Livres
568 848
Membres
624 118

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, Tome 1 : L'Œuf de Tanglemhor



Résumé

<< Le temps des mensonges est terminé, sombre crétin. C'en est fini du règne des accapareurs ! Les gros porcs qui gouvernaient l'Alliance ne tromperont plus jamais personne ! Les histoires inventées par vos faux prophètes pour imposer leur soi-disant "oeuvre civilisatrice" on vécu. Pourchassés par vos armées, réduits à la misère et à la famine loin de votre opulence, les peuples du Grand Aghar ont longtemps prié pour que leur vienne un sauveur. Alors, je suis venu. Moi, Krûl de Ssylsune, "monstre" issu des marécages les plus sordides où vous avez pu nous repousser, je suis venu. Pour vous faire payer vos crimes, votre insupportable arrogance. L'heure de la vengeance a sonné ! Graasch et Naarubsahoum vous réclament le prix du sang ! >>

L'alliance n'est plus. Le premier vindicateur a imposé sa tyrannie à la rayonnante civilisation du Bassin ctasharre. Les rois ont été exécutés, la liberté de culte abolie. Le pouvoir du semi-lacertys est absolu. Il ne lui reste plus qu'à soumettre le duché de la Marche, dernier flambeau d'une résistance à l'agonie. Tout espoir est vain. Il ne reste rien.

Il paraît cependant qu'un audacieux s'est introduit dans la Citadelle noire et en a dérobé l'un des biens les plus sacrés du Très Saint Libérateur. Toutes les forces de l'Empire ont pour ordre de le ramener... vivant.

Afficher en entier

Classement en biblio - 47 lecteurs

extrait

Manger, boire, chier, dormir, pondre, mourir ? Toute une vie passée sans la voir, sans la ressentir, à courir pour satisfaire des besoins primaires sans pouvoir étancher sa soif de sublime... J'aime avoir très faim, parce que la moindre nourriture devient délicieuse. J'aime crever de soif, parce que l'eau qui coule dans ma gorge se transforme en véritable nectar. J'aime la mort, parce qu'elle me fait me sentir vivant. Je suis heureux d'avoir chaud. Je suis heureux d'avoir froid. Je veux vivre tout ça, intensément, totalement ! Je ne veux pas de cette vie morne et stérile que vous recherchez tous ! Elle m'emmerde ! Elle me fout hors de moi ! Plutôt crever complètement que végéter dans cette demi-vie sans saveur... sans passion.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Ils sont rares, les romans qui parviennent à me rendre complétement muette d’admiration, mais celui-ci fait assurément parti de cette catégorie : cela fait déjà trois heures que je tente désespérément d’écrire cette chronique, trois heures que j’essaye de coucher sur papier mon ressenti, sans y arriver. Car les mots me manquent pour vous parler de ce livre, qui n’a eu besoin que de quelques pages pour faire une entrée fracassante dans le cercle très fermé des « trois meilleurs livres que j’ai jamais lu de toute ma vie de lectrice » ! La rumeur voudrait même qu’il se soit hissé tout en haut du podium, détrônant sans vergogne son prédécesseur … Ma mission du jour ? Parvenir à vous expliquer comment cet énorme pavé de presque 800 pages, premier tome d’une tétralogie de dark-fantasy épique, a réussi cette incroyable prouesse !

Le Vénérable Kannlis l’avait prédit, mais nul ne l’avait cru : le Divin Krûl, Premier vindicateur du dieu de la Vengeance, règne désormais en maître absolu sur le Bassin ctasharre devenu son Empire. A la tête d’une armée de non-vivants et autres créatures des ténèbres, auréolé d’une aura de noirceur et de cruauté, le semi-lacertys écrase dans le sang et la douleur toute tentative de rébellion. Seul le duché de la Marche résiste encore à sa domination … mais plus pour bien longtemps. Du moins le croit-il. Car Oriana, fille du duc, échappe au sorcier qu’il a envoyé pour soumettre le duché, et autour d’elle se forme progressivement un petit groupe fort hétéroclite de rebelles bien décidés à mettre fin à la tyrannie de l’empereur du Levant. Le périple sera long et difficile pour la jeune femme et ses compagnons, mais au terme de l’épopée se trouve peut-être la clef qui permettra de détruire l’artefact qui permet à Krûl de commander aux démons : l’œuf de Tanglemhor …

Quel roman incroyable ! Avec ce premier tome, l’auteur plonge le lecteur dans un univers admirablement bien construit et maitrisé, où se côtoient des dizaines de peuplades aux coutumes et croyances diverses et où cohabitent diverses formes de magie et de sorcellerie … On s’y croirait ! Ou plutôt : on s’y croit ! Je suis vraiment époustouflée par le travail de l’auteur, qui a poussé le détail jusqu’à mettre en évidence les maladresses linguistiques de ce cher Baar-Hal-kryne (que j’ai personnellement surnommé Baaral, j’espère qu’il ne m’en voudra pas) qui ne maitrise pas parfaitement la lingua franca ! Le réalisme est épatant et l’immersion assurée ! Beaucoup d’informations sont apportées, autant par le narrateur que par les personnages eux-mêmes, et pourtant je ne me suis pas une seule fois sentie perdue ou submergée : ces explications s’inséraient très naturellement dans le récit, sans l’alourdir ou le ralentir, elles étaient à leur juste place. Du grand art, vraiment, autant dans la création de cet univers que dans sa présentation au lecteur !

Mais plus encore, l’auteur entraine son lecteur dans une intrigue d’une richesse et d’une complexité éblouissantes ! Le prologue annonce la couleur : l’histoire qui va nous être contée est sombre, violente, cruelle … mais surtout, addictive. Que de rebondissements, que d’actions, que d’émotions ! On retient son souffle, on pleure, on rit, on grogne de colère, on a le cœur qui s’emballe … Cette histoire ne se lit pas, elle se vit. Quelle expérience saisissante ! Lorsque j’ai tourné la dernière page de ce récit, lorsque le livre s’est refermé pour la dernière fois entre mes mains, j’étais en larmes : je ne parvenais pas à me faire à l’idée que c’était fini, qu’il allait me falloir quitter ces personnages, devenus de véritables compagnons de route, qu’il allait me falloir quitter cet univers, rapidement devenu familier. C’est un livre que l’on voudrait voir s’éterniser, un livre qu’on aimerait sans fin. Pas uniquement pour connaitre le fin mot de l’histoire, mais bien plutôt parce que ce livre vous habite, et ne vous quitte plus. Je pense que je n’attendrais même pas la sortie du second tome pour me replonger dans cet univers, j’ai déjà tellement hâte de retrouver Oriana … et Meldaïn !

Car une autre grande force de ce roman, ce sont ses personnages : l’auteur nous en offre une ribambelle, tous aussi intéressants les uns que les autres ! Certains sont franchement détestables – pensons à l’empereur, à son assassin, et pire encore, à son nécromancien – alors que d’autres sont incroyablement attachants – mention spéciale à Elperïn, ce myrmidon est tellement drôle et attendrissant ! –, mais tous sont vraiment intrigants. Des personnalités riches et complexes, des caractères hauts en couleur … tous les éléments sont là pour les rendre inoubliables. J’ai beaucoup apprécié Oriana, notre héroïne, seule femme au milieu de ce troupeau de mâles : sa bonté, son altruisme, sa douceur, son sens de l’honneur et du devoir, sa fragilité, ses doutes … la rendent vraiment très attachante à mes yeux. Elle est courageuse, certes, mais d’un courage qui se veut discret : elle n’est pas du genre à éventrer tout le monde sur son passage comme le font la plupart des héroïnes de récits young-adult ! Que c’est rafraichissant, une héroïne qui reste sensible malgré son statut d’héroïne ! Mais, malgré tout, mon personnage préféré reste Meldaïn. Ceux qui me suivent depuis un certain temps comprendront pourquoi lorsqu’ils liront le livre !

Car, vous l’aurez bien compris, je vous encourage, non, je vous exhorte, à lire ce roman ! C’est une vraie perle littéraire, un ouvrage comme on n’en trouve que peu. Une plume magnifique au service d’une histoire incroyable, un récit dynamique sans aucun temps mort qui captive totalement le lecteur, des personnages attachants que l’on a envie d’avoir pour amis … et beaucoup d’humour malgré la noirceur de l’histoire, malgré le danger qui rôde sans relâche au-dessus de la tête de nos héros … Ne vous laissez pas impressionner par l’épaisseur de cet ouvrage, et lisez-le, vous ne le regretterez pas ! Ce livre est le digne successeur des plus grands classiques de la fantasy, alors ne passez pas à côté ! Rejoignez la Conjuration de Tanglemhor, laissez-vous happer par cette histoire pleine de suspense et de magie … Vit ma hal ! (Comprendra qui lira)

*~*~*

A la fin de l’ouvrage, une belle surprise, très émouvante, attend le lecteur : un hommage à Xavier Moreaux, ami de l’auteur. Le Cygne d’Arbélia est le seul écrit que cet ami a eu le temps de terminer, aussi l’auteur a-t-il décidé de la publier en guise d’hommage. Et quel bel hommage, cela m’a mis les larmes aux yeux ! Et cela d’autant plus que la nouvelle est très belle, à la fois très sombre et incroyablement poétique, c’est vraiment très joli. Imaginez un arbre qui rêve … qui rêve de ne plus être seul, qui rêve d’une douce jeune fille qui rêve. Lorsque l’on lit cette nouvelle, le temps s’arrête, et nous voici transporté dans un univers onirique, brumeux, où rien n’est ce qu’il semble être au premier abord … Préparez-vous à rêver …

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2018/07/chroniques-des-secondes-heures-de.html

Afficher en entier
Diamant

Étant grand lecteur de fantasy, j’ai pu constater que les bons romans sont légion, mais les exceptionnels sont très rares. Et là, nous avons à coup sûr affaire à l’un d’eux. Il y a dans cette histoire un souffle épique que je n’avais pas rencontré depuis des années. L’histoire est suffisamment riche pour être intéressante sans multiplier les personnages et les trames parallèles. On sent que l’auteur a joué à des jeux de rôles, on retrouve cette passion dans ce livre. Ce groupe d’explorateurs comprenant une princesse, un voleur, un prêtre, un être féérique, un ogre et un spadassin qui se lancent dans une quête pour trouver un artefact magique ne laisse aucun doute. Il y a des précédents : « Pangée » d’Alain Paris ou plus récemment « Les chroniques de Krondor » de Raymond E. Feist sont basés sur des univers de jeu de rôle. Ce roman-ci atteint, voire surpasse Krondor (plombé par quelques longueurs). D’ailleurs, il pourrait sembler inspiré en partie par ce premier livre. Mais les précédents ne manquent pas dans l’histoire. Des conquérants barbares qui conquièrent un peuple civilisé est quelque chose de malheureusement trop fréquent.

Vous avez certainement compris que j’ai adoré ce livre et que malgré sa longueur (une partie importante est constituée d’annexes qui détaillent le monde), il est en fin de compte trop court. J’ai eu la chance de pouvoir le lire d’une traite sans interruption et je n’ai pas vu le temps passer. Il est à montrer en exemple à tous les détracteurs des autoédités, démonstration que la qualité n’est pas – comme ils veulent nous le faire croire – que la qualité n’est pas l’apanage des grandes maisons d’édition.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par ajc2ht 2018-08-29T22:37:03+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

En un seul mot, j’ai adoré ma lecture.

Dès le départ, l’auteur nous plonge sans préambule dans son univers riche et étendu. Savamment orchestrés, les personnages ont tous un rôle important à jouer, qu’ils soient du côté de la Résistance ou du côté du Premier vindicateur, leur ennemi.

J’ai beaucoup aimé côtoyer le temps d’un instant les personnages de la Marche ainsi que l’Ombre.

L’œuf de Tanglemhor est un livre qui nous tient en haleine tout au long de ses pages.

Avec son récit, l’auteur nous emmène exactement là où il veut. Rebondissements, aventures, manipulations, complots, mensonges et rébellion sont les maîtres mots de l’histoire.

Après cette très belle découverte du premier tome, c’est avec plaisir que je me replongerais dans cet univers si particulier, à la croisée de Game of Thrones et Warcraft.

En bref, L’œuf de Tanglemhor est une histoire pleine d’aventures.

Petit bonus, les annexes qui permettent de plus approfondir l’univers du roman.

Et vous, rejoindrez-vous la résistance ?

Afficher en entier
Diamant

Par où commencer ? Il y a tellement de choses à dire sur ce roman qui m'a littéralement emportée dans un autre monde, celui de Tanglemhor. J'ai eu un coup de coeur et ce très rapidement. L'intrigue, le caractère des personnages, l'écriture, tout m'a enchantée !

Ce sont surtout les actes d'héroïsme qui m'ont transportée, la résistance, petite ou grande, de toutes ces créatures (humains, nains, ogres, elfes, fées, gnomes. ..) unies dans un seul combat, c'est tout simplement magnifique. Gros coup de coeur pour le personnage de Joivaire et pour son combat héroïque aux côtés de ses compagnons. J'étais complètement dans la scène, au coeur de la bataille et auprès de ces hommes courageux !

L'auteur parvient à créer un monde à part entière et nous offre une multitude de personnages plus étonnants les uns que les autres. Et surtout, ils sont là où on ne les attends pas.

Le lexique en fin de roman est le bienvenu car il y a de nombreux lieux et personnages à suivre.

En ouvrant ce livre vous découvrirez une noirceur absolue car rien ne sera épargné aux "gentils" (meurtres, esclavage, torture, trahison...). Un nouvel ordre est en train de s'instaurer, pour le plus grand plaisir de certaines nations mais pourtant chacun, grand ou petit, du nain facétieux à l'ogre légendaire, en passant par des nobles, des voleurs, des fées, des "petites gents" ou des légendes vivantes, trouvera le moyen de résister et d'apporter sa pierre sur l'édifice de la résistance. C'est parfois sombre et dur mais ce sont aussi des moments de pures envolées héroïques. Un objet magique est au coeur de l'intrigue mais surtout l'auteur pose les bases d'une saga d’héroïc-fantasy très prometteuse. Trop tard, je suis déjà accro ! Que vont devenir tous ces personnages ? Quels rôles les dieux et légendes évoquées joueront-il à l'avenir ? Car ils semblent toujours là ces dieux bons ou mauvais tels ceux de La guerre de Troie qui "jouaient" avec les humains en les regardant depuis l'Olympe. Plus que tout, leur présences est là pour rééquilibrer la balance que ce soit d'un côté ou de l'autre (NB : vous découvrirez à la fin du livre les légendes concernant la naissance de ces dieux ainsi que l'apparition des divers peuples, ceci complète intelligemment le roman et permet de mieux s'y retrouver.

Il n'y a pas à dire : l'auteur sait insuffler de l' épique et de la magie dans son récit avec immensément de talent !

Alors qu'ajouter de plus sinon que la magie opère et que la fin nous laisse pantois, avides d'en savoir davantage sur la suite de l'épopée de la Conjuration de Tanglemhor.

PS : merci à l'auteur pour la nouvelle à la fin du roman (sans rapport avec Tanglemhor ) à la fois sombre, tragique, poétique et onirique (hélas écrite par un auteur disparu )

Afficher en entier
Diamant

Deuxième tentative de lecture malgré un début difficile, ( j’ai bien pris mon temps cette fois-ci ) et finalement je me suis laissée emporter par la plume de l’auteur et o combien addictive. J’avoue que certains passages de combats sont un peu longs de description mais finalement, ça rend l’histoire plus épique, plus vivante, l’histoire m’a porté. Je n’ai pas encore fini ce livre mais c’est un énorme coup de cœur car l’auteur sait nous captiver dans son combat entre ombre et lumière. Entre krul, le vindicateur despote et la résistance de la marche, l’auteur nous décrit chaque scène comme si l’on y était avec un vocabulaire qui sied bien pour l’époque médiévale. Des monstres, des morts vivants, des fées, des démons, de la magie, de la sorcellerie, de l’action, des complots, des rebondissements. J’ai trouvé un air à world of warcraft, jeu auquel j’ai joué pendant des années. Certains passages m’ont fait sourire. Nous rencontrons des personnages haut en couleur comme Meldaïn pour qui je me suis prise d’affection, serpent de Lune, masque noir et tant d’autres. Un super -héros qui me rappelle tant les zorro de ma jeunesse.

J’ai adoré les petites touches humoristiques ainsi que les références littéraires, musicales comme celle d’Aznavour. Mais là où l’auteur joue gros et je trouve qu’il s’en sort plutôt bien, c’est la façon de retranscrire les problèmes de notre société et la politique de notre monde qu’ils soient historiques ou contemporaines. L’auteur n’hésite pas à torturer, tuer ses personnages, ce qui rend le récit encore plus réaliste. C’est un livre où il faut prendre son temps pour le lire, il se savoure comme on mange du chocolat. Un grand bravo à l’auteur car il a réussi à me faire voyager, à m’émouvoir, à me donner le frisson. Il a cette passion à travers les mots de nous faire vibrer à tel point que j’ai eu envie de prendre les armes, et de rejoindre Oriana, la Dame de la marche comme résistante dans son combat. Ce livre me fait penser à « Vox Populi » une chanson de 30 seconds to mars. Il me tarde de finir ce premier volet et de prendre le bateau pour un second voyage.

J’ai aussi beaucoup aimé l’hommage rendu à la fin de ce livre : l’arbre qui rêve, le cygne d’Arbelia, Rêve d’Ambre. C’était poétique, mélancolique.

NB : Je trouve hallucinant que ce livre ne soit pas édité par une maison d’édition. Ce livre mériterait sa place parmi de grands auteurs d’aujourd’hui, l’intrigue est rondement bien menée, les recherches de l’auteur sont immenses, considérables, l’imagination est foisonnante. Il est sans conteste l’un des meilleurs romans fantasy de sa génération.

Afficher en entier
En train de lire

Des créatures fantastiques, des langues inventées, une carte détaillée, rien ne semble avoir été laissé au hasard. Comment est-il possible d’avoir autant d’imagination, et de sens du détail pour un vaste monde créé de toutes pièces ? Au fur et à mesure, le décor se pose. Les passages descriptifs sont aussi soignés et détaillés que l’histoire elle-même. Le gros plus : la qualité de la plume de l’auteur. Aucune coquille sur les 419 pages et un vocabulaire très riche. Les personnages sont eux aussi complexes, bien qu’attachants. Des personnages qui ont leur caractère, émouvants, agaçants, qui s’attachent et qui s’agacent entre eux, et de beaux messages de dévotion et bravoure. C’est la guerre certes, mais il y a aussi beaucoup d’amour, d’amitié, de loyauté et de sagesse. Une lecture complexe et donc complète, qui permet au lecteur de s’enrichir de nouveaux lieux, d’étendre son imagination et son vocabulaire.

[CHRONIQUE COMPLETE ET INTERVIEW DE L'AUTEUR A RETROUVER ICI : https://www.uneminnieanewyork.com/lisons-de-lautoedition-/oeuf-de-tanglemhor?fbclid=IwAR0TqIo4wV0SjvBFG97RNjaOfI6SN5lRezEjWFvRczSPRmLzdV2ZuMkJHi8]

Afficher en entier
Diamant

Ma lecture fût tout d'abord difficile, j'avais du mal à bien rentrer dans l'histoire, à me faire à la langue utilisée. (Elle se marie parfaitement à l'époque par contre !)

C'est un roman fantasy vraiment complexe mais qui a le mérite de s'approcher des romans comme Games of throne, Seigneur des anneaux.

L'univers me paraît vraiment vaste et les personnages sont nombreux !

La Dame de la Marche a été mon coup de cœur avec L'Ombre.

On découvre des troll, des ogres et plusieurs espèces que je n'avais encore jamais vu ! J'ai découvert au travers de nombreux personnages chacun des nouveaux compagnons, leurs physiques mais aussi leurs défauts et qualités.

L'action est vraiment prenante, au point qu'on n'en veut toujours plus ! Les pièges, les trahisons... La souffrance, le passé.... tout est lié.

Leur quête est compréhensible. L'auteur ne craint pas de perdre des personnages et c'est intéressant de les voir essayer de se faire confiance, sachant qu'ils sont tous différents des uns des autres.

On ressent la détermination et ce qui lie chacun des personnages entre eux. L'histoire s'enchaîne menant à d'autres tomes qui nous permettront d'en savoir encore plus sur l'univers, ainsi que les personnages et de l'avenir qui les attend.

L'auteur a une plume s'alliant parfaitement avec son genre. Les combats, l'action, l'aventure... Tout est parfaitement placé et tellement inattendu !

Ainsi il permet aussi d'avoir savoir plus sur l'univers et les dieux y étant dans un Annexe, vraiment intéressant.

La nouvelle a la fin est sublime aussi.

Malgré ma lecture difficile, j'ai su l'apprécier à partir de les 300 pages, découvrant les personnages, leurs caractères, leurs histoires... et leur objectif. Ce ne fût pas un coup de cœur mais je pense qu'il plairait à certains d'entre vous pour son univers complexe, et les rangs de chacun, ainsi que leurs multiples espèces.

Je vous conseille vraiment de découvrir ce roman, si vous ne l'avez pas encore lu ! Il faut s'accrocher car le début de l'histoire installe la base, avant que tout commence à se mettre en place.

Afficher en entier
Or

Profitant d’une petite pause dans mes lectures sentimentales, j’ai choisi de me consacrer à un genre que je n’ai pas souvent l’occasion d’explorer, à savoir la fantasy, et mon dévolu a été jeté sur l’Œuf de Tanglemhor qui m’a intriguée par la noirceur et la cruauté de son univers…

Tout commence lors de la prise de pouvoir impitoyable de Krûl, Premier vindicateur et prophète auto-proclamé du dieu de la Vengeance. Semant la mort et la destruction dans son sillage, annihilant peuples et villages entiers, le semi-lacertys ne recule devant rien pour asseoir sa domination et revendiquer son dû. Et quel meilleur moyen d’affermir son autorité que d’anéantir les derniers vestiges de la rébellion en s’appropriant non seulement l’ultime citadelle de l’Alliance mais également la fille du plus puissant et respecté des paladins ? Mais c’était sans compter la ténacité des hommes de la Marche, y compris celle d’une princesse dont la loyauté et le courage parviendront à tenir tête au plus redoutable des opposants. La Résistance parviendra-t-elle à raviver les braises de la révolte et à récupérer son héritage ? Et que représente donc ce trésor si précieux aux yeux du terrible Empereur ?

Indéniablement, ce premier tome a toutes les qualités nécessaires pour envoûter son lecteur et l’attraper dans ses filets démoniaques. L’aura ténébreuse que dégage le récit s’accorde à la perfection avec les notes d’espoir qui percent à travers ses voiles sanglants, créant ainsi un équilibre parfait entre la résignation et la lutte. Nous sommes rapidement entraînés par le mouvement imposé par l’histoire, et quand bien même nous tenons à prendre de la distance, nous nous retrouvons invariablement empêtrés de nouveau dans les affres de la guerre et de la désolation. À vrai dire, chaque chapitre nous présente une nouvelle histoire grâce à différents points de vue qui nous dévoilent les nombreux autres conflits qui règnent dans l’ombre. [...].

Je vous invite à lire la suite sur mon site:

https://lesoupirduroman.wordpress.com/2020/07/23/loeuf-de-tanglemhor-tome-1-chroniques-des-secondes-heures-de-tanglemhor-azael-jhelil/

Afficher en entier
Or

L'Œuf de Tanglemhor est le premier tome d'une saga de Fantasy épique qui en compte sept. J'ai lu ce roman de 500 pages d'une traite, en trois soirées à peine ; c'est dire s'il m'a captivé ! Il est admirablement bien servi par la plume de l'auteur qui est toujours très juste dans le rythme et dans la précision du vocabulaire : la vox populi veut que les romans auto-publiés soient le fait d'auteurs qui n'ont pas le talent pour être édité, ce premier opus est la preuve éclatante du contraire !

Une autre très belle réussite de ce roman tient dans les personnages, particulièrement consistants et crédibles. On s'attache très vite à eux, aux protagonistes comme aux antagonistes. On ne devrait pas, parce qu'on en perd un certain nombre d'entre eux dans des circonstances tragiques dès ce premier tome : c'est l'un des points forts du roman de nous tenir toujours en haleine, que ce soit par inquiétude pour des personnages auxquels on s'est attaché, ou qu'en raison des multiples rebondissements que connaît l'intrigue. L'auteur nous mène par le bout du nez et - même si on l'appréhende - on se plaît à adorer cela.

Ce n'est pourtant pas la plus belle réussite de l'auteur, qui parvient à nous faire vivre des émotions intenses, quelles que soient leur nature : on tremble, on frémit, on s'exalte ! Toute la palette des sens est exploitée et l'immersion est totale, grâce à l'utilisation de courtes descriptions au cœur de l'action. L'auteur est en ce sens redoutable d'efficacité.

Bien sûr, l'oeuvre fait preuve de quelques défauts :

la première tient dans un certain manque d'originalité. L'intrigue est extrêmement classique : une communauté d'aventurier se crée et se met en quête d'une relique perdue dans un endroit inaccessible, bien gardé par un empire maléfique...

L'univers lui-même n'échappe pas à la critique en déployant toute la panoplie des créatures développées par JRR Tolkien : orcs, elfes, nains, ogres et trolls, notamment. Heureusement l'auteur a su s'écarter un peu les modèles originaux en proposant des variantes bienvenues et en ajoutant une race d'hommes-lions. Surtout, son univers s'avère bien moins manichéen que celui de son maître : en Tanglemhor, ce n'est parce qu'on est orc ou ogre que l'on est mauvais de nature et certains d'entre eux rejoindront la communauté ; la plupart des protagonistes connait une part d'ombre non négligeable.

La partie romance de ce premier tome est à mon sens la plus ratée, avec une princesse rebelle qui s'éprend d'un Robin des bois à la ténébreuse bogossitude, sur l'air de "Je t'aime, moi non plus" : plus cliché, tu meurs !

Mais tous ces petits défauts, très courants en Fantasy, ne doivent pas vous rebuter : l'univers est riche et foisonnant, véritable kaleidoscope à la Star Wars, mâtiné du réalisme à la Game of Thrones. Le prologue et les deux premiers chapitres sont un poil indigestes - à cause précisément de cette richesse - mais à partir du troisième, la lecture de l'Œuf de Tanglemhor est un vrai régal, que je vous recommande très chaudement !

Afficher en entier
Argent

Je vais vous écrire avec le cœur et rester honnête à 100%.

Ce roman est très complexe et parfois difficile à comprendre.

Mais je ne peux pas vous dire de passer votre chemin, hors de question ! Il faut le lire, il est rempli d’aventures et d’émotions avec des personnages construits dans un univers médiéval et démoniaque ! Des combats brutaux, de la stratégie et du suspens rythment ce récit captivant et presque addictif.

Je vais développer mes pensées, ne vous inquiétez pas.

Commençons par le positif afin de vous donner l’eau à la bouche et l’envie irrépétible de vous le procurer.

Le prologue va être en suspens pour plus tard, parlons directement du premier chapitre qui démarre bien fort ! Des émotions à foison et du suspens ! On se demande qui, quoi, pourquoi, comment ?

Bravo pour cette "entrée en matière".

Les personnages sont fortement réfléchis et décrits avec minutie. Chacun a son petit caractère (bien trempé) et aucun ne va agir de manière incohérente avec leur personnalité (j'adore). Ils sont tous attachants au fur et à mesure de l’histoire. On va retrouver une petite bande hétéroclite de héros / antihéros voyageant dans un univers magique, démoniaque aux ères médiévales.

Oriana est la première qu'on découvre petit à petit. Une princesse comme on rêve d’en voir dans l’univers Disney avec ses opinions bien tranchées et sa force à toute épreuve. Très attachante, je l’adore !

L’Ombre (et tant d’autres noms pour sa part), est quant à lui un bandit des rues arrivé par hasard et qui va nous faire sourire (nous les femmes hein). Charmeur et intrigant, il va vous épater !

Au final, je ne vais pas vous dépeindre toute la bande, car cela vous annoncerait la couleur trop tôt et je vous laisse le plaisir de découvrir les liens qui unissent cette troupe.

Comment on les découvre ? Au long des chapitres. Nous suivons l’un ou l’autre, nous découvrons également petit à petit le méchant de l’histoire ! Un semi-lézard terrifiant qui a pactisé avec les démons et qui veut régner dans la terreur et le sang.

Un beau petit monde à adorer, à détester, à découvrir au fil des épopées et des souvenirs.

Si vous aimez donc les aventures construites avec précision, remplis de personnages et de magie avec un méchant badass dans un univers médiéval fantastique, vous êtes vraiment tombé au bon endroit.

C’est rare quand une phrase/citation me marque dans un roman, surtout un roman de ce style. Elle m’a tapée dans l’œil et ne me quittera plus !

« Tu te trompes, la souffrance de chacun nous concerne tous. Ne penses-tu pas que le monde serait meilleur si chacun pouvait comprendre cette simple vérité ? »

Je dois également vous avouer que non, ça n’a pas été facile d’entrer dans l’histoire. Lors du prologue, j’étais complètement larguée et ne comprenais rien à la trame de ce récit super complexe. Un gros problème concernant l’écriture est que chaque personne a … 5 noms différents voir plus encore. L’auteur ne nous les énonce pas à l’avance. Il faut donc deviner qui est caché sous quel nom. Perturbant au début, après on s’y fait, ne vous en faites pas et si vous avez peur de ce micro détail, prenez un calepin et notez au fur et à mesure les noms !

Ayant eu contact avec l’auteur, je lui ai fait part de mes craintes concertants la complexité de la lecture et mon incapacité à rentrer dans l’histoire (il m’a fallu une 30ène de page = le prologue). Il m’a averti alors qu’il fallait en effet être concentré et lire dans un endroit calme. JE VOUS LE RECOMMANDE AUSSI ! Si vous êtes vite déconcentré, enfermez-vous et lisez dans un endroit où vous serez tranquille. 


La lecture complexe au début devient plus facile au fur et à mesure de la lecture, il faut s'accrocher, car l'aventure est après fantastique ! Je recommande donc ce roman qui certes n’est pas le GROS coup de cœur, mais qui m’a touchée, m’a émerveillée, m’a apeuré et m’a donné un tas d’émotion dans un univers que j’ai adoré découvrir. Les personnages m’ont tapé dans l’œil et je veux les retrouver dans le tome suivant !

Comme quoi, il faut s’accrocher parfois !

De plus, je dois avouer que le support de lecture n’était pas du tout agréable. Ma liseuse faisait des siennes, s’éteignait, retirait mes marque-pages, bloquait … Et malgré ça, j’ai accroché !

Donc, pour tous les amoureux de fantastique, vous allez vraiment adorer ! Les autres, essayez, vous seriez surpris ! Une belle plume à découvrir alors, foncez l’acheter ! J’attends vos retours avec impatience !

Afficher en entier
Or

Nous suivons dans ce début de saga le destin de quelques personnages qui mettent tout en oeuvre pour résister et empêcher l'invasion à grande échelle des Terres du Levant par le cruel Krûl, qui dispose d'impressionnantes légions sanguinaires, et qui, à ce qu'on dit, commande aux démons...

L'univers est très dense et complexe au début, et d'ailleurs la carte ainsi que l'index sont les bienvenus ! Ambiance médiévale, combats à l'épée, guerres et stratégies sont au rendez-vous, de même qu'un soupçon de magie. L'environnement est sombre, on sent bien la violence planer sur les Terres du Levant. C'est un gros bébé de fantasy dans lequel nous rencontrons, en plus des humains, un certain nombre d'espèces fantastiques comme des nains, des trolls ou encore des fées.

Concernant les personnages, ils sont tous très attachants et bien constuits, j'ai beaucoup aimé la princesse Oriana et son caractère, elle est piquante et fière, pleine d'humour et sarcasme. Et ne parlons même pas de sa relation avec l'Ombre que j'ai adoré !

En revanche, l'auteur ne nous épargne pas et dès que je m'attachais à un personnage secondaire, je craignais un peu pour sa vie. Concernant LE grand méchant de cet univers, il fait froid dans le dos mais il me tarde d'en apprendre encore plus sur lui, que ce soit concernant sa personnalité ou encore ses motivations...

Le seul petit bémol pour moi concernant cette lecture, c'est que parfois j'étais un peu perdue au début des chapitres parce qu'on ne sait pas quel personnage on suit. De même pendant les batailles, parfois on ne saisit pas trop qui est qui en raison de l'appellation de certains perso, comme "l'émissaire de...", ce qui demande de la concentration car le nom de certains personnages et des villes sont assez complexes et difficiles à retenir.

Sinon l'intrigue est très bien menée, les actions s'enchainent et on ne s'ennuie à aucun moment ! La fin de de ce premier tome annonce une quête épique... Si vous aimez la fantasy, foncez !

4 / 5

Afficher en entier
Argent

ce livre à était une découverte littéraire pour moi j’ignore que ce genre de roman exister cette création m’a souvent fais penser au jeu vidéo « World of warcraft » je me suis attacher à certains personnages dont les principaux et je l’ai lu en cinq heures. J’avoue au début j’étais perdue je ne comprenais pas, car l’auteur utilisé par moments plusieurs mots inventés ou anciens mais j’ai ressentis divers émotions et accompagné les personnages dans chacune de leurs aventures. Ce livre ne manque pas d’action et de force littéraires dont j’ignorais l’existence jusqu’alors.

L’auteur nous fait découvrir un univers tellement différent, mais aussi tellement intéressant que malgré quelques incompréhensions nous ne pouvons lâcher la lecture de celui-ci. L’hommage m’a aussi émue et j’ai était heureuse de cette découverte littéraire espérant une suite pour suivre mes compagnons jusque-là fin de leur quête. L’hommage m’a aussi émue et j’ai était heureuse de cette découverte littéraire espérant une suite pour suivre mes compagnons jusque-là fin de leur quête. Merci et au plaisir de retravailler à vos côtés

Afficher en entier

Activité récente

iarld le place en liste or
2020-03-11T17:13:58+01:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 47
Commentaires 35
extraits 15
Evaluations 31
Note globale 9.1 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode