Livres
554 080
Membres
598 923

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de clochette-tigrou : Ma PAL(pile à lire)

Biker Girls, Tome 1 : Biker babe Biker Girls, Tome 1 : Biker babe
Audrey Carlan   
http://www.lmedml.fr/2020/01/02/biker-girls-1-biker-babe-audrey-carlan/

Je n’avais clairement pas de grandes attentes vis à vis de cette lecture. Par contre, j’étais vraiment curieuse de découvrir l’univers des bikers made in Audrey Carlan. Le constat est sans appel, c’est une cruelle déception…

Démarrer 2020 sur une telle lecture est assez embarrassant, écrire cet avis l’est tout autant et pourtant j’éprouve le besoin de vous parler de mon ressenti vis à vis de ce premier opus. Qu’on se le dise, je m’arrête ici, je ne souhaite pas poursuivre la saga alors que ce début ne m’a pas du tout convaincue. Pire, il m’a rebuté à tel point que je ne sais pas si je ressens de la déception ou une pointe de colère en refermant ce livre.

*SPOILERS ALERT*
Je vais m’appuyer sur certains passages du roman pour expliquer mon ressenti, d’où le risque de spoilers.

Tout a bien commencé, avec la fierté de Shay d’ouvrir son propre magasin, Biker Babe est son univers et la preuve de son indépendance. Shay est une héroïne qui se dessine comme une femme forte et indépendante dans les deux premières pages du roman…

« – Je suis fier de toi, Princesse. Tu t’es bien débrouillée, ma fille. Ma petite fille est maintenant propriétaire de sa propre boutique. »

J’étais curieuse de découvrir cette jeune femme qui avait réussi à s’affranchir du statut de fille de président d’un club de biker… Hélas, ce fut une déconvenue car ce trait de caractère est très vite balayé par l’arrivé de Rex, le tombeur de Californie.

Rex est… très explicite dans ses pensées, sa rencontre avec Shay va bouleverser son… entre-jambe !

« Rien qu’en passant à moto devant sa boutique, son allure m’a déjà fait bander.

[…]

Si elle porte des sous-vêtements, je donnerais bien ma couille gauche pour les arracher avec mes dents. »

Alors, l’entrée en scène de Rex m’a laissé dubitative, et pourtant je suis tellement fan des bikers, mais là ce fut la douche froide. Clairement, Rex n’avait rien pour me plaire, et cela s’est confirmé page après page.

UN UNIVERS TRÈS MAL EXPLOITE !
Les bikers c’est ma came, je suis même accro ! Pour tout vous dire, j’ai lu de très bonnes sagas sur les bikers et même si je déteste comparer, je n’ai pas eu le choix ici tellement l’univers est mal exploité.

Je voulais vraiment qu’Audrey Carlan nous propose un univers novateur, et ça aurait pu le faire car certains détails sont intéressants, mais totalement éclipsé par cette mascarade amoureuse digne d’une télé-novella espagnole ou le mec baraqué aurait la voix d’une gamine de douze ans.

Quand Rex annonce à ses frères qu’il a revendiqué Shay pour être sa femme, j’ai cru que j’allais mourir de rire…

« Avec un engagement aussi déterminé que celui que je ressens au fond de mon âme, je prononce les mots qu’ils ont tous besoin d’entendre :

– J’ai demandé à Shay O’Donnell de devenir ma chérie. »

Problème de traduction ? Tu l’entends là le mec baraqué qui mesure 1m93 qui débite cette phrase devant 20 gars autour d’une table ? 20 bikers j’entends… Bref, j’ai déchanté très vite et ce fut une succession de scène qui m’ont donné les larmes aux yeux.

Le langage n’est pas tellement adapté à l’univers que j’ai cru que rien n’étais raccord avec l’ambiance d’un club de bikers. J’ai eu du mal à trouver les situations crédibles.

DU SEXE… ET ENCORE DU SEXE…
Sur un roman de 157 pages, difficile de ne pas tomber dans la surenchère de scènes érotiques, ce fut pourtant le cas ici. Nos héros ont un coup de foudre, ils couchent ensemble quelques heures plus tard et se promettent fidélité encore plus vite. Sur le principe, je peux me laisser convaincre car je crois dur comme fer, ou devrais-je dire, dur comme la bite de Rex, au coup de foudre. Le coup de foudre c’est soudain et rapide, et j’y crois ! Mais dans le contexte de Shay et Rex, j’ai eu du mal à me laisser aller à aimer leur histoire. Pour plusieurs raisons, j’ai été refroidie.

Tout d’abord, à cause du côté cru de l’histoire. Qu’on se le dise, les bikers ne sont pas toujours des enfants de cœur, ils aiment la baise et le danger, et je kiffe ça quand c’est bien exploité. Ici, et bien flop ! C’est un mix entre différents genres, on dirait que l’autrice a essayé de rendre l’univers des bikers plus doux et plus sain mais en retirant l’essence même de ce genre de club.

Nos héros ont des rapports sexuels non protégés dès la première étreinte, ce qui est pour moi un gros manquement, surtout quand on sait que Rex a écumé toute la Californie, je doute qu’il ait eu le temps de passer faire un petit dépistage avant de coller son « gros mammouth » dans la « petite chatte toute chaude » de Shay. Mais passons. Je sais que je chipote, que certaines pensent que les capotes dans les scènes érotiques c’est pas sexy, toussa toussa, et bien pour moi je suis désolé mais c’est important.

Le plus gros choc à mes yeux est la façon dont la femme est traitée dans le roman, et c’est le seul principe qui me tentait avec cette série, c’est qu’Audrey Carlan nous a habitué à mettre les femmes à l’honneur, à leur donner la vedette et à rétablir l’égalité homme/femme dans certains univers. Et ici, je tombe sur une scène où Rex maltraite une des filles du club ?!? Mais WTF ! C’est une pute à bikers et alors ? Cela justifie qu’il la malmène en la virant de sa chambre en la tirant par les cheveux et en la traitant de salope ? HUM ! Non, NO WAY ! Alors, je sais très bien qu’il s’agit-là d’une fiction, au même titre qu’un thriller où il y a de la violence et des meurtres… mais je n’ai pas pu m’empêcher d’être choquée car dans le contexte de ce roman court, cela détonne totalement avec le principe de faire des histoires qui mettent les femmes à l’honneur.

Ensuite la mère de Shay lui donne des conseils pour bien tenir son homme grâce au sexe, car c’est bien connu que tout ce qu’une femme a à offrir c’est son minou ?!?

« – Oui, ma chérie. Le meilleur atout dont tu disposes en tant que femme est le trésor que tu caches entre tes cuisses. Les bikers n’aiment pas qu’on les prive de leur miel. Ils n’aiment pas ça du tout. Et donc, quand une situation se présente où tu as besoin de toute l’écoute de ton homme, tu fais ce que tu as à faire. »

J’avoue que j’ai vu rouge. Parce que je m’attendais à un roman où l’héroïne serait une femme Badass qui s’impose dans un milieu masculin rude et un peu fermé, et au lieu de ça j’ai une nana qui mouille en permanence et qui ne pense qu’à son homme. Elle est où l’indépendance, l’égalité des sexes ? Parce que dans tout le roman, c’est Rex qui impose et qui obtient tout… Même s’il vénère « sa femme », « sa pussycat », « son minou », ou tout autre petit nom qu’il donne à Shay, je suis désolée mais pour moi le contrat n’est pas rempli.

EN BREF :
Si vous êtes arrivés jusqu’ici, bravo ! J’avais besoin de parler de cette déception car je m’attendais à tout autre chose de la part d’Audrey Carlan qui a toujours su toucher ma sensibilité de femme et de lectrice. C’est d’autant plus une déception car j’adore l’univers des bikers et qu’ici j’ai eu l’impression que ce n’était qu’un décor fade et sans âme.

Je n’ai pas aimé les personnages, ni leur histoire et encore moins le déroulement de l’intrigue qui finalement est comme inexistante. Je n’ai pas pour habitude d’être aussi dure dans mes avis, je suis plutôt partisane du juste milieu. J’aurai pu aimer cette histoire sur le papier, dans les faits ce ne fut pas le cas. Je doute vraiment que les lectrices qui aiment vraiment les bikers trouvent leur bonheur avec cette série. Mais je peux aussi me tromper, et le mieux que vous puissiez faire, c’est de tenter l’aventure.
Biker Girls, Tome 2 : Biker beloved Biker Girls, Tome 2 : Biker beloved
Audrey Carlan   
Je reviens aujourd’hui pour vous parler du deuxième tome de la dernière saga d’Audrey Carlan : Biker girls. Je vous ai déjà parlé du premier tome qui fut une énorme déception. D’ailleurs si vous voulez avoir mon avis la chronique se trouve juste ici. J’avais vraiment détesté le premier tome. J’ai voulu donné une deuxième chance en me lançant dans la lecture du deuxième. Malheureusement, j’ai autant détesté que le premier et ma lecture fut tellement laborieuse.


La chronique risque vraiment d’être péjorative mais sincèrement je trouve que c’est une honte d’écrire des romans pareils. Je ne suis pas du genre à critiquer un roman par respect pour l’auteur. Ni du genre à critiquer un roman juste parce que je n’ai pas aimé. J’essaye à chaque fois de donner des arguments et de développer mes ressentis négatifs mais là je ne vous cache pas que c’est compliqué.. J’ai tant de choses à dire et pas en bien. Tant de choses qui m’ont vraiment dérangés et mis en colère.


En vérité, ce deuxième tome est dans la lignée du premier. Tout ce que j’ai pu reproché au premier tome on le retrouve ici dans le deuxième. C’est toujours aussi dégradant pour la femme, toujours aussi vulgaire, toujours aussi peu crédible, toujours aussi rapide, toujous aussi honteux. Voilà en quelques mots comment je résumé Biker Girls. Ca ne vole pas haut et comme je le dis juste au dessus, je trouve ca littéralement scandaleux de publier un roman comme celui là: On se bat déjà pour faire changer l’image de la femme en 2020 et des romans comme ça sont publiés. Roman où l’image de la femme est pire que degeulasse. Je trouve ça vraiment honteux.
L’intrigue n’a pour moi aucun interêt. C’est toujours aussi ridicule que le premier tome.. Il cotoie à peine la fille qu’il la veut, il faut qu’elle lui appartienne. C’est vrai que nous les femmes appartenont aux hommes c’est bien connu…. Et puis tout le long du roman c’est comme ça. C’est SA femme, SA chérie, SA propriété.. Et ça ça m’a rendu folle. Mais alors un exemple qui m’a littéralement mise hors de moi et tant pis pour le spoil mais il faut que je vous en parle. Je vous la fait courte mais à une représentation de danse il va dans les coulisses et il veut tellement l’embrasser qu’il la plaque contre le mur alors qu’elle lui dit non et d’arrêter. La notion de consentement n’existe pas là dedans?! Genre c’est normal d’écrire ça? Même si elle finit par apprécier parce que bon evidemment au bout de deux jorus c’est le grand amour hein. Mais elle dit non elle lui demande d’arrêter en premier lieu et il continue. Ah bon d’accord.. Dans cette saga c’est très souvent ce genre de choses. Les femmes leurs appartiennent, sont leur propriété et j’en passe. Je trouce ça tellement abject d’écrire des choses pareils en 2020. Mais alors le ponpon arrive à la toute fin où elle se fait tatouer « propriété de .. » sur ses fesses. Oui oui elle fait ça.. Non mais franchement?! C’est peut être moi qui fait des manières je ne sais pas mais comment on peut faire passer ça pour quelque chose de mignon?! Ca me donne clairement envie de vomir.


Les personnages m’ont gonflés, tout comme le premier tome encore une fois. Le biker est ridicule, macho, vulgaire. La fille, prof de dans, elle ça va encore mais je n’ai pas su m’attahcer à elle. Pour tout vous dire je ne me souviens même plus des prénoms des protagonistes c’est pour vous dire à quel point ils m’ont marqués….. Leur histoire va trop vite, en même temps en si peu de pages ça ne peut pas être incroybale non plus.. C’est bien trop rapide et si peu crédible. Le milieu biker est très mal représenté je trouve. Je ne suis pas non plus une énorme connaisseuse de ce milieu mais ici j’ai l’impression que l’on est dans le cliché pur et dur du biker vulgaire, macho comme pas possible… C’est dommage parce que le thème est un thème qui me plait mais alors ici il est très mal exploité.


BRef, je préfére m’arrêter ici parce que je pourrais vous en parler pendant encore un bon moment tant il y a de choses négatives à dire. Vous l’aurez evidemment compris, ce roman est pire qu’une déception à ce niveau là. Rien ne va pour moi là dedans. J’ai voulu donner une chance après avoir été déçu du premier tome. Je me suis dis que peut être c’était une erreur de parcours mais en fait non il est dans la lignée du premier. Je ne lirais pas la suite parce que clairement c’est une saga qui me répugne tant c’est vulgaire et dégradant. Je ne juge absolument pas ceux qui aiment grand bien leur fasse vraiment. Mais je me demande vraiment comment on peut publier des romans pareils qui dégradent clairement la femme alors qu’on se bat depuis toujours pour changer ça…

par enairolf
Biker Girls, Tome 3 : Biker brit Biker Girls, Tome 3 : Biker brit
Audrey Carlan   
J’aime le concept d’un livre rapide (150 pages environ) mai j’ai beaucoup de mal avec l’auteur. Je trouve que l’amour arrive trop vite, que les mœurs sont trop crues. Il manque d’une vraie histoire derrière

par Salyr
Biker Girls, Tome 4 : Biker boss Biker Girls, Tome 4 : Biker boss
Audrey Carlan   
Suivez-moi sur La Passionnée, sur Facebook: @LaPassionDesLivres

Biker Girls, tome 4 - Audrey Carlan

Dans cette chronique, vous trouverez beaucoup de petits extraits, afin de vous attirer davantage à lire cette série… enfin je l’espère :P. Une romance drôle, avec des touches intenses d’amour et de possessivité magnifique, tout cela avec une dose de suspense et d’action.

« Derek « Champ » Layton est mon fantasme devenu réalité. »

Dans cette suite, nous retrouvons cette policière infiltrée chez les Hero’s Pride, entrevue dans le tome 3. Tammy est là afin de découvrir qui veut la mort des membres du club, en se proposant comme appât. C’était son plan, jusqu’à sa rencontre avec le motard qui s’est proposé pour être son « homme » pendant son enquête. Toutefois, elle ne s’attendait pas à être autant attirée par lui et son charme. Par sa force et sa douceur.

« -Putain, j’ai intérêt à garder un œil sur toi pendant la soirée.
-Juste un? »

Un homme différent des autres, selon moi. Différent de tous les autres membres. Champ ne se laissera pas intimider par cette femme forte, son Patron. Il sait que derrière sa carapace se cache ne femme sensible, une survivante. Tous les deux ont un bon caractère, tiennent à leur point. Toutefois, Champ a bien l’intention d’en faire sa régulière, même si cela veut dire de la convaincre de lui laisser une chance. Il fera tout pour la faire craquer.

« La moto ronronne et son énergie monte jusqu’à mon âme…
Un vrai paradis.
Il n’y a rien de mieux.
-On dirait un gant, il marmonne en faisant marche arrière.
-Pardon?
-La façon dont tu te moules contre moi, bébé, c’est comme un putain de gant. Pas de doute, c’est ta place. Tu es exactement là où tu dois être.
-Champ, tout ce que tu dis…
-Je ne dis que la vérité. Voilà la promesse sur laquelle tu peux compter, Tammy. Je ne te raconterai jamais de bobard, jamais de mensonge, jamais je ne te ferai de mal. Je mourrai s’il le faut pour te protéger. »

Entre eux, c’est la passion immédiatement. Ils sont attirés l’un vers l’autre comme des aimants. Ils forment une équipe fabuleuse. Mais, parfois, la vie nous réserve bien des surprises et les évènements les bouleverseront à bien des égards. Cependant, avec la famille Hero’s Pride, personne n’est jamais seul à traverser les épreuves difficiles de la vie.

« -Tammy, j'aimerais que tu sois nue devant moi, totalement nue, corps et âme. Ouvre chaque placard, chaque porte, chaque fenêtre des endroits les plus sombres où se cache ta peine au fond de toi. Je veux que tu me la donnes. Si je te fais l'amour, à partir de maintenant, sache que j'en prends possession. Cette peur va devenir mienne, comme tu deviens à moi. Ce n'est pas une arnaque que je te propose, c'est l'histoire de toi et moi qui allons devenir un seul et même être. Point barre. »

Audrey Carlan a une plume addictive, fluide. Ses romans sont touchants à bien des égards. Une histoire bouleversante et passionnante. Une suite est comme les précédentes : superbe, incroyable et intense. Une série magnifique plein d’amour, de tendresse et de sensualité. Certains disent que c’était le dernier tome de la série, j’espère que non… Si c’est le cas, l’épilogue est tout simplement RENVERSANTE. 10/10
Un palais d'épines et de roses Un palais d'épines et de roses
Sarah J. Maas   
«I love you. Thorns and all.»

J'ai mis un certain temps avant de sortir ce livre de ma PAL. Pour la simple raison que je ne me sentais pas prête à le lire. Jusqu'à présent.

A Court of Thorns and Roses est un excellent roman. Et j'ai presque envie de vous dire que c'est normal puisque Sarah J. Maas en est l'auteure. Sarah J. Maas fait partie de mes auteurs préférés avec sa saga Throne of Glass. Et maintenant, A Court of Thorns and Roses rejoint Throne of Glass puisque ce livre est un coup de cœur.
Un coup de cœur à la Sarah J. Maas, si fort qu'il vous donne l'impression d'être capable de voler. Un coup de cœur magique.

La première chose que j'ai aimé dans A Court of Thorns and Roses, c'est l'univers. Le monde dans lequel vivent les personnages. Et plus particulièrement, j'ai adoré Prythian. L'idée des Courts du Printemps, de l'Été, de l'Automne, de l'Hiver, Sous la Montagne, la Court de l'Aube, du Jour et celle de la Nuit. C'est peut-être un détail mais j'ai totalement été charmée par ça.

Et puis, Sarah J. Maas a toujours cette façon d'écrire que j'aime. C'est addictif, elle rend tout son livre fascinant et magique. Avec toujours ce côté explosif qui ne se montre qu'aux moments parfaits.

J'aime ses personnages. Elle sait comment faire pour qu'on les aime ou qu'on les déteste. Elle leur donne des forces comme des faiblesses. Elle les rend réalistes tout en leur laissant ce côté magique qui transparaît dans tout ce qu'elle fait.

Feyre est un personnage attachant. C'est une héroïne qui m'a plu. Elle est forte et faible à la fois. Elle est humaine et même lorsqu'elle est dans le monde des fae, ça ne l'empêche pas de rester fidèle à elle-même, de faire ce qu'elle entend de faire. Et puis, elle a cet amour pour ceux qui lui sont proches que j'apprécie beaucoup chez elle. Elle ferait tout pour qu'ils ne manquent de rien et qu'ils soient en sécurité sans pour autant jouer à l'héroïne idiote qui cherche à se sacrifier à la moindre occasion.

J'ai essayé de résister à Tamlin.
Parce que c'est Sarah J. Maas et que je sais bien que le love interest du premier tome n'est jamais celui du second tome. Sarah J. Maas aime jouer avec les sentiments de ses lecteurs, c'est clair. Mais aussi avec les sentiments de ses personnages, surtout en ce qui concerne la romance.
Alors oui, j'ai essayé de résister à Tamlin parce que je n'avais aucune envie de m'attacher à lui pour finir par pleurer le fait qu'il ne soit pas le love interest de Feyre dans le prochain tome.
Peut-être que je me trompe d'ailleurs mais il y a de grandes chances pour que les choses soient ainsi. Et au cas où, je tiens à être prête.
Mais honnêtement, comment éviter l'inévitable ? J'aime bien Tamlin. Pas comme une dingue, ce qui est en soit une réussite au final. Mais je l'aime bien quand-même.

Et la romance entre lui et Feyre est très bien développée. Elle n'arrive pas dès les premières pages, l'auteure prend son temps. Et c'est une bonne chose. Ainsi les choses ne sont pas précipitées et elles en sont d'avantage réalistes.
Il y a de très beaux moments qui m'ont fait fondre comme du chocolat au soleil. Sérieusement, j'ai beaucoup aimé cet aspect de la lecture. La romance est là sans être pesante. Elle est présente mais elle n'écarte pas l'intrigue. Elle en fait partie mais en même temps, elle laisse de la place au mystère et tout ça. Je ne sais pas comment l'expliquer mais Sarah J. Maas a vraiment su doser chaque aspect de son histoire, dont la romance, pour que l'équilibre de son livre soit parfait.
Et il est parfait.

Pour en revenir aux personnages, j'ai adoré Lucien. Il dégage une énergie que j'ai beaucoup aimé. Il peut se montrer taquin, hostile, sérieux, tout un tas de choses. Contre toute attente, on le considère rapidement comme un allié puis comme un ami. Je l'ai trouvé attachant, je me suis sincèrement attachée à lui.

Peut-on parler de Rhysand ? Sérieusement, ce gars c'est comme si j'avais foncé dans un mur et que j'avais aimé ça. Il se dégage tellement de choses de ce personnage que je ne pourrais pas en faire la liste. Il dégage des choses même qui n'ont pas de nom. C'est un sacré bâtard (désolée) la plupart du temps mais il est haut en couleurs et il est tellement génial. Il a un charme que je n'arrive pas encore à déchiffrer mais c'est fascinant.

Quant aux autres personnages, chacun joue son rôle à merveille. Rien de bien étonnant quand on y repense. ^^

Je suis fan de l'histoire.
Quand on commence, on a entre les mains pleins de petites pièces d'un puzzle. Certaines n'ont pas encore d'image, d'autres n'ont pas encore de sens ou d'explication. Et puis bien-sûr, plus on avance plus on en trouve les réponses. Il n'y a pas une de mes questions qui soit restée sans réponse.
Et au final, on se rend compte que le puzzle est super. Que le travail réalisé sur cette histoire est super et bien détaillé.
A Court of Thorns et Roses est un roman mené avec une main de maître où vous vous retrouverez dans un monde magique, qui s'étend bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer et qui cache des moments forts auxquels vous ne pourrez pas résister.

Mais de quoi ça parle ?
A Court of Thorns and Roses, c'est l'histoire de Feyre. Un jour d'hiver, elle tue un loup dans les bois pour la survie de sa famille et par la suite une bête vient la trouver pour lui dire que c'est un fae qu'elle a tué et qu'elle doit payer pour ça. La bête, qui se trouve être Tamlin, l'emmène à Prythian qui est le royaume des fae et là-bas, Feyre découvre qu'une menace pèse sur les terres des immortels.
Reste à savoir si Feyre trouvera un moyen d'aider Tamlin à mettre fin à cette menace. Et quel sera le prix à payer pour ça.

La fin est probablement ce que j'ai préféré dans A Court of Thorns and Roses bien que j'ai adoré ce livre du début à la fin. [spoiler]Le mystère est levé et il est temps d'affronter la menace qui pèse sur Prythian.
Ainsi on apprend que la menace en question est une fae du nom d'Amarantha qui s'est déclarée High Queen de Prythian près de cinquante ans auparavant. Et que la malédiction qui pèse sur Prythian et plus particulièrement sur la Court du Printemps et sur Tamlin, ne peut être brisée que si Feyre tombe amoureuse de Tamlin (ce qu'elle a fait) et qu'elle lui dit qu'elle l'aime en le pensant sincèrement (ce qu'elle n'a pas fait). Feyre se rend Sous la Montagne pour confronter Amarantha et sauver Tamlin ainsi que son monde. Pour cela, elle doit passer trois épreuves et répondre à une énigme. Elle réussit.
Et aussi surprenant que ça soit, Rhysand se révèle d'une grande aide. Il la soigne après la première épreuve, en échange du fait qu'elle passe une semaine par mois à la Court de la Nuit avec lui. Et il l'aide à trouver la solution de la seconde épreuve sans que personne ne le sache.
La troisième épreuve est la plus spectaculaire. Mais elle coûte la vie de Feyre qui trouve au dernier moment la solution à l'énigme d'Amarantha. L'amour. Tamlin tue Amarantha, la malédiction est brisée -Lucien et Tamlin, ainsi que la court du printemps quittent leur masque- et les High Lords sauvent Feyre en la transformant en High Fae, en immortelle.
Ainsi, tout est bien qui finit bien. Mais pour combien de temps ?[/spoiler]

En conclusion, A Court of Thorns and Roses est un roman que j'ai beaucoup aimé. C'est une excellente réécriture de la Belle et la Bête, que je recommande sincèrement.
J'ai hâte de me plonger dans A Court of Mist and Fury pour suivre la suite des aventures de Feyre.

«one day there will be anwsers for everything»

par Sheo
Hors jeu Hors jeu
Mary Matthews    Amélie C. Astier   
Ici on plonge dans l'univers du foot en première division, où l’homosexualité n'est pas permise car il n'y a que les "vrais hommes" qui pratiquent ce sport collectif et typiquement masculin.
Tout d'abord R.I.P à mes petites culottes, car ici on baigne dans la testostérone, la virilité à l'état brut, un monde de mecs en somme. (imaginez onze hommes avec une micro serviette blanche autour de la taille qui font le débriefing du match, dans un vestiaire qui sent la sueur, la boue, les sprays pour relaxer les muscles, le désinfectant, ...), c'est chaud bouillant.
Étant fan de foot j'ai adoré le contexte de ce livre, le vocabulaire footballistique est correct et on comprend vraiment bien ce monde assez spécial.
Nous avons Wade, 29 ans, beau mec, carrure d’athlète, tatoué, coupe de coiffure stylée, capitaine des Red Evils De Manchester, il joue dans cette équipe en tant que pro depuis douze ans, à dix-sept ans il annonce à son parrain et à sa petite sœur qu'il est gay, il a très peur d'être rejeté à cause de sa "différence", et contre toute attente ils l'acceptent tel qu'il est, seulement ce sont les deux seul membres de sa famille à être au courant de son homosexualité, car il vient d'une famille hyper catho qui ont des valeurs religieuses bien ancrées, il refuse de faire son coming out en sachant qu'il va évoluer dans le milieu très fermé du football et qu'il serait renié par ses parents qui sont homophobes, donc pour préserver sa popularité et son image, il va jouer le tombeur de ces dames, le baiseur notoire...
Aucun des ses coéquipiers ne soupçonnent sa double vie, car quand il ne fait pas la fête avec son équipe, il passe ses soirées en compagnie de coup d'un soir qu'il a rencontré et dont il sait qu'il ne trahira pas son secret.
En milieu de saison bien avant le mercato, arrive dans l'équipe un nouveau joueur, Nikki, beau brun ténébreux avec un regard émeraude, qui est transféré de Milan et dont les raisons de transfert sont inconnues. Ce qui intrigue tout de suite Wade.
Lors de la première rencontre entre Nikki et Wade, le courant passe tout de suite, mais comme ils s’acharnent tous les deux a divulguer leur véritable personnalités, et pensent que l'autre est un hétéro de pur souche, vu qu' ils sont aussi bon acteur l'un que l'autre pour divulguer ainsi ce qu'ils sont réellement.Va s'installe alors un désirs entre eux et chacun pensent que ce désirs ne sera jamais assouvi.
Pendant quatre mois, une amitié sincère va se nouer entre eux, mais il y aura toujours cette attirance inavouée entre eux.
Et puis arrive cette soirée en déplacement qui va bouleversée leurs vies.
C'est une superbe histoire, émouvante, touchante qui fait un pied de nez aux moralistes et conservateurs étroits d'esprit.
a narration à deux voix fait que l'on se retrouve dans la tête et l'un et de l'autre et on ressent vraiment les sentiments de chacun.
J'avoue que Wade m'a beaucoup taper sur les nerfs, je lui aurais bien mis des paires de baffes et Nikki est simplement waouw
Voilà j'ai adoré ce pavé de 600 pages, quand ma kindle m'a annocé presque onze heures de lectures je me suis dit, ok c'est parti... j'ai été émue et je n'arrivais pas à la lâcher.
Ma note est de 3.75/5 car il présente certaines coquilles qui m'ont dérangé dans ma lecture.



par mamour04
Love shot T1: Broken (doublon) Love shot T1: Broken (doublon)
Marie H-J.   
Romance précédemment publiée sous le titre Broken.

Elle ne savait même pas qu’elle avait des rêves. Jusqu’à ce qu’elle le rencontre.
Épuisée par la vie, Rose passe désespérément son temps à combattre sa vie et à se convaincre elle-même que ça en vaut la peine. Obnubilée par le bien-être de son fils, prête à tout pour construire un semblant de bonheur selon les règles des autres, elle ne s’attend pas à ce qu’une simple rencontre démantèle totalement ses objectifs et redonne un espoir à son cœur désabusé.
Morgan, cet homme aussi sexy qu’opposé à toute la stabilité qu’elle recherche n’était pas dans les plans. Cependant, impossible pour elle de passer à côté de ce pianiste sans s’y arrêter. Sans se laisser ensorceler par tout ce qu’il lui offre.
Entre la raison et la passion, arrivera-t-elle à choisir ?
Le Poids des sentiments Le Poids des sentiments
N. R. Walker   
Avant de commencer ce livre, je dois dire que j'étais assez sceptique parce que c'est un sujet qui me touche sans doute d'un peu trop près. Et j'ai été totalement prise au dépourvu par l'humour de Henry et par la gentillesse incroyable de Reed. C'est une romance qui m'a fait rire, beaucoup, qui m'a tellement emportée que je l'ai lue deux fois à quelques mois d'intervalle, et qui a même réussi l'exploit de me pousser à faire un peu plus de sport parce que ça a l'air si facile, présenté avec le sourire Colgate de Reed et l'humour de Henry !

par LadyAriel
Rose éternelle Rose éternelle
Ophélie Duchemin   
Quelle superbe réécriture ! La Belle et la Bête a toujours été mon conte préféré donc je suis plutôt pointilleuse sur le sujet, mais ce roman fut un véritable coup de coeur.
Ophélie Duchemin possède une écriture vibrante de vie et d’émotion. Je ne connaissais pas cette auteure, mais elle maîtrise l’art de sublimer chaque mot de façon magique et poétique.
On est ici dans une fantasy plus sombre et plus intense que l’histoire originale. L’univers s’assimile très facilement et dégage un charme fou ! La plupart des décors sont tout bonnement féeriques.
L’intrigue est très bien menée, la tension omniprésente, et la romance ne prend pas toute la place ! Tout est parfaitement dosé, on fait face à de nombreux rebondissements, trahisons et complots sont au rendez-vous.
Et soyons honnêtes, impossible de ne pas apprécier les personnages ! Méliane possède une sensibilité, une humilité et une force incroyable. Généreuse, intrépide et prête à tout pour sauver sa famille, je l’ai trouvée très mature pour ses 18 ans.
Avec un caractère tel que celui de la Bête il aurait été facile de tomber dans le cliché, mais au contraire j’ai trouvé le personnage d’Adrian très bien construit. Il m’a énormément touchée, et j’ai apprécié son évolution.
Les autres personnages ne sont pas laissés pour compte. Tous apportent un plus à l’histoire, que ce soit la famille de Méliane, les amis d’Adrian ou même les traîtres dont je tairai le nom.
Si vous êtes adeptes de Fantasy ou de Contes et Légendes laissez vous tenter sans hésitation !

par NekoNara
Rozenn, Tome 1 Rozenn, Tome 1
Laëtitia Danae   
Cette lecture m'a vraiment beaucoup plu. J'ai lu tout les autres commentaires et il y a du vrai dans tous ... Même les moins positifs. Mais les petits défauts du livre (speed dating court, princes assez superficiels...) n'en sont pas pour moi. Au contraire je trouve qu'ils rendent au final l'histoire et les personnages plus attachants.

L'histoire m'a un peu rebutée au départ, mais finalement je l'ai lu en quelques heures à peine. Le style est vraiment très agréable, on se laisse porter et personnellement je ne me suis pas rendu compte que les pages défilaient si vite.
J'aime beaucoup les personnages de Rozenn et Odeleen, par contre j'avoue que très vite Daire m'a irritée. Elles ont toutes trois des personnalités bien différentes, et des rapports entre sœurs très réalistes. Je suis juste déçue de ne pas pouvoir lire la suite, car finalement on reste pas mal sur notre faim pour beaucoup de choses.

par anne58

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode