Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de clairou_ : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Cité 19, Tome 2 : Zone blanche Cité 19, Tome 2 : Zone blanche
Stéphane Michaka   
Après avoir lu le premier tome, je n'étais pas hyper pressée d'attaquer la suite mais je me suis lancée, portée par la curiosité. Au final, je suis très déçue de cette lecture.

Nous suivons Faustine là où on l'a laissée dans le premier tome. L'intrigue se suit de manière rocambolesque. Nous avons une multiple de point de vue. Cela rend la lecture dynamique. Le problème, c'est que les personnages où nous sommes dans la tête, nous faisons très vite leur connaissance. Nous n'avons pas le temps de nous attacher que, direct, ils meurent. A ce propos, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de morts. D'habitude, j'aime beaucoup les histoires où la plupart des personnages meure. Ici, les personnages meurent trop rapidement de sorte que nous ressentons rien et c'est hyper frustrant.

Du coup, je n'ai apprécié aucun personnage en dehors de Faustine et encore, cette dernière perd un peu de charme dans ce volet. A cause des multiples points de vue, elle apparaît à certains passages. Elle est peut-être le centre de toutes les attentions mais nous la suivons d'une autre manière qui m'a moins transportée. Ensuite, il y a cette romance avec Florent, hyper bâclée. Je ne comprends pas comment on peut tomber amoureux aussi vite et il n'y a aucune profondeur.

Les autres personnages qui gravitent autour de Faustine manquent cruellement de reliefs et d'originalité. J'ai été incapable de me les visualiser en image. Je n'arrivais à mettre aucun visage sur eux. Ce point là a également freiné ma lecture.

Il y a aussi l'écriture. Elle est devenue très maladroite dans la manière de raconter. J'ai senti que la plume de l'auteur s'est relâchée dans ce volet. J'ai été largement moins emportée. C'est pourquoi le deuxième tome de Cité 19 m'a plus déçue qu'autre chose.

Je me suis forcée à le terminer. Au fur et à mesure que j'avançais dans l'intrigue, cette lecture devenait une contrainte. Je n'éprouvais pas de plaisir à poursuivre. Le seul élément qui m'a boostée à persévérer est cette curiosité de la fin. C'est très dommage car l'idée est vraiment intéressante.

Je pense qu'avec plus de longueurs, d'explications et de descriptions, l'histoire m'aurait plus accrochée. Je verrai plus trois tomes que deux pour laisser le lecteur s'approprier de l'univers. Pour ma part, je n'ai pas tout compris de la série Cité 19. Beaucoup d'éléments m'ont échappée par le manque d'explications.

En conclusion, je suis déçue de cette série qui était, pourtant, prometteuse au début. Je ne le recommande pas forcément mais si vous aimez le steampunk et que vous voulez avoir votre propre avis, allez-y !
Alisik, Tome 4 : Mort Alisik, Tome 4 : Mort
Hubertus Rufledt    Helge Vogt   
Cette BD est vraiment magnifique. J'adore les illustrations et ce, depuis le 1er tome.
Je l'ai terminée il y a peu de temps et j'ai adoré cette univers sombre, mais qui reste tout même dans l'esprit "jeunesse".
Je ne vais rien dire de plus par rapport à ce 4ème et dernier tome, mis à part que je recommande fortement cette BD qui est vraiment originale et qui fait un bel objet livre.

par tempicka
Captive Captive
Margaret Atwood   
J'ai d'abord regardé la série sur Netflix avant de lire le roman...Haaaannn!! Qu'ai-je fais???? Eh bien, pour ma part, je pense que j'ai bien fait...En effet, lors de ma lecture, j'avais ainsi la voix de Grace Marks qui résonnait dans ma tête (comme celle de Mary Whitney résonne dans celle de Grace Marks?? Brrrr!!!) et je trouvais ma lecture bien plus vivante!
Allez, on y va pour le jeu de mots pourri? Ouais allez! Ben Captive, c'est captivant! Je sais je sais, très recherché mdr! Mais bon, fallait la faire de toute façon! ;-)

Bon, revenons à notre roman... comme dis plus haut, j'ai d'abord visionné la série, et je dois dire qu'elle est vraiment très bien faite. Du début à la fin, le doute concernant la culpabilité ou la santé mentale de Grace Marks reste entier...tout est fait pour que l'on se forge notre propre opinion, même si là encore, on reste bien indécis...
C'est donc avec une grande curiosité que je me suis plongé dans le roman, avec dans l'idée que j'y trouverai sans doute plus d'informations ou d'anecdotes qui me permettraient de déterminer avec plus de certitude le cas Grace Marks...

Eh bien, effectivement, on apprend certaines choses en plus, mais là encore, cela nous plonge encore plus dans l'incertitude...Grace Marks ayant vraiment la faculté de vous tenir en haleine avec l'histoire de sa vie, sans pour autant en dévoiler trop...c'est juste suffisant pour que vous ayez envie de continuer à suivre ses confessions...et lorsque vous vous dites, bof, ça ça m'intéresse pas plus que ça, hop, elle raconte quelque chose de plus important, en général c'est quelque chose de plus dramatique, sa vie étant vraiment un enchaînement d'épreuves et d'infortune...
Bref, on se retrouve presque à la place du docteur Simon Jordan, scrutant activement chaque mot, chaque tournure de phrase afin de résoudre l'énigme Grace Marks.
Mais, tout du long et jusqu'à la fin, on doute, une fois on la croit coupable, le chapitre suivant on la pense innocente, et le chapitre suivant on hésite...
Malgré le fait que j'ai mis plusieurs jours pour le finir, le fait est que je voulais savoir qui était Grace Marks...innocente, coupable, manipulatrice ou manipulé? Rester sans savoir était impossible, il fallait que je finisse ce roman...

Et, on arrive à la fin, qui, comme dis, nous laisse sur notre faim, MAIS, tout en étant une fin heureuse, eh ouais...ça fait drôle hein?
Donc l'auteure souhaitait nous laisser entièrement le choix concernant la culpabilité de Grace Marks, chacun pouvant s'imaginer la jeune femme innocente ou alors dangereusement coupable...
Très bon!!
Amies à vie Amies à vie
Pierre Bottero   
Un autre de Pierre Bottero; une autre bouffée d'émotions. Un roman très sympathique sur l'amitié et sur la maladie. Je le conseille car il parle des épreuves que doivent surmonter les enfants malades et de la force et du courage dont ils ont besoin pour assumer leur différence.
Les Belles, Tome 1 : Les Belles Les Belles, Tome 1 : Les Belles
Dhonielle Clayton   
Avec Les Belles, Dhonielle Clayton nous entraîne au cœur d'un univers noir et obsédant où rien ni personne n'est vraiment ce qu'il laisse paraître. À une époque où l'illusoire est plus alléchant et fascinant que la réalité, ce roman laisse entrapercevoir quelques réflexions plutôt intéressantes sur la beauté et les faux-semblants qui doivent prendre le pas sur le tangible. Si j'ai énormément apprécié cet aspect de l'intrigue, son rythme ultra entêtant et son atmosphère à la fois mystérieuse et interpellante, il m'a manqué un degré supérieur d'intensité pour totalement me prendre au jeu. En effet, même si Camélia est une héroïne forte et combative, je l'ai trouvé assez têtue et parfois trop aveugle pour m'attacher à elle au maximum. J'ai trouvé certains des protagonistes qui gravitent autour d'elle bien plus expressifs, crédibles et fouillés qu'elle et, partant de là, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche. Fort heureusement, les rebondissements qui peuplent cette histoire permettent de lui conférer une force certaine qui me laisse avide de connaître la suite des aventures des Belles.

Dès les premières pages, je me suis senti embarqué dans un univers ultra coloré, ultra excitant et ultra novateur. Les mots de l'auteure possèdent véritablement "le truc" qui nous permet de visualiser, autant que faire se peut, le monde qu'elle projetait en couchant ses pensées à l'écrit. Le monde d'Orléans est absolument fascinant, regorge de secrets et déborde d'un attrait qui émane pratiquement du livre. J'avais vraiment envie de m'enfoncer, aux côtés de Camélia, au cœur de ces rues, ces paysages et ces pièces magnifiques qui s'articulaient petit à petit derrière mes rétines. La plume de Dhonielle Clayton est hyper satisfaisante et parfaitement maîtrisée. Les descriptions ne manquent de rien et ne tombent pas dans le surplus inutile. On croit, sans aucune peine, à tout ce qu'elle nous expose et c'est un véritable ravissement.

Derrière ce lieu fait d'opulence et de luxe se cachent de terribles mystères qui, lorsqu'ils nous sont exposés, s'avèrent être d'énormes révélations. Tout au long de notre lecture, on sent bien qu'il y a un malaise qui s'amuse à nous étreindre de plus en plus sans jamais se dévoiler totalement. J'ai tellement aimé cet élément-clé du récit. Le climat est envoutant tout en étant, de façon sous-jacente, anxiogène au possible, presque inquiétant. Si Camélia met plus de temps que le lecteur à le comprendre, on saisit pourtant qu'il y a quelque chose de malsain qui est tapi et rôde derrière la beauté illusoire et omniprésente.

C'est d'ailleurs pour cela, comme dit précédemment, que j'ai eu du mal à me connecter à son personnage et à croire en certaines de ses émotions. Certes, Camélia est une badass, une héroïne au caractère bien tranché qui sait ce qu'elle veut et qyu est prête à tout pour les personnes auxquelles elle tient. C'est un aspect indéniable de sa personnalité qui m'a touché et qui, je l'espère, sera approfondi et encore amélioré dans la suite de la saga. Néanmoins, alors que certaines réponses sont presque littéralement sous ses yeux, elle s'enfonce, parfois, dans une spirale de questionnements inutiles ou superficiels qui m'a assez frustré. Sa sensibilité, qu'elle utilise majoritairement à bon escient, tend malheureusement vers l'aveuglement et elle se laisse alors dissiper trop facilement. Le cœur prenant le pas sur la raison, certaines de ses réactions m'ont déplu ou m'ont semblé de trop. Cependant, à l'approche des derniers chapitres, elle semble être plus réfléchie et mature et j'espère qu'elle conservera cette personnalité bien plus intéressante et supportable à l'avenir.

SUITE : https://motsdejo.wordpress.com/2018/04/09/les-belles-t-1-les-belles-dhonielle-clayton/

par Jordan
La Sélection, histoires secrètes : La Reine & la Préférée La Sélection, histoires secrètes : La Reine & la Préférée
Kiera Cass   
J'ai adoré découvrir l'histoire de la reine Amberly et du prince Clarkson et aussi celle de Marlee et Carter.
On comprend mieux comment Clarkson a pu devenir violent envers Maxon quand on voit son passé et le comportement de ses parents.
Quant à Carter et Marlee j'ai adoré voir le début de leur histoire, ce qui c'est passé dans les "coulisses" en quelques sortes, et tout ce qu'a fait Maxon pour les aider.
Ce livre est tout simplement du pur plaisir !

par magalie91
La Sirène La Sirène
Kiera Cass   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/03/17/the-siren-kiera-cass/

J’étais vraiment très emballée par ce nouveau roman de Kiera Cass après avoir beaucoup aimé la série La Sélection. Ce livre est un one shot, c’est-à-dire qu’il n’y aura pas d’autre tome. Il ne constitue pas une série. Kiera Cass explique que ce récit avait été repoussé à l’époque par les maisons d’édition qui lui ont proposé un contrat uniquement après leur avoir présenté La Sélection. (je me demande bien pourquoi !)

Ce roman m’a tout de suite donné envie de par son résumé promettant une histoire originale avec la plume de Kiera Cass mais aussi de par sa couverture absolument magnifique et j’avoue ne pas avoir pu attendre novembre 2016 pour me jeter dessus.

Pour ceux qui hésiteraient à se le procurer en anglais, sachez que sa lecture est fluide et relativement facile. Je n’ai eu aucun difficulté à suivre l’histoire dans les moindres détails.

Nous suivons donc Kahlen, jeune fille transformée dès les premières pages en sirène. Avec ses sœurs sirènes Elizabeth et Miaka, elles ont une seule et horrible mission : nourrir l’Océan pour lui permettre de continuer à exister, sauvant alors le Monde entier.

Kahlen est une jeune fille très obéissante, prudente, j’irais même jusqu’à dire résignée au début du récit. Un tantinet rêveuse, ça n’est pas parce qu’elle se plie aux règles de l’Océan qu’elle n’ose pas rêver sa vie d’après ses cent ans au service de celle-ci. (l’Océan est ici présentée comme étant une entité féminine)
Alors qu’elle endure le rôle de sirène depuis environ 80 ans, elle rencontre Akinli, un jeune homme intelligent et attachant. J’ai beaucoup aimé Akinli qui est une personne très réfléchie et aux nombreuses facettes. (un genre de prince charmant ultra compréhensif)
Elizabeth et Miaka sont les soeurs sirènes de Kahlen. La première est la rebelle du groupe alors que la deuxième a une âme d’artiste extraordinaire. J’ai globalement apprécié ces deux personnages qui se montrent très solidaires avec Kahlen. Toutes les 3 sont attentionnées, compréhensives et attentives. Je trouve que le mot « sororité » est parfaitement adapté au groupe des sirènes qui se comportent effectivement comme de véritables sœurs entre elles.

De plus, fait important à souligner, Kahlen aime les livres !

Kiera Cass réinvente totalement le mythe des sirènes. Ne vous attendez pas à des queues de poissons ou des désirs de sortir de l’Océan comme dans le dessin animé La petite sirène. Ici, les sirènes vivent parmi les humains, marchant sur leurs deux jambes. Cependant, leur voix étant mortelle pour ceux-ci, elles se doivent de rester muettes pour garder le secret de leur existence. Pour communiquer avec les autres, elles sont donc parfois amenées à devoir écrire et j’ai trouvé cela très bien que ces passages écrits par Kahlen dans l’histoire soient également d’une police autre, simulant une écriture manuscrite, dans le livre.
J’ai aussi beaucoup aimé la personnification de l’Océan qui est désignée par » She » (« Elle ») et donc comme entité féminine et qui est décrite comme ayant une relation très intime, surtout avec Kahlen, comme s’il s’agissait de sa propre mère. D’ailleurs, l’Océan prend toujours une majuscule dans le récit tout comme les prénoms « La » désignant. J’ai trouvé que ça marquait le respect éprouvé devant cette entité décrite comme soutenant le monde à bout de bras.

Le résumé met beaucoup l’accent sur une certaine romance entre Kahlen et Akinli et pourtant, celle-ci est très loin d’être au premier plan. Vous ne tomberez pas dans la niaiserie avec The Siren. J’ai trouvé la romance bien amenée, pas trop rapide et surtout pas irréaliste. Kiera Cass met surtout l’accent sur le monde des sirènes, sur le fonctionnement de celles-ci et de l’Océan; et non pas sur la romance en elle-même qui passe totalement au second plan.

J’ai trouvé l’évolution de Kahlen au fil du récit vraiment très intéressante. Je la sentais plutôt éteinte au début du roman, comme en pilote automatique, comme si elle ne vivait pas réellement et ne faisait que suivre les règles. Sa rencontre avec Akinli la fait devenir une entité singulière, fait émerger une personnalité qui lui est propre et la fait vivre à nouveau. J’ai eu l’impression qu’elle se réveillait d’un long sommeil, qu’elle s’était mise en veille pendant 80 ans. Elle évolue cependant par la suite plutôt brutalement, comme si elle se rendait enfin compte du cauchemar que constitue sa situation actuelle. Son caractère change beaucoup.

Plusieurs formes d’amour sont développées dans ce roman. On a au premier plan l’amour fraternel, entre les soeurs sirènes mais aussi l’amour filial, entre l’Océan et les sirènes. La romance est vraiment au dernier plan.
L’attachement de Kahlen à sa famille formée par ses sœurs sirènes et sa mère Océan est très fort.

Comme je l’ai dit précédemment, l’intrigue se déroule vraiment en dehors de la romance, au sein même du mythe revisité des sirènes. J’ai adoré m’immiscer dans cet univers et mieux comprendre le fonctionnement et la vie de ces créatures. The Siren met en avant le thème de la différence et de l’envie de vivre comme les humains, tout comme on pouvait déjà le voir dans La petite sirène de Disney.
D’abord présentées comme extraordinaires et sans réelle faille, j’ai apprécié en découvrir finalement certaines avec Kahlen.

J’ai été personnellement très émue par le dénouement et la fin du livre, quitte à verser ma petite larme. J’ai trouvé que c’était une très belle fin et que les réflexions et actes de chaque protagoniste étaient très touchants.
Il y a un bon suspense, je n’avais pas tout deviné avant la fin.

En conclusion, The Siren est évidemment un livre que je vous conseille car malgré le fait qu’il était en anglais, je n’ai clairement pas pu le lâcher et l’ai dévoré en quelques jours. J’ai vraiment eu l’impression de lire un conte de fées très atypique qui m’a tenu en haleine et m’a beaucoup touché. J’ai aimé le fait que la romance ne soit pas au premier plan et que les différents types d’amour soient tous bien mis en avant avec des liens très forts entre les personnages.
J’ai clairement adoré et j’en redemande ! Il s’agit là d’un vrai coup de coeur pour moi !
Je vais vraiment continuer à suivre Kiera Cass de très près !

par Mayumi
Jane Eyre Jane Eyre
Charlotte Brontë   
Très joli roman. J'ai beaucoup aimé. Charlotte Brontë n'est pas tout à fait dans le même registre que Jane Austen car Charlotte a un univers beaucoup plus sombre que Jane

par marjolen7
Origine, Tome 1 : Étoile noire Origine, Tome 1 : Étoile noire
Jennifer L. Armentrout   
Alerte au déluge à venir de coup de cœur.
Si vous avez aimé d'une pure folie la saga Lux de J. L. Armentrout, attendez-vous à ressentir la même chose pour ce spin-off.

Qui aurai pu penser que J. L. Armentrout allait nous proposer une suite à l'univers de Lux mais avec le personnage de Luc et celui de la mystérieuse Evie ? Si on m'avait posé la question il y a trois ans de cela, je n'aurais même pas envisagé cela possible une seule seconde. Je pensais vraiment que l'auteure avait mis un point final à son histoire et qu'elle allait partir sur de nouveaux horizons. Alors imaginez ma surprise quand j'ai appris la nouvelle. Je remercie J. L. Armentrout de prendre autant à coeur l'intérêt que pouvait avoir cette saga sur ces lecteurs et de lui avoir donné un second souffle. Elle parvient sans aucun problème à relancer son intrigue ,et cela m'a donné l'impression de n'avoir jamais quitté l'univers de Lux qui m'avait tant marqué.

Et ce spin-off, Origine, s'inscrit parfaitement dans la continuation de la saga Lux comme si c'était une évidence et comme si elle avait été toujours au programme. Même si j'avais beaucoup de mal à me souvenir de certaines choses, cela n'a pas empêché que le mystère entourant ses éléments ne m'a pas non plus bloquée. Je me suis remise dans le contexte dès la première page. Au final, j'ai tellement aimé cette suite que je ne pourrais même pas choisir qui de Lux ou de Origine à ma préférence. Ce premier tome a tellement été bien plus que addictif ou captivant, il m'a rendu complètement accro au point que j'aurais pu le terminer sans aucun problème en moins de vingt-quatre heure si j'avais été en congé. Autant vous le dire, le commencer, c'est ne plus le lâcher.

L'histoire se déroule quatre ans après l'invasion extraterrestre. Une grande majorité des Luxen survivants ont été enregistré par le gouvernement afin de pouvoir assurer la protection des humains. Evie Dasher, qui ne garde pas beaucoup de souvenirs de cette tragique période, décide de se rendre au Foretoken pour accompagner sa meilleure amie. C'est dans cette boîte de nuit où se mélange Luxen et humain qu'elle va faire la rencontre de Luc, un jeune homme qui se dit être ni Luxen ni humain, et qui semble vouloir a tout prix se rapprocher d'elle. C'est à partir de ce moment que sa vie change radicalement et qu'elle prend conscience que la cohabitation entre Luxen et humain est de plus en plus instable.

Ce spin-off nous propose une intrigue tout aussi plaisante que celle de Lux, et dans laquelle nous retrouvons vraiment la même ambiance. L'histoire ne s'essouffle pas une seule seconde, et c'est ce qui donne envie de tourner les pages sans compter les heures. Les personnages ne nous sont pas tous inconnus puisque Luc avait fait des apparitions dans Lux, mais aussi parce que nous retrouvons quelque fois Daemon ou encore Archer. En ce qui concerne l'héroïne, Evie, j'avais l'impression d'avoir quelque chose qui m'échappait sur elle parce que son nom de famille me disait quelque chose.

Luc est un personnage masculin comme je les aime. Il a du caractère, et combien il peut avoir une réputation dangereuse, on se sent irrésistiblement attiré par lui. Et d'ailleurs, quand on apprend à le connaître, on se rend compte compte qu'il a non seulement du charme mais une histoire touchante. En clair, j'en ferais bien mon quatre heure. Evie est quant à elle une héroïne attachante. Bien qu'elle soit assez effrayée de rencontrer des Luxen à cause de tout ce qu'elle a pu entendre, j'ai aimé le fait qu'elle puisse remettre en question la perception qu'elle pouvait avoir d'eux en comprenant qu'ils n'étaient pas tous mauvais. J'ai eu aussi beaucoup de peine pour elle quand elle apprend une certaine vérité et qu'elle a beaucoup de mal à y faire face. Je comprends sa réaction, qui bien qu'elle puisse paraître excessive est compréhensible parce que c'est loin d'être facile à accepter.

J'ai aussi beaucoup aimé les nouveaux personnages, que ce soit Heidi, Emery, Zoe, Grayson, Kent ou encore Connor. Ils apportent tous quelque chose à l'intrigue.

Tout cela pour dire que ce spin-off est une grande réussite et qu'il me tarde de lire la suite. J'espère juste que ce second tome ne prendra pas trop de temps à paraître parce que j'ai vraiment envie de connaître le mystère entourant les dernières paroles d'un certain personnage. Et j'ai encore plus hâte de pouvoir retrouver Luc et Evie ensemble, parce que c'est deux là m'ont bien fait frôler la crise cardiaque à plusieurs reprises.
Elia, la Passeuse d'Âmes - tome 3 : Saison Chaude Elia, la Passeuse d'Âmes - tome 3 : Saison Chaude
Marie Vareille   
http://www.my-bo0ks.com/2019/02/elia-la-passeuse-d-ames-tome-3-saison-chaude-marie-vareille.html

Souvenez-vous, il y a un peu plus d'un an, à la lecture du second tome j'avais plus que hâte d'avoir ce troisième et dernier tome d'Elia la passeuse d'âmes. Et puis quand je l'ai finalement eu entre mes mains, en décembre dernier, j'ai eu l'envie de le lire immédiatement, dans le salon, parce que avouons-le, ce troisième tome s'annonçait tout simplement génial. Finalement, en rentrant chez moi, j'ai préféré attendre un peu pour éviter d'être trop excitée à l'idée de le poursuivre et d'avoir finalement trop d'attentes. Deux mois plus tard, j'ai commencé Saison chaude et je dois dire que j'ai vraiment beaucoup aimé !

Pour ceux qui auraient l'appréhension de ne plus se rappeler trop de l'histoire et de ses moments clés, pas d’inquiétude, notre chère Marie Vareille pense à tout. Un récapitulatif en début de tome et des infos clés sur les personnages. Ajouté à cela de bref rappels en cours de lecture et le tour est joué. Vous l'aurez compris, on se replonge facilement dans ce troisième tome d'Elia la passeuse d'âmes.

Je dois l'avouer, les cent à cent cinquante premières pages m'ont paru assez longues. Pour la simple et bonne raison que nos personnages principaux se croyaient tout deux morts... Surtout Sol. Du coup, ils sont chacun de leur côté et j'avoue avoir attendu avec impatience leurs retrouvailles. Il faut dire qu'ils passent déjà le second tome de cette façon alors leur petit duo me manquait cruellement.

Fort heureusement, passé ce début, j'ai ensuite retrouvé tout ce que j'aimais dans les deux premiers tomes. Il faut dire que Marie Vareille n'hésite pas à nous en mettre plein la vue. Rebondissements, révélations, retournements de situations, préparez-vous, le lecteur ne pourra pas s'arrêter avant de l'avoir fini. Et c'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé pour moi.

Dans ce troisième tome, Saison froide, j'ai apprécié en apprendre plus sur les personnages. Pas seulement Elia et Sol. On découvre vraiment plus de choses sur les autres. Je pense notamment à Arhia, Alek, Tim ou encore Max. J'ai trouvé d'ailleurs intéressant de voir que les personnages secondaires ne jouaient pas simplement un rôle de figurant dans l'histoire mais sont de réels acteurs de la tournure des événements. Car finalement, c'est les actes de chacun qui donne ce résultat. Nos deux héros sont comme pour les précédents tomes aussi courageux, attachants et suffisamment mignons tous les deux pour nous donner envie de les voir enfin réunis.

Arrivée vers la fin de ma lecture, je m'attendais vraiment au pire. Vous savez, comme cette sensation indescriptible qui vous dit que quelque chose va mal se passer. Il faut dire que les pages défilaient encore plus vite (moi, pressée de savoir la conclusion ?), la tension était à son comble et je me demandais comment Marie Vareille voulait achever son histoire.

Autant vous dire que vous serez surpris. Moi-même je l'ai été et je ne m'attendais vraiment pas à ça. Les derniers bouleversements de l'histoire arrivent très vite et nous laisse totalement sur le c*l. Vous l'aurez compris, c'est une fin à laquelle on ne s'attend pas et surtout assez rapide pour nous lecteurs. Je crois que finalement, même en sentant venir, je n'y étais pas préparée. Mais est-on vraiment préparé à finir une trilogie aussi géniale ?

En conclusion, malgré son début assez lent, la suite et surtout la fin m'ont totalement convaincue. J'ai apprécié ces multiples retournements de situations et ces révélations. Je n'avais pas envie de quitter les personnages et pourtant, en tournant la dernière page, j'étais heureuse d'en connaitre l'issue. Je ne peux donc que vous conseiller cette trilogie, écrite par la talentueuse Marie Vareille.

par Carole94P
  • aller en page :
  • 1
  • 2