Livres
580 016
Membres
644 837

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Là, regarde. Tu savais que Paula est cleptomane ? dis-je en chutotant. Bon, « était » serait plus juste car les rumeurs disent qu'elle est guérie. Mais peut-on vraiment guérir de ce genre de trouble? Je l'ai su par Samy qui l'a lui-même appris par Steeve et Harper. Tu crois que son mec est pareil et qu'ils se sont rencontrés lors d'une thérapie de groupe?

Je croise les bras, perdue dans mes pensées.

Où veux-tu en venir ? Je ne comprends rien à ce que tu racontes.

- Le môme ne ressemble à aucun de ses deux parents. Tu penses qu'ils l'ont kidnappé?

- Tu n'es pas sérieuse? Jignore son ton sarcastique.

- Je dis juste qu'on devrait peut-être vérifier et, le cas échéant, le signaler, tu sais, si on a le moindre droute.

Il me dévisage, l'air ahuri.

Afficher en entier

« -Je suis fier de toi, Aly. Je ne te l’ai pas encore dit car tout a été très vite entre nous, mais… je suis amoureux de toi. J’ai même fait fuiter la rumeur de notre couple au boulot. Je t’aime et j’espère que je n’ai pas tout fait foirer entre nous…

-Moi qui pensais que tu prenais simplement du bon temps.

-Et quel bon temps!

-Arrête!

Je lui donne un coup sur l’épaule et il en profite pour m’attraper et m’attirer contre lui. Je me noie dans son regard intense.

-La situation est-elle plus claire? murmure-t-il. »

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)- Des abrutis. Ils ne savent pas à coté de quel trésor ils sont passés. Je t'ai trouvée, je te garde, et cette remarque vaut aussi pour notre relation.

Afficher en entier

Avis partagé par Maureen, ce qui nous vaut d’ailleurs ce précepte plein de bon sens : Manger avec plaisir fait gonfler le cœur et non le cul. Faux mais déculpabilisant !

Afficher en entier

Sanders a le mérite de se sentir gêné et se retourne pour préserver le peu d’intimité qu’il me reste. Bien sûr, il ne s’excuse pas, mais comme je l’ai déjà mentionné : la politesse et lui ne font pas bon ménage ! Je me précipite dans la salle de bains, tout en le mettant en garde de ne pas se retourner, puis enfile un peignoir. Je l’observe alors un instant de la chambre, il est toujours dans le salon et n’a pas bougé. J’aime bien cette version obéissante. Et j’avoue que sa gêne est adorable, en totale contradiction avec son comportement supérieur habituel. Je décide d’en profiter un peu.

— Vous êtes venu vérifier si j’avais dormi toute nue ? Alors qu’il attendait bien sagement, ma phrase lui fait l’effet d’un électrochoc. Il cligne plusieurs fois des yeux et je m’insurge.

— Je vous avais demandé de ne pas vous retourner ! Sauf qu’il ne m’écoute pas et entre dans la chambre d’un pas décidé. Je recule, impressionnée (mais plutôt mourir que de l’avouer), et me heurte au lit. Pas si obéissant que ça !

— Vous êtes en retard.

— En retard ? Qu’est-ce que vous racontez ? Je ne commence qu’à 8 h 30, et il est… Je regarde l’horloge digitale sur la commode et hurle d’effroi.

— 6 h 18 ! Mais vous êtes malade ! Qui se lève aussi tôt ? Il me dévisage avec un air agacé, comme si sa simple présence répondait à cette question.

— Excepté vous, je veux dire.

Afficher en entier

Prologue

Cher Père Noël,

Cette année, je vais faire simple. J’avais pensé t’écrire une longue lettre argumentée, mais une liste factuelle me paraît tout aussi efficace. N’y vois aucune attaque personnelle, mais j’ai une quantité de travail monumentale à cause de monsieur Je-tire-la-gueule et j’aimerais autant éviter de me faire virer. Je suis déjà sur la sellette à propos d’une sombre histoire de fichier écrasé ! Je n’ai donc malheureusement pas de temps à perdre car il risque, à tout moment, de me sauter dessus (et pas au sens où tu l’entends, même si l’idée ne me dérange pas, il est assez sexy dans son genre). Allons donc droit au but ! Voici ma liste de souhaits :

– Rencontrer un mec qui remplirait les cinq critères fondamentaux à savoir : canon, gentil, attentionné, généreux (sexuellement parlant j’entends) et FIDÈLE. J’insiste volontairement sur ce dernier point car, comme tu le sais (ne fais pas l’innocent, tu me surveilles toute l’année), David, ce sale enfoiré, n’a pas vraiment respecté cette règle.

– Épiler les couilles de David à la cire brûlante pendant son sommeil (par représailles, au regard du critère fondamental no 1 bafoué durant nos quatre ans de relation).

– Quelques abonnements dans des grandes enseignes de luxe. Je ne suis pas gourmande mais au moins deux. Night of Pleasure et Tiffany par exemple. Je pourrais t’expliquer pourquoi, mais je ne suis pas certaine que ton esprit soit suffisamment ouvert. De toute façon, ton boulot est de réaliser mes souhaits, pas de les juger !

– Une inscription à la salle de sport avec option coach sexy (si tu n’es pas capable d’accéder à ma première requête). J’ai besoin d’entretenir mon corps si je veux convaincre mon hypothétique mec de rester.

– Une carte de membre chez Leslie Lux, le spa le plus en vue de Manhattan, pour avoir une peau soyeuse toute l’année et être parée à affronter n’importe quelle situation (cf. souhait no 1).

– Un abonnement illimité à AddictLoveFlix car j’adore les comédies romantiques. C’est très salvateur dans certaines circonstances. Je recommande d’ailleurs cette thérapie douce à base d’acteurs niais à toutes les femmes trahies.

– Une jolie boule à neige pour parfaire ma collection. Merci de ne faire aucun commentaire sur cette obsession honteuse.

– Quelques sextoys si tu sèches sur le souhait no 1. Rien de très original, les basiques, dirons-nous, mais glamours et féminins.

– Un cours de cuisine pour apprendre à faire de magnifiques et succulents cup cakes, tu sais ceux avec un glaçage tellement réussi que tu hésites à les manger. Enfin, presque !

– Je serais tentée d’ajouter une jolie montre Cluse pour arriver à l’heure au bureau. Sauf que ce cadeau servirait plus à monsieur Je-n’accepte-aucun-retard et je le soupçonne d’adorer râler. Et puis, après Noël, il aura sûrement retrouvé son assistante chérie, celle dont il me rebat les oreilles en permanence (« Kathleen est teeeeellement plus professionnelle… », tu parles !) et il se sera débarrassé de moi.

– En dernier recours, mais vraiment si tu sèches : une carte cadeau de 50 dollars chez Topshop suffira. Je sais que la crise ne t’a pas épargné. J’y trouverai mon bonheur, les sous-vêtements sont plutôt jolis, et si mon nouveau mec veut les déchirer, cela ne coûtera pas trop cher de les remplacer.

– Bien sûr, je rajoute la paix dans le monde, l’éradication des maladies et des épidémies, plus d’amour et de tolérance (même si nous savons tous les deux que c’est plutôt du ressort de Dieu !) Abstiens-toi d’ailleurs de tout commentaire, je ne compte pas me lancer dans un débat théologique maintenant car monsieur Je-ne-sais-pas-sourire ne devrait pas tarder à me convoquer dans son bureau afin de vérifier son planning. Planning dont je ne peux plus entendre parler, soit dit en passant, car je l’ai déjà actualisé cinq fois depuis ce matin. Ah oui, et évite les plantes, je n’ai pas la main verte et m’en offrir serait les vouer à une mort certaine. J’ai déjà bien assez de choses sur la conscience !

Pour conclure, si tu devais retenir une seule chose de ma liste car je sais que tu es toi aussi débordé en cette période de Noël, bien que nous ne soyons QUE le 28 novembre, je te propose de ne retenir que mon souhait no1 : le mec. J’avoue avoir longuement hésité avec « épiler les couilles de David à la cire brûlante pendant son sommeil », mais comme j’ai réussi à canaliser ma colère et que je suis désormais une femme mûre, je suis d’accord pour qu’on le laisse s’en sortir.

Bien à toi,

Aly, jeune femme sage.

N.B. : Je précise « sage » car l’année prochaine j’aimerais bien signer « Aly – mauvaise fille » si comme je l’espère, tu me dégotes un mec canon !

N.B. 2 : Comme je suis très altruiste, peux-tu également enlever le balai dans le cul de mon boss ?

Source : kobo.com

Afficher en entier

Je viens de me taper Evan Sanders dans son bureau ! Moi, Aly Hamilton!

Dans tes dents, Kathleen...

-Ton sourire me rend plutôt fier.

Afficher en entier

« -Dès le premier jour, tu as fait naître en moi des émotions contradictoires. Une véritable chieuse. Tu m’as exaspéré avec ton petit sourire en coin et ton attitude impertinente. Tu semblais tellement à ton aise, sûre de toi, moulée dans ton jean et perchée sur tes talons rouges. »

Afficher en entier

- Prenez ça et cachez vous derrière, ça sera plus discret.

Je regarde, sceptique, la montagne de cartons décorés de sexes masculins.

- Vous croyez? Ce n'est pas ce que j'appelle une couverture très discrète.

On est loin des gadgets de James Bond. Penny, d'après son badge, lève les yeux au ciel, comme si son idée était évidente.

- Ils sont au rayon des vibromasseurs. Au contraire, c'est l'élément parfait pour vous fondre dans la masse.

Afficher en entier

L'ignorance est parfois un moindre mal. Ce qu'on ignore ne peut pas nous faire souffrir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode