Livres
411 191
Membres
320 071

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Cinq branches de coton noir



Description ajoutée par MaeliD 2017-11-16T23:23:48+01:00

Résumé

Philadelphie, 1776. Mrs Betsy est dépêchée par les indépendantistes américains pour concevoir le tout premier drapeau des futures nations unies. Sa domestique, Angela Brown, décide alors de transformer cet étendard en un hommage révolutionnaire, en y adjoignant en secret un symbole inestimable...

Douvres, 1944. Le soldat Lincoln se morfond dans son camp militaire, entre discriminations raciales et bagarres quotidiennes. Jusqu'à ce qu'il reçoive une lettre de sa soeur, Johanna, annonçant qu'elle a découvert dans les possessions de leur tante décédée les mémoires d'Angela Brown - rien de moins qu'un témoignage d'une rareté et d'une valeur exceptionnelles. Si l'histoire relatée dans ces mémoires est réelle, alors c'est l'histoire des États-Unis qui est à récrire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs

PAL
1 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par misssbrown 2018-04-13T14:17:17+02:00

- Une section de l'armée Alliée qui s'occupe de la recherche des œuvres d'art volées par les nazis: " The Monuments Fine Arts and Archives section": ils ne sont pas nombreux mais ont une tâche énorme en Europe...

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2018-03-25T15:27:45+02:00
Argent

Il est capital de continuer à parler de la ségrégation, des ségrégations d'ailleurs, de les dénoncer encore et et encore. En cela, voici une œuvre précieuse. Yves Sente présente habilement des scènes de discrimination quotidienne, vécues par leurs acteurs comme étant normales (même parfois de la part des noirs.) Comme il est choquant d'aller voir un des personnages principaux réceptionner son courrier à un bureau de poste militaire étiqueté "Colored", alors que cela paraît tout à fait normal aux protagonistes.

Le dessin et la mise en couleur sont également très réussis. Le choix d'une teinte dominante selon les lieux et les ambiances est très efficaces et certaines scènes de bataille sont à couper le souffle.

C'est pour moi au niveau du scénario que le bas blesse. L'intention est louable, mais le prétexte me paraît très artificiel et très invraisemblable. Les rebondissements improbables sont aussi un peu trop nombreux pour que l'ensemble soit crédible, et c'est dommage, parce que ça m'a empêché de vraiment m'immerger dans l'histoire. La fin notamment, finit par enlever toute raison d'exister à l'histoire, même si je comprend bien ce que l'auteur a voulu faire.

Donc, vous l'aurez compris, je trouve "cinq branches de coton noir" pas mal sans être totalement convaincu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biibette 2018-03-19T13:27:58+01:00
Lu aussi

Gare à la couverture, il ne faut pas s'y méprendre, c'est plus qu'une BD de guerre, c'est une BD qui porte en elle un bout d'Histoire. Une réécriture de l'Histoire d'une véracité telle qu'elle nous fait douter de la grande Histoire. L'intrigue s'installe sur des faits historiques et petit à petit se tisse une fiction qui avait tout pour être avéré.

L'auteur nous propose ici un album polyphonique autour de deux grandes thématiques : la seconde Guerre Mondiale et la lutte contre l'Amérique ségrégationniste. Pour faire le pont entre les deux sujets, l'auteur va impliquer nos héros, trois jeunes soldats noirs, dans une enquête pas comme les autres. Ensemble, ils vont partir à la recherche d'une relique. Pas n'importe quelle relique, un symbole ! Un symbole qui leur donnera l'occasion de devenir des héros, mais qui aura aussi, et surtout, une répercussion sans précédent dans leur lutte pour leurs droits. Ainsi, ils vont intégrer la MAFF (Monuments, Fine Arts, and Archive) et on va suivre ces Monuments men dans leur immersion.

En plus d'avoir trouvé le propos intéressant, terriblement d'actualité, j'ai trouvé cette histoire passionnante ! On avance de planche en planche avec l'envie d'en savoir toujours plus. De plus en plus flouée par la frontière entre la fiction et le réel.

Côté dessin : le dessin est à tomber à la renverse, notamment les portrait en début de chaque partie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2018-03-09T08:08:10+01:00
Lu aussi

Bonjour les lecteurs ...

ATTENTION ... COUP DE COEUR !

"Philadelphie, 1776. Mrs Betsy est dépêchée par les indépendantistes américains pour concevoir le tout premier drapeau des futurs États-Unis d'Amérique. Sa domestique, Angela Brown, décide alors de transformer cet étendard en un hommage révolutionnaire, en y adjoignant en secret un symbole inestimable...

Lorsqu’il s’est engagé en 1944 pour combattre les nazis, le soldat Lincoln pensait atterrir sur le front français. Mais les soldats de couleur de l’armée américaine ne sont pas autorisés à avoir l’étoffe des héros.

Une découverte de sa sœur, à savoir le journal d’une domestique noire de 1776, va lui permettre de finalement rejoindre les combats, à la recherche d’une relique perdue mais qui pourrait faire tomber les lois de ségrégation."

Cette histoire nous parle du destin tragique de la communauté Afro-Américaine des États-Unis qui pour survivre à dû faire d’énormes sacrifices.

L'histoire est passionnante, le dessin talentueux.

Les 170 pages s'engloutissent à toute vitesse.

On se prend rêver que tout ceci aurait pu être vrai.

Ne passez pas à côté de cette BD.. si vous ne deviez en lire qu'une cette année, optez pour celle-ci !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SerialBookineuse 2018-02-22T19:40:22+01:00

https://serialbookineuse.wordpress.com/2018/02/22/chronique-de-miry-cinq-branches-de-coton-noir-yves-sente-steve-cuzor/

J’ai découvert ce titre totalement par hasard, via la preview du site de l’éditeur. Intriguée par le synopsis, je me suis lancée et je dois dire que je ne regrette pas de m’être procurée cette oeuvre malgré son prix et l’épaisseur du volume (environ 170 pages !). Dès les premières planches, l’histoire nous accroche, nous happe, et la curiosité nous pousse à lire jusqu’à la dernière page.

Je connaissais déjà Yves Sente via ses travaux sur la saga Thorgal, mais c’est la première oeuvre de Steve Cuzor que je lis et j’avoue que ce duo m’a totalement convaincu par la justesse de sa plume et de son trait. Quant aux couleurs, signées Meephe Versaevel, elles contribuent totalement à l’ambiance si particulière de ce one-shot tragique.

L’histoire nous entraîne, à travers le regard de trois personnages noirs, sur les traces d’une relique datant de la Guerre d’Indépendance de 1775 : le tout premier drapeau des États-Unis d’Amérique ! Un drapeau qui recèle un secret si symbolique qu’il pourrait bien changer les choses dans un pays encore en proie à la ségrégation raciale en 1944. En effet, dès le prologue, le lecteur est plongé dans une ambiance angoissante et délétère. Le débarquement du 6 juin 1944 est proche, mais les Noirs sont cantonnés aux bases arrières, où ils récurent les latrines ou restent inoccupés. Mais Lincoln, jeune soldat idéaliste, rêve de gloire, de servir son pays, et de prouver à tous que la couleur de la peau d’un homme ne définit pas sa valeur. Grâce à sa soeur Johanna, qui découvre la vérité sur le drapeau et en fait part à ses contacts, il réussit à intégrer la MFAA, dont les membres sont surnommés les « Monuments Men », afin de retrouver la précieuse relique.

Le récit alterne les points de vues avec pertinence et met le lecteur face à toutes sortes d’émotions : l’horreur, l’injustice, la tristesse mais aussi l’espoir, la fierté et la camaraderie. Par ailleurs, le duo aborde un thème d’ordinaire très sensible : le racisme. Mais si l’on doit reconnaître une chose à cette oeuvre, c’est sa pertinence sur ce point. Les faits exposés sont crédibles et témoignent d’un fossé qui n’a cessé de se creuser depuis l’époque d’Angela Brown. C’est particulièrement flagrant dans une scène de bar, lorsqu’un officier blanc tente de participer à une conversation en rebondissant sur un blague : son intervention est très mal perçue, alors même qu’il ne pensait pas nécessairement à mal. La faute à l’éducation ? Un racisme ordinaire ? Toujours est-il qu’une barrière infranchissable s’est progressivement établie entre les deux communautés, et qu’elle semble toujours infranchissable, même en 1944. Il n’existe qu’un endroit où tout cela n’a plus d’importance : le front. Sous le feu de l’ennemi, face à la mort, tous les hommes sont égaux et doivent se serrer les coudes pour avancer et survivre.

En bref, un récit poignant, sans fioriture, qui nous livre une histoire dure, tragique, mais aussi pleine d’héroïsme et de patriotisme. Les personnages sont touchants, terriblement humains, avec leurs qualités et leurs défauts. Le mystère et la quête des protagonistes m’a tenu en haleine tout au long des 170 pages. Une magnifique histoire dont on ne ressort pas indemne.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Cinq branches de coton noir" est sorti 2018-01-19T00:00:00+01:00
background Layer 1 19 Janvier

Date de sortie

Cinq branches de coton noir

  • France : 2018-01-19 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 4
Commentaires 4
Extraits 7
Evaluations 3
Note globale 8.67 / 10

Évaluations