Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Charlene_Debrual : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Smoke & Mirrors, Tome 1 : La Cité des mirages Smoke & Mirrors, Tome 1 : La Cité des mirages
Lily Haime    Rohan Lockhart   
Un excellent 1er tome qui nous fait découvrir un univers extrêmement addictif ! Kimon et Sully sont des personnages très attachants mais ils ont chacun un sacré caractère ce qui donne des joutes verbales assez intenses , pour mon plus grand plaisir. Les personnages secondaires sont intéressants également. D'ailleurs j'aurais bien aimé voir un peu plus la grand-mère de Sulli qui m'a fait sourire plus d'une fois.La plume de Lily Haime et celle de Rohan Lockhart s'associent très bien . Par contre quelle frustration avec cette fin ! Plus qu'une hâte lire la suite.

par laylani
Les fantômes du passé, Tome 1 : Amnésie Les fantômes du passé, Tome 1 : Amnésie
Cambria Hebert   
C’est mon premier livre de cette auteure et mon premier thriller romantique. J’aime lire des romances mais jen ai vite fait le tour. Je ne savais pas que ce genre existait et je ne suis pas déçue. J’ai adoré !! Quel suspense !! Tellement bien écrit. On adore tout de suite Eddie et son obsession pour Am. Leur attraction est surnaturelle et tellement romantique. Sans oublier le côté thriller qui ajoute du piment à cette histoire d’amour hors du commun. Un vrai coup de cœur.
Wild Heart Wild Heart
Lily Haime   
En avant-propos, je crois qu’il est inutile de rappeler combien je suis amoureuse des écrits de Lily Haime. À ce jour et après huit livres, la plume de la Dame et ses histoires m’emportent à coup sûr et ne m’ont jamais déçue. Elle arrive, chaque fois, à m’agripper fermement le col du t-shirt et à me faire vivre des émotions intenses, palpitantes, à fleur de peau comme ses personnages qui me hantent longtemps après les avoir quittés. C’est incontestablement mon auteure M/M favorite et elle occupe le haut du podium depuis quelque temps déjà. En sachant cela, vous imaginez bien qu’à chacune de ses parutions, je suis impatiente et excitée de retrouver son univers si poétique malgré l’expérience dure et éprouvante que vivent ses héros.

Wild Heart est un hymne à la différence, un chant de l’amour. Un condensé d’émotions brutes à l’image de Gabriel, le narrateur, un jeune homme fascinant qui n’arrive pas à voir à travers le voile de violence qui obscurcit ses yeux. Incapable de se voir tel qu’il est : courageux, aimant et fidèle. Sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille, elle commence même durement. Abandonné par une mère irresponsable dans les bras d’un père truand vénézuélien qui vend des armes et de la drogue au plus offrant. Le petit Gabriel est déscolarisé, connaît déjà tous les rouages du milieu et possède l’allure, les poings et la hargne nécessaire pour vivre dans la rue. Les quelques années où il vit avec sa sœur, Chrystel, et son mari, Javier, vont lui apprendre l’amour, la loyauté et aussi lui apporter un certain équilibre. Mais la colère est toujours présente en lui, coule dans ses veines, alimente son vague à l’âme. C’est un solitaire. Un écorché vif.

Un incident au lycée avec Vicky, le gosse de riche aux couleurs flamboyantes, va changer complètement sa trajectoire. Enfermé durant trois ans en maison de correction, il fait la connaissance de Daruis, son double Cubain, son meilleur ami. Il ne va pas s’apaiser, loin de là, et à sa sortie il s’engage dans les combats illégaux, l’un des seuls moyens qu’il a trouvé pour canaliser cette furie, cette impatience galopante. L’autre étant la rédaction quotidienne de lettres à Vicky, sa victime. Il couche sur le papier tout ce qu’il est incapable de dire à voix haute. Son pardon, ses envies, ses doutes, son attirance pour l’autre jeune homme qui le chamboule. La culpabilité aussi qu’il ressent pour son acte définitif qui a laissé Vicky marqué dans sa chair. Revoir Vicky, cet homme au look original qui s’assume pleinement, cet homme qui essaye par tous les moyens de le déculpabiliser va l’obliger à se dévoiler, à avancer et faire des choix… Et lorsque l’amour est viscéral entre deux êtres, indispensable, la fin justifie les moyens. Leur relation s’apparente à des montagnes russes de sensations sauvages, animales parfois, mais tellement profondes. Notre cœur de lectrice est mis à mal, il s’essouffle, il a des embardées ou au contraire est en chute libre, bas irrégulièrement, mais follement aussi !

J’ai aimé l’intensité présente de la première page à la dernière. Lily Haime a eu la brillante idée de ne pas nous décrire l’enfermement de Gabriel en maison de correction, mais l’après. J’ai fondu littéralement pour chacun des personnages de cette histoire. Et comme souvent dans ses livres, ils sont tous parfaitement unis et tellement réels. J’ai eu envie de faire partie de cette famille de sang et de cœur. Warren, le protecteur, Daruis, l’infidèle et le soutien sans faille, Stéphanie, la douce, Crystel et Javier, les parents adoptifs aimants, Luis, le neveu solaire et Isa, la poupée craquante haute comme trois pommes. Mais aussi, Noa, l’ami fidèle de Vicky à l’humour particulièrement communicatif et à ses parents. Un malstrom d’hommes et de femmes aux sonorités et couleurs d’Amérique latine et dont les vies sont sur la même orbite.

Et que dire de ce couple formé par Gabriel et Vicky ? Rien ne va être facile, mais Vicky a l’énergie pour deux. Et Gabriel avec le temps et les événements sait faire preuve de sagesse. J’ai aimé autant leur rapprochement que leur éloignement. J’ai aimé cet amour qui les retient captifs l’un de l’autre, la jalousie et la possession qu’ils ressentent. Et cet amour lumineux, vrai, qu’ils se dédient tant dans les moments sereins que dans ceux plus graves.

Je ne peux que saluer un tel génie. Celui d’inspiratrice et de conteuse hors pair. Lily Haime manipule d’une main de maître le rythme, les mots et les sentiments qui vous étreignent, vous étouffent parfois tant c’est puissant. Elle excelle, tel un métronome, à presser le bouton de vos émotions et je m’entiche d’elle à chacun de ses textes avec une facilité qui me souffle. C’est sans doute un de mes livres favoris d’elle. Il m’a touchée, je ne saurais dire les raisons exactes mais cela tient sûrement à l’histoire de Gabriel, sa libération au côté de celui qu’il aime.

Un roman bouleversant, sans appel qui vous marque durablement.
Les Chroniques de Ren, Tome 1 : Prisonnier Les Chroniques de Ren, Tome 1 : Prisonnier
Faith Kean   
Les chroniques de Ren.. Que dire de ce livre? C'est tout simplement un chef d’œuvre à mes yeux. L'auteure nous plonge dans un monde totalement de son fait, un monde possédant pas moins de sept lunes, représentant chacune d'elle un dieu, un monde ou la pitié n'a pas forcément sa place. Un monde ou les humain servent ni plus ni moins que de garde mangé.
On y découvre alors Ren. Un garçon au caractère vif qui malheureusement pour lui (?) vas se faire enlever par un vampire d'Infejin, dans le but d'en faire un esclave. Mais voilà, petit bémol, il est interdit de vendre les humains.. Si ces derniers sont encore mineurs aux yeux du peuple de Ferin. Aussi, au cours d'un chasse à l'homme dans le but de divertir les nobles, Ren perd et se retrouve sous la protection du Prince du Royaume de Ferin: Ryhaïgarhad.

S'en suivra alors le début d'une aventure sans fin pour le jeune humain, qui décidément, ne laisse pas indifférent un certain prince sadique et moqueur.

Peur, haine, amour, trahison, aventure, morts sont au rendez-vous. Un rendez-vous qui feras chavirez vos cœurs..

Je recommande vivement ce livre et ai hâte de voir les tomes suivants en papier enfin!

par Juishi
Le jour où j'ai appris à vivre Le jour où j'ai appris à vivre
Laurent Gounelle   
Absolument génial, j'ai adoré.
Ce livre ne fait que remettre en question le personnage principal Jonathan. Moi aussi ça m'a interpellé et quand j'ai eu fini le livre, je suis resté un moment à me demandé ci je ne m'était pas perdu un peu en route moi aussi et la réponse fût comme une évidence. Il y a plusieurs phrases dans ce livre qui font réfléchir mais j'aime celle ci ''' La nature nous rend ce que la société nous à confisqué.'''' Ce livre est un roman, une fiction mais on y retrouve tellement de chose vrai. Nous vivons dans une société de consommation abusive, il faut toujours le dernier cri en téléphonie ou vêtement et si tout simplement nous nous contention pour une fois de vivre sans regarder à travers une vitrine. C'est décidé je commence aujourd'hui.

par MARIANE16
Oscar et la dame rose Oscar et la dame rose
Éric-Emmanuel Schmitt   
J'ai adoré ce livre!!! On voit la vie à travers les yeux d'un jeune garçon atteint d'une leucémie qui vit ses derniers jours à l'hôpital avec mamie Rose une dame pleine d'énergie qui apprend beaucoup de choses à Oscar . C'est un livre très émouvant, empreint de vérité et d'humour qui répond de manière simple aux questions sur la vie et la mort. J'ai pleuré à mainte reprise aussi bien de rire que de tristesse devant le superbe duo de Oscar et la dame rose. C'est une œuvre magnifique qui nous bouleverse au plus profond de nous. Je conseille ce livre à tout le monde car il est remplit d'humanité et de simplicité .

par butterfly
Le Livre perdu des sortilèges Le Livre perdu des sortilèges
Deborah Harkness   
CONQUISE !!!
Ce livre est PASSIONNANT et INTELLIGENT.
J'ai été littéralement séduite par ce premier ouvrage qui a fait l'unanimité de la critique à travers le monde. Voici une histoire riche et aboutie, avec des personnages étoffés et accomplis.
Le récit se déroule dans le monde universitaire, mélangeant les sujets comme l'histoire, la génétique, l'Alchimie ainsi que les différentes créatures surnaturelles. L'écriture est raffinée et on sent une maturité certaine dans l'approche et le développement de l'intrigue.
Ce livre est réellement plus consistant que la plupart du même acabit. Les personnages paraissent également plus crédibles et concrets que les protagonistes masculins fantasmagoriques d'autres auteures.
Une histoire envoutante, en un mot : SUBLIME !
A DECOUVRIR SANS DELAI

par ccmars
Les Brutes en blanc Les Brutes en blanc
Martin Winckler   
Je termine "Les brutes en blanc".
Livre polémiste, livre dénonciateur, livre à lire en tout cas.
Quand on est extérieur à l'hôpital ou tout système de santé, on ne peut se rendre compte réellement des comportements déviants (j'ose le mot) avant d'y être soi-même confronté. Quand on est "dedans", on s'en rend compte, on crée une carapace pour exorciser le "mal", on se satisfait, on démissionne, on accepte. Et on perd forcément de cette humanité qui un jour nous a fait choisir cette voie: soigner.
Bien évidemment, tous les médecins ne sont pas comme ceux décrits dans cet ouvrage. J'aurais envie de dire à tous: "vous vous sentez impliqués ou vous sentez-vous concernés?"
De cet étrange remarque découle l'attitude que chaque soignant montre envers la maltraitante d'un patient fragilisé, qu'il soit en simple consultation ou hospitalisé.
Aurais-je une autre attitude envers "les brutes" à la lecture de cet essai. Un sentiment de pitié certainement.
Mais à y bien regarder, n'avons-nous pas tous le choix? Le choix d'agir selon nos valeurs, le choix de l'altruisme, de la bonté. Ce n'est pas à moi, individu, que le patient s'adresse, mais à moi, soignant, et dans ce miroir de connaissances de la maladie dont il vient s'ouvrir, il attend l'aide, la réponse, un mot qui soulagera sa souffrance. Il attend un mot, il n'attend pas des maux supplémentaires.
Le système hospitalier est ainsi fait qu'en France, comme le précise Martin Winckler, le patient devient une pathologie dès qu'il franchit la porte de l'établissement. Là où l'auteur aurait pu porter son regard, au delà des carabins de toutes sortes, et de ceux qui ne le sont pas mais s'y identifient quand même, c'est sur l'ensemble du dispositif. Une allusion en filigrane de l'ouvrage dénonce le manque de moyens, ou une mauvaise répartition des moyens. C'est clair! Ce qui l'est moins, c'est le mouvement qui s'installe dans les autres professions de l'hôpital, une forme de hiérarchie brutale justifiée par un "contexte contraint" qui veut tout dire et peu dire en même temps.
Les médecins ne sont pas les seuls à supporter les dépassements d'horaires et la charge de travail. Pour palier cet état, les organisations sont restreintes à l'acte et la procédure (de soin) vient remplacer l'accueil, la rencontre avec le patient. Comment peut-on faite entrer un patient dans une procédure sans nier son identité? Cette indifférence est déjà de la maltraitance.
Et les politiques de santé n'y sont pas toujours les seules responsables... On a toujours le choix!
Je suis entièrement d'accord avec le constat établi par M. Winckler.
Evil, Tome 1 : Vicious Evil, Tome 1 : Vicious
Victoria Schwab   
Ma note: 6/5 (gros coup de cœur)
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2017/09/13/villains-tome-1-vicious-de-v-e-schwab/

“Plenty of humans were monstrous, and plenty of monsters knew how to play at being human.”

Il y a certains livres que vous adorez et vous savez malgré tout former des pensées cohérentes pour en parler, et il y en a d’autres qui vous laissent sans voix. Vicious fait partie de cette catégorie. Après mon coup de cœur pour la trilogie Shades of Magic en début d’année, j’étais sûre d’une chose: que j’allais relire du Victoria Schwab. De tous ses romans, Vicious était celui dont j’entendais le plus l’éloge, donc j’ai décidé de me lancer. Je me doutais que j’allais aimer ce livre, j’ignorais juste que ce serait à ce point !

Eli et Victor sont en dernière année de fac. Bien que travaillant sur des thèses différentes, les deux amis se retrouvent rapidement à travailler ensemble sur celle d’Eli, qui recherche les conditions qui mènent à la création d’un ExtraOrdinaire ou EO. Rapidement, les simples recherches vont laisser place à l’expérimentation qui, entre expérience de quasi-mort et conséquences imprévisibles, va vite tourner au vinaigre. Dix ans plus tard, Victor s’évade de prison aux côtés de Mitch, un détenu rencontrer pendant sa décennie passée derrière les barreaux. Durant ces dix années, Victor a eu le temps de se préparer pour la seule chose qui le motive à aller de l’avant: se venger de Eli. Accompagné de Mitch et de Sydney, qu’il a rencontré après son évasion et qui est elle aussi une EO, il compte bien faire payer son vieil ami. Pendant ce même temps, Eli s’est employé à traquer et tuer des EO, à l’exception de Serena, qu’il garde en vie malgré lui.

Par où commencer ? Après avoir lu Shades of Magic, je savais déjà que Victoria Schwab est une auteure de génie, mais pour le coup ce livre repousse les limites du génie. Vicious est différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. Comme beaucoup, je suis habituée à lire des livres qui opposent gentils contre méchants. Or ce livre ne suis pas du tout cette trame: ici c’est l’affrontement entre le mauvais et le pire. Et c’est génial ! C’est original, et c’est tellement plus intéressant que les trames classiques !

“ExtraOrdinary. The word that started—ruined, changed—everything.”

Les personnages sont hauts en couleur et attachants. Qu’on aime les détester ou qu’on les aime tout court, le résultat est le même: ils sont tous incroyables. Chacun d’eux est développé avec intelligence, leur évolution est cohérente, et même si j’ai été surprise plus d’une fois lors de ma lecture par rapport à leurs actions, en prenant du recul on se rend compte que c’est toujours logique.

Durant la première moitié du livre, Victoria alterne les chapitres entre le ‘présent’ et dix ans auparavant, nous permettant de comprendre comment Eli et Victor en sont arrivés là. Au début j’ai eu un peu peur que cette façon de faire casse un peu trop le rythme du livre, mais au final je pense que c’est ce qui m’a rendu encore plus accro à ma lecture.
Dans la deuxième partie les flashbacks sont toujours présents mais moins nombreux, et ne se concentrent plus uniquement sur Victor et Eli mais également sur Sydney, Serena et Mitch. J’ai adoré en découvrir plus sur eux et leur passé, d’autant plus que je ne m’y attendais pas du tout. Il n’est pas rare que des auteurs négligent certains de leurs personnages, mais ce n’est pas le cas de Victoria Schwab qui prend bien le temps de poser les bases de chacun d’eux à travers le livre.

Vicious a un rythme particulier qui, je m’en doute, ne va pas forcément plaire à tout le monde. La première partie est un peu plus lente, mais honnêtement ça ne m’a pas du tout dérangé ! Entre la plume toujours aussi excise de Victoria et l’histoire complètement prenante, j’ai été très rapidement happée par ce livre. Les passages plus lents permettent de construire la tension toujours plus pesante qui nous maintient accroché à notre lecture.

“The paper called Eli a hero.
The word made Victor laugh. Not just because it was absurd, but because it posed a question. If Eli really was a hero, and Victor meant to stop him, did that make him a villain?”

Ce livre a été une vraie claque. Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Victoria Schwab nous maintient en haleine du début à la fin et réussi avec brio à créer une histoire aussi complexe qu’incroyable. Je sais que ce n’est que mon quatrième livre de cette auteure que je lis, mais oserai-je m’avancer et dire qu’il s’agit de son meilleur ? En tout cas une chose est sûre: ce livre a été un énorme coup de cœur comme j’en ai rarement.

par Callmeluh
Dragonfury, Tome 1 : Furie de Flamme Dragonfury, Tome 1 : Furie de Flamme
Coreene Callahan   
Une déception !

Ah, je l’attendais tant, ce roman ! Dès que j’ai lu le résumé, il y’a plusieurs mois, j’ai été tout de suite très attirée et je comptais les jours jusqu’à sa sortie. Il faut vraiment que j’arrête de faire ça, car c’est dans ces cas-là que je suis le plus déçue. Dragonfury est une petite déception, bien qu’il ait quelques points positifs. Ce livre est tellement… Commun ! Il n’a aucune originalité et c’est justement ce que j’espérais trouver avec cette histoire de dragons, de l’originalité. Eh bien, je me suis fait rouler dans la farine.

Myst Munroe est infirmière et prend très à cœur la vie de ses patients. Un jour, elle se rend chez une jeune femme enceinte à problème dont elle s’occupait et la retrouve morte… Elle décide de retirer son enfant de son ventre afin de le sauver mais elle est alors emmenée par des hommes étranges qui se disent être des dragons ! Et qui veulent l’enfant, car il est l’un des leurs. Leur chef, Bastian, ressent quand à lui un lien féroce qui le lie immédiatement à Myst…

Les personnages. Certains étaient très sympas mais la majorité sont du vu et du revu. Franchement, j’ai eu l’impression de retomber dans un énième copié collé de La Confrérie de la Dague Noire, avec ses « frères ». Bastian, il est fade. Creux, sans intérêt, sans passion, sincèrement, quand tu à connu des hommes dans la Bit-Lit tel que Bones de Chasseuse de la Nuit ou Kohler, Viszs ou Zadiste de La Confrérie de la Dague Noire, comment se satisfaire de… ça ? Je ne l’ai pas aimée du tout, vous l’aurez compris. Myst est un personnage sympa, elle n’a rien de particulièrement attachant mais ça va. J’ai bien appréciée les personnages secondaires d’Ivar, Rikar, Forge et Wick, ils sont mon petit rayon de soleil du roman. La romance entre Myst et Bastian est beaucoup trop rapide et peu crédible. Et elle accepte les dragons avec une telle facilité, comme si c’était normal de voir des dragons tous les jours ! Vraiment pas crédible.

L’histoire maintenant. Passable. Les dragons, dans ce livre, ressemble un peu… aux vampires. Ils ne sortent que la nuit et ont besoin de prendre l’énergie de femmes pour se nourrir, ce qui rappel les vampires qui se nourrissent de sang. Leur histoire n’est pas particulièrement fascinante, pas plus que les dragons en eux-mêmes et c’était ce que j’attendais le plus au tournant, eh bien finalement, la saga jeunesse sur les dragons Lueur de Feu de Sophie Jordan est plus intéressante et plus approfondi. J’ai eu énormément de mal à lire les 150 premières pages aussi. Mais par la suite, cela s’est un peu amélioré et au final, ce n’est pas non plus le pire livre que j’ai lu de ma vie, y’a même deux où trois passages où certains trucs sympas et intéressants, je ne me suis pas non plus forcée à la lire, j’ai même un peu hésitée avec un 4/5 car le livre à un petit côté attractif et je pense que l’auteur pourrait peut-être s’améliorée. Mais bon, je peux pas être gentille avec tout les livres et donnez des bonnes notes à tout va. Ce livre est donc une lecture… agréable on va dire malgré ces défauts, mais elle est bourrée de défauts et de faiblesse. Pourtant, j’ai du mal à le noter, il est au-dessus de mes 3/5 et en dessous de mes 4/5, c’est difficile, même un 3,5 / 5 n’était pas assez bon (j’aurais dit la note idéal pour ce livre était en fait un 3, 75) mais je note pas comme ça alors… J’avais cependant beaucoup d’attente pour ce livre et il n’a pas à été à la hauteur de mes espérances, mais c’était une lecture assez sympa.

Je pense cependant lire la suite, car il portera justement sur trois personnages que j'ai aimée, par curiosité.