Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par Clavel le 12-04 Editer
Chasseuse de Vampires, Tome 12 : Archangel's war
Extrait de la newsletter de Nalini Singh (ENG)
Traduction personnelle

"Nous surveillons", dit le Principal. "Nous protégeons."

Mais les choses se transformaient devant eux, une faible luminescence émanant de l'endroit où l'aeclari s’était trouvé avant que les filaments ne voilent le corps de Raphaël et la chrysalide d'Elena.

Au-delà des portes du balcon maintenant partiellement recouvertes par la soie neigeuse des filaments, la Campanule apparut. Ses yeux s’élargirent devant l'océan de filaments, la luminescence. Mais avant qu'il n'ait pu ouvrir les portes closes, une voix familière pénétra leurs esprits à tous.

"Partez tout de suite". C'était l’ordre d'un archange. "Dégagez le ciel. Vider les alentours. Maintenant."

La Légion s’était déjà mise en mouvement alors même que le dernier mot résonnait dans leur esprit. C'était la Légion de Raphaël, la Légion d'Elena, et ils avaient reçu un ordre. La Campanule n'était pas la Légion. C'était l'un des Sept. Unique. Avec un esprit singulier.
La souffrance se peignit sur ses traits, mais il inclina la tête et le Principal le vit articuler le mot, "Sire".

Puis tous se mirent en mouvement.

La Campanule se laissa tomber sur l’herbe, puis couru à l'intérieur de la maison.

La Légion se divisa en quatre escadrons et balaya la zone. Des êtres ailés volaient déjà à grande vitesse vers la rivière, le visage dur et les mâchoires serrées. La Légion atterri devant les voitures qui roulaient sur la route la plus proche. Les voitures n'étaient pas très proches de la maison de l'aeclari, mais l'archange n'avait pas précisé quel périmètre il fallait dégager.

Lorsque les deux premières voitures s’arrêtèrent dans un crissement de pneu qui fit monter une odeur de brûlé jusqu'à leurs narines, la Légion arracha les portières pour en extraire des vampires terrorisés. Un escadron de la Légion s’envola, deux avec un vampire. Un autre groupe trouva quatre humains dans une troisième voiture, le bétail d'un vampire qui rentrait chez lui. Le bétail effrayé se plaignit d’être enlevé par la Légion, mais il ne tenta pas de résister. Les vampires non plus après avoir aperçu les anges qui se précipitaient vers les eaux pour fuir l’Enclave.

Une lumière dorée jaillit des fenêtres de la maison des Aeclari.

Beaucoup d'anges ruisselants d’eau tenaient des vampires ou des humains dans leurs bras, éloignant leurs maisonnées du danger. La Campanule fut l'un des derniers à quitter l'Enclave, et bien que la Légion ne parle pas à beaucoup de gens à l’exception des aeclari, ils lui parlèrent : "Les gens des aeclari sont-ils en sécurité ?" C'était important. La Légion le savait. Les aeclari étaient liés à ceux qui vivaient dans leur maison.

"Oui, je les ai fait sortir." La campanule, qui pouvait voler plus vite que le Principal et faisait parfois la course avec les voitures de l’Epée et de la Vipère, se jeta du haut de la falaise, les ailes léchées par une lumière dorée si vive qu'elle en était difficile à regarder. Dans une main, il tenait une grande chose rectangulaire, dans l’autre, des objets qu’ils reconnaissaient.

Plusieurs membres de la Légion volèrent à sa rencontre et se saisirent de ces choses. La Légion ne comprenait pas les choses, mais dans leur esprit, celles-ci étaient liées à l'aeclari. "Nous les emmènerons à la Tour."

La plupart des anges continuèrent à voler vers Manhattan, et les membres de la Légion qui transportaient des vampires ou des mortels les suivirent. Mais une fois parvenu au-dessus du fleuve, le Principal se retourna, tout comme ses frères qui ne portaient pas d’autres charges que leur propre corps.

La Campanule s'arrêta juste devant eux, le bleu argenté de ses ailes se répandit et son visage fut inondé par la lumière dorée et brûlante qui avait transformé la rivière en or.

Et la lumière grandi, grandi, et grandi, et grandi.

Jusqu'à ce qu'enfin, la lumière soit si brillante qu'elle en devint feu et que même le Principal ne put la supporter et soit obligé de se protéger les yeux de son avant-bras. La dernière chose qu'il vit fut un intense éclat blanc.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.