Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ChristieFO : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Passenger, Tome 1 Passenger, Tome 1
Alexandra Bracken   
«In the whole course of history, war had always fallen on the shoulders of the young.»

Je suis tombée amoureuse de Passenger comme je suis tombée pour peu de livres. Tout de suite, sans avoir à fournir le moindre effort et sans que le charme ne se brise à un aucun moment.

Alexandra Bracken a écrit un roman sincèrement fascinant. Sa plume m'a transporté d'époque en époque avec passion. C'est fluide et clair; on sent que l'auteure est à l'aise dans son histoire et ça vaut beaucoup à mes yeux. En plus, il y a ce petit côté poétique par moment qui m'a énormément plu!

L'histoire est superbe. On y découvre Henrietta Spencer aka Etta qui après plusieurs évènements plutôt désastreux se retrouve sur un navire au 18e siècle. Là elle rencontre Nicholas Carter et ensemble ils partiront à travers les siècles en quête d'un objet perdu depuis un petit bout de temps et qu'une famille puissante veut récupérer à des fins peu claires.

J'ai adoré voyager d'un siècle à un autre. Si je devais avoir un super pouvoir, je voudrais être capable de voyager dans le temps, sans hésiter. (J'ai d'ailleurs beaucoup aimé toutes les règles autour du voyage dans le temps. C'est très encadré, les voyageurs doivent respecter certains points importants tels que le fait de ne pas pouvoir aller deux fois au même endroit/même époque pour éviter de se retrouver face à eux-même, etc. Mais surtout, j'aime énormément l'idée que l'histoire ait été changée et que la réalité dans laquelle nous vivons n'est pas la version d'origine.)

Alors oui, je voudrais avoir la faculté de voyager dans le temps, moi aussi. En espérant croiser un Nicholas Carter. Parce que sérieusement, ce gars c'est l'homme de mes rêves. Enfin, de mes rêves depuis que j'ai lu Passenger. Il m'a conquise dès le début. Le coup de foudre, ça existe vraiment!

Je voudrais aussi être une version de Etta. Parce que je l'ai adoré. Elle est attachante et ce n'est pas le genre d'héroïne qui prend des décisions stupides et vous donne envie de l'encastrer dans un mur. Non, c'est une héroïne géniale avec du courage, de la force et par-dessus tout de la détermination. Etta est une héroïne portée par l'amour qu'elle porte à sa famille et ce n'est pas un point qui l'a rendu faible ou quoi-que-ce-soit dans le genre. Au contraire, c'est de là qu'elle puise toute sa force. Et j'ai trouvé ça vraiment plaisant.

Les personnages secondaires sont tous intéressants à leur manière. Et même étant secondaires, parfois n'ayant que quelques scènes dans tout le livre, ils sont assez complets et certains se sont même révélés plus attachants que je m'y attendais au départ. Tel que Alice.

Côté romance, j'ai adoré la dynamique entre Nicholas et Etta. Alexandra Bracken a réussi à établir une véritable connexion entre les deux et leurs sentiments seraient presque palpables!
Et bien que la romance soit présente, elle n'empiète pas sur le reste de l'histoire et sur la quête des personnages, ce que j'ai bien apprécié. Ça fait du bien de lire une romance qui évolue à son rythme et qui le fait si bien que ça ne sonne pas faux ou sortie de nulle part ou encore "comme par hasard".

Et puis, il faut que je parle de l'objet-livre en lui-même. La couverture est très belle - elle représente plutôt bien l'histoire- et j'aime bien aussi les débuts de chapitre - tout en simplicité mais tout-de-même très jolis.
Mais ce que j'aime par-dessus tout, pour les éditions hardcover, c'est l'arbre sur le devant. Ça peut paraître totalement idiot mais AH! j'en suis absolument totalement irrévocablement amoureusement folle.

Quant à la fin, difficile pour mon cœur de la supporter. Je suis bien heureuse d'avoir mis tant de temps avant de réellement m'intéresser à ce livre parce qu'au moins je n'aurais pas longtemps à attendre pour me procurer le second (et dernier) tome.
Il y a tellement de choses que je veux savoir qu'en faire une liste serait interminable!

Passenger est donc un roman qui vaut la peine d'être lu. Sans aucun doute. Et un vrai coup de cœur pour moi.
Si vous voulez voyager et visiter d'autres époques, si vous voulez connaître l'amour sous toutes ses formes et tout ce qu'on serait prêt à faire pour lui, ce livre est fait pour vous!
Oh et puis vous savez quoi? Même si vous ne cherchez pas à littéralement quitter votre train train quotidien et que vous vous fichez totalement des sentiments brûlants qui peuvent envahir votre corps, VOUS DEVEZ LIRE PASSENGER.
Parce que ce livre est complet, clair, fascinant, addictif, palpitant et j'en passe...

«What good is honour when greed eats away at its foundations?»

par Sheo
Sept, Tome 1 : Entre ciel et terre Sept, Tome 1 : Entre ciel et terre
Eric Walters   
http://revesurpapier.blog4ever.com/sept-entre-ciel-et-terre-de-eric-walters

Grand-Père McLean est mort. Une grosse surprise attend la famille lors de la lecture de son testament. Ce grand père passionné, apprécié de tous, demande à chacun de ses petits-fils d'accomplir l'une de ses dernières volontés. Chacun se voit donc confier une mission et dans ce premier tome, nous découvrons celle de D.J. Son grand père lui demande de répandre ses cendres au sommet du Kilimandjaro. Direction la Tanzanie!

D.J est l'ainé des cousins. Toujours présent pour sa famille, c'est un garçon sur qui on peut compter. Sportif, compétiteur, il ne doute pas de l'issue de sa mission. Il va y arriver, pour son grand-père. Pourtant, on se rend vite compte que D.J a surestimé ses capacités. Il ne s'attendait visiblement pas à tant de difficultés. Il fait d'abord bonne figure, mais plus ça va, plus il est inquiet. Et un peu effrayé. Parce que oui, son aventure commence mal et il n'est pas au bout de ses surprises. Son voyage est bien plus qu'une simple randonnée finalement.

J'ai beaucoup aimé découvrir quel genre de grand-père était David McLean à travers quelques petites anecdotes. Mais j'ai encore plus apprécié suivre le périple de D.J. Son voyage nous fait découvrir la Tanzanie, territoire africain, et le peuple Chaga, ses traditions, sa vision du monde, ses légendes. C'est dépaysant. Il y a deux personnages qui m'ont particulièrement marqué pendant son aventure. Sarah, 15 ans, le guide et porteur de D.J puis Doris, la vieille dame qui fait elle aussi l'ascension du Kilimandjaro. Toutes les deux ont des choses à apprendre à D.J. Un peu de sagesse à transmettre. Il est clair que le périple de D.J n'aurait pas été le même sans elles.

C'est une belle morale qui attend D.J et le lecteur. On a beau croire en ses capacités, tout n'est jamais gagné d'avance. Il vaut parfois mieux savoir ce qu'est l'humilité, savoir accepter l'échec ou encore apprendre à demander de l'aide. Parce que finalement, ça n'a jamais tué un homme et l'issue peut en être d'autant plus belle.

Verdict : Ce premier tome est un roman émouvant et ça promet pour les autres missions. D.J a vécu quelque chose d'unique. Son grand-père le connaissait bien et il avait une dernière chose à lui apporter. D.J ressort grandit de son aventure et je suis certain qu'il en sera de même pour ses cousins. Le concept me plaît beaucoup et j'ai hâte de découvrir les six autres auteurs de cette série. Et surtout, quel genre d'aventure attend les six autres adolescents !
Corbeau, L'Intégrale Corbeau, L'Intégrale
Patricia Briggs   
On retrouve avec joie la plume et la magie de Patricia Briggs. Elle nous fait pénétrer dans un nouveau monde de fantasy et de conte. Je me répète un peu pour ses séries, mais sa Fantasy est bien mieux que le peu de sa bit-lit que j'ai lu...
Même si au début les éléments mettent du temps à se mettre en place, l'histoire captive. Séraphe nous fait entrer dans son monde et sa famille à laquelle on ne peut que s'attacher. Chacun de ses enfants est touchant à sa façon. De rares petites longueurs viennent ponctuer le récit, mais ne durent pas. Chaque tomes se voit doter d'un voyage où les rencontrent sont riches. L'histoire du Ténébreux se poursuit sur les deux tomes, même si le premier n'est pas centré sur ce démon.
La magie des Voyageurs est un point fort du livre à mon avis. Les différents ordres séduisent et envoutent. Avec ces deux tomes, on entre de nouveau dans un monde de secrets...
D'encre, de verre et d'acier D'encre, de verre et d'acier
Gwendolyn Clare   
Une couverture incroyable qui fait penser à une aquarelle, un résumé surprenant et annonciateur d'une intrigue à couper le souffle; décidément, les éditions Lumen n'ont pas fini de me faire baver avec leurs nouvelles parutions ! Un grand merci à eux pour ce nouvel envoi qui m'a fait passer un excellent moment de lecture.

Mais alors, de quoi parle D'encre, de verre et d'acier (#letitrelongetcompliquéquejoublietoutletemps)?
La scriptologie est une science qui permet d'inventer de nouveaux univers à l'aide d'un papier et d'une encre spéciale. Elsa, qui est notre héroine n'est pas née sur Terre. Elle est le pur produit de l'invention d'un scriptologue, ce qui n'enlève en rien à la légitimité de son existence. Un jour, sa mère se fait kidnapper avec le livre-monde de leur univers. Elsa part sur Terre pour retrouver sa mère et son périple va la conduire droit sur un orphelinat italien dans lequel on encourage les sciences telles que l'alchimie, la mécanique et la scriptologie.

C'est vrai qu'objectivement, il faut un peu s'accrocher au début de l'histoire pour apprendre comment fonctionne la scriptologie et ce ne sont pas forcément les premières dizaines de pages qui sont les plus intéressantes pour le développement de l'intrigue. Mais en ce qui me concerne, ces dizaines de pages m'ont semblé tout à fait digestes parce que j'ai adoré découvrir en quoi consiste cette science qui m'a semblé être rien de moins qu'une mise en abyme du travail d'écrivain, de quoi donner le vertige et me tenir en haleine !

Après un début assez introductif qui pose les bases d'un univers complexe mais solide, l'intrigue qui va conduire Elsa à se rendre dans de multiples endroits va pouvoir pleinement démarrer. J'ai été émerveillée par l'orphelinat dans lequel notre héroïne va résider et rencontrer ses nouveaux compagnons qui vont l'épauler tout au long de sa quête. La bâtisse est en effet étonnante puisqu'elle est dotée d'une intelligence propre. Elle répond au nom de Casa et, un brin facétieuse mais protectrice, elle rend service aux uns et aux autres de ses occupants en répondant à leurs multiples sollicitations.

Elsa pour sa part, ne m'a pas tant plu que ça. Sa manie d'appeler sa mère par son prénom m'a un peu perturbé mais ce n'est qu'un détail. Ce qui m'a davantage chagrinée, c'est sa retenue constante et sa difficulté à baisser ses barrières afin de laisser les autres l'approcher et l'aider. Ce comportement peut se comprendre à cause de son vécu, mais elle m'a parut un peu froide et distante la plupart du temps et lorsqu'elle se montrait davantage chaleureuse, j'avais un peu de mal à y croire. J'ai également regretté que tout lui tombe tout cuit dans le bec c'est à dire que sa quête semblait au premier abord très difficile mais des évènements extérieurs venaient sans cesse lui faciliter les choses. J'ai en revanche énormément apprécié les trois amis qu'elle s'est fait à l'orphelinat. Léo, Porzia et Faraz ne se ressemblent absolument pas, ils apprécient chacun une science différente mais sont amis depuis des années et petit à petit, Elsa va intégrer leur trio qui va devenir un sacré quatuor.

En résumé, D'encre, de verre et d'acier est un livre atypique. Le début pourra paraître rébarbatif aux plus impatients d'entre nous mais personnellement, l'univers steampunk et l'existence de la scriptologie m'ont passionné. L'intrigue est surprenante, intéressante et dynamique et même si l'héroïne à laquelle je ne me suis pas attachée et la facilité de la quête m'ont fait revoir ma note à la baisse en cours de lecture, je lirai la suite avec grand plaisir.

par elyza