Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de chawtoodou : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Destiny, Tome 2 : Parfaite Destiny, Tome 2 : Parfaite
Cecelia Ahern   
http://bunnyem.blogspot.ca/2018/02/destiny-tome-2-parfaite.html

Le tome 1 de cette saga dystopique avait été un beau coup de cœur pour son originalité, son univers bien construit et surtout parce que l'auteure ne s'interdisait rien et assumait complètement son histoire. J'attendais cette suite / fin avec impatience et ce fut une excellente lecture même si un peu en-dessous du tome 1.

-- Personne n'est parfait --

Destiny nous plonge dans un univers dystopique où l'erreur est interdite. Le gouvernement condamne en effet chaque erreur d'un individu, en fonction de son niveau de gravité en le cataloguant d'Imparfait et en lui apposant une marque sur le corps, en fonction de l'imperfection jugée. Par exemple, le menteur sera marqué sur la langue, celui qui s'écarte des lois sera marqué au pied. Il existe ainsi 5 marques distinctes. Notre héroïne est Célestine, jeune fille de 17 ans dont la vie était absolument parfaite, et qui a vu sa vie basculer dans le tome précédent après avoir porté assistance à un Imparfait. Suite à un procès pour son erreur de jugement (on ne porte pas assistance à un Imparfait), elle a été marquée, plusieurs fois. Sans vous spoiler, la jeune fille est devenue un cas unique suite à ces marquages. Elle est ici en fuite, recherchée par les autorités mais commence aussi à devenir un symbole de l'injustice et de la rébellion. Le tome 1 avait été un beau coup de cœur parce qu'on découvrait un univers oppressant, choquant et certaines scènes me resteront en mémoire bien longtemps. Ce tome 2 fut vraiment une excellente lecture mais est retombé dans le schéma classique de la dystopie et fut beaucoup moins impactant. Même si la plume de l'auteure est toujours aussi sublime et incisive, j'ai trouvé qu'elle aurait pu aller un peu plus loin pour vraiment sortir du lot. La fin est satisfaisante mais très classique, je m'attendais à un élément de surprise, un drame ou quelque chose.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

En résumé, un deuxième tome un peu en dessous du 1er mais l'une des meilleures dystopies que j'ai pu lire jusqu'à maintenant !

par BunnyEm
Dans les yeux de Lya, Tome 1 : En quête de vérité Dans les yeux de Lya, Tome 1 : En quête de vérité
Carbone    Justine Cunha   
Une bonne découverte !
J'ai beaucoup aimé le type d'illustration et j'ai trouvé l'histoire très prenante.

Lya a un raison bien à elle pour mener son enquête et elle est prête à tout, malgré les difficultés qu'elle peut rencontrer avec son handicape...

Mais cette fin... rha je veux lire la suite ! ^^
Sous l'aile du concombre Sous l'aile du concombre
Henri Girard   
Aimer n'est pas chose aisée.

Hubert a un rapport particulier à l'amour.
Pour lui il est compliqué d'avouer ou de montrer ses sentiments.
Il lui est plus facile de vivre des relations sans lendemain plutôt que de se poser avec quelqu'un.
Pourtant depuis quelques mois il vit une relation épisodique avec Milady.
Ses sentiments prendront-ils le pas sur ses réticences ?

Ce livre m'a charmé dès les premières livres. Il faut dire que l'entrée en matière est plutôt savoureuse et nous plonge tout de suite dans le vif du sujet.

On découvre Hubert, fringant quadragénaire qui a une vraie fascination pour la gent féminine ( et certains de leurs attributs en particulier ;) ).
Jusqu'à il y a peu il papillonnait allègrement , son travail lui permettant de faire des rencontres qu'il sait sans avenir possible.
Hubert n'est pas intéressé par la vie de couple, il a une sorte de blocage qui l'empêche de vivre pleinement ses sentiments et surtout de les montrer.

En découvrant l'histoire d'Hubert on comprend facilement d'où vient son blocage et l'on se dit qu'il aurait bien besoin d'un petit électrochoc.
Une découverte inattendue va venir le secouer un peu et remettre en cause son comportement.

Cet homme aux prises avec ses sentiments et ses contradictions est follement attachant.
Il nous émeut autant qu'il nous fait sourire.
L'humour lui sert d'ailleurs souvent de diversion lorsqu'il est question de sentiments.
Et cela fonctionne.
D'ailleurs l'on ne peut empêcher un sourire de flotter sur nos lèvres tout au long de notre lecture.

Car même si parfois on aurait envie de secouer un peu Hubert pour lui faire comprendre qu'il fait l'autruche et qu'à quarante ans il serait peut être temps d'ouvrir son coeur , on ne peut que sourire devant certains événements

L'amour n'a parfois besoin que d'un petit déclic pour s'imposer.
Et deux personnages ( que j'ai adoré ) vont lui donner un petit coup de main.
Marine et le Concombre vont prendre à coeur d'aider Hubert et ne vont pas le laisser tranquille tant qu'ils n'auront pas obtenus ce qu'ils veulent.
J'ai beaucoup aimé le tempérament de ces deux là , quand ils ont une idée en tête il est difficile de les contrer. Hubert va l'apprendre à ses dépends d'ailleurs.

Hubert fait partie de ces personnages que l'on prend plaisir à voir évoluer. Car au fond, on est tous un peu comme lui, on a tous parfois du mal à révéler ce qui habite nos cœurs et parfois nous aussi avons besoin d'un petit coup de pouce du destin .

Je pense que ce livre parlera à beaucoup de monde . Il parle de ces sentiments qui nous habitent et qui nous font avancer, l'amour, l'amitié ...
Et il n'est point besoin d'être un coeur sensible pour être sous le charme de cette histoire .

Poppy et les métamorphoses Poppy et les métamorphoses
Laurie Frankel   
Je recommande ce livre qui est une pépite pour la littérature LGBTQ.

Le jeune âge du personnage transgenre, ainsi que l’implication de sa famille est une formidable avancée des mentalités.

L’histoire est belles, tendre, touchante et parfois drôle mais elle est surtout addictive car on a envie de savoir si oui ou non Poppy sera acceptée telle qu’elle est.
L'aube sera grandiose L'aube sera grandiose
Anne-Laure Bondoux   
C'est mon premier livre d'Anne-Laure Bondoux et en ayant tellement entendu parler, je ne pouvais passer à côté !
Je me suis lancé un peu sur la réserve car je ne savais pas du tout de quoi parlait le livre et là le CHOC. C'est plus qu'un road-trip, c'est une fille qui découvre que tout ce que sa mère lui a raconté est un mensonge. On découvre en même temps que Nine l'histoire de Titania. C'est tragique, drôle, doux, tendre, haletant... Une histoire grandiose !
Pourvu que la nuit s'achève Pourvu que la nuit s'achève
Nadia Hashimi   
Nadia Hashimi raconte une nouvelle fois une histoire de femme, de liberté ; dans un pays où l’honneur est plus importante que l’amour. Dans cette œuvre le résumé parle de lui-même, les secrets peuvent nuire tout comme la vérité. L’héroïne se retrouve incarcérée pour le meurtre de son mari dans la prison de Chil Mahtab. On découvre le combat d’un avocat, la culpabilité et le pouvoir d’une mère, le silence pour protéger la vertu. Un sentiment d’injustice se fait sentir, le pouvoir des hommes est cruel dans ce pays ; ne donnant que très peu de chance aux femmes d’être émancipé des croyances et des convenances de l’Afghanistan.

Zeba n’est plus une étrangère en tournant les pages du livre, elle devient une âme à part entière. Sincèrement j’ai eu envie de la prendre dans mes bras comme de la secouer, pourquoi ne dit-elle rien de cette journée fatale ? Que cache-t-elle donc pour se murer autant dans le mystère ? Est-elle coupable ou innocente ? A-t-elle fait un sacrifice ou préfère-t-elle protéger ses enfants ? Zeba se bat contre le mal, mais doit-elle se battre contre elle-même ? C’est une héroïne forte, tellement puissante ; elle possède la magie de sa mère et le même cœur, la même envie de mettre ses bébés en sécurité. Je l’ai admiré et sa façon d’être est vraiment touchante, elle ne donne aucune vérité sans pour autant avouer être une criminelle. Têtue et parfaitement maîtresse de ses volontés.

Yusuf est un afghan vivant en Amérique, son parcours scolaire est excellent et tout est à sa portée de main pour réussir professionnellement. Il choisit la voie de la défense, être avocat ; tout en voulant devenir le gardien de la justice de l’Afghanistan. Il repart pour son pays d’enfance, son métier l’emmène dans les pas de Zeba. J’ai beaucoup apprécié cet homme, un peu enfantin et timide ; il se donne énormément pour sa profession. Je l’ai trouvé drôle parfois, souvent maladroit et c’est tout ce qui fait son charme ; un personnage très simple et modeste.

Je ne souhaite pas en dévoiler plus sur les protagonistes, il faut apprendre à les aimer par soi-même, les connaître en parcourant l’histoire dans son ensemble. Certes, la maman de Zeba est essentielle dans la synopsis et c’est justement pour ça que je ne révèle rien sur cette femme, elle est une énigme impossible à décrire. Le récit est long, mais ce que j’admire dans cet ouvrage c’est l’authenticité profonde, la même que dans « La perle et la coquille » et « Si la lune éclaire nos pas » ; tout est véridique, basé sur des faits réels et sincèrement ça fait mal au cœur. Heureusement les porte-paroles crient pour ces femmes, ces injustices, ces règles difficiles à comprendre. « Pourvu que la nuit s’achève » transmet un message, celui du cœur et du partage, particulièrement celui d’une mère et d’un sacrifice pour protéger. C’est une lecture mémorable et délicate, tout en finesse et en bouleversement. Le suspense laisse place au voyage, les lieux changent tout comme les personnages ; encore une fois on a différent point de vue. L’émotion titanesque se retrouve à la fin du roman, dans les derniers mots et pour moi cette lecture vaux tout l’or du monde.

Nadia Hashimi est encore surprenante dans sa narration, dans ses propos sur les femmes. Je suis attirée par ces livres pour trouver ses messages, pour penser et prier à l’égard de ces femmes, ces mères. Son écriture est envoûtante, elle se laisse dévorer et apprécier tout en abordant des sujets obscurs. Une fois de plus, cette écrivaine compose un portrait saisissant, tout en rajoutant les voix des proches.

Finalement cette œuvre n’est pas un coup de cœur, c’est une lecture tellement puissante et porteuse de propos qu’il faut juste admirer les héros, remercier l’auteur et faire connaître son talent. Le léger reproche que je dois noter est le manque de présence de Zeba, pourtant c’est son portrait et son histoire ; cependant j’ai trouvé que les protagonistes secondaires prenaient autant de place qu’elle. Le mystère est là, pourtant on devine parfois les révélations en avance ; en même temps c’est de la littérature contemporaine et le suspense n’a pas forcément de position particulière dans ce style. La synopsis est prenante pour sa réalité, jamais j’oublie les romans transmettant du savoir et de l’actualité. « Pourvu que la nuit s’achève » parle du destin d’une femme injustement mise en cause pour la mort de son mari, sans aucune preuve sa liberté lui est volée, ses enfants enlevés et son honneur bafoué. Ce livre révèle le pouvoir des hommes, le visage d’une héroïne ayant le cœur sur la main et principalement où le viol d’une femme devient parfois un zina – relation hors-mariage – en Afghanistan le zina est puni, c’est un crime comme un autre. C’est un pays cruel pour les femmes, un enfer sans liberté pour elles ; les hommes décident et les femmes peuvent devenir des objets, le système judiciaire est négligeant et tout est question d’honneur.

https://lesfaceslitteraires.blogspot.fr/2018/02/pourvu-que-la-nuit-sacheve.html
Addict Addict
 Jeanne Ryan   
http://lire-une-passion.eklablog.fr/addict-jeanne-ryan-a81706086

Waouh !

Je ressors de cette lecture dans je ne sais pas trop quel état. Je me sentais si proche de Vee que c'en devient complètement fou. J'en ressors pas bouleversée mais... je ne sais pas. Ce livre m'a touchée d'une façon que j'aurais du mal à expliquer. Durant cette lecture (qui, comme son nom l'indique, est cruellement addictive!) je n'ai pas su décrocher un seul instant. Si j'avais pu le lire d'une traite, croyez-moi, je l'aurais fait ! Mais mes yeux gagnaient toujours en jouant le coup de la fatigue (saletés!).

Ce livre est addictif dans le sens où on se prend tout de suite d'amitié pour Vee qui a du mal à faire croire à ses parents qu'elle est saine d'esprit. Un accident s'est produit un an auparavant, et ses parents croient qu'elle a voulu se donner la mort et la punissent. Interdiction de sortie ou alors couvre-feu très tôt le soir, donc impossibilité pour elle de profiter de ses amis comme elle le voudrait. En fait, on pourrait comparer ses parents à des flics tellement ils sont à l'affût du moindre geste qu'elle fait. Et nous jeunes, on sait très bien à quel point cette situation peut s'avérer vite encombrante et particulièrement agaçante !
Alors ce petit bout de Vee, renfermée, silencieuse et transparente aux yeux de certains m'a plu. Elle est loin des personnages stéréotypés, parfaits, magnifiques et Ô combien agaçants et irritants avec leurs manières. Elle est simple et prête à tout pour aider ses amis.

Puis un jour elle en a marre de cette transparence. Certes, elle est d'une aide indéniable envers Sydney, sa meilleure amie, mais elle souhaite trouver autre chose, qui lui donne de l'adrénaline, de l'action. Et quoi de mieux que de participer à « ADDICT » ? Un jeu mis en place pour on ne sait trop qui qui consiste à mettre en ligne des défis. Des personnes anonymes, et en accord avec les règles fondées pour le jeu, choisissent l'un des défis proposés et le tourne pour ensuite mettre la vidéo sur internet.
Elle prendra le défi le plus simple en se mettant en tête qu'elle en sera pas choisie pour la suite de l'émission. Manque de bol, sa presque performance fera le buzz sur le net et elle sera ensuite contactée pour « ADDICT » pour un nouveau défi... qu'elle ne pourra refuser. À la clé : des cadeaux qu'elle ne peut refuser. Des lots qu'elle reverrait de posséder ! Alors il lui est difficile de dire non, surtout qu'elle va se trouver en binôme avec un garçon beau comme un dieu et d'une attention qu'on reverrait toutes de trouver !
Il s'appelle Ian et lui aussi a fait un défi auquel il est ressorti vainqueur grâce aux votes des « Observateurs ». À partir de là, une soirée comme jamais elle n'en a eu va se produire. J'avoue que de ce côté-là, j'ai plutôt été surprise. Oui, parce que je pensais que les défis qu'elle devrait faire seraient étalés sur plusieurs jours, genre une semaine. Mais non, ils se produisent tous en une soirée, et plutôt courte et intense, vu ce qu'elle va vivre.
Je ne vous détaillerais pas ce qu'elle fera, sinon ça gâchera la découverte.
Enfin bon, de grade en grade et en compagnie de Ian, elle aura des défis de plus en plus durs à dépasser. Elle aura mal (pas physiquement, mais moralement) et je dois dire que l'auteure a très bien joué là-dessus parce que moi aussi parfois j'avais mal pour elle et j'arrivais à me poser des questions telles que : et si ça m'arrivait, comment je réagirais ? Serais-je assez forte pour subir tout ça ? Est-ce que j'aurais assez de cran, moi qui suis très timide ? Bon, la réponse à la dernière question est évidemment non, mais quand je vois que Vee a réussi alors qu'elle semble aussi réservée et timide que moi, je me dis que tout est possible.
Je ne sais pas si c'est un choix de l'auteure, mais j'avais l'impression de me retrouver dans une sorte de télé-réalité. Enfin en même temps, lorsqu'on lit le livre on se rend compte que c'est le cas mais... je ne sais pas comment expliquer en fait. C'est dur, j'ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par où commencer et surtout je ne veux pas spoiler la moindre chose qui pourrait vous surprendre !
Les derniers chapitres de l'histoire (les cinq derniers, je dirais) sont tellement prenants et haletants que je n'ai pas réussi à lever une seule fois les yeux de mon livre. À chaque fois je me disais « à la fin de ce chapitre, je fais une pause ». Puis arrivait un événement auquel on est obligé de continuer. Presque parce qu'on a peur qu'il arrive malheur à Vee et ses compagnons, comme si le livre était vivant et que l'histoire était réelle. Presque comme si l'auteure pouvait à tout moment et d'un seul clic changer le court de l'histoire pendant notre pause. En fait, on a tout simplement peur de quitter les personnages, peur de les retrouver dans une situation grotesque ou dangereuse.
Mais la fin est tellement bien trouvée, que moi j'en reste baba. Oui parce que je me demandais bien comment ils allaient pouvoir s'en sortir car Jeanne Ryan trouvait toujours une couche à rajouter en faisant passer un message comme « ils ne s'en sortiront jamais. Ce jeu n'en est pas un. ». Et bien sûr, moi j'ai flippé parce que je me suis vraiment attachée aux personnages qui ont été façonnés de telle sorte qu'ils avaient chacun une vie différente et qu'il souffraient d'une manière différente. Même les plus irritants. Au fil du temps, on en apprend beaucoup sur eux, sans vraiment s'en rendre compte. Ce n'est qu'une fois le livre refermé qu'on se rend compte qu'ils nous manquent déjà.
Et puis la dernière phrase du livre... Ce n'est pas possible que ce soit un tome unique ! Enfin si, la fin se suffit amplement à elle-même. On s'imagine nous-mêmes la suite, ce qui est extra je trouve. Mais... Une suite ne m'aurais pas du tout dérangée !

En résumé, un livre haletant, qui ne prend pas forcément aux tripes, mais notre cœur bat facilement devant les difficultés des personnages pour réussir leurs défis. Une plume de l'auteure vraiment agréable à suivre. Une histoire hautement « ADDICTE » comme le titre du livre (qui correspond à merveille!). Un livre que je suis sûre de relire tellement ça m'a marquée à tel point que les personnages arrivent à me manquer.
À la lecture de cette chronique, je me rends compte que ce livre devient carrément un coup de foudre alors que ça ne devait être qu'une très très bonne lecture... :)

Merci à Forbidden book de me faire confiance pour chroniquer ses livres et surtout de me passer des merveilles !

Justine P.

par just2iine
Silence radio Silence radio
Alice Oseman   
"Hello, I hope somebody is listening."

Trigger warning: abus

RADIO SILENCE c'est un appel désespéré, un cri dans le vide à la recherche d’une personne absente depuis longtemps mais c'est aussi de l'amitié, de l'amour, la famille, les relations abusives, le passage à l'âge adulte et la vie tout simplement. Et pour moi c'est juste un énorme coup de cœur ! Je ne m'attendais pas du tout à ça en commençant ce livre mais je suis contente de ne pas être passée à côté, surtout que je me suis vraiment identifiée aux personnages.

Déjà il faut savoir qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue, c'est surtout de (magnifiques) moments de vie où on suit Frances, qui a toujours tout sacrifié dans l'espoir de pouvoir rentrer à Cambridge et de travailler la littérature anglaise. Alors elle travaille sans relâche, au détriment de sa vie sociale qui est presque inexistante, et sa seule passion c’est une chaîne youtube : Universe City. Mais c’est aussi une voix sans visage qui raconte l’histoire de Radio, personnage agenre qui est coincé dans une ville futuriste et aidé par différentes créatures. Frances ne vit que pour ce fandom où elle poste ses fanarts jusqu’au jour où le créateur lui envoie un message pour lui demander de créer les décors pour ses vidéos. Et rapidement son identité va être révélée, ce qui va avoir des conséquences inattendues. Bonus : les extraits qu’on retrouve dans le livre existent vraiment sur la chaîne de l’auteur.

Il y a tellement plus que ça à dire mais comme il faut vraiment partir en ne sachant rien de ce qu’il va se passer je vais plutôt lister les points positifs

• Déjà il a plusieurs personnages qui ne sont pas blancs (rien que pour ça je trouve RADIO SILENCE génial) : Frances est anglaise et éthiopienne, Daniel est coréen et je sais que Raine est une WOC mais il n’y a pas plus de précisions (ou alors je suis passée à côté).

• Ensuite AUCUNS d’entre eux n’est hétéro ! Et mieux que ça : les mots bisexualité, asexualité et demisexuel sont utilisés et franchement les voir fait le plus grand bien.

• RADIO SILENCE n’est pas une histoire d’amour mais celle d’une amitié platonique entre Frances et Aled qui est juste parfaite et tellement touchante. Du genre à faire sourire pour un rien simplement parce que ça fait chaud au coeur. Elle fait aussi très naturelle et c’est ça que j’ai le plus apprécié. On sent qu’Alice Oseman essaye de faire tout son possible pour que tout ait l’air réel, qu’on puisse y être et que ça résonne avec ce que l’on vit.

• L’école est un thème énormément abordé ici et le message n’en est que plus beau : avoir de mauvaises notes ne nous définit pas, la vie ne s’arrête pas juste parce qu’on ne va pas à l’université et on peut réussir si on s’en donne la possibilité. Avec toute la pression qu’on peut ressentir quand on fait des études et qu’on réfléchit à notre avenir, j’ai grandement apprécié qu’on ait différences points de vue et différentes réussites.


Et je pourrais continuer comme ça encore longtemps mais je veux juste finir en disant que s'il y a un livre auquel il faudrait donner une chance c'est bien celui-là !
L'Été de mes 13 défis L'Été de mes 13 défis
Morgan Matson   
J'ai vraiment adoré cette lecture, je l'ai terminé hier et je n'ai toujours pas pu me résoudre à lire un autre livre parce que mon bookangover est trop fort! J'ai adoré Emily, habituellement je n'aime pas trop ce genre de personnage qui est dépendant d'un autre et qui a de la difficulté à s'affirmer, mais dans ce livre puisque c'est vraiment le cheminement d'Emily qui est important, ça ne m'a pas dérangé, malgré sa timidité, je l'ai trouvé brave et elle a beaucoup de cœur. J'ai définitivement accroché avec Emily même si je ne lui ressemble pas tant que ça, je ne suis pas non plus aussi extravertie que Sloane, disons que je me situe entre les deux. Beckett était vraiment mignon et il me rappelait tellement ma petite sœur qui est toujours en train de faire les 400 coups et grimper partout. [spoiler]Même si on ne la voyait pas souvent, j'ai bien apprécié Sloane, on voyait que malgré ses frivolités, elle tient beaucoup à Emily et qu'elle a aussi ses peurs et ses faiblesses.[/spoiler] J'ai adoré Frank et Dawn et Collins, ils étaient super.
Bref, tout le monde, lisez ce livre, il est bon, il est vrai, il est drôle, il est mignon et oui il est en anglais, mais il est très facile à lire. J'admets qu'il est plutôt gros, et que peut être intimidant, mais moi qui a un niveau basique en anglais, ça m'a pris deux jours le lire, donc tout le monde, foncez!
Ce livre donne envie de faire de nouvelles choses, de rencontrer de nouvelles personnes, de partir à l'aventure et d'oser ce qu'on a jamais eu le courage de faire. Bref, c'était troooooop bon!


par Marisa
Harriet L'espionne Harriet L'espionne
Louise Fitzhugh   
Un bon livre pour les jeunes afin qu'ils découvrent les romans policiers.

par Marie-3