Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Charwizk : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Six ans déjà Six ans déjà
Harlan Coben   
Déçue par ce livre… pas le meilleur de Coben à mon sens… La première moitié encline à poursuivre lecture, mais la seconde est décourageante et se résume à un imbroglio parfois difficile à suivre, et pour sûr, trop fantaisiste à mon goût, même pour un thriller.
Maman a tort Maman a tort
Michel Bussi   
Monsieur Bussi écrivez, écrivez et continuez de nous enchanter avec vos romans. Quelle imagination !!!!! Un pur régal, on va de rebondissement en rebondissement et on tourne les pages ou le bouton de la tablette avec avidité... Merci pour ces bons moments de lecture. "N'oublier jamais" que si "Maman a tort" et qu'elle "Ne lâche pas ma main", je prendrai "Un avion sans elle" car j'ai du "Sang famille" et avec mes "Nymphéas noirs" je n'irai pas "Mourir sur Seine". Je l'ai toujours dit "T'en souviens-tu mon Anaïs ?"

par coucougi
Unbreak Me, Tome 1 : Unbreak Me Unbreak Me, Tome 1 : Unbreak Me
Lexi Ryan   
Un bon livre.
les personnages sont intéressants et l'histoire est très bien construite. L'auteur a su distiller les révélations au bon moment, ce qui a rendu la lecture presque addictive.
Je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler.


par Adèle
Love in Provence Love in Provence
Tamara Balliana   
Le décor m'a attirée comme la lumière attire le papillon, en ce moment, il fait gris et froid je veux du soleil et du feelgood avec un titre comme Love In Provence ça ne peut pas louper. Nous voilà avec une comédie romantique qui sent bon la lavande avec un petit goût d'USA. Notre héroïne travaille à Chicago pour les prestigieux hotels Richemont, elle atterrie dans le sud de la France en tant que consultante dans l'un d'eux. Cassie n'est pas là pour s'amuser mais surtout dans un but bien précis, finir à la tête d'un hotel.

On voit très vite la mise en place, peu de surprises car dés les premières pages le potentiel triangle amoureux pointe le bout de son nez et les amitiés définies instantanément. J'ai un peu rouler des yeux tant c'était rapide, en 2 chap c'est plié. Je ne parle même pas de certains dialogues peu réalistes et un peu rigides, ça manquait par moment de spontanéité et de fluidité. Mais malgré ces petits défauts de conception, le charme a quand même opéré.Je me suis attachée aux personnages et aux personnages secondaires.

C'est une histoire simple et sans prise de tête, c'est doux et mignon. J'ai aimé le fait de suivre l'histoire au fil des mois faisant ainsi de la Provence un personnage clé qu'on voit évolué, tout comme Cassie. J'ai trouvé en Cassie une âme soeur niveau cuisine, ça me rassure un peu, je ne suis pas seule face à cette corvée ! Elle a des moments loufoques qui font sourire et qui font du bien. On se pose aussi beaucoup de questions avec ce Damien et c'est peut-être en partie tout l'intérêt de ce suspens. Puis, il y a Vincent et c'est peut-être à partir de là que ça devient vraiment intéressant avec l'entourage d'Olivia. Cette dernière est excellente, excentrique et libérée, elle est souvent à l'origine des sourires lors de cette lecture.

C'est une jolie surprise finalement, on prend beaucoup de plaisir à suivre cette romance contemporaine toute choupie.

par LLyza
André Malraux, une vie André Malraux, une vie
Olivier Todd   
Ecrire la biographie de Malraux, c’est s’attaquer à plusieurs hommes à la fois : l’écrivain auteur de classiques étudiés au lycée aussi bien qu’à l’université, le politique engagé dans les combats du siècle, futur ministre de la Culture sous de Gaulle, sans oublier le voyageur esthète situant toujours son discours sur le plan de l’universel.

Si le travail d’Olivier Todd s’apparente souvent à une déconstruction, voire une démolition du mythe Malraux, son intérêt réside cependant ailleurs, il se justifie par les lignes de force qu’il dégage entre les différents visages d’un personnage protéiforme, insaisissable. Comment l’expérience nourrit l’oeuvre, comment elle est susceptible d’infléchir, de corriger une atavique propension à l’imaginaire, comment néanmoins ce même imaginaire résiste, imprime sa loi, telles sont les questions rencontrées par l’essayiste, hissant le livre au-dessus des ambitions habituelles du genre biographique. Une phrase, relevée par Todd, pourrait servir d’exergue à la vie de Malraux : "Ce qui me touche dans le romancier - comme dans l’artiste quel qu’il soit - écrit-il en 1927, n’est pas le monde qu’il peint, mais la transformation particulière qu’il est obligé d’imposer à ce monde pour parvenir à la traduire". Autrement dit l’Art, porteur d’une vérité supérieure, légitime l’invention, et au diable la véracité scrupuleuse!

Olivier Todd nous décrit dans les premiers chapitres un rêveur s’essayant à l’écriture et au métier de critique littéraire, mais aussi un esprit volontaire et indépendant, en marge à la fois du surréalisme et du PCF. Il rencontre Clara Goldschmidt, qu’il épouse en 1921. Elle l’initie à la littérature russe et allemande, elle sera la première lectrice et le premier juge de ses livres. Suscitant l’intérêt de Gide, Malraux parvient bientôt à s’ouvrir les portes de la NRF. Sa tête bouillonne sans cesse de projets. Tantôt c’est l’idée d’une histoire de l’Art, tantôt celle d’un "Tableau de la littérature française" qui serait réalisé par un collectif d’écrivains.


par ninanina
La Voie royale La Voie royale
André Malraux   
Suivre un pilleur de bas-reliefs dans la jungle du Cambodge des années 1920 : un défi parfois difficile à tenir tant cette obsession du vol des sculptures khmère m'a dérangée et choquée tout au long du roman.

par Runya
La Condition humaine La Condition humaine
André Malraux   
J'ai dû lire ce livre pour un contrôle de lecture en rhéto. Je ne pensais pas que Malraux était le genre d'auteur auquel je pourrais accrocher. Après trois pages de lecture, j'étais vraiment dans l'histoire, adepte de ce que l'auteur contait au fil des pages. Je l'ai relu trois fois depuis ma première lecture, et les personnages de Tchen, Kyo,Katow, etc., me passionnent toujours autant. Je ne regrette en aucun cas l'imposition de mon professeur. C'est un livre historique intéressant, bien écrit, qui nous permet de nous placer de l'autre côté, celui des "mauvais" pour l'époque (selon le pouvoir bien évidemment).

par Missmucha
Joyaux Joyaux
Danielle Steel   
Hello,
Pour les fans de Danielle Steel ce livre est à découvrir. Il nous transporte avant pendant et après la seconde guerre mondiale. Histoire d'une famille qui a pour origine la noblesse anglaise. Danielle Steel a encore très bien orienté sa recherche pour notre plus grand plaisir. Encore une fois du grand Danièle Steele.
superbe livre!!! marquise66
Le Trône de fer, Tome 8 : Les Noces pourpres Le Trône de fer, Tome 8 : Les Noces pourpres
George R. R. Martin   
Une nouvelle évolution dans la saga

La force de la saga Trône de fer, et surtout vu le nombre de tomes à lire, c’est la faculté qu’à GRR Martin de faire évoluer ses pions, voire parfois de les supprimer pour le bien de son œuvre. Et cela ne doit pas être facile du tout car ses personnages sont des plus aboutis et l’on s’attache vraiment à leur vie et à leurs intrigues.

Alors qu’avions-nous là ? Nous quittions les Sept Royaumes dans un état plus que déplorable avec à sa tête le roi Joffrey, espèce de cancrelat répugnant que l’on a envie qu’il meurt (dans d’atroces souffrances) tant il incarne la cruauté doublée d’incompétence. C’est le roi qui nous rappelle les Targaryens et nous n’avons pas du tout envie qu’il rende le royaume exsangue. De sa famille, nous voyons l’évolution plus qu’intéressante de son père/Oncle : Jaime. C’est vraiment l’évolution dans les personnages qui m’a le plus marquée et le plus intéressée je dois dire. Son autre Oncle, Tyrion, continue sur le chemin de la Noblesse. Il tente de réparer ses tares familiales et nous ne pouvons que saluer son caractère, sa finesse d’esprit et sa ligne de conduite. Du côté des Starks, le roi du Nord qui a perdu le Nord tente de rattraper ses erreurs de jeunesse. Mais nous sentons chez lui une possibilité de faire un bon roi. C’est le fils digne de Ned Stark. Sa mère tente toujours de l’épauler dans sa tâche, même si on sent qu’elle n’aspire qu’à pleurer les siens qu’elle a perdus. Cette femme est tout ce que nous souhaiterions être plus tard. Quant à Sansa, elle est la digne fille de sa mère, une vraie Tully qui s’est endurcie (peut être trop d’ailleurs) et qui tente de survivre dans sa prison Lannister. Arya poursuit son bonhomme de chemin en tentant de retrouver les siens. Quant à Bran et Rikkon, ils poursuivent leur ascension vers le Mur, Bran prenant le pli d’être un grand mystique. Il me tarde de voir l’étendue de ses pouvoirs. Et Jon, lui, sauve le Mur comme il peut, tout en étant amoureux de sa belle sauvageonne. Quant à Stannis, je me demande toujours à quoi il sert, vulgaire pantin dangereux de Mélisandre. Enfin, Daenerys se retrouve à la tête d’une armée et je trouve qu’elle se débrouille très bien.

Les tactiques se poursuivent.
C’est d’ailleurs ce que l’on apprécie ici. Les deux tomes précédents nous servaient à placer les pions patiemment, et maintenant, nous voyons les effets produits. Et comment vous dire : c’est explosif ! Je ne m’attendais pas du tout à ces revirements et je trouve toujours la saga pleine de jeunesse, de souffle, et plus je la lis, moins je m’en lasse. Comme je vous l’ai dit plus tôt, on a hâte de voir les personnages évoluer (ce que je trouve dingue, j’aimerai être petite souris pour voir la préparation que l’auteur se fait pour chaque épisode) et l’on se demande quand le nœud d’intrigues prendra fin. Et le pire, c’est que l’on se demande constamment ce qu’il va pouvoir bien se passer. On ne soupçonne jamais l’ampleur de chaque changement. Et je n’ai qu’une chose à vous dire : vivement La loi du régicide !

En conclusion : je suis vraiment contente d’avoir fini mon année 2012 avec cette lecture. Cela m’a permis de finir l’année sur un brio monumental. Et j’espère pouvoir finir la saga pour 2013 (eh, j’ai fait plus de la moitié des tomes publiés, cela devrait pouvoir se faire !)

http://labibliodekoko.blogspot.fr/2012/05/game-of-thrones-de-george-r-r-martin.html

par Kore
Le Trône de fer, Tome 7 : L'Épée de feu Le Trône de fer, Tome 7 : L'Épée de feu
George R. R. Martin   
Se tome se lit comme se mange un arlequin: avec plaisir, mais aussi accompagné d'un goût amer, ici dû aux nombreux rebondissements jamais blanc où noir du récit.
J'ai souhaité ne jamais le finir, tant Daenerys retenait mon attention... Qu'elle Reine elle fait!

par Nelff