Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de cherinette : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Plusieurs manières de danser Plusieurs manières de danser
Juliette Allais   
Je découvre avec ce roman la plume de Juliette Allais, Plusieurs manières de danser est son second roman. Lorsqu'on prend connaissance de sa biographie, on comprend mieux tous les messages qu'elle a voulu faire passer à travers cette histoire. Elle accompagne, dans la vie, des hommes et des femmes en quête de sens à s'affranchir des conditionnements pour mieux s'accomplir et réenchanter leur vie. C'est exactement ce qu'il va se passer dans le roman. Il y a beaucoup de Juliette Allais dans Katarina, elle va amener Lilly Bootz, l'héroïne à réfléchir sur sa vie, à se délester de son passé, et vivre les choses plus passionnément.

Le style de l'auteure est fluide et se laisse lire agréablement. Les chapitres sont courts, les actions se déroulent très vite, ce qui donne beaucoup de rythme à la lecture. Elle a une façon de conter que je n'avais pas encore vue. Je vous explique. Lilly parle à Katarina pendant l'histoire et s'adresse à elle en utilisant le « vous », comme si elle s'adressait à l'auteure, comme si c'était un échange entre deux personnes. Donc nous, lecteurs, nous nous retrouvons dans la peau de l'auteure ou de Katarina. Cette façon de faire donne un rendu très intimiste, et j'ai apprécié.

Je ne vais pas trop vous parler de l'histoire, car je trouve que le résumé en dit déjà bien assez. On va donc suivre Lilly, une jeune trentenaire qui a l'impression que rien de bien ne lui arrive dans la vie, qu'elle a une sorte de poisse. Elle va rencontrer à l'aéroport Katarina qui va lui proposer d'être son assistante dans une école qu'elle a fondée avec son mari Walter à Paris, une école spéciale, puisqu'il s'agit de réenchantement, c'est-à-dire, donner aux gens la possibilité de mettre du beau et du bon dans leur vie en changeant son mode de pensée, en comprenant que la vie envoie des signes pour que l'on évolue ou qu'on fasse telle ou telle chose. Lilly accepte et va commencer pour elle tout un apprentissage, et surtout une nouvelle approche de la vie grâce à des outils qu'utillisent Katarina et Walter, l'astrologie et le pouvoir des planètes.

Les personnages sont très bien travaillés. Lilly est une personne énervante au début tellement elle a mauvais caractère, râleuse, piquant souvent des colères et boudant. Katarina va l'amener à changer sa vision de sa vie, ses relations avec les autres. Cette façon d'être de Lilly est une carapace qui cache quelqu'un de très sensible, à qui la vie n'a pas fait de cadeau, elle a abandonné des passions à cause d'échecs. Katarina va lui apprendre à se refaire confiance en elle. J'ai aimé voir Lilly évoluer, changer, se transformer, comme une chrysalide devenir papillon. Elle va reconquérir ce qu'elle croyait perdu et gagner encore bien davantage, ce qu'elle ne s'imaginait pas au début.
Les personnages de Katarina, de Wolf et de leurs enfants sont eux aussi très bien travaillés. Leur manière de voir les choses peut paraître par moment farfelu, mais le principal n'est-il pas qu'ils aident ceux qui ont mal, pour qui la vie est parfois triste.

On adhère ou pas à l'astrologie. Là, le temps d'un roman, je me suis laissée embarquer, cherchant mes propres affinités avec telle ou telle planète selon mon signe (l'auteure nous laisse un lexique à la fin où elle détaille chaque signe et chaque planète), regardant si les traits de caractères me correspondaient ou pas. Les préceptes de Katarina pour amener du merveilleux dans nos vies et ainsi la réenchanter sont fabuleux et donnent envie que cela se passe réellement. En tout cas, Lilly pourrait être chacun d'entre nous, avec nos blessures propres.

J'ai passé un très bon moment de lecture. Je suis contente d'avoir découvert Juliette Allais, je pense que dès que j'aurais un moment, je lirai son premier roman Marche où la vie t'ensoleille, je suis sûre qu'il est encore plein de bons enseignements.
Je ne peux que vous recommander cette lecture, c'est une belle histoire qui fait du bien et qui permet de mettre un peu de joie dans le quotidien.

par marie-nel
Avec des si et des peut-être Avec des si et des peut-être
Carène Ponte   
J'ai le sentiment de m'être une fois de plus fait avoir par un titre trop aguicheur. C'est un peu de ma faute. J'ai souvent la fâcheuse manie de ne me fier qu'à des titres sans chercher à en savoir un peu plus sur le roman au préalable. Pourtant, les jolis titres ne payent pas toujours et Avec des Si et des Peut-être en est le parfait exemple.

Le roman se contente en grande partie de reprendre les codes de base de la chick lit, sans rien apporter de nouveau hormis une touche de fantastique qui ne prend pas vraiment. Cette parenthèse farfelue qui ne dure qu'un quart du roman aurait mérité d'être plus approfondie.

Du reste, on se retrouve la plupart du temps avec toute une horde de clichés et stéréotypes à se mettre sous la dent. De Max, la protagoniste elle-même qui, prof de français, trouve que les jeunes sont forcément de profonds idiots qui n'aiment que Maître Gims et Stromae, en passant par sa colocataire, végane et militante indéfectible ou par Julien, le frère homosexuel avec qui la famille – très ouverte – n'a jamais eu de problème. Bien sûr, Maxine (pardon, Max, elle n'aime pas Maxine), fantasme sur son chef, le directeur du collège où elle bosse, et la seule vue de celui-ci fait même « se dissoudre sa culotte ». Pas de chance cependant, car il semble l'ignorer et elle, ne rencontre que des hommes étranges aux métiers idiots et affligeants de bêtise. Bref. Vous aurez saisi l'idée.

J'aurais du mal à dire que ce livre est un mauvais roman, il plaira sans doute aux lecteurs qui auront envie d'une lecture légère et sans prise de tête, aux amateurs de romance un peu mièvre mais qui finissent bien, aux fans de happy ends pleines de bons sentiments. Dommage, je ne fais partie de ces quelques catégories qu'avec quelques exigences, et Avec des Si et des Peut-être est pour moi, d'une banalité bien trop insipide.

https://libellulelivresque.wordpress.com/2018/07/02/avec-des-si-et-des-peut-etre-de-carene-ponte/

par x-Key
Le premier jour de ma nouvelle vie Le premier jour de ma nouvelle vie
Marie-Laure Cuzacq   
Une histoire qui fait du bien.

Fanny est une femme qui semble avoir une vie parfaite.
Elle a un bon boulot avec des collègues plutôt sympas.
Elle est mariée à Éric depuis des années et a deux enfants , Leïla et Quentin.
Et pourtant, elle sent au fond d'elle que quelque chose ne va pas.
Son quotidien ne l'a rend plus heureuse.
Elle doit jongler entre vie de famille et travail et elle semble se perdre petit à petit dans une vie qui ne lui ressemble plus.
Mais une rencontre totalement inattendue va bouleverser son quotidien .

Ce livre m'a fait passer un très bon moment .
Il fait partie de ces livres qui nous font du bien tout en nous divertissant.

Cela ne fait pas très longtemps que j'ai découvert les romans coach mais j'aime beaucoup le principe.
À travers une fiction l'auteur nous distille des conseils pratiques pour améliorer notre quotidien.

À travers l'histoire de Fanny, on découvre comment apprendre à retrouver l'estime de soi.

Fanny est une héroïne qui nous ressemble , elle doit jongler entre vie perso et vie professionnelle , a tendance à ne pas savoir dire non à son patron.
Elle se met la pression pour tout mener de front et ne se rend pas forcément compte que cela mine son quotidien et qu'un jour ou l'autre tout risque de lui exploser au visage.

Fanny se rend compte grâce à sa rencontre avec François que tous ses problèmes viennent de son manque de confiance en elle.
Cela la pousse à vouloir toujours être parfaite pour se sentir estimée.
Mais elle oublie que ce n'est pas les autres qui vivent sa vie , c'est elle, et c'est à elle de faire ses propres choix , de faire ce qui lui plaît et ce qu'elle a besoin de faire, quitte à ne pas être tout à fait telle que les autres la voient.

Fanny n'est pas une Wonder woman, elle a ses failles, ses doutes.
Tout cela l'a rend très humaine et attachante.
On s'identifie facilement à elle .
On a toutes et tous déjà traversé des moments où rien ne va et où l'on se dit qu'il faudrait que l'on change de mode de vie, pas forcément de façon radicale mais d'au moins changer quelques petites choses.

Ce livre nous montre qu'on peut à tout moment faire prendre à sa vie le tour que l'on se souhaite.
Une petite remise en question et quelques petits changements peuvent radicalement améliorer notre vie.
J'ai d'ailleurs trouvé très astucieux d'avoir glissé un guide avec quelques exercices et conseils à la fin du livre.
Cela permet à celui qui le souhaite d'emprunter un peu le parcours de Fanny pour suivre son propre chemin.

Ce livre mêlant fiction et coaching est très plaisant à lire.
Au départ j'avais un peu peur que le côté coaching empiète trop sur l'histoire mais ce n'est pas du tout le cas.
L'histoire de Fanny est passionnante et bourrée d'émotions.
L'on ne peut s'empêcher de rire et même d'essuyer quelques larmes en lisant son parcours fait de hauts et de bas. Car bien évidemment changer de vie ne se fait pas en un jour et ce n'est pas un chemin facile.

Les quelques conseils distillés dans ce roman sont très bien amenés dans la fiction. Chaque conseil trouve sa raison d'être dans l'histoire de Fanny et à aucun moment l'on n'a l'impression de lire un livre de coaching.

On passe un très agréable moment en compagnie de Fanny, Éric, François, Sylvie et les autres.
Et l'on se plaît à les voir tous évoluer.

L'auteure, Marie-Laure Cuzacq, a trouvé la recette magique pour nous seduire : une histoire forte, des personnages attachants et des conseils pertinents.

Ce livre peut apporter beaucoup de choses à ses lecteurs.
Le parcours est certes parfois difficile mais il est plus que bénéfique.

Autre-Monde : Ambre Autre-Monde : Ambre
Maxime Chattam   
Dérogeant à ma fameuse règle "Tu ne liras pas Autre monde avant tous les thrillers de Maxime Chattam" pour la bonne cause, je me suis donc lancée dans Ambre. Un personnage que je ne connais pas encore mais qui fait apparemment parti du trio gagnant de la saga. Je n'avais aucun à priori sur la saga, aucune attente particulière, juste l'envie de découvrir un auteur que j'adore dans un genre très différent de celui que j'ai l'habitude de lire.

Force est de constater que, si le format ne me convient pas forcément par sa petite longueur, j'ai quand même passé un bon moment de lecture.
L'auteur nous fait découvrir Ambre, une jeune fille qui préfère s'enfermer dans un livre pour voyager plutôt que d'affronter sa vie. Alors qu'une autre fille de l'école disparaît mystérieusement, elle s'intéresse à ce qui a pu se passer. Son imagination galopante lui fait envisager qu'un monstre surnaturel rode dans la ville. Mais, est ce vraiment seulement son imagination ?

La réponse à cette question se situe dans le petit mot de l'auteur à la toute fin du roman. Et c'est d'ailleurs ces quelques pages qui me font dire que cette lecture est importante. Peu importe finalement qu'on lise Autre monde ensuite, parce que ce prequel montre une réalité bien souvent ignorée volontairement sur la vie et l'avenir des enfants pauvres. La violence, la pauvreté, la déscolarisation... Ce sont des enjeux toujours actuels. Ce qui est formidable avec ce roman c'est que je l'ai lu comme une fiction, qui pourrait ou non introduire une dose de fantastique. Et seulement à la fin, en lisant les mots de Maxime Chattam adressé à ses lecteurs, j'ai remis toute ma lecture en perspective. L'auteur n'a pas offert n'importe quel texte à l'Unicef, c'est un texte symbolique et je trouve le geste très beau.

Pour ce qui est de Ambre, je me suis attachée à elle dès les premières pages. Elle vit dans un mobilhome, avec un beau père qui frappe sa mère et qui est alcoolique. Si elle n'a pas peur de dire ce qu'elle pense, elle veut aussi protéger sa mère. C'est loin d'être facile pour cette jeune fille de vivre dans sa réalité. Elle n'est pas libre de dire ce qu'elle veut. Elle doit rester silencieuse. A l'école elle est très solitaire. Du coup, les livres sont sa seule porte de sortie vers le rêve. Elle manque un peu de confiance en elle, mais quoi de plus normal quand les adultes ne la prenne pas au sérieux, ni même en considération. Son histoire est très sombre et son destin semble inéluctable. Je dois avouer que maintenant que je la connais, je suis impatiente de lire la suite de la saga pour savoir quelles aventures elle va vivre et si son destin est aussi sombre qu'il le paraît.

Si je découvre Maxime Chattam dans un autre genre, son style est toujours le même et je l'adore. Je crois que vous avez l'habitude que je le dise, non ? C'est un style travaillé, plein de descriptions qui permettent de s'immerger totalement dans l'univers en question.

En bref, comme je le disais plus haut, c'est clairement trop court à mes yeux, mais c'est un livre important, que je prendrais plaisir à relire et qui fait réfléchir sur le monde. Je suis impatiente de débuter la saga Autre Monde !

>> http://meliegrey.blogspot.com/2018/06/autre-monde-tome-0-ambre-de-maxime.html

par MelieGrey
Le Jour du chien Le Jour du chien
Patrick Bauwen   
Patrick Bauwen nous plonge dans un thriller haletant et sans temps mort.
Des profondeurs de Paris à ces plus riches habitants, une enquête pleine de suspense et une angoissante sensation de claustrophobie vous feront voir la ville Lumière d un autre oeil.
Très bon moment de lecture.
La Confrérie des Ombres, Tome 3 : Le Livre sacré La Confrérie des Ombres, Tome 3 : Le Livre sacré
Belinda Bornsmith   
Excellent : Rayla a réussi l’impossible : que le monde fasse un bond en arrière, annulant les effets dévastateurs commis par sa race et sauvant l’humanité, ce qui a bouleversé le monde des dzellis, surtout qu’Isathin refuse de répondre aux questions du Conseil et donc qu’une procédure de destitution est en cours. Si tous les humains n’ont aucun souvenir de ce qui s’est passé, ce n’est pas le cas de Paige qui croit devenir folle surtout qu’elle pense toujours à Siyin, ce mystérieux militaire rencontré pendant le chaos. Pendant ce temps, Siyin cherche désespérément Rayla et tente de découvrir ce qui s’est passé mais en vain. Il est également frustré puisqu’il n’arrive pas à retrouver un pan perdu de sa mémoire avec seulement un dessin comme seul souvenir d’un autre qui lui échappe, lui donnant l’impression de passer à côté de quelque chose d’essentiel. Siyin va donc chercher jusqu’à trouver une humaine : Paige... Nous suivons également Rayla dans sa quête qui doit se rendre en Égypte et remettre le livre sacré dans le temple de leur ancêtre mais elle ne sera pas seule... Un 3ème tome finissant une trilogie fascinante que j’ai adoré. Tout y est pour passer un excellent moment : un monde captivant, une intrigue prenante, des personnages attachants, des couples sensuels ainsi que toutes les réponses à nos questions. Un délice.

par Folize
Les Derniers Jours de Rabbit Hayes Les Derniers Jours de Rabbit Hayes
Anna McPartlin   
Je n'ai pas été déçue par cette lecture.
Drôle d'entrée en matière, mais c'est exactement mon sentiment juste après l'avoir achevé. Je me le suis procuré parce que la couverture était vraiment belle, et c'est une vraie belle couverture, pas un morceau de papier que l'on enroule autour histoire de. C'est assez rare pour être souligné.
L'histoire me plaisait pas mal, et j'attendais juste de ce livre qu'il remplisse son office de livre suffisamment gros pour avoir une histoire assez développée, une petite écriture sympathique mais pas transcendante, et une fin bien évidemment attendue mais néanmoins émouvante.
Bref, ce n'est ni de la haute littérature, ni le livre de l'année ( et entre nous, ça fait parfois du bien de lire ce genre de livres) mais c'est sans doute l'une des plus belles couvertures et je retiendrais sans doute juste cela.

par Amelie116
Mon midi, mon minuit Mon midi, mon minuit
Anna McPartlin   
Je vais essayer tant bien que mal de vous retranscrire de la façon la plus fidèle possible toutes les émotions que ce livre m’a fait ressentir, parce que ça en vaut la peine.

Mon midi, mon minuit, a été pour moi une grande leçon de vie et de reconstruction. Emma a perdu son amour ; Anne, Richard, Seàn et Clo ont perdu leur fidèle ami. Comment se remettre d’une telle perte ?
Ce roman est plein d’espoir, de vie, d’humanité, de simplicité. Il est bien loin de tous les clichés qu’on a vus/lus des millions de fois : Emma n’en veut pas au chauffeur qui n’y est pour rien, Emma n’en veut pas à ses amis, ne les rejette pas, n’en veut pas au monde entier. Elle s’en veut à elle-même, puis à plus personne. Elle accepte petit à petit ce vide dans sa vie et la bande d’amis se soutient avec autant de force que de tristesse. Emma va progressivement accepter que ce n’est pas sa faute, qu’elle n’y est pour rien, qu’elle a le droit d’aimer, de vivre à nouveau, qu’un rire oublié ne veut pas dire que John ne sera plus jamais en elle.

J’ai adoré chacun des personnages, pour leur force et leur humanité. On les voit reprendre vie peu à peu, se soutenir, ne jamais se lâcher. On ne peut que s’attacher à chacun d’eux.
Mon midi, mon minuit, n’est pas seulement l’histoire d’Emma, de son deuil, c’est aussi l’histoire de sa reconstruction, l’histoire de Clo et de ses péripéties avec les hommes, l’histoire de Seàn et de son amour caché, l’histoire de Nigel et de ses croyances, l’histoire d’Anne et de Richard. Des amis qui puisent leurs forces dans leurs liens, malgré la distance, malgré leurs problèmes.

Combien de fois j’ai pleuré, combien de fois j’ai ri, combien de fois j’ai admiré les personnages pour leur intelligence, leur façon de s’accrocher à la vie, de ne pas s’apitoyer sur leur sort ?

C’est un roman simple, poignant, addictif, et humain. L’auteur m’a totalement immergée dans son univers, grâce à sa magnifique écriture. Ce roman est une véritable leçon de vie. Anna McPartlin nous fait passer du deuil, au déni, à l’acceptation, en douceur, avec amour, sans même s’apercevoir de la route qu’on a déjà accomplie.

Vous l’aurez compris : Mon midi, mon minuit est un véritable coup de cœur, un véritable hymne à la vie, un roman à lire de toute urgence. Je remercie encore une fois les éditions Cherche midi pour l’envoi de ce roman !

par Maelis31
Miss Alabama et ses petits secrets Miss Alabama et ses petits secrets
Fannie Flagg   
Comme toujours avec Fannie Flagg, les émotions se mêlent et permettent au lecteur de vivre en même temps que l'héroïne. De sa jolie écriture, elle sait parfaitement nous montrer les différents sentiments qui parfois peuvent assaillir quelqu'un au crépuscule de sa vie. Mais loin de nous plonger dans la tristesse elle nous offre ici une histoire d'un optimisme fou, joyeuse, bien que parfois mélancolique. De plus, j'ai adoré la manière dont l'auteure a construit son roman. Par le biais de ces trois narratrices, nous parcourons le XXème siècle en Alabama et plus précisément à Birmingham, ville étroitement liée aux Droits Civiques des Afro-Américains. Elle nous fait même voyager jusqu’en Ecosse et distillant un peu de mystère! La place des femmes et des noirs est un thème important ici sans pour autant alourdir l'histoire ni faire de la propagande. Pour ce qui est des personnages, nous rencontrons trois femmes fortes, ayant largement atteint la soixantaine, et travaillant ensemble dans une agence immobilière depuis de nombreuses décennies. Quant à l'héroïne principale, Maggie, elle représente l'élégance d'antan, le raffinement, la gentillesse. Elle et ses amies sont spectatrices d'un monde qu'elles ne reconnaissent plus et dans lequel elles ont parfois du mal à trouver leur place. C'est pour cela que Maggie veut mettre fin à ses jours. C'est alors que le destin frappe. De manière anodine et pleine d'humour, les évènements s'enchaînent et l'empêchent d'exécuter son projet. Et peu à peu, elle va reprendre goût à la vie Elle va comprendre qu'à soixante ans, la vie est loin d'être finie et qu'elle propose encore une foule de petits bonheurs. Elle peu même offrir une nouvelle chance en amour! Une histoire douce et pétillante que j'ai adoré découvrir!

par emmaelys
Les visages de Victoria Bergman, Tome 1 : Persona Les visages de Victoria Bergman, Tome 1 : Persona
Erik axl Sund   
Un roman dérangeant, certes, parce qu’il parle de pédophilie, de tortures physiques et psychiques infligées à des enfants, et de meurtres de jeunes garçons.

Ce qui peut paraître anodin au début du livre, presque décousu, trouve son sens et sa cohérence à mesure que les pages se tournent.
L’intrigue est bluffante de réalisme, et les personnages sont d’une complexité envoutante.

Le sujet abordé est dur, et certains passages sont même assez pesants à lire.

Au final, Jeanette et Sofia nous embarquent dans quelque chose de terriblement inédit, et il devient quasiment impossible de laisser le livre se refermer. D’ailleurs, l’empreinte du premier tome est tellement marquée dans mon esprit, que, moi aussi, je me précipite sur le tome 2.