Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ChouetteYorokobi : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Roman de Renart Le Roman de Renart
Anonyme   
Le Roman de Renart est une oeuvre médiévale, ce qui complique les choses. On le lit bien souvent au collège, dans une version allégée et on l'oublie ce qui est fort dommage ! C'est un livre très riche et intéressant, mettant en scène Renart et toute sorte d'animaux qui représentent bien sûr la société humaine. Contrairement à ce que vous avez pu lire dans certains commentaires le Roman de Renart n'est pas inspiré de fables ou de contes modernes, c'est bien l'inverse puisqu'il s'agit d'une oeuvre du Moyen Âge qui nous est parvenue ! Le titre prête aussi à confusion puisqu'en guise de roman, il s'agit en fait d'un recueil d'historiettes, ce qui explique parfois l'incohérence entre les différents récits, qui sont tous grosso-modo d'auteurs médiévaux différents !
Cela dit, le livre est plein d'humour, surtout pour qui connaît un peu la littérature médiévale, et même si les situations sont souvent terribles, le vocabulaire cru est là pour prêter à rire ! Inutile de vous montrer pudique avec le Roman de Renart, tout est à interpréter au second degré ! Donc prenez le temps, lisez quelques histoires de ce fourbe de Renart, sans chercher une logique, et apprenez à ne pas l'imiter ;)

par Anarore
La Dame de Monsoreau, tome 1 La Dame de Monsoreau, tome 1
Alexandre Dumas   
Bon je suis probablement pas objectif, mais chaque Dumas que je lis me ravit !

Celui-ci est particulièrement riche en intrigue et rebondissements !
L'intrigue politique est un peu plus en arrière plan que dans d'autres romans du même auteur, mais les personnages sont une fois de plus haut en couleur.
On y retrouve d'ailleurs la gouaille et l'ironie si particulière à Dumas !

Une lecture que je conseille vivement !


par Ertiammot
La Reine Magot, tome 1 La Reine Magot, tome 1
Alexandre Dumas   
La reine Margot personnage intéressant et très liée au règne du roi Henri IV

par Snaga78
Le page du Duc de Savoie, tome 1 Le page du Duc de Savoie, tome 1
Alexandre Dumas   
Une tranche d'histoire entre la France et l'Italie

par Snaga78
Les Quarante-cinq Les Quarante-cinq
Alexandre Dumas   
Même si ce dernier volet est aussi riche en péripéties et rebondissements que les deux autres volumes, et que l'on prend plaisir à retrouver de vieilles connaissances (Chicot, Diane de Méridor et Rémy le Haudoin, le moine Gorenflot, Henri de Navarre et Margot....), c'est cependant le moins réussi des trois. La raison tient à la multiplication des intrigues et au fait que le roman n'est pas véritablement achevé : Dumas prévoyait une suite, qui ne fut en fait jamais écrite...

par drp57
Le chevalier de Sainte-Hermine Le chevalier de Sainte-Hermine
Alexandre Dumas   
Plus qu’une surprise, un vrai coup de canon : le roman mythique de Dumas dont on n’avait jamais retrouvé le texte (à l’exception de trois chapitres mis au jour naguère) sort enfin de l’ombre ! Claude Schopp, après une vie de traque, a réussi à mettre la main sur le texte complet du feuilleton (1869) que le romancier n’avait pas eu le temps de publier pour la librairie avant de rendre l’âme (en 1870).
Et il s’agit d’un roman-clé, puisqu’il prend place à la fin de la fameuse trilogie révolutionnaire entamée avec Les Compagnons de Jéhu et poursuivie avec Les Blancs et les Bleus… juste avant Le Comte de Monte-Cristo – avec lequel il entretient, au reste, d’étroites affinités.
Là encore le moteur de l’action est une entreprise de vengeance… un leitmotiv qui a toujours permis au romancier de chauffer à blanc les aventures auxquelles il tenait le plus. Son « chevalier » aura donc droit à tout : aux persécutions de Fouché, à l’errance d’un champ de bataille à l’autre de l’épopée napoléonienne, à un face à face avec Nelson au fort de la bataille de Trafalgar (il aurait tenu le fameux mousquet qui…), à force mésaventures à Rome puis à Naples, à croiser la route du fameux Fra Diavolo et des plus remarquables bandits de la Péninsule… sans oublier telles rencontres avec Joséphine, Talleyrand, le duc d’Enghien ou le terroriste Cadoudal…
N’en jetons plus. Il est clair qu’à l’instant de quitter la scène, le divin Alexandre a voulu lancer toutes ses forces dans la mêlée… qui s’en plaindrait ?


par Rosella
Le Collier de la reine Le Collier de la reine
Alexandre Dumas   
Alexandre Dumas était décidément LE grand feuilletoniste de l’époque !
Dans celui-ci, il nous raconte sous la forme d’un véritable roman-feuilleton, cette incroyable affaire du collier de la reine, une arnaque subtilement mise en œuvre qui a fait vaciller un trône et a contribué à donner naissance à un mouvement révolutionnaire.
Nous assistons pendant plus de 1000 pages à la mise en place d’une intrigue tout à fait rocambolesque où tous les rouages s’emboîtent les uns après les autres pour créer de toutes pièces un des plus grands scandales historiques.
L’auteur, avec le talent qu’on lui connaît, ne peut s’empêcher de faire partager à ses lecteurs une admiration sans bornes pour Marie-Antoinette dont la réputation fut éclaboussée par cette trouble histoire. Il décrit avec brio l’ambiance qui régnait à la cour de France où les nombreux courtisans, tous plus avides des faveurs de la royauté les uns que les autres, se côtoyaient dans un climat de secrets, d’obséquiosités et de jalousies permanentes.
Un classique à découvrir ou même redécouvrir, comme un excellent roman historique sous la plume d’un maestro du genre !

par Lupa
Le Chevalier de Maison-Rouge Le Chevalier de Maison-Rouge
Alexandre Dumas   
http://sanouplaiit.skyrock.com/3143333652-Le-Chevalier-de-Maison-Rouge-Alexandre-Dumas.html

Eh oui, encore un Dumas... un classique.
Inutile de vous faire un topo sur ce genre, je crois bien vous avoir déjà fait nombre d'entre eux!

Persévérant sur ma lancée après la Tulipe Noire, j'ai décidé de lire le Chevalier de Maison Rouge. J'ai découvert avec intérêt qu'il s'agissait d'une histoire de passions. Oui! D'amuuuuur!
Sur fond d'histoire et de politique quand même.
Mais justement! C'est ce qui donne tout son charme au roman! Pourquoi?

Parce que le Chevalier de Maison-Rouge est un roman qui se passe sous la Terreur, vous savez, ce qu'il y a eu après la Révolution, avec Robespierre et tous ces zigotos machins... Mais oui! La belle époque de la guillotine. Enfin, belle. Comprenez bien mon ironie, par pitié!
C'est durant cette période que se déroule notre histoire.
Maurice est un révolutionnaire, un citoyen, un patriote tout entier dévoué à son amour: la France. Seulement, voici qu'un soir, au détour d'une rue, il va croiser le regard d'une belle, d'une inconnue, que l'on découvrira plus tard sous le nom de Geneviève. Il la raccompagne chez lui, après quelques péripéties (une femme ne circule pas seule la nuit, et surtout en période de Terreur), en lui promettant de ne pas se retourner, de l'oublier.
Seulement... seulement un regard a suffi, la fièvre est montée, notre brave Maurice veut revoir sa belle inconnue. Alors il la cherche, il la cherche, tout en veillant à la séquestration de Marie-Antoinette, car cette digne reine n'a pas encore été exécutée. Et un soir, dans la rue où il l'a déposée, Maurice se fait attaquer. Il se fait attaquer et se fait surtout attraper, et ses geôliers menacent de le tuer. Alors, notre bon citoyen, trouvant un moyen de se défendre, parvient dans la petite maison avoisinante. Et tombe... sur son inconnue.
Heureux hasard! Elle se dressera entre ses adversaires et lui, et expliquera la situation. C'est ainsi que Maurice et Geneviève sont réunis, et c'est surtout ici que les choses se compliquent... Car Geneviève est mêlée par son entourage à ceux qui veulent faire échapper la Reine avant qu'on ne la tue. Et cet entourage va largement profiter de Maurice, à son insu, pour essuyer plusieurs tentatives... Et les deux amoureux seront ballotés là-dessus.
Finiront-ils heureux?

