Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de choupette48 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Marked Men, tome 5 : Rowdy Marked Men, tome 5 : Rowdy
Jay Crownover   
C’est toujours un vrai bonheur d’attendre le prochain tome d’une série chouchou. Je remercie énormément les adorables attachées presses de chez Hugo Roman, car Marked Men fait partie de ces sagas qui auront marqué ma vie de lectrice. Je me rends compte, que j’ai énormément de chose à dire, alors que Rowdy est jusqu’ici resté très en retrait dans les autres tomes. Ce qui est intéressant avec ce tome, c’est que Jay Crownover a réussi à me rendre curieuse d’un personnage qui était tellement discret, que j’étais à la fois impatience et soucieuse de découvrir ce que l’histoire allait me réserver.

A l’image des tomes précédents, l’enfance de Rowdy s’est passé dans l’indifférence la plus totale jusqu’à ses dix ans. Alors qu’il était un petit garçon triste et seul, ses deux voisines vont lui offrir la chance de s’épanouir comme tous les petits garçons et cette rencontre va être déterminante dans sa vie. Rapidement il tombe sous le charme de Poppy la plus jeune et se lie d’une amitié intense avec Salem la plus grande. Alors que leur situation n’est pas enviable l’un à l’autre, il développe un fort lien qui va les amener à se confier pendant les moments difficiles, comme s’ils s’étaient toujours connu.

Ce lien va se briser quand Salem abandonne sans une explication sa vie au Texas, laissant Rowdy seul. Désireux de s’en sortir, il décide de montrer à Poppy qu’elle n’est pas obligée d’écouter son père en étant une petite fille modèle, mais la situation va dégénérer et le jeune homme va à son tour tout quitter pour se consacrer à sa passion pour le dessin et faire une rencontre déterminante avec Phil Donovan.

Aujourd’hui le petit garçon a bien grandi, et il peut se féliciter d’être devenu un homme intègre, qui peut enfin laisser libre cours à son don pour le dessin. A l’image de ses frères de cœur, le jeune homme n’hésite pas à user de ses charmes et ne se gêne pas pour obtenir ce qu’il désire avec la plus grande facilité. Désormais heureux et casé, le petit groupe va pourtant se faire du souci pour leur ami, qui semble avoir du mal à se poser avec une femme. Quand son passé va franchir la porte du salon de tatouage, il va prendre une claque mémorable et tenter de rester éloigner de celle qu’il n’a jamais pardonnée de l’avoir quitté.

Salem Cruz a été élevé dans la religion par un père tyrannique qui voulait simplement que ses filles rentrent dans le moule, alors que sa jeune sœur est prête à tout pour être une fille modèle, Salem est étouffé par les obligations et ne supporte plus de ne pas pouvoir être celle qu’elle a toujours rêvée d’être. A 18 ans, elle décide de tout laisser derrière elle et malgré les regrets elle n’oubliera jamais celui qui a fait battre son cœur de jeune femme. Malgré dix années écoulées, Salem va voir une opportunité de se racheter et de se rapprocher de Rowdy. Même si le jeune homme semble vouloir la tenir à distance, elle va tenter de lui prouver que même s’il a grandi en ne voyant en elle qu’une simple amie, elle est prête à tout pour qu’il lui pardonne et lui laisse sa chance. Cette amitié particulière, c’est aujourd’hui transformé en une attirance puissante, qu’ils vont avoir bien du mal à ignorer.

Je dois admettre que Rowdy aurait presque pu rivaliser avec les frères Archer et il peut se féliciter d’avoir atteint le top 3 de mes Marked Men chouchous sans même que je m’y attende. Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est la complémentarité de ces deux personnages, même en étant dix ans sans se voir, leur passé commun est ancré dans leur vie d’adulte et lorsqu’ils vont enfin se donner une chance, j’ai aimé avoir à quel point ils ne pourraient plus jamais avoir le sentiment de se sentir seuls. Rowdy est un homme passionné d’une grande gentillesse, son charme associé aux descriptions de Jay Crownover rend ce héros diablement sexy, avec une part de vulnérabilité qui le rend attachant et unique. Il fait partie des personnages les plus posés du groupe et malgré son côté secret, il est prêt à tout pour ceux qu’il considère comme sa famille. Il a une manière de croire en Asa qui m’a également redonné confiance en ce personnage qui avait pourtant conservé une image assez négative depuis le tome 2 et c’est appréciable pour savourer le prochain.

Après cinq tomes, Jay Crownover arrive encore à me surprendre. Ces hommes et ces femmes que nous avons suivi, sont désormais une famille et l’intérêt de cette série, c’est que chaque tome arrive à apporter un élément nouveau tout en conservant les codes que l’auteur s’était fixé. L’univers du tatouage rend la lecture intense et ses personnages font rapidement grimper la température. Même s’il est difficile de ne pas émettre des comparaisons, toutes ces histoires, ces personnages qui nous ont fait passer par toutes les émotions m’ont marqué à leur manière et même s’ils se démarquent les uns des autres, certains personnages m’ont plus touché que d’autres. Un tome qui fait honneur à cette série riche en émotion.

http://wp.me/p4u7Dl-3bG

par Luxnbooks
Les Vendanges de juillet Les Vendanges de juillet
Françoise Bourdin   
Une intrigue dynastique dans le vignoble bordelais. Les retrouvailles contrariées des membres de la grande famille Laverzac autour d´un héritage prestigieux et contesté.
À Fonteyne, leur magnifique propriété familiale, les Laverzac se réunissent deux fois l´an autour d´Aurélien, le patriarche qui règne en maître incontesté. Mais cet été, sous l´apparente euphorie des retrouvailles, couvent des orages bien plus dévastateurs que ceux qui s´abattent sur les vignes... L´avenir de Fonteyne est en jeu et Aurélien, qui y a consacré sa vie, veut, envers et contre tout, préserver l´intégrité de son domaine en assurant sa succession. Seul Juillet, le plus jeune des quatre fils, adopté trente ans plus tôt dans des circonstances mystérieuses, pourrait se montrer à la hauteur de ses espérances. Mais pourquoi serait-ce le « bâtard » qui hériterait de cette fortune colossale ? Et Alexandre, le seul fils à être rester à Cognac et à y avoir fait sa vie, ne peut accepter cet affront et va le faire savoir. Au milieu des tempêtes et des drames, ce sera au seul Juillet d´affronter les fantômes du passé, et de boucler sa propre histoire d´enfant trouvé.
Un livre agréable que l’on a du mal à refermer. Le scénario type d’une longue saga pour la télé avec ses multiples rebondissements et son suspense bien entretenu…

par Phil_33
D'eau et de feu, suivi de À feu et à sang D'eau et de feu, suivi de À feu et à sang
Françoise Bourdin   
Dans un vaste manoir écossais, l'histoire explosive d'une famille recomposée. Entre amours et jalousies, la tension sourd autour du véritable enjeu familial : qui sera l'héritier du domaine ? Qui fera fructifier la distillerie des Gillespie ? De retour au domaine familial après des années d'internat, le jeune Scott est mis devant le fait accompli : son père, Angus, vient de se remarier avec une Française, Amélie, installée à demeure avec ses quatre enfants, trois garçons et une fille. Si la nouvelle épouse a la ferme intention de marquer son territoire et d'y imposer les siens, cette nouvelle tribu n'est pas du tout du goût de Scott... Tandis que les tempéraments se heurtent et que les jalousies s'installent, chaque clan aiguise ses armes. Mais personne ne s'attend à ce qu'un amour improbable, impossible, fasse tout basculer. Dans cette bataille rangée entre belle-mère et beaux-enfants, l'amour et les liens du sang l'emporteront-ils sur les jalousies et rivalités que déchaîne l'héritage ?

par x-Key
Agatha Raisin enquête, Tome 10 : Panique au manoir Agatha Raisin enquête, Tome 10 : Panique au manoir
M. C. Beaton   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2018/06/09/panique-au-manoir-m-c-beaton/

Dix aventures d’Agatha Raisin et je ne me lasse toujours pas. C’est vrai qu’il y a des tomes plus réussis que d’autres, mais dans tous les cas, même quand l’intrigue me branche moins, j’apprécie mes petits rendez-vous avec la détective de Carsely.

Dans cette dixième aventure, Panique au manoir, l’ancienne attachée de presse londonienne s’exile dans le Norfolk pour tenter d’oublier son voisin James qui l’évite comme la peste.

Évidemment, à chaque fois qu’Agatha arrive quelque part, il y a des meurtres. Et à chaque fois, elle se retrouve mêlée à l’enquête. Bon, en même temps, j’imagine que si elle n’y était pas mêlée, elle tenterait d’y fourrer son nez, c’est plus fort qu’elle. Et ce meurtre va lui permettre de chasser James de son esprit. Enfin, c’est ce qu’elle espère.

Notre Sherlock en jupe en tweed et escarpins va être aidée d’un séduisant Watson, son ami Charles. Et ils vont avoir fort à faire, notamment pour innocenter Agatha. Il faut dire que pour clouer le bec aux dames de Fryfam, Agatha leur dit qu’elle est en train d’écrire un roman. Du coup, pas le choix, elle s’y met et la police découvre qu’il y a beaucoup de points communs entre son roman et le meurtre sur lequel elle enquête. Coïncidence ?

Ajoutez à cela un mystère autour de fées et un temps maussade et vous aurez une bonne idée de l’ambiance de ce roman. Cosy, confortable, drôle et réconfortant. Du coup, j’attends la suite avec impatience, surtout qu’il y a un sacré coup de théâtre à la fin…
En voiture, Simone ! En voiture, Simone !
Aurélie Valognes   
Un livre parfait pour les vacances, simple, rafraîchissant, plein d’optimisme, avec des personnages hauts en couleur que l’on prend plaisir à suivre.
Mais il ne s’agit pas seulement d’une comédie composée uniquement de situations rocambolesques et c’est cela aussi ce que j’ai apprécié : qu’il ne soit pas déconnecté de la réalité et qu'au contraire, il offre une forme de réflexion sur diverses situations du quotidien sans en avoir l’air.

La bonne impression que m'a laissé ce livre me donne envie de découvrir les autres romans d'Aurélie Valognes, en espérant ne pas être déçue.

par Isallya
Crossfire, Tome 5 : Exalte-moi Crossfire, Tome 5 : Exalte-moi
Sylvia Day   
J'étais impatiente de lire la conclusion de cette série. Après un départ formidable, j'avais trouvé que l'intrigue devenait longue et répétitive, donc j'avais un peu peur pour ce tome 5.
Le début, disons la première moitié, confirme malheureusement cette impression. Rien de nouveau : Gideon doit affronter des rumeurs, des attaques dans la presse à propos de ses ex (Corinne, Deanna, Anne Lucas) On a déjà lu tout ça dans les tomes précédents. La différence ici c'est qu'au lieu de se montrer jalouse, Eva l'aide à désamorcer les scandales. Je dirais que du coup, c'est non seulement répétitif, mais qu'il y a aussi moins d'enjeu, moins de tension.
Dans la deuxième moitié et surtout les derniers chapitres il y a enfin une montée en tension avec deux nouveaux problèmes et dangers, un du côté de Gidéon ([spoiler]un harceleur à moitié cinglé qui lui tire dessus[/spoiler]) et un du côté de Monica, la mère d'Eva ([spoiler]qui cachait depuis toujours sa vraie identité et sa vraie histoire[/spoiler] )
Je dirais donc qu'il y a une conclusion haletante, après un roman et une série qui ont trainé en longueur. Je ne regrette pas d'avoir attendu ce tome, juste pour cette fin qui explique beaucoup de choses, mais je crois que l'auteur aurait pu se concentrer sur les péripéties essentielles et faire une trilogie.

par IsaR
Te laisser partir Te laisser partir
Clare Mackintosh   
Un thriller captivant, original avec un découpage surprenant.
Je ne vais pas pouvoir en dire trop pour ne pas spoiler toutes les révélations et rebondissements.

L'histoire est celle d'un accident de la route avec délit de fuite.
Comment retrouver le chauffard, comment se reconstruire ?

Jacob, 5 ans, revient de l'école avec sa mère.
A quelques mètres de chez lui, il lâche sa main, traverse et le terrible drame survient, laissant une maman choquée et anéantie.

La voiture s'enfuit, personne n'a rien vu.

Jenna est inconsolable, elle se réfugie sur une petite île afin d'oublier le pire.
Comment réapprendre à vivre quand on a connu l'enfer ?

Pendant ce temps, l'inspecteur Ray et sa charmante coéquipière mènent l'enquête.

L'auteur est un génie.
Non seulement ce roman est intelligent mais il nous fait vivre des retournements de situation et des révélations qu'on n'imaginait pas une seule seconde.

Vous allez être manipulé, trompé, le blanc pourrait bien être noir finalement.

J'ai adoré cette partie de reconstruction avec cette terrible révélation...
L'auteur met à mal ses personnages (pourtant très attachants) et pour une fois, cela change.

J'ai aimé être malmenée et ne plus savoir où est le bien du mal, trouver des circonstances atténuantes dans tout ça.

Le découpage du roman est très original.
Sans en dire trop, nous suivons cette maman, en parallèle l'enquête, puis une histoire d'amour nous est contée (qui va vite se transformer en cauchemar), on place alors les pièces de puzzle petit à petit.

Oui, j'ai vraiment adoré ce roman, du moins jusqu'aux dernières révélations qui ont un peu fait chavirer mon avis et mon engouement.

Ainsi, cette fin est : trop facile ? trop évidente ? trop invraisemblable ?
Au bout d'un moment, j'ai envie de dire que trop de coïncidences tuent les coïncidences.

J'aimais le fait que les gentils pouvaient avoir des parts d'ombre et fait de mauvais choix, qu'un personnage ne soit pas tout blanc ou tout noir et qu'il faut aller au bout de ses choix, les assumer.

Mais là, la morale est sauve : l'auteur n'a pas assumé ses risques et cette fin ne me convient pas du tout.
La gentille est vraiment gentille, le méchant est vraiment le pire des méchants, trop facile et banal.
Et c'est quoi ces méchants qui ne meurent jamais du premier coup, trop déjà vu...

Je retiendrai donc tout le reste qui m'a tenue en haleine.
Et je conseillerai ce thriller bien construit, intelligent et qui nous scie avec ses rebondissements.

Glacé Glacé
Bernard Minier   
Un petit conseil pour les gens qui auraient commencés à regarder la série adaptée de ce roman sur M6 et qui hésiteraient à se lancer dans ce volume: FONCEZ! Je n'ai même pas fini le premier épisode que je peux déjà dire que cette série TV va être pourrie par rapport au livre x') les rapports entre personnages sont complètement modifiés, et rien que ces petits éléments vont vraiment bouleversés toute l'histoire :/
Alors n'hésitez pas à vous plongez dans les pages glacées du roman plutôt que devant votre écran! ;)
Mauvaise compagnie Mauvaise compagnie
Linwood Barclay   
Dans ce troisième opus, on retrouve une nouvelle fois notre anti-héros préféré, Zack Walker. Sa maladresse, sa naïveté, son obsession de la sécurité et tout ce qui caractérise ce Mr Catastrophe sont une nouvelle fois au rendez-vous. Ce roman promet de passer encore un bon moment rien qu’à la lecture de son résumé. Et je confirme que c’est effectivement le cas.

Alors qu’il prend un café avec son amie Trixie, Zack reçoit un appel lui annonçant une terrible nouvelle. Un homme a été retrouvé mort sur le camp de pêche que dirige son père. Le cadavre étant défiguré et ne réussissant pas à joindre Arlen Walker, le père de Zack, les autorités pensent qu’il pourrait s’agir de son corps. Zack file comme une flèche du restaurant et prend directement la route de Crystal Lake, sans prendre la peine de repasser chez lui prendre quelques affaires.
Paranoïaque de nature, Zack échafaude les pires scénarios au cours du trajet. Pour le médecin légiste et la police locale, le pauvre Arlen a bêtement été attaqué par un ours. Bouleversé après avoir vu le cadavre, Zack l’est encore plus quand son père débarque sur le camp comme une fleur après avoir passé la nuit en ville et qu’il se blesse. Il se sent alors obligé de rester quelques jours sur place pour aider son père à gérer le camp de pêche jusqu’à sa complète guérison.
Intrigué par le cadavre retrouvé et persuadé qu’il ne s’agit pas d’une attaque d’ours, il va commencer à mener sa petite enquête et comme à son habitude s’attirer pas mal d’ennuis. De sa mésentente avec le shérif aux tensions avec son père en passant par les conflits avec les locataires un brin psychopathes de la grange du camp de pêche, Zack va une nouvelle fois se retrouver dans une histoire qui le dépasse.
Heureusement, il peut compter sur les quelques habitants des chalets et sur son ami Lawrence Jones pour l’aider à se dépatouiller de cette situation.
Où qu’il aille, Zack semble attirer les ennuis comme un aimant. A l’instar de certains héros de livres ou séries policières, comme Jessica Fletcher dans Arabesque ou Hercule Poirot, il ne fait pas bon se trouver dans le même coin que Zack.

Même si le nom du coupable est facilement trouvable, l’histoire est tout de même bien ficelée. Elle est plus complexe qu’il n’y parait au premier abord. L’histoire se met en place petit à petit. Des intrigues qui ont l’air sans rapport les unes avec les autres, finissent par se mêler, s’entrecroiser pour finalement aboutir à la vérité et à une fin quelque peu explosive.
Comme dans les deux premiers opus, on retrouve notre Mr Catastrophe au meilleur de sa forme, avec son humour et sa fougue. Il joue toujours d’autant de malchance. Chaque décision visant à résoudre un problème en engendre un autre sans avoir toutefois réussi à arranger le précédent.
J’apprécie toujours autant la plume de Linwood Barclay. Le côté humoristique, un peu en décalage avec le principe du thriller, apporte vraiment de la fraicheur à l’histoire et une fluidité dans la lecture.
Je suis curieuse de lire le dernier tome de cette saga pour voir ce que nous réserve encore une fois Linwood Barclay. Dans quel pétrin va encore aller se fourrer son bon vieux Zack ? On imagine que l’histoire a un rapport avec son amie Trixie qui au début de ce troisième tome lui avoue avoir quelques ennuis. A suivre…

Le Tatoueur d'Auschwitz Le Tatoueur d'Auschwitz
Heather Morris   
Aussi difficile cette lecture soit-elle, je conseille à tous de la découvrir. Le témoignage de Lale est tellement poignant. Toutes les années qu’il a malheureusement passée à Auschwitz sont décrites avec précisions, à tel point qu’on imagine réellement l’enfer que tous les prisonniers ont vécu là-bas.

Et en même temps, la finalité de ce roman n’est pas de dénoncer. Ce qui ressort est la détermination de Lale, sa volonté de survivre, sa résolution de rencontrer Gita et de tout faire pour qu’ils soient tous les deux libres de s’aimer.

Cette lecture m’a appris a relativiser, à arrêter de me plaindre pour des bêtises. Et à ne pas baisser les bras aux moindres obstacles et au premier échec. La force de ce roman est là, dans la puissance de la détermination.

C’est aussi le genre de lecture qui restera toujours dans un coin de ma tête et que je ne suis pas prête d’oublier, je ne peux donc que vous la recommander. Rien que pour le devoir de mémoire, lisez-le !