Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de choupette48 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Au fond de l'eau Au fond de l'eau
Paula Hawkins   
Très bon thriller, j'ai adorée!!! Il y a beaucoup de narrateurs, mais du coup ça change de ce dont je suis habituée. J'aime bien le style de l'auteur. C'est un belle découverte!!!

par Lauren59
Dieu me déteste Dieu me déteste
Hollis Seamon   
Malgré son "jeune âge", Richard Casey traîne dans les hôpitaux depuis trop longtemps... C'est à l'hôpital Hilltop de New York qu'il promène ses 17 ans, dans le service des soins palliatifs, sur ses deux pattes parfois, couché dans un lit ou bien assis dans un fauteuil roulant...


"Dieu me déteste" : un cri de souffrance, de révolte, une envie de dire "pourquoi moi, pourquoi si jeune"... une injustice qui touche trop d'enfants et d'adolescents, une douleur pour leurs parents. Mais ce livre est un bel hommage à tous ces "Richard Casey", "Sylvie" et autres ados dans leur cas, un bel hommage au corps médical qui s'investit, compatit, soutient, assiste, comprend, explique... un bel hommage à la vie et à tous ceux qui en connaissent le prix.

Alors NON ce livre n'est pas triste, bien au contraire. Il traite d'un sujet grave certes, mais avec tellement d'aisance, de légèreté et d'humour. Richard est plein de vie, plein d'espoir et d'envies. Il est bien entouré : une maman qui l'aime et fait tout ce qu'elle peut pour prendre soin de lui comme elle le peut et qui charge plusieurs membres de la famille de veiller sur son fils.
Puis il y a la grand-mère de Richard, une jeune "mamie" plus jeune d'esprit que sa propre fille, une mamie hôtesse dans une boîte de nuit et qui porte des cigarettes à l'hôpital... tout ce qu'il faut faire quoi... et puis il y a Edward qui travaille à l'hôpital et qui simplifie bien des choses à Richard... et que dire de l'oncle Phil, un phénomène qui n'en perd pas une pour mettre un peu de piquant dans le quotidien de Richard. Car c'est avec la complicité de son oncle Phil, que Richard va faire les pires bêtises à l'hôpital.

Richard, c'est un jeune homme pétillant, insouciant quelquefois, lucide souvent... il nous raconte avec beaucoup d'humour les péripéties de sa toilette intime, les repas dégueulasses qu'on lui sert à l'hôpital, son bonheur de découvrir les plaisirs de la chair... car tout comme Sylvie, il ne veut pas prendre le risque de passer de l'autre côté de la barrière sans avoir goûté au sexe. C'est un jeune homme qui aime la vie et qui au lieu de faire la liste de tout ce qu'il n'aura pas pu réaliser de beau, préfère dresser celle de tout ce dont il n'aura plus à s'inquiéter comme par exemple élever des enfants ingrats, se faire opérer des dents de sagesse... c'est un garçon pour qui l'auto-dérision est une seconde peau car il faut bien en passer par là et tous ceux et celles qui malheureusement traînent dans ces couloirs où l'on joue à pile ou face avec la vie, à défaut de la jouer "au poker", le savent et se sauvent comme ça.
Alors oui, des Richard Casey il en existe, oui le livre est frais et pas du tout larmoyant, oui la fin est bien écrite... même si... même si...
Merci Richard, merci Sylvie, merci à Phil, à Marie/Kelly et à tous les autres, merci à l'auteur, merci pour cette gifle dans la gueule.

par SuperNova
La Maison de l'assassin La Maison de l'assassin
Bernhard Aichner   
Après "Vengeances", on retrouve Blum qui croyait en avoir fini avec ses vieux démons. Mais les crimes qu'elle a commis il y a deux ans, sont sur le point de remonter à la surface et de causer un cataclysme dans son existence. Il n'y a qu'une seule solution, fuir sur les traces de sa sœur jumelle jusque-là inconnue et trop tôt disparue. Mais du refuge au piège, il n'y aurait-il qu'un pas ?


Ce thriller mise énormément sur son héroïne Blum, un personnage fort, froid qui peut se montrer amoral quand il est blessé et dont on ne peut absolument pas nier l'attractivité.

Blum, cette écorchée, tombée du nid ne sait pas ce qu'elle va trouver en renouant avec son passé. Qui est cette sœur jumelle, son double qu'elle n'a jamais connue ? Pourquoi est-elle morte si tôt figée dans une scène grotesque ? Qu'a-t-elle vécu, qui est sa famille ? Blum est entraînée dans le trouble, la fascination et ses questions vont devenir à la fois un moyen de s'échapper et un potentiel danger... L'auteur créé un climat malsain, peu engageant, où elle distille un malaise dont on aura du mal à se défaire au fil des pages. Hôtel désaffecté, silencieux, histoire de famille, affects, névroses...

Les murs ont une mémoire et ils résonnent de leurs douleurs en dégageant une atmosphère aussi grinçante qu'étouffante. Il y a de l'Art, de la folie, des cicatrices innombrables et beaucoup trop de morts dans cette maison. Les personnages sont extrêmement troubles et captivants. On aime l'histoire qu'ils nous racontent et la descente aux enfers qu'ils nous proposent. L'écriture est maîtrisée, électrique et on est complètement à la merci de l'auteur.

Il y a de la peur, de l'angoisse qui monte crescendo et on se sent à la place de Blum comme un animal sauvage pris au piège et complètement effrayé. Ce roman réussit à transformer la tueuse en victime, tout est question de barrière et de perceptions...

Un récit prodigieux et cauchemardesque sur les frontières du mal. Vous ne pourrez plus le lâcher !
Trois de tes secrets Trois de tes secrets
Julie Buxbaum   
L'achat de ce roman est la définition même d'un achat impulsif. Bien évidemment j'ai vu ce roman passer dès sa sortie et j'avais très envie de le lire, mais ce sont les premières réactions qui m'ont convaincu qu'il me fallait moi aussi découvrir cette mystérieuse correspondance. Je n'avais pas réalisé que l'histoire aborderait des thèmes aussi touchants et aujourd'hui, en écrivant cette chronique je mesure le chemin parcouru pour notre héroïne et la force avec laquelle Jessie s'en est sorti seule dans la souffrance est poignant.

Après un déménagement express, Jessie se à devoir vivre dans une maison où elle ne se sent pas chez elle et en prime elle se retrouve dans un lycée à Los Angeles digne de Gossip Girl. On ne peut pas dire que cette première semaine fasse partie des meilleurs, mais un mail d'un mystérieux correspondant va tout changer. Personne-en-Particulier, va lui proposer son aide pour s'intégrer dans cette école où l'apparence et les relations sont plus importantes que tout. D'abord réticente elle décide de lui faire confiance, car il ne semble pas lui vouloir de mal.

Jessie est une jeune femme mature pour ses seize ans et immédiatement j'ai apprécié être dans sa tête. Elle se pose les bonnes questions et malgré sa méfiance, elle va vite réaliser qu'elle a besoin d'aide pour s'intégrer, les premiers conseils de PEP vont s'avérer honnêtes et à force de confiance durement acquise, une relation amicale va se tisser au travers de l'écran. Les échanges drôles vont laisser la place à des échanges plus sérieux et rapidement ils vont devenir indéniable qu'ils ont besoin l'un comme l'autre de ces échanges.

Bien évidemment en tant que lectrice, j'ai émis plusieurs hypothèses sur l'identité de PEP et l'auteure ne va pas hésiter à brouiller les pistes et insinuer le doute. Quelques personnages masculins vont faire leur apparition et dans le lot certains se démarqueront, pour ma part il n'a pas été difficile de décider qui serait mon chouchou et j'ai espéré jusqu'à la fin. Au-delà du mystère qui entoure PEP, des thématiques fortes vont être abordé et j'ai trouvé certains passages d'une incroyable douceur, notamment car Jessie se montre parfois très vulnérable et la voir s'épanouir malgré les difficultés est tout ce que je lui souhaitais pendant ma lecture.

En bref, une belle relation qui démarre virtuellement et qui insuffle suffisamment de confiance à notre héroïne pour l'aider à s'en sortir dans la vie réelle. J'étais loin d'imaginer qu'on traiterait des sujets aussi touchants de manière si juste. Chaque instant de cette lecture est un vrai plaisir, c’est un récit adorable et rempli de belles intentions et qui je l'espère vous transportera autant que moi. A lire de toute urgence.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-3Tj

par Luxnbooks
Une autre vie Une autre vie
Steve J. Watson   
S.J Watson a une plume intéressante. Brillante. Le style pose un curieux mélange. Je n’étais peut-être pas dans le bon état d »esprit pour le lire. La descente aux enfers de Julia m’a surprise par son ampleur. La fin a su garder un attrait haletant. L’héroïne évolue, sort de sa chrysalide, non sans heurter, son psychisme, son corps et le lecteur au passage. Enfin, pour moi, du moins, je suis ressortie du roman avec un sentiment de m’attacher à un être qui se brûle les ailes. La dernière partie donne toute la puissance à ces petits indices aux allures pas toujours nécessaires. Le négligé devient important. Les détails prennent un tournant. Les yeux s’ouvrent et découvrent toute l’ampleur de la toile tissée par S.J Watson. Le manipulé inverse les rôles. Tout change. Tout bouge. J’ai terminé ma lecture partagée face à cette intrigue malsaine, remuante…
En lire plus sur mon blog: http://www.newkidsonthegeek.com/croklecture-une-autre-vie-de-s-j-watson/#sthash.V4obFCsv.dpuf
Pas si simple Pas si simple
Oren Miller   
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2017/03/pas-si-simple.html

On m'avait annoncé que c'était un coup de coeur éditorial et je les rejoins à 100% là-dessus.

Cette histoire est fraîche, drôle, sans prise de tête ou presque (disons que le frère de William ne va pas arranger les choses) et l'auteure arrive à nous toucher avec leur histoire.

Comme le titre l'indique, la vie de Scarlett n'est pas si simple. Entre la perte de son père, une mère un peu bizarre, une soeur qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense et une rencontre déjantée, je peux vous dire que sa vie n'est pas de tout repos.

Leur histoire est belle, pétillante et surtout attendrissante. L'auteure nous offre une romance digne de ce nom. Ils m'ont fait rire, mais pas que, j'ai également été touché par leur histoire et j'avoue que l'auteure nous montre une autre façon de voir sur la peur de souffrir en amour. Nos deux héros ont beaucoup de chemin à parcourir pour pouvoir se laisser une chance.

L'intrigue de l'histoire est vraiment bien menée et surtout, on ne perd pas une miette de ce qui va se passer entre eux. De plus, grâce aux piques qu'ils se lancent, on ne peut qu'en rire et surtout passer un bon moment avec eux.

Nous faisons également connaissance avec beaucoup de personnages, mais j'ai eu un coup de coeur pour la soeur de Scarlett et le frère de William. Deux personnages aux caractères vraiment géniaux. Mélie est une jeune femme avec des réparties à mourir de rire, mais surtout sensée. Quant à Thomas, ce jeune homme est juste adorable malgré ce qu'il va faire (à vous de le découvrir).

Je m'arrête là aussi non, je risque d'écrire un livre sur ce que j'ai ressenti sur cette histoire. En bref, "Pas si simple" est un livre à découvrir sans plus attendre. Je me suis complètement attaché aux personnages, mais pas que. J'ai également été conquis par l'histoire de Scarlett et William et surtout par la plume et l'univers de l'auteure.

Cette comédie romantique est agréable à lire que je suis obligé de vous la recommander.

par Lili1989
Une bonne intention Une bonne intention
Solène Bakowski   
Solène Bakowski m'a retourné et encore une fois elle m'a entraîné dans le sillage d'une écriture de talent ! Une conteuse de la vie...

Avec un sac elle m'avait subjugué par son talent et avec cet opus elle démontre un talent de conteuse de la vie... la vie inexorablement meurtrie...

Ici point de meurtres.... Mais des cœurs brisés. ... des vies brisées. ... par la seule manipulation...

Comment pousser une famille vers la destruction. ... comment s'imaginer un moment que l'amour peut vous détruire. .. pourtant un amour qu'on s'imagine inconditionnel peut nous détruire ou nous pousser vers le haut...

Encore une fois Solène Bakowski se sert de l'amour filiale comme terreau de sa trame, décortique les sentiments avec talent, finesse et en fin psychologue elle démontre que la vérité arrive toujours à trouver la porte de sortie !

On ne ressort pas indemne après avoir lu du Solène ! C'est en même temps une claque et une thérapie ! Oui j'ose le dire !

Vous vous poserez maintes fois la question : dois-je en fin de compte cacher certaines choses pour protéger ? Cacher un tel secret protège vraiment ceux que j'aime ?

Un secret, un non dit ronge son détenteur mais aussi ceux que l'on croit protéger en ne divulguant rien !

Avec ce livre, vous prendrez en pleine face vos secrets et leurs conséquences et toutes vos certitudes s'écrouleront !

Merci Solène, pour ce livre, merci pour cette écriture, merci pour cette thérapie !

Bizarrement, cette lecture a fait quelques parallèle à ma vie et je dois dire que tout du long je me suis sentie fière des choix que j'ai pu faire... fière d'avoir rompu avec les traditionnels secrets bien gardés qui te bouffent de l'intérieur !

Avec talent, empathie l'auteur te prouve par A+B que parler délie les nœuds et engendre compréhension. ...

Parler, ne pas cacher permet de comprendre et mieux appréhender l'autre mais surtout de le comprendre....

Il est intéressant de noter que j'ai lu ce livre le lendemain d'une grande discussion entre 3 générations de femmes, générations qui ont chacune à leur manière décider de briser le cercle de répétitions inconscientes dues à l'absence de parole...

La génération de ma mère 64 ans ne parlait pas et pensait protéger ses êtres aimés en cachant ses propres blessures, ma génération de 20 ans plus jeune a décidé de rompre ces secrets et de parler à la 3ème génération, ma fille 20 ans... en ne cachant rien ! Et j'ai vu les bienfaits....

Alors oui ! Un grand merci Solène pour cette lecture en avant première, un grand merci pour cette confiance, un grand merci pour cette thérapie, un grand merci de démontrer avec talent que l'être humain se croit fort mais est bien faible sans remise en question...

L'amour peut-être une destruction, l'amour peut aussi élever celui qui le reçoit sans concessions sans tabous, sans secrets....

Aimer l'autre, c'est l'aimer assez fort pour faire confiance en son jugement ! Aimer l'autre c'est être sincère ! Aimer l'autre c'est lui faire confiance.

Être une mère ne donne pas un droit de diriger la vie de son enfant ! Aimer son enfant c'est lui faire confiance, l'aider à se construire et surtout le laisser voler de ses propres ailes...

On ne sort pas indemne d'une lecture comme celle-ci ! La plume de l'auteur te marque au fer rouge et laisse son emprunte indélébile....

Merci Solène....

Famille parfaite Famille parfaite
Lisa Gardner   
Une lecture agréable, un suspens et une fin à laquelle on ne s'attends pas, mais trop de longueurs et trop de répétitions dans les descriptions , dommage. Un bon moment tout de même.

par sevny
Il était une lettre Il était une lettre
Kathryn Hughes   
Des fois il suffit d’une couverture, d’un titre puis on découvre le résumé et l’on se dit alors que ce livre est prometteur mais à la lecture on se rend compte qu’il va au delà de ce que nous pensions.
"Il était une lettre" est magnifique, quand je l’ai commencé je n’ai pas pu me résoudre à m’arrêter, je l’ai lu d’une traite, c’est un énorme coup de coeur.
Je remercie les Editions Calmann-Lévy qui m’ont permis de découvrir ce chef d’oeuvre.

C’est une lettre qui va changer la vie de Tina. Jeune femme qui vit dans les années 70 auprès de son mari assez pauvrement car il ne travaille plus, elle est seule à assumer les charges du foyer. Rick est alcoolique et depuis leur nuit de noces, il lui a dévoilé cette facette et la violence qui va avec, Tina vit constamment dans la peur de le mettre en colère.
C’est ainsi que tous les samedis, elle a besoin de fuir le domicile conjugal pour travailler dans une boutique caritative : c’est là-bas qu’elle fera la découverte de cette lettre, fermée et timbrée mais qui semble ne jamais avoir été postée, trouvée dans la veste d’un costume d’homme. Quand elle se décide à la lire, elle se rend compte que c’est une lettre d’amour d’un homme qui doit partir à la guerre et qui souhaite épouser la jeune femme qui porte son enfant. Bouleversée par cette lettre, Tina pense alors qu’elle doit la remettre à la femme à qui elle était destinée qui porte le même prénom qu’elle : Christina, pour qu’elle sache que cet homme Billy l’aimait.

C’est alors que la narration se passe en deux temps, passant du présent de Tina au passé de Christina, qui commence en l’année 1939 juste avant que les Etats-Unis n’entrent en guerre.
Elle a alors 17 ans, sa mère est sage femme et son père médecin, d’éducation assez stricte, Christina commence à sortir en douce avec son amie. C’est lors d’une ses sorties qu’elle va faire la connaissance de deux amis : Billy et Clark. C’est ainsi que démarre une belle histoire d’amour entre Billy et elle qui n’aura de cesse d’être mise à mal par la cruauté d’un père. On découvre comment leur relation est née, comment ils vont être séparés. Quand Tina va commencer ses recherches, elle va commencer par rencontrer la famille de Billy mais Christina reste un mystère.

En même temps, sa vie bascule, Tina est jeune mais elle n’est pas heureuse avec son mari, elle le craint. Elle décide de le quitter, épaulée moralement par ses amis qui l’encouragent à partir, mais très vite elle se rend compte qu’elle est enceinte et Rick lui dit qu’il a changé et elle revient auprès de lui.
Mais la jalousie de Rick va de nouveau faire basculer la situation et c’est cette lettre qui causera ce choc qui bouleversera sa vie. Son histoire conjugale est dramatique, c’est désolant de voir qu’elle puisse tant espérer que Rick puisse réellement changer, de la voir croire qu’il y a une chance pour que ça marche, la conséquence de ses espérances en sera lourde et douloureuse !

On découvre ainsi la vie de Christina depuis sa rencontre avec Billy en 1939 jusqu’à aujourd’hui. Cette jeune femme a eu un destin tragique, elle a énormément souffert. Les épreuves qu’elle a pu traverser quand son père la fait partir en Irlande enceinte sont déchirantes, il a tout manipulé autour de lui pour que tout se passe comme lui le souhaitait. C’est une jeune femme admirable et courageuse, elle a su rebondir suite à toutes ses épreuves.
Tellement de choses lui ont été cachées, elle n’avait en ce temps aucune possibilité de décider de son propre chef, la femme à cette époque, d’autant plus si elle était jeune, ne pouvait pas faire ce qu’elle souhaitait.

Que l’on soit en 1973 ou en 1939, les vies de ces deux femmes sont bouleversantes, elles n’ont pas été épargnées. Le cheminement que cette lettre va engendrer dans leur vie aura des conséquences positives mais si elle avait été remise en temps voulu, Christina n’aurait pas tant souffert dans le passé. L’histoire est très bien conçue, on y découvre vraiment leurs vies en détail, on apprend à les connaitre et on est fière de voir que deux femmes de générations différentes ont pu être si fortes. L’immersion dans deux périodes du XXème siècle est très intéressantes, on ne souffre aucunement du passage d’une période à l’autre, on est heureux de suivre leurs deux histoires.

Cette lettre aura fait énormément souffrir Christina mais elle aura sauvé Tina.
Deux femmes, deux destins, une histoire bouleversante qui nous montre à quel point la société change et avec elle la condition de la femme.

http://www.livresavie.com/il-etait-une-lettre-de-kathryn-hugues/

par Beliwei
Minute, papillon ! Minute, papillon !
Aurélie Valognes   
Des couvertures vichy, des personnages sympathiques, une écriture fluide, une bonne pointe d'humour et de bonne humeur, des titres et des chapitres basés sur nos expressions françaises... les livres d'Aurélie Valognes se suivent et se ressemblent tous. L'univers de l'auteure est simple, il tourne autour de la famille et plus particulièrement des liens qui unissent les générations. Jusqu'ici, je m'étais toujours attachée aux personnages, mais dans ce roman ils m'ont plutôt laissée de marbre. J'ai bien aimé Rose et Colette qui forment un duo hors normes, par contre j'ai détesté (mais ça c'est normal) Véronique la fille de Colette et j'ai trouvé Baptiste très dur avec sa mère, même si j'ai compris ses attentes qui sont tout à fait légitimes.
Je ne vous cache pas qu'on se sent plutôt bien dans le monde d'Aurélie Valognes, ses livres sont de véritables rayons de soleil et font du bien au moral, ils sont parfaits pour les vacances. Toutefois, j'aurais aimé être un petit peu plus surprise avec ce troisième roman, même si l'histoire est simple et efficace, elle a manqué, à mes yeux, de renouvellement, c'est-à-dire qu'absolument rien ne distingue Minute, papillon ! de Mémé dans les orties ou encore de Nos adorables belles-filles et j'irais même plus loin en vous confiant que même si j'ai passé un agréable moment, ce troisième roman de l'auteure est celui que j'ai le moins apprécié.
L'intégralité de mon avis est disponible ici : http://www.leslecturesdelily.com/2017/05/minute-papillon-ecrit-par-aurelie.html#more