Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de clarenceglyndon : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Deux petites filles en bleu Deux petites filles en bleu
Mary Higgins Clark   
Il y avait longtemps que je n'avais plus lu un livre de Mary HIGGINS CLARK qui était pourtant mon auteur fétiche pendant mon adolescence. Mais depuis j'ai découvert le thriller plus noir avec Maxime CHATTAM, Jean-Christophe GRANGE ou encore Douglas PRESTON & Lincoln CHILD et donc les MHC me paraissaient un peu fades.
Pourtant, on rentre directement dans le vif du sujet avec l’enlèvement des jumelles, les vraies/fausses identités des ravisseurs et les portraits parfois un peu troubles des parents et de leur entourage. Seul le cerveau de l'histoire reste dans l'ombre.
Le lien si fort et si particulier entre ces deux petites filles m'a réellement intrigué pendant tout le livre. Il est même parfois presque étouffant .
Une fin étonnante et captivante !
Même si ce n'est plus le genre de thriller que j’apprécie, j'ai passé un bon moment avec ce récit.

par Kalea
Mansfield Park Mansfield Park
Jane Austen   
Mansfield Park long ? Je suis pourtant certaine de l'avoir lu d'une seule traite, sans même voir les chapitres passer ! Ce livre est d'une rare élégance (comme tous les livres de l'auteur en fait).

par genova
Sanditon Sanditon
Jane Austen    Marie Dobbs   
Une suite que j'attendais de lire avec impatience, et je remercie le Livre de Poche pour cette réédition.

Ce roman est tout d'abord l’œuvre de Jane Austen, mais malheureusement elle n'a pu le finir. Une autre auteure, Marie Dobbs, a décidé de se lancer et nous propose une histoire vraiment sympathique.

Je n'ai pas souhaité faire attention à la transition, et je n'ai toujours pas regardé. Je m'en suis rendu compte car j'avais déjà lu le roman inachevé et cela ne m'a pas perturbé.

En ce concerne l'écriture, certaines expressions ou tournures m'ont parues un peu difficile à comprendre alors même que j'adore ce style. Mais mis à part ça, l'histoire est très bien ficelée, tous les personnes de Jane ont été utilisés et les péripéties sont passionnantes. L'intrigue est tenue jusqu'au bout, digne de Jane Austen.

J'ai vraiment beaucoup aimé me replonger dans l'univers austinien et je le recommande à tous sincèrement !




par Gwen33
Persuasion Persuasion
Jane Austen   
Ce livre va vite rejoindre Orgueils et Préjugés et Raison et Sentiments sur le piédestal de mes livres préférés !
L'histoire d'amour change agréablement, on sent la tension entre les deux personnages bien qu'ils se parlent à peine, on sent tous leurs regrets, leur rancœur ...
Jane Austen utilise son humour pour faire ressortir Anne (l'humour d'Austen hein, pas d'Anne). Bref, des personnages agaçants mais drôles pour la plupart, et deux personnages principaux absolument géniaux.
Bon je m'autorise une parenthèse hystérique : WENTWOOOORTH !!
Ça y est j'ai fini !

par Cazolie
Illusions mortelles Illusions mortelles
Charlotte Link   
Prenant : Laura, sans nouvelle de son mari parti faire du bateau avec son meilleur ami, le recherche et, en fouillant dans ses affaires, découvre une cruelle et triste vérité. Puis son mari est retrouvé mort... Encore une fois C. Link nous fait partager la vie d'une multitude de personnages en lien ou non avec l'intrigue. L'histoire est prenante même si on découvre assez rapidement l'identité de l'assassin.

par Folize
Entretien avec le diable Entretien avec le diable
Olivier Barde-Cabuçon   
Devoir attendre toute une année avant de pouvoir retrouver des personnages qui nous sont devenus chers, c'est frustrant, difficile, voir carrément de la torture mentale. Bon j'exagère un brin, mais tout de même, on se rend compte combien ils nous ont manqué dès la lecture des premières lignes. On ressent une sorte de soulagement salvateur et on n'a guère envie de dévorer le tome que l'on a entre les mains (même si en fait, on n'attend que cela) tant on redoute de nouveau de devoir les quitter encore une fois.

Bon, savourons déjà notre plaisir de retrouver le moine et le commissaire aux morts étranges lors de leur trajet retour depuis Venise qui évidemment ne pouvait se passer simplement. Comment des personnages aux destinées extraordinaires pourraient voyager de manière ordinaire. Il faut toujours que leur chemin croise quelques mystères ou énigmes.

Si j'ai déjà évoqué le fait que le moine m'a souvent fait penser au personnage principal du roman « Au nom de la rose », je puis dire que cette fois le rapprochement est encore plus évident. Frère Guillaume, voilà un nom qui résonne dans ma mémoire et que j'associe très évidemment à celui de Guillaume de Baskerville. Et que dire de l'abbaye ? Sans parler des autres mystères qui se multiplient dans ce petit village. L'ambiance est parfaite tout y est bien noir, sombre et diabolique. Brrrrr pas vraiment le genre de petit village où l'on aurait envie de s'arrêter longuement que ce soit au XVIII ème ou même de nos jours.

Volnay est amoindri physiquement, mais cette faiblesse passagère lui ouvre un large passage vers des ressentis plus aigus et une acuité plus fine encore. Ses blessures à l'âme l'aiguillonnent également. Bref, il n'en devient que plus fort encore et on aime cela. Comme tous les protagonistes, il n'est point parfait ou infaillible, mais il apprend beaucoup de ses erreurs ou expériences de la vie. Il souffre, il pose un genou à terre et se redresse peu à peu.

En finalement peu de temps, il va s'en passer des choses. On n'aura pas le temps de s'ennuyer ! Les pages se tournent, encore et encore...
Parfois, on se croirait dans un des opus "L'exorciste" ou encore "La bête du Gévaudan", "Le pacte des loups"... C'est grâce à l'écriture de l'auteur qui reste ultra visuelle et qui plonge le lecteur dans un long métrage crée par son imaginaire et le support fournis par l'écrivain.

Ce dernier laisse une fois encore une place de choix aux femmes. C'est tout sauf fortuit. Il remet un certain nombre de pendules à l'heure si j'ose dire et sans être ultra féministe, il appuie là où il faut, ce que j'apprécie.

Comme toujours, cet épisode dans la saga des enquêtes du commissaire aux morts étranges et du moine hérétique est fort bien écrit, documenté et complet. On regrette juste de devoir attendre une année complète avant de découvrir la suite, mais ce laps de temps est nécessaire pour garantir cette qualité d'écriture.

par emeralda
Les ailes de l'ange Les ailes de l'ange
Jenny Wingfield   
un livre très dur, j'ai beaucoup aimé le livre, mais j'ai toujours un peu de mal lorsqu'on fait du mal au enfants, même dans le livre, je trouve cela tellement horrible... je suis un peu comme Toy 'personnage magnifique du livre) , je ne comprends pas comment on peu faire souffrir les enfants... Bref l'auteur aborde un sujet très grave avec les yeux des enfants. La maltraitance et un sujet important et très présent qui me touche beaucoup, j'ai donc dévoré ce livre en espérant une fin heureuse... je ne dirais rien, je vous laisse le soin de découvrir ce roman poignant, qui m'a beaucoup ému. Swan et Blade son des enfants très touchant, Bernice est toute a fait horrible dans le rôle de la belle sœur belle comme un coeur mais rien dans al tété... Sam et Willadee sont un couple charmant …. tout les personnages sont très présent, l'auteur nous entraine dans un méandre de sentiments a travers toute une famille ou aucun personnages ne prend le dessus, ils sont tous présent et nous font intégrer leur famille pour le meilleur et pour le pire...

C'est un très belle histoire, mais prévoyez des mouchoirs... beaucoup de mouchoir...

par bamby114
Miss Mackenzie Miss Mackenzie
Anthony Trollope   
Réjouissant ! C'est le premier ouvrage de cet auteur que je lis et j'ai adoré cette histoire. C'est mené sans temps morts, très bien écrit et très addictif. Le personnage de Margaret est très attachant et on retrouve dans ce roman deux des thèmes chers à Jane Austen : le mariage et l'argent. J'ai aimé la vénalité de la plupart de ceux qui entourent Margaret (mon dieu sa belle-soeur) mais aussi le côté "rédemption" qui s'offre à certains personnages. Lady Ball est juste parfaite, sous le même modèle que les pires mères (ou tantes) austenniennes. Au milieu de tout ce petit monde, on ne peut qu'admirer la droiture de Margaret qui n'en est pas pour autant passive : elle sait ce qu'elle veut et ne se laisse pas faire ! Ce personnage est juste parfait (ou presque ^^), moi qui craignait de lire l'histoire d'une "vieille fille timorée" j'en ai été pour mes frais. J'ai aussi adoré les interventions de l'auteur/narrateur et ses remarques en direction des lecteurs. De plus, même si les lieux sont pour la plupart "inventés" de toutes pièces (à moins que je ne me trompe) on reconnait fort bien les endroits réels qui les ont inspirés. J'ai aussi apprécié la manière dont il réussit "à manipuler" le lecteur et renverse au bout du compte ses jugements sur certains personnages (Mrs Stumfold)...


Ce que j'aime : je dirais... tout !


Ce que j'aime moins : et bien en fait, je ne trouve rien qui m'ait réellement déplu dans ce roman, si ce n'est que John Ball ne fait pas rêver


En bref : Un superbe roman victorien rempli de rebondissements et de personnages hauts en couleur !


Ma note


8,5/10

par JessSwann
La maison d'en face La maison d'en face
Roger Judenne   
Quand il était petit, c'est toujours Georges qui allait chez les Fontanaie. Chaque soir, il rentrait avec une moustache crémeuse et des joues qui sentaient le lait cru en disant : "J'ai fait le veau." Sur le chemin du retour, il buvait de grandes lampées à même la laitière et l'arrondi du bord, trop grand pour sa petite bouche, déposait des traces blanches presque jusqu'aux oreilles. Le père riait tandis que Clémentine grondait qu'il n'en restait plus assez. Souvent, quand il en avait trop bu, il retournait faire un câlin à Jeanne pour qu'elle lui remplisse la laitière. Tout le monde faisait mine de ne rien savoir et de garder le secret, mais tous riaient de ces moustaches blanches et de ce goût de lait chaud sur les joues du gamin.
Clémentine pose la laitière sur la pierre de l'évier. Pendant que le lait bout, elle revient vers le fond de la cuisine et ouvre la lucarne pour voir où en sont ses lapins. En faisant ce geste, une fois sur deux, elle oublie qu'elle a mis une casserole sur le feu et le lait se sauve.

Le chien jaune
La rivière aux secrets La rivière aux secrets
Michel Verrier   
Et puis, survint l'accident de Valentine.
Si ce terrible coup du sort ne s'était pas abattue sur leur ferme du Thel, la vie des Mathieu, bien que faisant l'objet de convoitises parfois malsaines, aurait été paisible et belle dans ce coin de montagne aux pentes douces où l'herbe semblait plus verte qu'ailleurs, à l'ombre des grands sapins et des bois des châtaigniers.
Les chèvres étaient prolifiques, les brebis, bonnes laitières et les agneaux, gras. La chèvrerie des Mathieu avait été prolongée par deux autres bâtiments. Sylvère et son frère Paul avaient bâti une bergerie deux fois plus grande que l'ancienne étable de leur père.

Chapitre I. Le troupeau sur l'estive