Livres
394 979
Comms
1 387 076
Membres
289 616

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-05T05:40:42+02:00

« J’entendais le cri régulier d’un oiseau, ki kii kiii, provenant des bosquets du voisinage, on aurait dit qu’il remontait un ressort. Ma femme et moi l’avions surnommé « l’oiseau à ressort ». C’est Kumiko qui l’avait baptisé ainsi. Je ne sais pas à quelle espèce d’oiseau il appartenait en réalité. Je ne sais même pas à quoi il ressemblait. Mais ce volatile n’en avait cure, et venait tous les jours remonter les ressorts de notre petit monde paisible. »

Extrait de : Murakami, Haruki. « Les chroniques de l'oiseau à ressort. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par dadotiste 2015-01-14T00:23:27+01:00

10/18, p. 388

« Personne ne sait ce qui va se passer. Donc pour évoluer, on a absolument besoin de la mort. C'est ce que je pense.

Plus la présence de la mort est vive, plus nous réfléchissions intensément aux choses. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-10-04T01:24:21+02:00

« Ce matin, en se réveillant, il avait cruellement ressenti l’absence de son épouse et de sa petite fille. Leurs voix joyeuses tandis qu’elles s’activaient aux préparatifs du petit déjeuner lui avaient manqué. À la place, le vide et le silence s’étaient installés sur la maison. Ce n’était déjà plus le foyer qu’il avait aimé, l’endroit auquel il appartenait. En même temps, le vétérinaire ressentait une sorte de joie étrange à l’idée de se retrouver seul dans cette résidence officielle déserte. Il sentait vibrer en lui la puissance inébranlable de la fatalité. »

Extrait de 

Les chroniques de l'oiseau à ressort

Haruki Murakami

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-29T05:12:00+02:00

« La violente lumière de l’été calcinait la terre en silence, et le monde entier semblait plongé dans une paralysie profonde. L’illusion d’être entrés par erreur au royaume des morts assaillit soudain les passagers. Muets, ils contemplaient la terre de leurs ancêtres qu’ils n’avaient pas foulée depuis des années. »

Extrait de 

Les chroniques de l'oiseau à ressort

Haruki Murakami

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-22T03:29:32+02:00

« Les raisonnements, les vantardises, les calculs, les idéologies, les théories, tout ça, c’est pour ceux qui sont incapables d’observer la réalité de leurs propres yeux. Et la grande majorité des habitants de cette planète en est incapable. J’ignore pourquoi, mais c’est ainsi. »

Extrait de : Murakami, Haruki. « Les chroniques de l'oiseau à ressort. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-21T23:23:36+02:00

« L’oiseau à ressort existe réellement. Je ne sais pas à quoi il ressemble. Je ne l’ai jamais vu. La seule chose que je connaisse de lui, c’est son cri : ki kii kiii ! Il se perche sur une branche d’arbre et remonte régulièrement la pendule du monde. Sans son intervention, le monde ne peut pas fonctionner. Tout le monde l’ignore. Les gens sur terre croient que le monde fonctionne correctement grâce à un mécanisme gigantesque, complexe, splendide. Eh bien, non. En fait, l’oiseau à ressort se rend dans toutes sortes d’endroits, et là où il est, il remonte peu à peu les petits rouages qui font marcher le monde. C’est un oiseau tout simple, à l’image d’un jouet mécanique. Mais son mécanisme est spécifique de l’oiseau à ressort. »

Extrait de : Murakami, Haruki. « Les chroniques de l'oiseau à ressort. » Seuil. iBooks.

Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-21T02:04:50+02:00

« À mesure que le temps passait, mes yeux s’accoutumaient aux ténèbres. À force de fixer mes mains, je finis par en distinguer les contours. Les formes floues autour de moi commençaient à se préciser. Comme un petit animal inquiet s’habitue peu à peu à une présence étrangère. Mais on a beau faire, l’obscurité reste l’obscurité. Lorsque j’essayais d’examiner plus précisément les choses autour de moi, leurs formes disparaissaient aussitôt, et glissaient sans bruit dans l’inconnu. Oserais-je parler d’une « obscurité instable » ? Instable ou pas, elle n’en était pas moins d’une densité particulière, constituée par moments d’un noir plus intense que le noir absolu. Je voyais quelque chose. Et en même temps je ne voyais rien. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-18T21:06:02+02:00

« Elle me tendit un grand verre rempli de glaçons, qui s’entrechoquèrent quand je le pris dans la main. Ce bruit me sembla parvenir d’un monde très lointain. Plusieurs portes le reliaient à celui où je me trouvais. Et comme toutes ces portes étaient ouvertes par hasard à ce moment précis, ce bruit avait atteint mes oreilles. Mais c’était juste temporaire. Qu’une seule de ces portes fût fermée, et le bruit ne me parviendrait plus. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-14T05:22:42+02:00

« En un instant, l’horizon tout entier se muait en un rai de lumière, s’élevant dans les ténèbres et s’étendant peu à peu, comme si une main de géant avait du haut du ciel soulevé lentement le rideau de la nuit. La grandeur de ce spectacle dépassait largement les limites de la conscience d’un être humain ordinaire tel que moi et, tandis que je le contemplais, il me semblait que ma propre existence se dissolvait dedans peu à peu. »

Extrait de : Murakami, Haruki. « Les chroniques de l'oiseau à ressort. »

Afficher en entier
Extrait de Chroniques de l'oiseau à ressort ajouté par Ludo-1 2017-09-13T18:52:19+02:00

« Tu vois, quand on s’habitue à ne jamais avoir ce qu’on veut, on finit par ne même plus savoir de quoi on aurait vraiment envie. »

Extrait de : Murakami, Haruki. « Les chroniques de l'oiseau à ressort. »

Afficher en entier