Oui, vous pensez que c'est un bien long résumé pour ce qui ne concerne, en fait, qu'un tiers, même pas, du livre. Je sais. Seulement, quand on parle de ce genre d'histoires, si on n'explique pas la politique environnante, on est perdu, et Alexandre Dumas, en bon romancier historien qu'il était, le savait parfaitement aussi, et s'excusait régulièrement auprès de son lecteur de devoir s'embarrasser de descriptions, et de tout le tsouin tsouin.
J'ai encore une fois retrouvé avec délices la plume de mon auteur classique favori, débusquant çà et là des remarques humoristiques qui seraient passées sous le nez de quelqu'un n'y étant pas habitué.
J'aime cette façon de mêler fiction et histoire, et cet auteur le réussit à chaque fois merveilleusement bien.

Ses personnages sont touchants, bien que, du fait du genre, on se sente parfois assez éloignés d'eux, puisqu'ils ne sont pas de la même époque, ne s'expriment pas de la même manière... Je les ai toutefois appréciés, ou détestés selon l'endroit où je les trouvais, comme Simon... ou Dixmer (fieffé maraud, cuistre!). En revanche, certains personnages, même s'ils sont secondaires, forcent l'admiration, comme Marie-Antoinette que l'on suit tout au long de sa captivité, et même jusqu'au pied de l'échafaud. Digne, mais humaine. Reine. Il y a aussi d'autres personnages secondaires comme Lorin, qui eux, apportent le sourire. Tantôt frivole, tantôt grave, Lorin est le meilleur ami de Maurice, et il ne peut pratiquement pas placer une phrase sans placer en même temps des quatrains, des rimes... La complicité entre les deux amis est très touchante.
Quant au couple principal, Maurice et Geneviève, je les ai trouvés touchants, bien que... bien que cette distance m'empêchât réellement d'en savourer toutes les dimensions. Même si j'aurais bien aimé avoir mon Maurice à moi, c'est clair xD

Au niveau de l'intrigue, j'avoue avoir été tenue en haleine jusqu'à la fin, à me demander comment ils finiraient, tous, bien que l'histoire nous l'apprenne pour certains, tels que Marie-Antoinette... je voulais savoir si l'espoir était encore permis sous ce régime de la Terreur si effrayant.
Néanmoins, malgré cela, il est des mystères qui n'en ont pas réellement été pour moi, puisque je les avais devinés d'avance, et même assez aisément. Toutefois, cela ne m'a nullement gênée dans ma lecture, et j'ai même été assez fière d'avoir trouvé toute seule avant qu'on ne me le dise dans le bouquin mdr

En conclusion, le Chevalier de Maison-Rouge (qui, si vous vous posez la question, est un chevalier amoureux de Marie-Antoinette et qui fera tout pour tenter de la délivrer, et qui est intrinsèquement mêlé à l'historie de Maurice et Geneviève), est un bon roman, un bon classique, avec une belle histoire d'amour sur fond d'histoire intéressant. Une période dont je n'avais encore jamais entendu parler dans mes lectures, je suis bien contente d'avoir pu en faire l'expérience grâce à ce roman! La plume d'Alexandre Dumas est toujours un émerveillement pour moi.
Ce sera donc un 15/20!
La Tulipe noire La Tulipe noire
Alexandre Dumas   
Ce roman de cape et d'épée de Dumas est moins connu que "Les trois Mousquetaires". Il ne se passe pas en France mais dans la Hollande de Splinoza, bref au XVII°.
En outre l'héroïne est une fleur qui porte le deuil.

Ce roman tranche vis-à-vis du reste de l'oeuvre de Dumas.
Un original très agréable à lire et instructif sur l'histoire de ce pays.



par Biquet
Le trou de l'enfer Le trou de l'enfer
Alexandre Dumas   
Exploration des souterrains de l’âme humaine, sorte de descente aux enfers progressive très fortement inspirée par le roman “gothique”, Le Trou de l’enfer débute entre 1810 et 1851 à Heidelberg. Dans des décors mystérieux et sinistres - châteaux en ruines, forêts impénétrables, portes dérobées... - Dumas met en scène le monstrueux frère de sang d’Edmond Dantès, une sorte de Monte-Cristo du Mal normé Samuel Gelb. Ce héros qui suscite à la fois fascination et répulsion, animé par une incommensurable volonté de puissance, nietzschéen avant la lettre, qui veut mener à la ruine tous ceux qui l’entourent - Julius, son demi-frère, Christiane, la femme de Julius, et la chevrière Gretchen - ne s’attaque pas seulement aux hommes, mais à Dieu, bien entendu...

par x-Key