Livres
392 559
Comms
1 377 064
Membres
284 515

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Chère Laurette, tome 4 : La fuite du temps



Description ajoutée par spunkjoker 2009-12-05T17:16:10+01:00

Résumé

Le maire Drapeau a décidé de mettre Montréal sur la carte. Il se lance dans des projets d'envergure, creusant le métro et créant une nouvelle île dans le fleuve pour accueillir l'Expo! En 1966, toute la ville progresse; la société évolue et la famille de Laurette ne sera pas en reste. Denise file le parfait bonheur avec son Pierre et leurs trois enfants. Et, pendant que Richard profite des nombreux chantiers pour se lancer en affaires, Gilles a enfin trouvé l'amour en Florence, une « vieille institutrice pincée » de 35 ans. Jean-Louis, tombé en disgrâce, aura finalement l'occasion de prouver sa valeur aux yeux de tous.

Afficher en entier

Classement en biblio - 56 lecteurs

Or
27 lecteurs
PAL
11 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par MaRie2Go 2015-01-10T00:45:30+01:00

Chapitre 1

Le nid

En ce début de soirée de fin février 1966, la neige avait cessé, mais le mercure était descendu à -20 °F. La porte d’entrée s’ouvrit, laissant entrer un flot d’air glacial dans l’appartement. Il y eut un bruit de pieds frappant lourdement le paillasson après que la porte fut claquée.

— Maudit que je suis écœurée de geler! se plaignit la jeune femme penchée dans le couloir pour retirer ses bottes couvertes de neige. En plus, ils sont même pas capables de nettoyer les trottoirs comme du monde.

Carole se releva, retira son manteau et le suspendit à un crochet fixé au mur derrière la porte. La svelte secrétaire de vingt-cinq ans avait un visage aux traits fins et volontaires encadré par une lourde masse de cheveux bruns.

— Essaye de pas mettre de neige partout sur mon plancher frais lavé, fit la voix de sa mère en provenance de la cuisine, à l’autre bout de l’appartement.

La jeune femme s’avança dans l’étroit couloir et pénétra dans la cuisine où ses parents étaient assis devant le téléviseur.

— Approche, lui ordonna sa mère en quittant sa chaise berçante pour se diriger vers le poêle. Ton souper est prêt. On t’a pas attendue pour manger.

— C’est pas grave, m’man, dit Carole sur un ton las.

— T’arrives ben tard, lui fit remarquer la femme âgée d’une cinquantaine d’années pendant qu’elle déposait devant sa cadette une assiette remplie de fèves au lard qu’elle avait gardée au chaud.

— Encore des bines, dit Carole en prenant un air dégoûté.

— C’est vendredi, ma fille, se contenta de lui faire remarquer la femme au tour de taille toujours aussi imposant. Mais j’ai fait un pudding au chômeur pour dessert. Je me suis arrangée pour que tes frères passent pas à travers tout le plat.

Avant de se mettre à manger sans grand appétit, la jeune fille tira de son sac à main déposé à ses pieds le montant de sa pension hebdomadaire qu’elle tendit sans un mot à sa mère. Cette dernière ne se donna même pas la peine de vérifier si la somme exacte y était. Elle déposa l’argent dans un verre placé sur la seconde tablette de l’armoire.

— As-tu fini plus tard que d’habitude? demanda-t-elle à sa fille en retournant s’asseoir.

— Non. Après l’ouvrage, je suis allée boire un café avec Valérie. Elle voulait me parler.

La mère de famille fut tout de suite sur ses gardes. Elle se méfiait de cette compagne de travail depuis qu’elle avait appris que c’était cette Valérie qui avait présenté André Cyr à sa fille, au début de l’automne précédent.

Dès qu’elle l’avait vu, Laurette Morin avait éprouvé une antipathie naturelle pour ce garçon aux traits veules incapable de conserver un emploi régulier. Elle considérait l’ami de cœur de sa fille comme un grand flanc mou plus porté à jouer les incompris qu’à travailler.

— Qu’est-ce qu’elle peut ben trouver à cette espèce de grand tata juste bon à faire le jars? répétait-elle à son mari.

Par conséquent, Laurette Morin en était venue à considérer Valérie Michaud comme l’unique responsable des amours de sa fille cadette.

— Qu’est-ce qu’elle avait tant à te dire? demanda-t-elle, curieuse.

— Toutes sortes d’affaires, répondit la jeune fille, évasive.

— Quoi, par exemple? insista sa mère, encore plus suspicieuse.

— Ben. Elle voulait surtout me dire que sa voisine lâchait son appartement au mois de mai.

— Pourquoi elle t’a dit ça?

— Parce qu’elle sait que ça m’intéresse.

— Comment ça? demanda Laurette en haussant la voix.

Gérard Morin se leva, éteignit le téléviseur et vint se rasseoir dans sa chaise berçante. Il prit La Presse déposée sur l’appui-fenêtre et se mit à lire comme si ce que les deux femmes disaient ne le concernait pas.

— Si vous voulez le savoir, m’man, elle m’a dit ça parce que je lui ai déjà dit que j’haïrais pas ça aller rester toute seule en appartement.

— T’es pas sérieuse, Carole? lui demanda sa mère en se levant.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Peliss 2015-01-10T14:54:06+01:00
Argent

J'ai lu les quatres livres à la suite après avoir fini la saga "Un bonheur si fragile" du même auteur. Même si j'ai dévoré l'histoire de Laurette et de sa famille l'ai moins apprécié que la précédente. Peut être le fait que cette histoire se déroule à Montréal la rend plus "plate" comme disent nos amis de l'autre coté de la mer. Le contexte historique est aussi moins développé, le temps passe plus lentement qu'a la campagne.

Et puis il y a Laurette, c'est un personnage au caractère insupportable, toujours en train de "roussepetter" et jalouse comme une pie. Pourtant je m'y suis attachée et je l'ai quittée avec regrets lorsque j'ai terminé ces livres

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MaRie2Go 2015-01-10T00:50:44+01:00
Or

Les enfants qu'on a vu grandir dans les trois premiers tomes sont rendus grands. Une belle fenêtre sur le Québec des années 60 avec des personnages très attachants. Un bon dernier tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bidule2 2014-12-27T21:03:53+01:00
Diamant

Dernier tome d'une série de quatre volumes. Les personnages vieillisse et de nouvelles intrigues se déroule.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2012-12-26T16:48:15+01:00
Or

Voici la fin de ces quatre tomes de la vie de Laurette et de sa famille. Très bon moment de lecture tout au long des pages de cette saga.

Afficher en entier

Activité récente

Lise-17 l'ajoute dans sa biblio or
2017-07-09T01:15:09+02:00
mibou le place en liste or
2017-06-30T17:51:00+02:00
Francou l'ajoute dans sa biblio or
2016-05-25T00:31:20+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 56
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 4
Note globale 8.5 / 10

Évaluations