Livres
455 247
Membres
404 670

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:53:36+01:00

Il faut être optimiste, se dire que la haine est périssable.

Les pessimistes ont fini à Hollywood, et les optimistes à Auschwitz.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:51:29+01:00

Tiens, quel est le mot utilisé quand on perd sa sœur ?

Il n'en existe pas, on ne dit rien.

Le dictionnaire est parfois pudique.

Comme lui-même effrayé par la douleur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:49:38+01:00

Il a des théories sur le rangement des livres.

Notamment celle du bon voisinage

Le livre que l'on cherche n'est pas forcément celui que l'on doit lire.

Il faut regarder celui d'à côté.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:54:02+01:00

Fallait-il aller au bout du supportable ?

Pour enfin considérer l'art comme seule possibilité de vie.

(...)

Elle voulait mourir, elle se met à sourire.

Plus rien ne va compter.

Plus rien.

Rares sont les œuvres ainsi créées.

Dans un tel degré d'arrachement au monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:52:47+01:00

J’aime qu’un tableau ait l’air de s’être peint lui-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:52:34+01:00

Puisses-tu ne jamais oublier que je crois en toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:48:30+01:00

Les mots n'ont pas toujours besoin d'une destination.

On les laisse s'arrêter aux frontières des sensations.

Errant sans tête dans l'espace du trouble.

Et c'est bien le privilège des artistes : vivre dans la confusion.

Afficher en entier
Extrait ajouté par TiliaFox 2015-01-02T00:18:19+01:00

La vrai mesure de la vie est en fait le souvenir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:54:17+01:00

Sur le bâtiment, on peut lire qu'on va prendre une douche.

Avant de pénétrer dans les bains, chacune se déshabille.

Il faut mettre ses vêtements sur un crochet.

Une gardienne s'époumone.

Surtout, retenez bien le numéro de votre porte-manteau.

Les femmes mémorisent ce chiffre ultime.

Et entrent dans l'immense salle.

Certaines se tiennent la main.

On ferme alors les portes à double tour, comme dans une prison.

La nudité sous une lumière glacée creuse les corps.

On remarque Charlotte avec son ventre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-12-12T12:53:23+01:00

On peut tout quitter sauf ses obsessions.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode