Livres
558 023
Membres
605 893

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Je voulus m’approcher encore du secteur des Vierges, me trouvant déjà à mi-chemin, quand une forte odeur entêtante gagna rapidement en puissance.

Eros. Le Lion se dirigeait droit dans ma direction.

Je jurai silencieusement. Le Lion ne souhaitait pas me rendre visite, mais s’était sans doute aperçu, d’une manière ou d’une autre, de ma disparition. Cette satanée bête avait les yeux et les oreilles partout. J’aurais préféré le voir après avoir rendu visite à Ezequiel, mais une telle chose était visiblement impossible. Il allait donc falloir improviser et faire avec, je n’avais plus le choix.

Je ne cherchai pas à me dissimuler, faisant plutôt mine de prendre appui contre un arbre.

Une présence imposante et contrariée ne tarda pas à apparaître, furieuse de me trouver là.

— Dessandra, puis-je savoir ce que tu fais ici ?

Sa voix me caressa la peau, m’enveloppant dans ce qui me sembla être une étreinte chaude et réconfortante.

Je retins un sourire, sentant sa volonté de se contrôler par ce qu’il pensait être un ton aimable. C’était quelque chose qui m’avait toujours amusée chez lui. Mon sourire disparut cependant rapidement. Je ne parvenais pas à identifier tout à fait l’humeur dans laquelle il se trouvait.

— Je te cherchais. Pourquoi n’es-tu pas venu me voir ? »

Afficher en entier

 La disparition du Cancer avait laissé le Lion dans un état de rage et de trouble qu’il n’avait jamais connu dans le passé. Hors de contrôle et dépassé par ses émotions débordantes, il s’était élancé à sa recherche dans un état second.

Il ignorait combien de temps il avait passé dans le désert, à errer telle la bête assoiffée de sang qu’il était. »

Afficher en entier

- Au fait, de quoi parlait Anar quand il a mentionné les armes ?

Eros essaya de poser calmement la question, retenant l'accusation qui menaçait de prendre le dessus. Ne lui avait-il pas demandé plus tôt dans la journée si elle avait bien vidé son sac ?

Le fait que Dessandra persiste à lui cacher des choses lui paraissait inacceptable. D'autant plus si d'autres personnes étaient au courant, et a fortiori s'il s'agissait de mâles !

- J'ai essayé de lui enseigner comment se lier aux lames, comme les maîtres guerriers le faisaient afin de lutter contre le pouvoir des Verseaux.

Elle lui répondit avec calme, mais ne put s'empêcher de croiser les bras, ayant le désagréable sentiment d'être en train de se justifier.

- Pourquoi n'en ai-je pas été informé ?

- Personne n'en a été informé, lui répondit l'insolente créature comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle du monde.

Bordel, il n'était pas tout le monde.

Le Lion était furieux.

Afficher en entier

« Tu nous as menti ?

L’incrédulité agrandissait ses yeux.

— Uriel, j’ai été amenée de force dans votre clan, tu pensais vraiment que j’allais vous donner mon vrai nom ?

Myrhage pointa son index légèrement tremblant vers moi.

— Tu es une Tharsienne ? demanda-t-elle d’une voix blanche.

— Ce n’est pas aussi facile que ça.

Breena m’observa de ses grands yeux et s’avança d’un pas, avant de s’arrêter, retenue par la main de Jaedrin.

— Est-ce que tu es avec le Lion ? demanda-t-elle.

Une question posée avec tant d’innocence… J’ignorai l’attention pleine de prédation dont j’étais désormais la cible de la part d’Uriel et de Myrhage, me concentrant sur Breena.

Il n’y avait pas de ressentiment en elle, seulement une profonde inquiétude que je ne savais expliquer.

— Eros est… C’est mon compagnon.

Un léger sourire m’échappa en le disant. Nous n’avions pas clairement établi la définition de notre relation, mais je trouvais que ce mot sonnait étonnamment juste.

C’était ainsi que je le considérais.

Et c’était ainsi que je souhaitais qu’il me considère également.

Myrhage secoua la tête, grinçant des dents assez fort pour être entendue sur plusieurs mètres.

— J’espère que tu n’es pas sérieuse ?

— Je suis très sérieuse. Je[…] »

Extrait de 

La caresse de l'ombre

H P Odhalis

Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

Afficher en entier

Daeron n’avait pas gagné sa place au sein du clan de Thars par hasard. Ce n’était pas sans fierté qu’il s’était fait connaître comme le premier Bélier, depuis plus de neuf générations, à réussir l’exploit d’invoquer cet effroyable animal qu’était l’ocre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode