Livres
486 854
Membres
477 222

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Je tiens tout d’abord à rassurer les plus fidèles et perspicaces lecteurs du blog, qui sont sans doute en train d’écumer en vain le sommaire pour trouver où diable s’est donc cachée la chronique du second volume : c’est parfaitement normal que vous ne la trouviez pas ! Tout simplement parce que l’auteur a choisi de scinder le gros pavé qui me sert de premier tome en deux opus de taille plus « raisonnable » (personnellement, je suis vraiment heureuse d’avoir l’énorme brique de 770 pages : plus un livre est gros, plus je sautille d’allégresse au moment de le commencer) … Du coup, ma précédente chronique fait office de « deux en un » : elle concerne aussi bien le « nouveau » premier tome, toujours intitulé L’œuf de Tanglemhor que le « nouveau » second tome, L'Odyssée du Liokûmkän. Ceci étant dit, laissez-moi vous raconter à quel point, une fois encore, j’ai eu l’immense joie de suivre la Conjuration de Tanglemhor dans ses formidables péripéties !

Après une éprouvante épopée maritime, les conjurés arrivent enfin en Australie. Mais leur quête est loin d’être terminée : il leur faut désormais trouver la Pyramide du Lac Perdu, demeure éternelle du plus effroyable sorcier de l’histoire, créateur de l’Œuf de Tanglemhor et de l’artefact permettant de détruire ce dernier. Selon les légendes, ce lac enchanté se situerait au fin fond du continent, là où le soleil jamais ne se lève et où le froid devient meurtrier, à proximité du Pic du Désespoir que nul ne peut approcher sans revivre les pires moments de son existence … Pendant ce temps, le Divin Krûl doit faire face aux irréductibles rebelles de la Marche, qui ne cessent de mettre en déroute ses centuries, mais aussi à d’intolérables attaques à l’encontre de sa personne … sans oublier cette maudite conjuration que même ses démons n’ont pas réussi à arrêter ! Croyez-le ou non, la vie d’un usurpateur, ce n’est pas tous les jours la joie !

Une fois encore, les mots me manquent pour exprimer tout le bien que je pense de ce nouvel opus des Chroniques des secondes heures de Tanglemhor … Comment faire honneur à cet incroyable ouvrage que j’attendais avec impatience depuis plus d’un an (une cruelle année de frustration et de lamentations), et sur lequel je me suis littéralement jetée lorsque maman est entrée en clamant « Marie, du courrier pour toi » ? Pour tout avouer, la chose me semble infaisable, car mon amour grandissant pour cette saga tient de l’indicible, mais je vais tout de même tâcher de vous en dire quelques mots … Suffisamment, je l’espère, pour vous faire comprendre à quel point vous pouvez – voire même devez – vous lancer les yeux fermés dans cette formidable série où se côtoient allégrement aventure, humour et magie, pour le plus grand bonheur des amoureux de fantasy ! Et quand bien même ce genre littéraire n’est pas votre tasse de thé, laissez donc sa chance à la Conjuration de Tanglemhor : j’en suis convaincue, leur épopée saura vous faire changer d’avis sur la fantasy !

Car il n’y a pas à tortiller bien longtemps : ce livre fait indiscutablement partis des meilleures lectures de toute ma vie. Azaël Jhelil a le Don, celui du Conteur : phrase après phrase, page après page, il happe tant et si bien le lecteur que celui-ci finit par en oublier que ce qu’il lit n’est que de la pure fiction … Les mots, qu’il manie comme personne, deviennent sons, images, odeurs, sensations, et voici le lecteur transi de froid aux côtés des conjurés qui progressent dans l’obscurité pour libérer le monde de la cruauté qui émane de l’usurpateur. On a le cœur qui bat, car l’urgence se fait ressentir jusqu’au plus profond de notre être : ils doivent s’en sortir, ils doivent y arriver, il le faut, ou sinon tout le monde sera condamnés ! On a la respiration qui se coupe, car l’angoisse s’installe progressivement dans toute notre âme : les dangers sont si grands, la nature si hostile, et l’ennemi si puissant, comment pourront-ils vaincre toutes ces menaces sans périr ? Et nous, pauvres spectateurs impuissants que nous sommes, ne pouvons rien faire pour les aider : nous ne pouvons que tourner avidement les pages, la gorge nouée de crainte de voir un de nos amis de papier nous quitter définitivement … A ce stade, on ne peut même plus parler de « simple » page-turner !

Heureusement pour la santé mentale – et même physique – du lecteur, l’auteur a semé un peu partout des touches d’humour pour faire retomber régulièrement la pression et la tension nerveuse ! Vous n’imaginez même pas le nombre de fous rires que ce livre a déclenché ! Le narrateur, que je qualifierai de facétieux, n’hésite pas à s’immiscer un peu partout : dans les notes de bas de page quand il est sage, mais bien souvent aussi au beau milieu d’une scène tragico-dramatique … Et parfois, ce sont les personnages eux-mêmes qui décident de dédramatiser un peu la situation ! Il faut dire qu’ils en ont bien besoin, les pauvres : leur créateur ne leur épargne absolument rien … ce qui les rend d’autant plus attachants qu’ils ont l’immense qualité d’avoir pas mal de défauts. Je sais que cela peut sembler contradictoire, mais c’est vraiment parce qu’ils sont tout sauf « parfaits » que je les aime tant. Même le Fléau de Feen, grand possédé impulsif et sanguinaire de la déesse de la Folie, m’est devenu sympathique dans cet opus … alors que lui et moi, on n’était clairement pas fait pour s’entendre ! Aussi surprenant que cela puisse paraitre, c’est bien souvent lui qui vient apaiser la situation, lui qui ne prend rien au sérieux et s’amuser plus que tout d’une bonne bagarre … Il est probablement le seul à ne pas prendre toute cette aventure au sérieux, et c’est suffisamment saugrenu pour faire sourire le lecteur même dans les moments les plus haletants !

Je pense que je peux m’arrêter là, car vous l’aurez bien compris : je n’ai absolument aucun reproche à faire à ce roman (à part, peut-être, d’avoir une fin : quel supplice que de devoir à nouveau quitter Oriana et ses compagnons, surtout après un cliffhanger pareil !) et que des éloges à exprimer à son égard (même si, malgré tous mes efforts et les heures passées pour rédiger cette chronique, je n’ai pas réussi à les manifester comme je l’aurai souhaité) ! Même l’expression « coup de cœur » suffit à peine à traduire ce que je ressens vraiment … Car les Chroniques des secondes heures de Tanglemhor réunissent absolument tous les éléments que j’aime dans un récit : des personnages hauts en couleurs, inoubliables et attachants, des rebondissements et des retournements de situations toujours plus imprévisibles, des moments de grande tension mais aussi des instants de calme (avant la tempête) … Sans oublier cet humour que j’aime tant en fantasy, qui nous aide à garder une certaine distance avec le récit (car on serait bien tenter de se laisser définitivement happé par cet univers d’une richesse inouïe) ! Bref, est-il encore nécessaire de préciser que je vous le conseille à 50 000% ?

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/08/chroniques-des-secondes-heures-de.html

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode