Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de cha_77 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Le Dernier Jour de ma vie Le Dernier Jour de ma vie
Lauren Oliver   
j'ai vraiment apprécié ce livre, même si au début j'ai eu du mal avec le faite que l'on revivais tout le temps la même journée... mais à part ça SUPER LIVRE le recommande!

par cha_77
Le Septième Fils Le Septième Fils
Joseph Delaney   
je suis également allé voir le film et je dirais qu'il assassine la série qui est pour moi géniale et ce film est un raté pour moi.
Boys Don't Cry Boys Don't Cry
Malorie Blackman   
C'est un livre magnifique avec une histoire attachante.
Le personnage principal qui est à la fois un fils, un père et un frère,nous fait vivre des moments très émouvants, étant donné qu'il a du mal a montrer ses sentiments. A la fin on en a plus que ce qu'il nous en faut. Le livre n'est pas tant basé sur le fait qu'il soit père à 17ans mais plutôt sur une famille un peu "éclatée" qui apprend à redevenir soudée.
On ne s'ennuie jamais et le seul reproche que l'on puisse lui faire est le fait qu'il soit trop court. (:
Carmen McCallum, Tome 7 :  L'Appel de Baïkonour Carmen McCallum, Tome 7 : L'Appel de Baïkonour
Fred Duval    Isabelle Rabarot    Gess   
Suite du précédent. De nouveaux éléments viennent expliquer ce qu’on ne comprenait pas… et de nouvelles questions arrivent. Moins nombreuses, certes mais comme on mêle tout ça au passé de Carmen, le tome reste touffu.

L’ensemble est donc intéressant à lire mais il ne faut pas lâcher car toutes les implications politiques et financières, si elles finissent par être claires, ne le sont qu’en comprenant bien tous les dialogues parfois pointus…

Les dessins sont toujours magnifiques et Bess s’éclate vraiment dans ses cadrages et ses détails.

La fin de l’album va peut-être un peu vite – tout est mis en place bien tranquillement pour la rencontre entre Carmen et le gros méchant et puis hop, ça se termine avec un poil de précipitation…

Mais ça reste bien sympa.
Carmen McCallum, Tome 10 : Mazzere Carmen McCallum, Tome 10 : Mazzere
Fred Duval    Emem    Pierre Schelle   
Sympa, comme le précédent, mais moins d’action, moins de rebondissements, de surprises…

Carmen suit son bonhomme de chemin pour accomplir sa mission, sauf que contrairement à la première partie où des actions se passaient en deux pages, là, ça traîne un peu… On commence, par exemple, par plusieurs pages de soin, développées pour que ça paraisse crédibles mais un peu longues pour ce que ça apporte ou un peu courtes pour y mettre du suspense…

Certaines scènes auraient pu gagner en synthèse (comme le remorquage des baleines ou l’origine des Mazzere) même si c’est probablement utile pour la suite…

Les dessins restent bon, les ambiances, les couleurs mais là aussi, comme pas mal de choses se passent de nuit, on profite moins de la qualité graphique.

Un bon tome mais moins addictif que le précédent.
Carmen McCallum, Tome 9 : Vendetta Carmen McCallum, Tome 9 : Vendetta
Fred Duval    Emem    Pierre Schelle   
Parfait.

L’histoire poursuit brièvement, en quelques pages, le précédent triptyque pour le clore efficacement, que ce soit pour l’histoire pleine d’action, d’idées, de dynamisme, tout en créant un lien avec le nouveau cycle.

Celui-ci part sur les chapeaux de roue : sans être aussi complexe politiquement que le précédent, il se présente très intéressant.

Beaucoup d’action, le tout étant très réaliste et plausible.

Les liens tissés ici et là fonctionnent et on a l’impression qu’aucune case n’est laissée au hasard, aucun personnage n’est de trop, tout est utile.

Changement de dessinateur, également. Je n’ai rien contre Gess dont j’adorais les plans larges mais Emem s’en sort tout aussi bien avec, pour ma part, une précision plus nette sur les visages.

L’album est donc tout en finesse avec des couleurs superbes et il se dévore d’un trait.
Carmen McCallum, Tome 8 : Dans le Vide de Kirkwood Carmen McCallum, Tome 8 : Dans le Vide de Kirkwood
Fred Duval    Isabelle Rabarot    Gess   
Je veux bien reconnaître que l’ensemble est cohérent, bien écrit, bien (trop ?) expliqué. Mais tellement politique que moi, ça m’a moyennement intéressé au final…

Dénoncer des choses actuelles ou imaginer un monde crédible et complexe, peu importe. L’ensemble m’a donné l’impression de regarder les informations à la télé et ne m’a pas particulièrement détendu…

Carmen n’est d’ailleurs presque pas utile dans cette histoire – elle embarque on ne sait trop pour quelle raison si ce n’est parce qu’étant l’héroïne, il faut qu’elle y soit…

Même les dessins, pourtant soignés, m’ont moins impressionné… Il faut dire que perdu dans des immensités sidérales, avec du vide, des étoiles et des cailloux… Une fois qu’on a vu les vaisseaux sous toutes les coutures, de l’intérieur comme de l’extérieur, on a un peu tout vu…

Un triptyque que je suis content de voir se finir – plus parce qu’on va passer à autre chose que par satisfaction…
Carmen McCallum, Tome 6 :  Le Sixième Doigt du Penjab Carmen McCallum, Tome 6 : Le Sixième Doigt du Penjab
Fred Duval    Isabelle Rabarot    Gess   
Il est très beau, ce tome. Somptueux, même.

Les dessins offrent des cases magnifiques avec des plans larges superbes aux couleurs parfaitement maîtrisées qui plongent parfaitement dans l’ambiance. Que ce soit la nature, l’eau, la tempête, les rues parisiennes, les quais ou l’architecture intérieure d’un appartement cossu, tout est magnifiquement maîtrisé et plein de détails, d’angles intéressants…

Pour l’histoire, il faut cependant un poil s’accrocher. Comme on sait, avec les cinq premiers volumes, qu’on est rarement déçu, on le fait. Mais tout est plutôt obscur au début et on suit une Carmen qui entrave que dalle à ce qui se passe… et du coup, on n’en comprend pas plus.

Mais la lecture de l’opus, si on accroche, réserve une bonne histoire – tordue, certes, mais bonne ! Avec des petites idées sympathiques, que ce soit dans la technologie (comme les poulpes analyseurs ou le maquillage) ou les idées (les ruses de Carmen pour faire face au tueur).

Alors d’accord, j’ai compris la globalité de l’histoire mais un paquet de trucs restent encore assez obscurs… A découvrir dans la suite !
Carmen McCallum, Tome 5 : Deus ex machina Carmen McCallum, Tome 5 : Deus ex machina
Fred Duval    Isabelle Rabarot    Gess   
Dans ce cinquième album, fin du dyptique du chantage industriel. Au Nevada, Carmen et l’ONU tentent de contrer le sinistre l’industriel Samuel Earp et éviter ainsi une catastrophe écologique.
Carmen McCallum, tome 4 : Samuel Earp Carmen McCallum, tome 4 : Samuel Earp
Fred Duval    Gess    Isabelle Rabarot   
Dans ce 4éme album, début d'un nouveau cycle, nous quittons définitivement l’univers des Yakuzas pour rentrer dans celui des grandes entreprises et des congglomérats qui se livrent une guerre sans merci...