Un diable en hiver La Ronde des saisons, Tome 3 : Un diable en hiver
Lisa Kleypas   
J'ai complètement plongé dans ce récit que j'ai dévoré en une seule journée. Ce troisième tome met en avant la fragile et timide Evangeline et le dévergondé Lord Saint Vincent...
Deux personnalités qui n'auraient jamais dû être associées, et pourtant !
J'ai trouvé ce couple passionnant, les décisions de notre rouquine vraiment épatantes et les réactions de Sébastian hautement romantique même s'il en est défendu corps et âme.
Il y a eu des situations amusantes, tendres, burlesques et aussi de nombreuses scènes d'une sensualité à donner le chaud aux joues !

Bravo à Lisa Kleypas pour ce roman haut en couleurs, le meilleur de la série pour moi jusque là. Je lis le dernier dès maintenant !

par Christy
Le Livre de Perle Le Livre de Perle
Timothée De Fombelle   
Il a suffi de cette première phrase : « Qui pouvait deviner qu’elle avait été une fée ? » pour me replonger à nouveau dans cet univers exquis, travaillé, décalé propre à Timothée de Fombelle.

Je me suis donc plongé avec douceur dans Le Livre de Perle, dans cet enchevêtrement subtil d’histoires parallèles, qui finissent toujours par se lier, via ces petits détails que l’on avait remarqué sans savoir vraiment où ils nous emmenaient. Timothée de Fombelle nous emmène, oui, à travers le Paris de l’entre-deux-guerres, de la guerre, de l’après-guerre, à travers les amandiers de Provence, à travers le lac gelé d’un royaume lointain où règne un roi tyrannique, à travers cette forêt de France et ses petites grenouilles, à travers cette formidable maison Perle qui fabrique des guimauves et dont je suis tombé amoureux.

Timothée de Fombelle nous emmène loin, sans jamais vraiment nous déconnecter de la réalité triste de notre monde. Il ne nous perd pas, mais nous fait voyager à travers ces 3 histoires mélancoliques : celle de l’auteur lui-même, qui a réussi le pari de s’infiltrer avec brio dans l’histoire, celle d’un prince amoureux banni de son royaume (il existe, j’en suis convaincu !) et qui passera sa vie à essayer d’y revenir, et celle d’un marchand de guimauves, qui deviendra un vieillard replié de la société, dans sa petite cabane au bord de la rivière, où il entasse ses valises.

Mais Timothée de Fombelle réussit un tour de main avec ce roman différent des (formidables) Vango et Tobie Lolness. Car celui-ci est personnel, touchant, nostalgique, comme ci Timothée de Fombelle essayait de nous faire passer un message : ces royaumes existent, ces royaumes de princes charmants, de fées, de magiciens, de rois tyranniques …

Le Livre de Perle, c’est de la mélancolie, de la nostalgie, de la virtuosité, de la simplicité, de la beauté, de la subtilité, de l’habilité, de la puissance, et c’est la littérature jeunesse à son point culminant, et le petit drapeau est planté.

PS : je l’ai en dédicacé ! Niarf niarf ….

CRITIQUE COMPLÈTE SUR https://lecturefolle.wordpress.com/2015/01/29/le-livre-de-perle-de-timothee-de-fombelle/
Le manuscrit proscrit de Nur Jahan Le manuscrit proscrit de Nur Jahan
Cécilia Correia   
Bon j'adore l'écriture de Cécilia donc je me doutais que là encore je ne serais pas déçue. Et c'est peu dire!!!!!! Tout dans ce roman est un délice, l'écriture, l'histoire, les références, les descriptions, les personnages.... TOUT!!!!!! l'héroïne est parfaite, elle est belle, intelligente, pleine d'esprit et d'humour, elle a la langue bien pendue, ne manque de répartie (Oh que non), et surtout elle est rebelle, en avance sur son temps et son époque. Au cours d'un voyage en Inde, que l'auteure nous fait découvrir au travers de descriptions précises et pointilleuses au point de sentir, voir, respirer l'Inde et ses trésors. Jude, cette héroïne hors norme, va faire la connaissance du maharaja Devak, un "homme" des plus mystérieux, intriguant, exotique à souhait... A toutes ces merveilles se mêle un brin de fantastique, je dirais plus de la magie, une intrigue qui vous tient en haleine tout au long de l'histoire et de la romance entre les 2 personnages. Ajoutez à cela des recherches et des références super pointues par l'auteur et vous vous retrouvez avec un bijou, un trésor digne des Milles et Une Nuit. Difficile de décrocher même les dernières pages tournées. C'est clairement le type de roman qui vous marque tellement il nous transporte!!!! A LIRE, ET A RELIRE!!!!

par zezet49
Les Aigles de Rome, Livre I Les Aigles de Rome, Livre I
Enrico Marini   
Ne pas se tromper, c'est une BD pour adulte : il y a de beaux corps, y compris des rapports sexuels ....il y a également de très beaux dessins, avec des caractéristiques propres à Marini !
Ensuite, l'histoire est excellente et donne envie d'aller plus loin, de comprendre ce qu'il va se passer...les deux jeunes sont liés par les événements, dans la diffficulté, et on se demande ce qu'il va se passer.
Les dernières pages nous donne une idée, nous titille...