Livres
461 709
Membres
418 315

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Avant que vous repartiez dans la foret,dit-il enfin,en gardant les yeux baisés,je compte demander a Renn de rester ici.avec moi.

Torak se figea.

-et je voulais avoir ton avis reprit Bale.

Son compagnon ne dit mot

-Qu'est-ce qui t'arrive? demanda le phoque

Torak se releva d'un bond.un frisson de colere s'était emparé de lui.Son coeur cognait fort dans sa poitrine.Une sensation désagréable.Il fixa le jeune phoque,si beau,plus agé,et qui contrairement a lui,apartenait a un clan.Ilsavait que s'il restait,cela finirait par une bagarre.Et que,cette fois,ce combat n'aurait rien d'un jeu.

-Renn fera comme elle le voudra finit-il par articuler.

-mais toi qu'est-ce que tu en pense?

Afficher en entier

-Te rends-tu compte de ce que cela signifie?

demanda-t-il à Renn.

Elle sourit.

-Mais oui, rétorqua-t-elle avec un grand sourie. Loup a trouvé une compagne!

Il éclata de rire

-Tu as raison, mais en même temps, c'est encore plus important que ça! Les louveteaux quittent la tanière pour la toute première fois. Pour un loup, il s'agit du jour le plus important de son existence, car c'est là qu'ils font connaissance avec les autres membres de la meute.

D'un large geste de la main, il indiqua loup, sa compagne et les louveteaux, puis Renn et lui.

-Les autres membres de la meute, répéta-t-il..., c'est nous.

Afficher en entier

La vengeance te consumera, lui lança celui-ci, alors que le courant l'emportait. Si tu n'y prend pas garde, elle te brûlera le coeur. Et ton chagrin n'en sera que plus terrible. ne la laisse pas triompher.

Afficher en entier

ils marchèrent presque tout le jour. Très vite, Renn se trouva désorientée. Ils finirent par atteindre un lac, au centre duquel se trouvait un îlot boisé. Les Grands Cerfs lui apprirent que c'était le Lac de l'Eau-Noire, et l'ignorance de la jeune fille parut les surprendre.

Afficher en entier

Alors que les premières lueurs du jour apparaissaient dans le ciel, il repéra des empreintes de bottes à peine visibles dans la rosée. Il s’empara de son couteau et suivit cette piste. Elle le mena jusqu’au rocher qui surplombait leur abri. Près du bord, il découvrit un petit tas de cendres grises. Était-ce une offrande ? Quelqu’un l’avait déposée là avec beaucoup de soin.

Quelqu’un qui les avait épiés pendant la nuit.

Il aperçut un mouvement furtif dans la brume, près de la rivière.

L’angoisse le saisit.

Afficher en entier

Dans le lointain, à plusieurs bonds de là, Loup entendit le petit cri aigu de l’os d’oiseau que Grand Sans Queue et sa sœur de meute utilisaient pour l’appeler.

Loup hésita. Il mourait d’envie de les rejoindre. Mais dans ce cas, il lui faudrait faire demi-tour.

L’os d’oiseau continuait de l’appeler.

Celui-qu’il-avait-mordu continuait de glisser sur l’Eau.

Et Loup ne savait plus quoi faire.

Afficher en entier

« Je suis en train de rêver », songea Torak. Rien de ce qu’il voyait n’était réel.

Ni les doigts crispés, pareils à des griffes.

Ni le sang qui noircissait sous les ongles.

Sur la falaise, une mouette piailla. Torak leva la tête. Loin au-dessus de lui, tout près du rebord de l’À-pic, un buisson de genévrier pendait vers le bas. Comme déraciné. Le garçon imagina Bale, à genoux, dangereusement penché au-dessus du vide. Sa chute. Ses efforts désespérés pour s’agripper à une branche. La secousse terrifiante qu’il avait dû ressentir quand le buisson avait lâché. Les rochers dévalant la pente, se ruant vers lui.

« Oh, Bale… pourquoi t’es-tu aventuré si près du bord ? » se lamenta Torak.

Afficher en entier

Elle se dit que voyager dans les esprits avait peut-être laissé des marques sur ses âmes, mais que dans ce cas précis, c'était seulement Torak qui s'adressait à elle.

- Merci.

- C'est pas grand chose...

- Merci pour l'arc, mais aussi pour avoir rompu ton serment.

Renn posa les mains sur les épaules de son ami. Elle se dressa sur la pointe des pieds et lui embrassa la joue.

Puis s'empressa de s'éloigner en boitillant.

Afficher en entier

La peur s'accompagne toujours d'un profond sentiment de solitude. On peut se trouver parmi une foule de gens mais quand le peur s'installe, on est bel et bien seul.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode