Livres
388 406
Comms
1 361 675
Membres
276 898

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Avant d'épouser Maddie, reprend Teddy, j'ai demandé à mon père le secret d'un mariage réussi. Il m'a répondu qu'il fallait chaque jour tomber amoureux de sa femme.

[...] Phoebe s'avance[...]

Juste avant d'épouser Matt, j'ai demandé à ma mère comment elle avait su que mon père était "le bon". Elle m'a dit qu'il la rendait heureuse et que sans lui, sa vie était incomplète. Elle m'a donné un conseil: dans un couple chacun doit s'appuyer sur la force de l'autre tout en acceptant ses vulnérabilités

Afficher en entier

Elliott demande ensuite à Kate de venir sur ses genoux.

-Dites-moi, chère madame, avez-vous été sage cette année ?

Sa femme lève les yeux au ciel.

-Oui Père Noël.

-Très bien, dans ce cas, j'aimerais que tu t'occupes de ma guirlande... j'ai des boules très fragiles.

Afficher en entier

[...] Aussi imaginez notre horreur, à Phoebe et à moi lorsque nous avons décrypté un secret que nous appelions le "code Anastasia"

[...]

Oui en pleine querelle mon père appelle ma mère Anastasia, c'était notre signal pour prendre la tangente afin d'éviter les retombées du combat qui se préparent . En grandissant, nous avons acquis plus de maturité et réalisé que papa disait aussi "Anastasia" à des moments où... il ne se disputait pas avec elle. En réponse, elle rougissait et tous deux disparaissaient pour...une petite sieste. La nuit notre père dormait peu, mais qu'est-ce qu'il en fait des "siestes! C'est là qu'une horrible vérité nous est apparue: le code Anastasia ne signifiait pas seulement une querelle, il indiquait aussi une réconciliation-si vous voyez ce que je veux dire. En clair, soit mon père était fou de rage, soit il était fou de sa femme... Et c'était généralement la deuxième option

Afficher en entier

Quand je pense aux presque vingt-huit années que j'ai vécues sans elle, j'ai la sensation qu'il s'agit de la vie d'un autre.

Et me voilà, j'approche à grands pas de la cinquantaine. Et je suis heureux. Je n'aurais jamais cru que le bonheur me serait accessible ! Plus encore, je suis... entier. Et assis là, au pied de mon lit, je regarde mon ange, je sais qu'elle m'aime.

Afficher en entier

Le livre en entier sur http://fr.calameo.com/books/0028981470c981ef790cd

Afficher en entier