Livres
523 924
Membres
541 956

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de CharlieBe04 : Mes envies

La bête aveugle La bête aveugle
Edogawa Ranpo   
Ooooh Ciel!
Au premier abord ce livre peu sembler un petit peu barbant. L'histoire d'un aveugle obsédé par les femmes, qui irait jusqu'à les agresser, en stalker bien flippant qu'il est.
Mais ne vous arrêtez surtout pas à ça! Cette histoire est extraordinaire! Écrite d'une main de maître elle rend le meurtre et la mort esthétiques... C'est étrange à dire mais c'est vrai!
Une véritable oeuvre d'art mettant en avant un art "immonde" et un sens si souvent oublié!

par KarenMi
La chambre rouge La chambre rouge
Edogawa Ranpo   
Un recueil de nouvelles à chute que vous n'oublierez jamais : addictif, qui peut mettre mal à l'aise, mais époustouflant.
la chambre rouge réunit les meilleures nouvelles de l'auteur.


par Janis16
L'Ile Panorama L'Ile Panorama
Edogawa Ranpo   
Un livre vraiment original et agréable à lire.

Ce n'est peut être pas le meilleur titre de l'auteur mais ce livre vaut tout de même le détour. En effet nous avons un roman soigné et bien mené.

Tout d'abord notre protagoniste est un personnages assez atypique: il s 'agit d'un utopiste, machiavélique et tordu à souhait (il rivalise avec les pires savants fous). Bref nous avons un homme prêt à tout pour mettre à bien son projet c'est à dire faire un monde artificiel à son image. Peu de roman mettent en avant un protagoniste de ce genre : d'habitude on a principalement des héros au grand coeur et très rarement un psychopathe. Edogawa Ranpo nous offre une merveilleuse réflexion sur l'art et la folie.

Ce livre a été écrit dans les années 1920 mais reste très moderne dans ses thèmes et dans son rythme de narration. Le récit est fluide, captivant et certains passages sont dignes d' Edgar Poe (l'île en elle même est vraiment décrite avec minutie la beauté est mêlée à des éléments cauchemardesques - certains trompe - l'oeil sont vraiment originaux et font preuve d'une réelle créativité).

Pour donner du poids à son scénario Edogawa Ranpo le présente comme un témoignage réel, c'est un parti pris assez intéressant à mon sens. Notre protagoniste usurpe l'identité d'un autre pour mener à bien son projet. Plus le lecteur avance dans le livre et plus il bascule dans la folie du personnage. nous voyons la déchéance de ce dernier et sa façon de voir les choses (bref l'auteur a travaillé son aspect psychologique dans les moindres détails). Enfin un protagonistes atypique et bien dépeint !

La fin m'a plu et se présente comme le dénouement d'une enquête policière. Un livre qui se lit rapidement et nous dépayse avec un monde tout droit sorti de l'imaginaire d'un homme enclin à la folie et à la recherche de la perfection sur terre... Je ne m'attendait pas à cette chute mais je n'en dis pas plus.
La proie et l'ombre La proie et l'ombre
Edogawa Ranpo   
Ranpo Edogawa nous livre ici un très bon roman policier. Le tout reste original et bien pensé.

Notre narrateur est un célèbre romancier spécialisé dans les romans policiers (Ranpo Edogowa lui-même ou son homologue littéraire). Il nous fait part de son investigation, de ses récentes découvertes et déductions. Cette affaire l'a profondément bouleversée, l'a plongé dans le chagrin, la culpabilité et le doute.

Notre protagoniste va confronter son intelligence à celle de l'un de ses confrères l'énigmatique et misanthrope Shundei Oe. Les 2 auteurs possèdent une vision radicalement opposée du crime et de la violence. Oe aime mettre en avant les penchants les plus sombres de l'être humain (perversité, voyeurisme, masochisme,etc ...). Il apprécie les pulsions meurtrières de ses personnages, affectionne les atmosphères pesantes et malsaines. Il ne se soucie pas de la morale contrairement à notre protagoniste.

Oe trahie par son ancienne amante tente de mettre à exécution sa vengeance murement réfléchie et mise en scène. Il va entrainer notre narrateur sur sa piste en piégeant et tourmentant Shizuko Omayada une jeune femme fragile . Une enquête psychologique, tordue et complexe va alors se mettre en place...

Le récit reste très moderne dans sa forme et dans les sujets abordés. Le lecteur cherche également à découvrir la vérité, à comprendre. Au final nous tombons de haut avec les ultimes révélations [spoiler]le narrateur pense avoir découvert l’identité de Oe qui serait en réalité Shizuko Omayada son nouvel amour et la veuve de l'histoire. Sans réels aveux de sa part il va donc douter de ses propres conclusions et culpabilise suite au suicide de cette dernière. La question de l'innocence ou de la réelle culpabilité de Omayada vient le heurter de plein fouet. En tout cas le raisonnement de l'enquête tient parfaitement debout, cette femme incarnait 3 personnalités à la fois. Pour ma part cette conclusion semble être la bonne [/spoiler] Cette affaire possède un aspect réaliste, et très subtile.

La plume de l’auteur est fluide, poétique. Ranpo Edogawa aime nous titiller, nous amener sur un autre cheminement, nous déstabiliser à sa manière. Il n'a pas de longueur ou de passage descriptif trop long. Comme toujours chez cet auteur tout est bien calculé et bien construit. Personnellement j'ai préféré l'île panorama mettant en scène un fou (ce récit est plus percutant, c'est mon coup de coeur), le lézard noir juste excellent surtout le final ou même le démon de l'île solitaire. Ce titre est intéressant mais en dessous des oeuvres cités précédemment, il y a peut être moins d'action et les personnages sont moins poussés.


La dernière partie du livre se compose d'une petite nouvelle, ici nous connaissons dès le début le criminel, son mobile, son mode opératoire. Une vieille dame est assassinée, un jeune garçon est alors accusé du meurtre car il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment... Le véritable criminel est habile, il va donner du fil à retordre aux enquêteurs, j'ai apprécié leurs cheminement, leurs analyses. Bref le jeu est de découvrir si le véritable coupable va tomber ou non et comment. Nous assistons à une lutte entre 2 esprits habiles.
La partie sur les tests psychologique est intéressante, très bien menée. Nous retrouvons le détective Kogoro Akechi un personnage récurent chez Ranpo Edogawa (je l'ai déjà croisé dans le lézard noir). Cette nouvelle est très bien ficelée.

En conclusion un très bon moment de lecteur mais pas mon titre préféré de l'auteur. Le tout reste donc tous public il n'y a pas de scènes gores, ou trop sanglante. J'ai bien apprécié le côté psychologique du roman.
Les Bébés de la consigne automatique Les Bébés de la consigne automatique
Ryû Murakami   
Un livre étrange qui gâche un peu un sujet important et intéressant.

Je trouve ça dommage de tomber dans la vulgarité et dans le grotesque avec un tel matériel de départ.

Attention prostitution au-dessus d'un site pollué et Croco voguant vers son funeste destin en perspective.

Si vous voulez découvrir comment passer de prostitué à chanteur et du saut à la perche au meurtre en dix leçons ce navet est pour vous.

Contrairement à ce qu'annonce le résumé je ne vois pas le rapport avec Gabriel Garcia Marquez.


Mais c'est plutôt pas mal écrit et certains apprécieront la critique acerbe de la sociète japonaise.
Kafka sur le rivage Kafka sur le rivage
Haruki Murakami   
Cet ouvrage est original pour bien des aspects. C'est une œuvre poétique avec des oppositions très « brutales » (scènes érotiques et meurtrières). C'est une œuvre philosophique (voire initiatique) remplie de métaphores propagées dans ces deux parcours (géographique et intérieur).
L'auteur joue très bien avec les genres littéraires (historique, polar, conte, fantastique, tragique, mythologique, initiatique...) comme des vagues sur le rivage. Il parsème dans cette atmosphère apaisante et mystérieuse, des références philosophiques, historiques, littéraires et musicales qui donnent à ces deux histoires parallèles (Nakata et Kafka Tamura), un caractère quasi-mystique comme si une porte sur le surnaturel s'ouvrait au cours de notre lecture. Une porte où les deux mondes (le rêve et la réalité) s'entremêlent.
Cela paraît assez étrange, mais il semble que mon avis reste confus... J'ai dû passer de l'autre côté, moi aussi.
De toute façon, les mots sont trop réducteurs pour cet œuvre d'Art.
La Ballade de l'impossible La Ballade de l'impossible
Haruki Murakami   
Murakamienne un jour, Murakamienne toujours ! Tel pourrait être ma devise ;-)
Cette ballade de l’impossible est mon 8ème roman de l’auteur, et sans doute mon préféré jusqu’à ce jour.
Impossible à décrire ou à comparer..., impossible à exprimer ou à faire partager à sa juste valeur..., impossible à oublier tout simplement…
Plus je me pose la question de savoir pourquoi je l’ai tant aimé ? Moins je trouve de réponses concrètes.
Peut-être ai-je tout simplement peur de mal formuler ma pensée ou les sentiments suscités en moi ?
Mais je me dois tout de même d’essayer, ne serait-ce que pour vous donner envie de le lire à votre tour :)
Quand on parle d’immersion totale, je peux dire que c’est l’effet que j’ai ressenti puisque je suis sortie de là un peu désorientée, comme si je quittais une bulle.
Une bulle dans laquelle j’étais blottie durant toute ma lecture, et même quasiment en apnée durant certains passages, notamment celui du premier séjour de Watanabe à la « Maison des amis » pour rendre visite à Naoko.
J’avais parfois l’impression que les bruits extérieurs me parvenaient de loin, et que la réalité s’était effacée pour laisser place à ce Japon des années 70.
Alors je vous laisse imaginer le vide que j’ai ressenti lorsque cette bulle a subitement éclaté en refermant le livre
J’ai retrouvé des thèmes récurrents de l’œuvre de Murakami, comme par exemple : la distorsion des êtres et leur perception du monde, la recherche et le droit au bonheur, et cette solitude comme éternelle toile de fond.…
Et pourtant, il ne se répète jamais puisqu’il les aborde toujours sous un angle différent.
Un des grands atouts de ses personnages, c’est qu’ils ne sont pas envahissants. Comment dire… ?
Ils laissent la place aux lecteurs de s’immiscer à leur côté, au cœur de l’histoire.
D’aucuns diront peut-être qu’ils sont trop fades, mais pas du tout !
Leurs traits ne sont pas forcés mais esquissés tout en finesse justement pour permettre à chacun d’entre nous d’y trouver ses propres repères, de s’identifier afin de ressentir les émotions encore plus intensément.
La musique nous accompagne de chapitre en chapitre, telle une brume magique et apaisante, pour mieux nous rappeler le pouvoir qu’elle peut avoir sur les blessures de l’âme.
Le rythme est lent, et même idéalement allongé pour nous happer et nous faire complètement perdre la notion du temps.
Si toute la littérature japonaise est comme ça, alors je signe tout de suite !

par Lupa
1Q84, Livre 1 : Avril-Juin 1Q84, Livre 1 : Avril-Juin
Haruki Murakami   
Au fur et à mesure que ma lecture progessait, je m'immergeais de plus en plus dans le récit. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et sa plume est réellement envoutante. On sent que chaque détail a son importance et on s'efforce de tout retenir mais l'auteur fait suffisamment de retour en arrière pour qu'on se souvienne de tout.
L'univers est extrémement déstabilisant et les questions augmentent au fur et à mesure du développement du récit.
Vivement que je me procure le tome 2 !
Louange de l'ombre Louange de l'ombre
Junichirô Tanizaki   
http://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2017/04/louange-de-lombre-de-tanizaki-junichiro.html

Ce livre est un classique de la littérature japonaise que je ne connaissais pas. Il a été écrit en 1933. Je vous vois venir d'ici. "Mais c'est vieux!" ou "Ce n'est plus d'actualité!" Je vous arrête tout de suite chers abonnés ou lecteurs de passage. Ce livre est toujours d'actualité si ce n'est plus encore sur pas mal de sujet. C'est assez impression. Certains passages m'ont fait sourire voir rire tant cela me renvoyait à des souvenirs personnelles. Pourtant, je ne suis absolument pas japonaise. Alors en quoi ce livre est-il si fabuleux?


Commençons par l'écriture de l'auteur. Il a écrit cet ouvrage comme il l'a pensé. En tout cas, cela donne cette impression. Cette authenticité est touchante. On ne peut s'empêcher d'imaginer l'auteur observer un endroit ou un objet et de voir l'expression de son visage à la lueur d'une pensée personnelle naissante. Sa capacité de raisonnement est fascinante. Son style est clair, simple et efficace mais doté d'une élégance incroyable. Il arrive tout de même à nous parler des toilettes et à rendre le sujet intéressant. (Ne riez pas. C'est très sérieux. J'avoue que ça me faisait rire jusqu'à un passage qui expliquait le pourquoi il mentionne le sujet).


Poursuivons sur le fond de ce texte. Comme dit précédemment, il est fascinant non dans le Japon des années trente que l'on évoque mais dans le fait qu'il est toujours d'actualité. L'histoire de l'invention d'un simple stylo plume et de son impact sur la société japonaise nous semble improbable et pourtant. Je vous recommande vivement de le lire si vous souhaitez en savoir plus. Ça m'a réellement stupéfaite. Il y parle également des différences entre les occidentaux et orientaux pour reprendre ses mots mais également les points communs, l'impact des nouvelles technologies, la place des personnes âgés dans une société toujours plus accès sur la jeunesse...Beaucoup de sujets toujours actuels, vous en conviendrez.


Toutefois, je vais vous expliquer pourquoi il n'aura pas de petit cœur coup de cœur. J'ai trouvé la fin un peu longue. Il se répétait un peu dans ses propos autour du théâtre nô et kabuki. Malgré ma fascination, j'avoue que quelques pages en moins n'auraient pas été de refus. (Il fallait bien que je lui trouve un défaut)


En bref, j'avais acheté ce livre pour répondre à ma passion pour le Japon sans forcément avoir un réel intérêt pour le thème et j'en ressors bousculé et plus que satisfaite. À lire d'urgence.
Noir sur blanc Noir sur blanc
Junichirô Tanizaki   
https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2020/03/noir-sur-blanc-de-junichiro-tanizaki.html

J'avais adoré "l'éloge de l'ombre". Je n'ai pas hésite une seconde à acheter ce roman. On change de registre avec un thriller. Le héros ressemble beaucoup à l'auteur. D'ailleurs ce dernier le reconnait pas mal. Le personnage principal est un écrivain à la recherche de l'inspiration. Et il va la trouver en s'inspirant d'une personne réel en la tuant à la fin.


Mais cette histoire, de fictive, va devenir réel. Mizuno va paniquer et devenir complètement paranoïaque. D'autant plus que ce n'est pas un auteur tout à fait honnête. Ce personnage peut être détestable. Je l'ai trouvé personnellement pathétique. Par moment, j'avais envie de le secouer et d'autres rire.


Concernant la fin, je l'ai adoré. Ça m'a bien fait rire. Je pense que ce roman est un thriller humoristique. En tout cas, il était chouette et j'ai bien l'intention d'en lire d'autres.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode