Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de clarenceglyndon : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
De la naissance des dieux à la naissance du Christ : une interprétation des récits de la nativité de Jésus d'après la psychologie des profondeurs De la naissance des dieux à la naissance du Christ : une interprétation des récits de la nativité de Jésus d'après la psychologie des profondeurs
Eugen Drewermann   
Cet ouvrage sur la nativité de Jésus est la meilleure introduction à la méthode de Drewermann pour interpréter, avec la «psychologie des profondeurs», les grands textes et problèmes religieux. Pour accéder de façon neuve à la naissance et à l'enfance de Jésus racontées dans l'évangile de Luc, il les relie à l'héritage des mythes égyptiens et grecs qui racontent la naissance divine d'un homme (Pharaon) ou la naissance humaine d'un sauveur divin (Asclepios, le dieu grec de la médecine). Drewermann estime que là, plus que dans l'Ancien Testament, il faut chercher la source et le sens de ces récits, du merveilleux qui les entoure. En réintériorisant les symboles et les mythes de la naissance de l'homme-Dieu, les «archétypes» universels des naissances extraordinaires, l'homme ordinaire peut redevenir lui-même et réconcilier en lui-même la raison et le sentiment, le conscient et l'inconscient, l'enfant qu'il demeure dans l'adulte qu'il est devenu, le divin et l'humain qui sont présents en tout fils de Dieu.

par Sanayael
Félix ou le livre des merveilles Félix ou le livre des merveilles
Raymond Lulle   
Heur et malheur de l'Emmerveillé.
le premier grand roman moderne européen.

Ecrit à Paris à la fin du XIIIe siècle, Felix ou le Livre des Merveilles est un roman philosophique d'une grande modernité.
Son héros, le jeune Félix, est envoyé en pérégrination à travers le monde par son vieux père afin d'évaluer la distance qui sépare la doctrine reçue au cours de son éducation de la réalité du monde.Félix vagabonde à travers les forêts, trouve refuge dans des grottes, médite près des vaches, visite des châteaux, prie dans des ermitages, s'entretient avec des courtisanes, des veuves et des mendiants.
Conscience innocente, sensible, souvent douloureuse, notre héros évolue au milieu de l'injustice du monde.Son itinéraire s'accompagne d'une série de contes exemplaires qui illustrent son enseignement.
En dix chapitres: Dieu, anges, ciel, éléments, plantes, métaux, bêtes, homme, paradis, enfer, Lulle reflète le monde divin ou l'homme du XIIIe siècle est plongé.
au sein de ce roman initiatique, véritable voyage d'une formation intellectuelle et spirituelle, Lulle forge une critique sociale aux dépens des puissants: princes, prélats, riches bourgeois.
Encyclopédie enflammée de l'amour de Dieu et des hommes, Félix est le plus littéraire de ses livres.
Psychanalyse des contes de fées Psychanalyse des contes de fées
Bruno Bettelheim   
On y découvre les grands messages des contes et l'importance de ces contes aux yeux et aux oreilles des enfants. Mais, ne serait-ce pas une forme d'endoctrinement, mesdames ? Vous qui avez été dans l'attente du fameux prince charmant ? Rhhhooo...
Les possessions diaboliques Les possessions diaboliques
Roland Villeneuve   
Les monographies abondent sur le sujet des possessions, et l'on peut affirmer que peu d'états psychopathologiques ont fait couler autant d'encre qu'elles. Les grandes affaires : Aix-en-Provence (1609-1611), Loudun (1634), par exemple, furent au siècle dernier passées au crible de l'analyse scientifique. Il en résulta des publications truffées d'érudits commentaires.
Mais à notre connaissance, aucune étude d'ensemble ne devait examiner le phénomène sous les trois angles convergents de l'histoire, de la théologie et de la médecine. Notre ambition fut justement de réaliser cette synthèse en utilisant, selon un plan thématique, les sources d'information les plus diverses : manuels de démonologie, autobiographies de possédés, comptes rendus de procès, ouvrages médicaux, etc. De la combinaison de ces éléments -et de cette seule combinaison- peuvent naître toutes sortes de réflexions qu'un travail purement chronologique serait, semble-t-il, bien incapable de susciter. On ne trouvera donc pas ici, et pour la centième fois, le récit attristé de la vie d'Urbain Grandier ou les mémoires scandaleux des Sorcières de Salem. En revanche, nous citerons, aussi souvent que possible, des extraits de textes anciens et les irremplaçables confessions d'énergumènes que l'on souhaiterait plus nombreuses. Les lettres du père Surin et l'autobiographie de soeur Jeanne des Anges apparaissent à cet égard d'un immense intérêt. Cela ne signifie évidemment pas que nous négligerons pour autant les exemples contemporains, bien au contraire...
C'st par l'examen de la continuité temporelle et morale des manifestations possessives que notre étude débutera. Nous essaierons ensuite de bien délimiter les possessions par rapport aux tentations et aux obsessions qui constituent fréquemment notre lot quotidien. Puis nous passerons en revue les différents types de possessions qui suivant l'optique adptée, ethographique ou rigoureusement catholique, revêtent les apparences de la provocation ou celles d'inspirations infernales. Une fois les possessions diaboliques bien définies, nous en déterminerons les causes et en recenserons les manifestations contagieuses. L'exorcisme retiendra ensuite notre attention, et un dernier chapitre traitera du caractère réel d'un phénomène dont l'origine se perd dans la nuit des temps.
L'ouvrage comportera enfin une bibliographie et des pièces annexes où figureront des textes provenant de sources peu connues ou difficilement accessibles.

Avant-propos
Les secrets de famille Les secrets de famille
Martine Lani-Bayle   
Si la signification d'un événement peut échapper à un enfant, il en perçoit néanmoins la portée tragique ou heureuse. c'est ce qui fait qu'il n'est pas dupe de ce qui lui est tu ou caché. (...) " Un enfant a une connaissance immédiate de tout, écrit Christian Bobin. Ce qu'on lui tait, il l'entend. ce qu'on lui cache, il le voit. Cette connaissance de l'invisible; il l'exerce partout, pour tout. " Cette forme de compréhension est spontanée et antérieure aux mots, mais si certains pensent que cela va sans dire, cela va en général mieux en le disant, car cette saisie, pour intuitive qu'elle soit, aura besoin des mots pour s'exprimer, s'articuler de façon narrative et ainsi se situer, au sein du creuset d'histoires fournies par la culture. Parfois pourtant les mots font défaut ; d'autres alors sont imposés, pour tenter de détourner de ce qui s'est produit, ou bien ils sont carrément interdits, barrés, proscrits, ce qui peut occasionner un véritable trafic de mémoire, celle-ci étant, dans l'opération, modifiée, falsifiée, ajustée, accommodée.

Chapitre 2
La scordatura : ce qui est mal dit
Psychothérapie de Dieu Psychothérapie de Dieu
Boris Cyrulnik   
Que l’extase soit déclenchée par une substance comme le peyotl ou la cocaïne ou par une représentation surhumaine, l’émotion est si intense qu’elle retentit sur le cerveau. Il suffit de parler pour activer un réseau de neurones temporaux à gauche, il suffit de regarder une image pour que la zone occipitale qui traite les informations visuelles consomme de l’énergie, et quand l’émotion est forte, c’est le circuit limbique qui est activé. Mais l’action d’une substance est immanente, car la drogue n’a pas besoin de sens pour déclencher une émotion, alors qu’une représentation provoque un sentiment qui a des effets plus durables que ceux d’une drogue.

par Blablaude
Encyclopédie des anges, des archanges et des anges rebelles Encyclopédie des anges, des archanges et des anges rebelles
Pierre Manoury   
Cet ouvrage est un guide très complet d'angéologie pratique avec les tables pour identifier votre ange personnel et les méthodes pour invoquer celui ou ceux dont vous avez besoin. Ce livre vous apprendra même l'ex­traordinaire technique de fixation d'un ange dans un Beth'el ou maison dieu, interface avec le milieu divin. La somme opérative de l'angéologie !
Vous découvrirez ici les rituels authentiques des différentes traditions, la description de plusieurs centaines d'anges avec leurs sceaux et signatures et les invocations spécifiques de la kabbale, de la tradition chrétienne et des coptes d'Egypte. Y figurent les premiers « Apkallus » des Sumériens, aux anges et archanges, en passant par les anges de la Nature, des arbres et des animaux, sans oublier Lilith et les anges rebelles.

Pierre Manoury écrit depuis plus de 35 ans sur différentes traditions : hindouisme, chamanisme, magies égrégoriques, énergétique personnelle et spirituelle, préparation à la méditation, Mantra yoga, ésotérisme pratique...Il anime depuis les années 80 des séminaires sur ces différents thèmes et poursuit son enseignement dans l'océan Indien.Ecrivain, journaliste, scénariste et photographe, pratiquant la méditation depuis 30 ans, c'est l'un des derniers "initiés inspirés" assurant la transmission orale avec exactitude et qualité.


par Debby
L'écorce et le noyau L'écorce et le noyau
Nicolas Abraham   
Entre 1959 et 1975, Nicolas Abraham (1919-1975) et Maria Torok (1925-1998) ont transformé la pratique de l'écoute en psychanalyse. Portés par le seul désir d'éclairer, coûte que coûte, les zones d'ombre de la souffrance humaine et d'étendre par là les limites de l'accueil de l'autre, les auteurs rejettent toute notion de conflit-type d'ordre universel, portant leur intérêt vers les catastrophes, les hontes singulières – personnelles, familiales ou sociales – qui entravent le travail d'ouverture psychique. Seront ainsi inaugurés les concepts de secret de famille transgénérationnel, de deuil impossible, d'enterrement d'un vécu inavouable, d'incorporation secrète d'un autre, notions ayant toutes pour objectif de dessiner une clinique de la reconstruction de soi.

par kaminari
Entretien avec le diable Entretien avec le diable
Olivier Barde-Cabuçon   
Devoir attendre toute une année avant de pouvoir retrouver des personnages qui nous sont devenus chers, c'est frustrant, difficile, voir carrément de la torture mentale. Bon j'exagère un brin, mais tout de même, on se rend compte combien ils nous ont manqué dès la lecture des premières lignes. On ressent une sorte de soulagement salvateur et on n'a guère envie de dévorer le tome que l'on a entre les mains (même si en fait, on n'attend que cela) tant on redoute de nouveau de devoir les quitter encore une fois.

Bon, savourons déjà notre plaisir de retrouver le moine et le commissaire aux morts étranges lors de leur trajet retour depuis Venise qui évidemment ne pouvait se passer simplement. Comment des personnages aux destinées extraordinaires pourraient voyager de manière ordinaire. Il faut toujours que leur chemin croise quelques mystères ou énigmes.

Si j'ai déjà évoqué le fait que le moine m'a souvent fait penser au personnage principal du roman « Au nom de la rose », je puis dire que cette fois le rapprochement est encore plus évident. Frère Guillaume, voilà un nom qui résonne dans ma mémoire et que j'associe très évidemment à celui de Guillaume de Baskerville. Et que dire de l'abbaye ? Sans parler des autres mystères qui se multiplient dans ce petit village. L'ambiance est parfaite tout y est bien noir, sombre et diabolique. Brrrrr pas vraiment le genre de petit village où l'on aurait envie de s'arrêter longuement que ce soit au XVIII ème ou même de nos jours.

Volnay est amoindri physiquement, mais cette faiblesse passagère lui ouvre un large passage vers des ressentis plus aigus et une acuité plus fine encore. Ses blessures à l'âme l'aiguillonnent également. Bref, il n'en devient que plus fort encore et on aime cela. Comme tous les protagonistes, il n'est point parfait ou infaillible, mais il apprend beaucoup de ses erreurs ou expériences de la vie. Il souffre, il pose un genou à terre et se redresse peu à peu.

En finalement peu de temps, il va s'en passer des choses. On n'aura pas le temps de s'ennuyer ! Les pages se tournent, encore et encore...
Parfois, on se croirait dans un des opus "L'exorciste" ou encore "La bête du Gévaudan", "Le pacte des loups"... C'est grâce à l'écriture de l'auteur qui reste ultra visuelle et qui plonge le lecteur dans un long métrage crée par son imaginaire et le support fournis par l'écrivain.

Ce dernier laisse une fois encore une place de choix aux femmes. C'est tout sauf fortuit. Il remet un certain nombre de pendules à l'heure si j'ose dire et sans être ultra féministe, il appuie là où il faut, ce que j'apprécie.

Comme toujours, cet épisode dans la saga des enquêtes du commissaire aux morts étranges et du moine hérétique est fort bien écrit, documenté et complet. On regrette juste de devoir attendre une année complète avant de découvrir la suite, mais ce laps de temps est nécessaire pour garantir cette qualité d'écriture.

par emeralda
Façons de dire, façons de faire Façons de dire, façons de faire
Yvonne Verdier   
Un même fil parcourt, à Minot, la tresse que forment les propos, les gestes et les fonctions des femmes.
Il est fait des particularités de leur corps. Façons de dire et façons de faire se relaient et s'éclairent mutuellement pour dessiner une sphère de représentations et d'actions qui appartient en propre au monde féminin. Au cœur de ces représentations apparaît avant tout le rapport privilégié des femmes avec le temps, chacune en prend la mesure par la périodicité de son corps, alternance qui la relie aux grands rythmes cosmiques.
Les femmes et la lune battent la mesure du calendrier. Trois femmes : la couturière, la cuisinière, la femme-qui-aide. Trois fonctions : faire les jeunes filles et la mariée, faire les noces, faire les bébés et les morts. Trois techniques : coudre, cuisiner et laver. Trois moments de la vie : l'âge nubile, l'âge de la fécondité, l'âge de la ménopause. Jeux d'échos dont l'auteur a perçu la cohérence et qui, répercutant ce que l'on a coutume d'appeler propos de bonnes femmes, livrent une façon de penser.

par sapho
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3