Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Chabouquine : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Assassin's Creed : Les Chroniques d'Ezio Auditore Assassin's Creed : Les Chroniques d'Ezio Auditore
Oliver Bowden   
Ezio, Bartolomeo, Claudia, Leonardo, Yusuf, Mario... ! Tant de personnages, tant d'émotions, tant de pays et tant de combats à mener à leurs côtés ! C'est un magnifique livre, la plus belle pièce de ma bibliothèque, sans aucun doute... Au-delà de l'histoire de toute une vie, celle d'un Assassin dont jamais nous n'oublierons le nom, ce sont des illustrations sublimes le représentant qui nous sont offertes, de lui, et des lieux ou il a accompli ses exploits...

Renaissance, la première partie des Chroniques - qui porte très bien son nom, l'action se déroulant à cette époque - débute en l'an de grâce 1476. Ezio Auditore da Firenze est un jeune noble de 17 ans à peine, résidant à Florence, ville florissante d'Italie dans laquelle nous allons évoluer à ses côtés - au milieu d'une masse de conflits familiaux et de complots... -

Cette première partie pose efficacement le décor et marque l'entrée d'Ezio dans l'univers des Assassins : un univers impitoyable, que son personnage (très) charismatique va conquérir, non sans mal... Le début est très violent, Ezio va voir son père et ses frères se faire exécuter dès les premiers chapitres... Il va alors se lancer dans une quête de vengeance et de vérité qui va le conduire à la porte des Borgia ; une puissante famille de Templiers.

Face à cet ennemi de taille, et aux surprises que lui réserve le passé de son père, des allié-es vont apparaître sur son chemin, et certains de ces allié-es sont plutôt inattendus ! Entre Leonardo da Vinci et Niccolò Machiavelli philosophe, politicien..., l'histoire se prête à prendre des airs historiques bien réel, et non pas entièrement fictifs !


© Gilles Beloeil

L'évolution d'Ezio est très rapide ; il va devoir mettre en sécurité sa jeune sœur Claudia ainsi que sa mère. Entre alors en scène Paola, qui lui offrira des bases solides, puis l'oncle Mario, un personnage clef de l'histoire qui est à la tête de tout un district de la ville fortifiée de Monteriggioni... Une ville stratégique que les Templiers vont vite avoir dans le nez !

Le point négatif de Renaissance est l'incertitude plus que palpable de l'auteur, qui se laisse littéralement écraser par le poids des jeux et ne s'offre pas de place, pas de coup de patte. Il tente pourtant de percer à plusieurs reprises le récit à sa manière avant de se rétracter... Le style est donc un peu bancal, mais surtout impersonnel : heureusement, Olivier Bowden osera pleinement s'affirmer dans la suite : Brotherhood ! Un deuxième volet de la vie d'Auditore qui se cale confortablement dans le sillage de Renaissance, à une exception importante près : Ezio est désormais un Assassin accompli, il à soif de justice et non plus de vengeance.

Il ne combat plus pour sa famille, mais pour la liberté de pensée, et d'agir, du peuple.

La troisième et dernière partie, Révélations, se démarque clairement des deux volumes précédents. Ezio part pour Masyaf, sur les traces du grand Altaïr Ibn-La'Ahad... Un long périple s'engage alors jusqu'à Istanbul, en plein cœur du conflit Byzantins et Ottomans !

Ce dernier volet de la vie d'Ezio est très marquant... Nous découvrirons le passé tumultueux du légendaire Altaïr, au sein même de Masyaf, et nous voyons approcher la fin de notre Assassin ! Sa quête arrive à son terme ; le repos est proche... Mais avant, il lui faut renverser le pouvoir des Templiers en Orient. Une toute dernière fois.


Oliver Bowden a accompli un véritable tour de force.

Même si la vitesse du récit nous rappelle vite à l'ordre - AC est et restera avant tout un jeu vidéo - la lecture reste très agréable, fluide et addictive. J'ai été transportée dans divers pays en pleine Renaissance, j'ai pu les imaginer et m'y croire avec une facilité déconcertante, j'ai suivi l'ascension et l'évolution d'un Maître Assassin incroyable... Ce livre est une, vraiment très belle, découverte qui saura plaire aussi bien aux fans de la première heure qu'aux néophytes !

Ça a été un immense coup de cœur, et un sacré crève cœur de refermer ce bijou... Si j'avais un bon conseil à donner aux personnes qui aimeraient se lancer dans les livres AC, sans jouer aux jeux, ça serait de vous rendre sur youtube, et de visionner quelques fanmades & cinematics !
Toute tentative de rébellion Toute tentative de rébellion
Julie Bouchonville   
L'histoire est intéressante et l'écriture est plaisante.
On suit l'héroine et on peut apprécier son changement de comportement envers les autres et ceci, grâce à la présence du droïde. Et heureusement qu'elle change car elle est juste détestable au début.
En revanche, il faut vraiment, mais vraiment, réussir à se projeter dans la romance car on parle quand même d'une machine. Même s'il est censé être "humanisé" au maximum, c'est une machine...

par Elowenn
Lätt Lätt
Clémence Lucas   
Clémence Lucas a encore une fois réussi à me rendre amoureuse de son histoire, c’est sur un registre différent que nous la retrouvons avec ce livre, encore un qui va venir rejoindre les bancs de ma bibliothèque quand il sortira en version papier !
Amanda est une femme douce et gentille, mais elle est malheureuse, elle vit dans la peur, son époux Nick qui était si charmant au début de leur relation s’est avéré être un homme violent. Cette relation n’est plus vivable pour la jeune femme qui a envie de fuir, elle trouve la paix lors de ces promenades dans les bois, avec son petit chien qu’elle adore. Un jour lors d’une balade elle va croiser le chemin de Johan.
Johan n’est pas un homme comme les autres, il veille en secret sur Amanda, ce que la jeune femme ignore, lors de leurs prochaines rencontres on va rapidement se rendre compte qu’un lien invisible les unit. Amanda, de retour chez elle, va devoir cacher son malaise face à un mari qui devient soupçonneux, bien que rien ne se soit passé entre Johan et elle, elle a peur qu’il découvre son trouble face à cet inconnu. Nick va se montrer sous son vrai jour et c’est là qu’Amanda va comprendre ce qu’est vraiment sa vie, elle va devoir assimiler rapidement ses changements et avec l’aide de Johan va apprendre à se connaître réellement.
De nouvelles rencontres, une façon complètement différente de vivre, voila ce qui attend Amanda qui n’aurait pu penser à de telle choses, même dans ses rêves les plus fous elle n‘aurait pu imaginer ce qui va se produire, elle va à la rencontre d’une nouvelle existence qui va modifier sa vie en un temps record. Sa faculté d’adaptation est surprenante, beaucoup de questions vont venir se poser, qui est-elle vraiment et qui sont vraiment les personnes qui disent lui vouloir du bien, les doutes, et les craintes qu’elle a envers certains sont-ils fondés, à qui peut-elle vraiment se confier et avoir vraiment confiance ?
J’ai bien aimé le personnage d’Amanda, c’est une femme fragile et bien plus forte que ce qu’elle ne montre, quand à Johan lui c’est mon petit chouchou, je l’ai adoré, sa façon de pendre soins d’elle, de toujours vouloir la savoir en sécurité, il est prêt à aller contre les ordres pour pouvoir la rendre heureuse et rassuré. Le danger qui les entoure les empêche cependant de se laisser aller complètement, la mission de Johan est aussi un frein à leurs relation, mais le destin va pointer le bout de son nez !
L’histoire est vraiment agréable à lire et assez additive, j’aime comment l’auteure écrit, j’ai été ravie de pouvoir encore une fois avoir la chance de lire un de ses livres.

http://www.livresavie.com/latt-de-clemence-lucas/#more-5238



par Natoche
Le Cabinet de Curiosités Le Cabinet de Curiosités
Hilda Alonso    Alexandra V Bach   
Bienvenue dans le Cabinet de Curiosités, une roulotte magique tirée par le Cheval-Vapeur à travers le monde. Sa fonction ? Recueillir les créatures et objets insolites maltraités par les hommes et le temps, là où Yotika, femme araignée, veille sur eux. Sirène, sœurs siamoises, piano récalcitrant : plein d’êtres hors du commun tentent de survivre en ces lieux, la plupart d’entre eux étant endormis et cacher à la vue des autres.

Je ne cache pas que le lecteur découvre-là une ambiance très particulière. Ce cabinet intrigue autant qu’il surprend ! Quelque part, on pourrait envier ces créatures qui vivent ensemble à l’abri du chaos mais, passées les premières pages, une certaine mélancolie se fait ressentir. C’est une survie qui n’aboutit à rien, à part lutter pour ne pas disparaître. Or les choses se compliquent lorsque des habitants du cabinet commencent à disparaître. Et s’ils ne pouvaient lutter indéfiniment ? Yotika, impuissante, persévère malgré tout pour préserver les siens.

En tout premier, on notera l’excellent travail réalisé par l’illustratrice ! Les créatures dessinées sont particulièrement belles, et très sombres, comme je les aime. Chacune de leur personnalité se fait ressentir au travers du papier et nous permet au fur et à mesure de notre découverte de mieux les imaginer grâce aux illustrations. La seule petite chose que je trouve un peu gênante, c’est la couleur et la taille de police d’écriture. J’aurais peut-être préférée quelque chose de moins gros et de même couleur que le résumé de quatrième de couverture. Mais c’est vraiment pour chipoter !


Ensuite, la plume de l’auteur est très poétique, magique. Tout est écrit avec délicatesse, grâce, ce qui correspond tout à fait avec l’univers fragile du Cabinet. L’auteur raconte cette histoire comme Yotika tisse sa toile : avec précision. Bien sûr, l’aventure du Cabinet est quelque peu morose, et j’ai juste eu des fois du mal à m’imaginer certaines créatures. Mon imagination de simple humaine ne pouvait percevoir l’étrangeté de certains des habitants de ce lieu… Autrement dit, si vous préférez quelque chose de plus simple, avec des descriptions moins oniriques, je pense que ce livre pourrait un peu vous perdre. Des mots que l’on ne voit pratiquement plus, et dont des fois j’ai un peu cherché la signification pour mieux comprendre, sont présents dans ce livre, ce qui lui confère d’autant plus cette impression de « décalage », de… curiosité. L’artiste et l’auteur ont réussi à fusionner leur talent pour nous donner-là une œuvre rare, que l’on ne trouve pas dans chaque rayon de librairie.



Le final m’a fait réfléchir, et je serais curieuse de savoir ce qu’en ont pensé d’autres chroniqueurs ! « Le Cabinet de Curiosités » est un conte pour grands d’une grande originalité, qui peut surprendre en bien ou en mal, mais qui, en tous les cas, ne laisse pas indifférent. Ce livre m’a été offert pour Noel dans son édition de luxe, et aucun regret, c’est un très beau cadeau que je garderais précieusement !

par Malicie
Menace au château Menace au château
Barbara Cartland   
Lady Franklin et ses deux filles ont bien du mal à joindre les deux bouts. Heureusement, leur élevage de pékinois leur offre quelques revenus supplémentaires. Toutefois c'est insuffisant, aux yeux de lady Franklin qui pousse son aînée, Novella, à trouver un époux de toute urgence. Sir John serait d'ailleurs disposé à demander sa main, cependant Novella ne veut pas entendre parler de cet aristocrate ventripotent, beaucoup plus âgé qu'elle. Le baron Loukàs alors ? Jamais de la vie, il est si cruel avec les animaux ! En secret, le cœur de Novella bat pour le comte de Pembroke, qui lui a demandé d'organiser une exposition canine dans son château. Mais s'il a tout du prince charmant, il a aussi le pire des défauts : il est déjà fiancé...

par Bella57
Faol Faol
Lauryan Lili   
Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup est là...

Phelan, lycéen et loup-garou fait la rencontre de Caem dans la forêt. Ce dernier perdu accepte que Phelan le mène jusqu'à sa grand-mère et commence ainsi une jolie amitié. Amitié qui se transforme doucement en amour. Mais le danger n'est jamais loin...

Le Petit Chaperon rouge. Cette fois-ci, impossible de se tromper quand on imagine Caem vêtu de cette immense cape carmin. Caem est timide, réservé et apeuré. Contrairement à Phelan qui est plus ouvert, plus vif et grognon. J'ai aimé cette différence de caractère, mais surtout la façon dont l'auteur a joué sur le loup de Phelan. Ils sont deux, mais une seule et même personne. Le loup et Phelan sont dans une parfaite alchimie. L'histoire s'installe doucement. Les doutes planes autour de Caem. Que fait-il ? Qu'est-il réellement ? Quel est le rôle d'Aindreas ?

C'est un remake plus dur, mais sur lequel on s'attarde avec un grand plaisir. Entre vengeance et trahison, le petit couple n'est pas au bout de ces peines. Le scénario est bien mené, quoiqu'un peu long sur certaines scènes. Et comment oublier les quelques touches d'humour ? Peu nombreuses, mais agréables quand elles sont là. Et cette fin... Je n'en dirais pas trop afin de ne pas spoiler involontairement, mais c'est une fin surprenante qui se révèle être la meilleure possible.

Encore une fois, il m'est impossible de dire combien la couverture est magnifique. Un coup de cœur. Les graphistes de MxMBookmark sont mes héros :)

En bref, un joli remake du Petit Chaperon rouge qui respecte les classiques du conte. Une fin à laquelle on ne s'attendant pas, mais qui se révèle être excellente. Une couverture sublime et une écriture fluide. De quoi passer un très bon moment.

par Linkward
Ne t'en va pas Ne t'en va pas
Rose Darcy   
** Chronique Coup de Coeur **

L’année 2016 commence en beauté et je profite de cette chronique pour vous annoncez que j’ai rejoins la fabuleuse « Team Pinkie ». J’en suis enchantée et honorée.

Alors avant toute chose, je tiens à remercier Rose Darcy de m’avoir permis de rejoindre cette chouette équipe mais aussi pour sa gentillesse, sa disponibilité et sa confiance …

Maintenant passons aux choses sérieuses et parlons de cette merveilleuse nouvelle aux senteurs de Noël.

Comme vous avez déjà pu vous en rendre compte avec mes autres chroniques, je suis littéralement amoureuse de la plume de l’auteure. Elle a cette façon bien à elle d’employer la magie des mots et des émotions pour vous captivez, vous emportez avec elle dans son monde féérique, fait d’amour, de tendresse… Un univers serte très guimauve, bien cocooning mais c’est avant tout un univers qui réchauffe les âmes, mets du baume au cœur et mets des étoiles pleins les yeux.

Avec cette nouvelle, Rose m’a une fois de plus captivée, emportée, envoutée… Elle nous conte avec brio, une histoire totalement irréelle.

Croyez-vous réellement qu’un elfe puisse vivre un amour fou avec le père Noël ? Ne vous posez plus la question, prenez le temps de rêver et plongez dans ce livre ou l’irréel devient possible, ou l’amour transcende à travers les mots, ou la magie de Noël permet de réaliser des miracles…

Enlil à rejoins la Laponie pas par envie mais par obligation. Il est un elfe chargé de l’éducation des Rennes du Père Noël. En rejoignant ce paradis blanc, il ne s’attendait certainement pas que ces quelques mois passés en compagnie de Santa allaient chambouler toute sa vie.

L’histoire nous est contée par Enlil. Dans tous ces gestes, ces mots ont ressent l’intensité de ces sentiments, mais aussi la cruauté de ces doutes qui le guide vers de mauvaises décisions et il en crève. De ce fait, on aime, on frissonne, on s’envole avec lui et on a le cœur qui saigne quand il a peur de perdre ce qui fait de lui un être entier ….

Ne t’en vas pas prends tout son sens avec Santa. Il ne dévoile pas ces sentiments. Il est très câlin, très tendre, passionné quand il fait l’amour à Enlil. Mais jamais de mots ne sont posé sur ces sentiments. Tout au long du roman, on le voit a travers les yeux amoureux d’Enlil, du coup on tombe irrémédiablement sous son charme.
« Ne t’en vas pas » c’est juste l’histoire sublime de deux hommes éperdument amoureux l’un de l’autre qui ne se sont jamais avoué leur sentiment, mais le moment de la séparation approche. .. Et les cœurs deviennent douloureux de ce trop plein d’amour… La peur de quitter l’autre est là et des décisions devront être prises…

Enlil quittera t-il la Laponie sans avouer ces sentiments ?
Santa le retiendra t-il ? Lui avouera t-il tout l’amour qu’il ressent ?

Ne laissez pas ces questions sans réponses et prenez le temps de savourer cette petite douceur bien sucrée, mais attention si comme moi vous avez un petit cœur d’artichaut, prévoyez quelques kleenex pour certains passages riches en émotions.

De plus l’auteure à la gentillesse de nous offrir un petit bonus qui ajoute de la magie à l’ensemble.


Je finirai par trois citations :

« On ne résiste pas à l’amour. Ce sentiment écrasant qui vous terrasse, ne vous laissant aucune échappatoire. Pourtant, m’échapper, c’est ce que je vais devoir faire »

« J’aime sa tendresse. J’aime son cœur qui bat contre moi. J’aime son odeur de neige et de feu de bois. J’aime son rire rauque. J’aime sa main quand elle se glisse dans la mienne. J’aime sa peau qui se couvre de sueur sous mes baisers »

« Je veux être plus qu’un assistant d’un jour. Je veux être le partenaire d’une vie »

L'Âme de l'enfer L'Âme de l'enfer
Westley Diguet    Alexandra V Bach   
Mais quel plaisir de lire ce livre ! J'ai toujours été passionnée par la mythologie grecque et plus particulièrement par Hadès car, après la guerre contre les Titans, il a mal été récompenser : Alors que Zeus jouissait du ciel et Poséidon de l'Océan, Hadès lui, n'a récolté que les Enfers ! Et ce livre adopte le même point de vue que moi alors que beaucoup détestent ce dieu ! Ici, le récit le rend plus "humain" que certaines divinités.
Une petite déception cependant : le récit manque de détails malgré la présence des magnifiques illustrations. J'aurais aimé que la relation soit mieux amenée, qu'on sente le "coup de foudre". Là, tout va trop vite.

par Azamoon
Les ennemis du comte Les ennemis du comte
Barbara Cartland   
Une jeune fille intrépide, un comte en danger, et le fil des actions s'enchaînnent comme sur des roulettes. Surprenant mélange!!!

par Misschoup
Je sais que tu sais Je sais que tu sais
Gilles Abier   
http://carnet-de-bord-litteraire.over-blog.com/je-sais-que-tu-sais-de-gilles-abier
Regardez bien la couverture de ce court roman, plus précisément le jeu d'ombres et de lumière qui est comme un indice... Indice qui ne sera d'ailleurs pas le dernier à tenter de me mener à la vérité... Mais je resterai avec mes visières aux yeux jusque la fin...
Ce n'est pas ma première découverte de cette collection, j'avais déjà lu il y assez longtemps "Hors de moi" de Florence Hinckel, ainsi que plus récemment "La porte de la salle de bain"
J'ai fini ce livre d'une seule traite. Ces bouquins sont comme c'est indiqué sur la couverture "des romans courts et chocs pour les ados qui disent je".
Effectivement la fin est un peu choc, un peu surprenante et en même temps évidante par certains aspects. On se laisse entraîner par ce roman, par cette fille qui a perdu son frère et qui veut revivre, dans cette famille détruite. Et même pourquoi pas pardonner? Grâce à l'aide de certains personnages telle que Mme Ngoun, l'idée paraît envisageable...
Comment dire, ce livre est écrit pour être lu en une seule fois, être comme une onde dans notre esprit tout comme certains romans de la collection Court métrage (oskar éditeur): "De si beau cheveux"
Un peu plus long que ce dernier, il est écrit dans le même style. Je me suis prise à aimer ces courts romans qui en moins de cent pages vous parlent d'un sujet et parfois réussissent même à vous toucher.
C'est le cas de celui ci, Axelle est un personnage tellement humain qu'elle ne peut être que touchante !!! On suit ses pensées, on est avec elle, on comprend ses hésitations, ses réactions sa haine et en même temps cette envie de paix, de ne pas sombrer. On se met à sa place.
L'histoire qu'elle nous raconte est banalement réel. Pas de méchant d'un côté, ni de gentil de l'autre mais juste des gens avec leur faille.
Je ne vais pas vous faire une trop longue critique, qui serait plus longue que le roman. Alors je finirais juste par dire que ce roman montre que rien n'est jamais blanc et que toute personne à ses raisons.

par PlumeVive