Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de cocoetbourriquet : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Prédicateur Le Prédicateur
Camilla Läckberg   
Lien de la Chronique: http://theshadowbooks.blogspot.fr/2013/12/le-predicateur-camilla-lackberg.html

Longtemps après ma lecture du tome 1 de la saga d’Erica Falck, il m'a fallu un petit temps d’adaptation pour me rappeler comment et où j’avais laissé nos personnages au cours du premier volume.

C’est donc en plein été, presque 8 mois après que l’on retrouve Erica et Patrick qui vivent maintenant ensemble, et attendent un enfant. Malgré la chaleur, et les vacances de Patrick, ce dernier est appelé au poste de police pour gérer une affaire de meurtre. Une jeune femme a été retrouvée morte et nue dans une grotte de la ville, avec des ossements. Personne n’a signalé de disparition dans la région, et deux corps sont présents, mais à qui appartiennent les os ? Qui est la personne retrouvée morte ? Pourquoi est-elle en présence d’ossements ? Est-ce un tueur en série qui rôde dans la ville touristique de Fjällbacka ? L’été ne va pas être de tout repos pour la police.

Contrairement au premier tome, cette fois Erica n’apporte pas autant son aide à l’enquête de police et c’est donc un livre avec deux points de vue totalement différents que l’on retrouve. On suit principalement l’enquête menée par Patrick qui cherche à résoudre coûte que coûte cette histoire de meurtre qui règne dans la ville. Quand à Erica, elle est cloîtrée chez elle, enceinte et étouffée par la chaleur de l’été. Elle doit aussi gérée tous les visiteurs qui ont la bonne idée de venir chez eux dans la ville touristique, en vacances, ce qui n’est pas pour plaire à la future mère.

Ce deuxième tome m’a bien plus accroché que le premier volume, et j’ai été complètement à fond dans la recherche d’éléments pour essayer de devancer l’histoire et chercher les pistes pour deviner le coupable, ce qui a malheureusement échoué lamentablement. J'ai été bien plus investi et plongé dans l’histoire que lors du tome un. Peut-être est-ce dû au fait que je connaissais déjà l’univers.

Point négatif pour ma part (qui n’en ai pas vraiment en fait), c’est la mise en page de la version poche où parfois le « vide » laissé entrer deux paragraphes qui montre un changement de personnage n'est pas visible, si bien que l'on tourne la page, avec la sensation de trouver la suite du personnage, alors que l'on se situe sur un autre point de vue. Un détail assez déroutant quand il se déroule, mais cela est juste dû à la mise en page et non au livre. Autre détail inutile, c’est que je ne sais absolument pas comment on peut prononcer les noms des villes qu’il y a dans l’ouvrage (comme c’est du suédois), et du coup, je me demande si je suis le seul couillon à me retrouver à essayer de prononcer des mots comme « Fjällbacka ».

Comme vous pouvez le voir, les seuls défauts que j’ai trouvé ne relevaient même pas du livre en lui-même, donc cela doit montrer que j’ai réellement apprécié cette lecture. Je pense donc que je mettrais moins de temps avant de commencer le troisième tome. Donc si vous aimez les histoires policières, cette série est faite pour vous !
Le Comte de Monte-Cristo Le Comte de Monte-Cristo
Alexandre Dumas   
c'est un superbe classique que j'ais pris un immense plaisir à lire. C'est un roman pleins de passions, d'injustices, de questions ... bref la recette qui ne vous fais pas décrocher.


par myra44
L'Italienne L'Italienne
Adriana Trigiani   
L’Italienne est ce genre de roman qui, une fois lu, ne s’oublie pas.

Adriana Trigiani nous livre une histoire d’amour comme on les aime et remarquablement bien écrite. La plume de l’auteur est juste superbe, son style particulièrement élégant.
Elle a fait de nombreuses recherches et cela se sent. Aucun détail n’est laissé au hasard et leur place est toujours justifiée. Le roman est très réaliste et s’attarde sur un point en particulier : l’immigration italienne massive vers les Etats-Unis des années 1900 et les conditions de vie que ces immigrants ont eu en arrivant.
Il y a beaucoup d’émotions dans ce roman très volumineux. Malgré sa longueur, en arrivant à la fin, je n’avais qu’une envie : ne pas refermer ce livre.

En bref, j’ai ri, j’ai pleuré mais à aucun moment je n’ai eu envie de reposer ce livre ! L’Italienne est une saga familiale qui vous emmènera de l’autre côté de l’Atlantique, en plein cœur de la Little Italy du début du XXème siècle et que je ne peux que conseiller aux adeptes de grandes romances.

Ma chronique : http://drunkennessbooks.blogspot.fr/2015/02/litalienne.html
Jamais sans elles : Des femmes d'influence pour des hommes de pouvoir Jamais sans elles : Des femmes d'influence pour des hommes de pouvoir
Patrice Duhamel    Jacques Santamaria   
Qu'y a-t-il de commun entre Yvonne de Gaulle, Adelaïde Jaurès, Jeanne Blum, Marie-Louise Chirac, Charlotte Badinter et la princesse Mathilde Bonaparte? Elles confirment toutes l'adage populaire qui nous dit que derrière chaque grand homme se cache une femme. Qui connaît par exemple l'influence réelle d'Yvonne de Gaulle auprès de son mari, notamment pour l'autorisation de la pilule contraceptive? Ou encore la complicité étonnante et peu connue entre Tante Yvonne et André Malraux? Sait-on que la femme la plus influente dans la vie de François Mitterrand, celle qui lui a appris à aimer charnellement la France, fut sa grand-mère "Maman Ninie"? Le rôle de Claude Chirac auprès de son père est connu mais sait-on qu'Elisabeth de Gaulle a souvent influencé son Général de père? Et que dire de Liliane Marchais, la militante communiste au soutien indéfectible; de Denyse Seguin, à qui son fils Philippe vouait un véritable culte; ou encore de Michelle Auriol, la première des Premières dames à avoir joué un rôle politique réel? De Napoléon à Valls en passant par Giscard, Badinter, Juppé, Jospin, Bayrou, Sarkozy ou Hollande, quelle aurait été leur carrière politique sans leur mère, ces femmes qui les ont façonnés et épaulés dans leurs combats? Aucun de ces hommes n'aurait franchi les étapes les conduisant au pouvoir sans ces femmes dont la vie nous est racontée ici et qui offrent un éclairage original sur l'histoire politique française.
Le Livre des Baltimore Le Livre des Baltimore
Joël Dicker   
Je viens de le terminer - J'avais du mal à lire après ces terribles attentats du 13-11-2015 .... mon esprit était en deuil !
J'ai adoré ce livre, j'ai adoré vivre avec ces Goldman, j'ai adoré vivre leurs vies et leurs drames ! Mais j'adore surtout l'originalité de l'écriture de Joël Dickers. Il a vraiment une façon bien à lui de vous intégrer parmi les personnages de ses romans et de vous entraîner dans cette famille ! Merci Monsieur Dickers pour cette belle parenthèse ... dans ma vie !

par Jane33
Les Frères Karamazov Les Frères Karamazov
Fiodor Dostoïevski   
Ce livre c'est un condensé de la russie où chacun des trois fréres représente une facette de la russie : Aliochia la religiosité, Ivan l'esprit et Dmitri la fougue.

Ce livre est, à mon gout celui qui permet au travers de ces trois personnages de mieux comprendre la fameuse "âme slave"

par cedricT
Alan Turing Alan Turing
Andrew Hodges   
Personnellement, je n'ai pas lu ce livre, mais par contre, j'ai regardé le film Imitation Game. Et franchement, je l'ai vraiment adoré !
Je trouve qu'on comprend bien, et le film m'a beaucoup captivé !
Donc peut-être que le film est plus accessible que le livre, à voir...

par Arwen14
Le Liseur du 6h27 Le Liseur du 6h27
Jean-Paul Didierlaurent   
Guylain Vignolles, 36 ans, prend tous les jours le RER qui le conduit à l'usine où il travaille, celui de 6h27. Chaque jour, c'est le même rituel, Guylain ne peut s'empêcher de sortir ses feuillets et les lire à haute voix, devant tous les passagers attentifs. Peu importe le sujet pourvu que cette lecture le tienne momentanément occupé, éloigné de cette "Chose" née pour "broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter"... : la Zestor 500, une gloutonne, un bulldozer jamais rassasié...

C'est un premier roman fort sympathique, imaginé et narré avec beaucoup de fraîcheur, d'humour, d'originalité et de tendresse.
Il démarre fort, très fort avec la description, sur une quarantaine de pages, de cette "chose", sans jamais la nommer mais en la personnifiant au possible : jolie performance, joli style aussi.
L'histoire pourrait sembler tout à fait banale, mais elle met en scène des personnages auxquels on s'attache, jusqu'au poisson au prénom célèbre. Elle est surtout un bel hommage au livre et à la lecture, un hommage à la poésie, au théâtre, aux alexandrins, rimes, hémistiches, syllabes et quatrains, où la personnification est reine, presque une allégorie. C'est ce qui dans ce livre a le plus retenu mon attention.
C'est également une histoire d'amitié, de solidarité, entre Guylain et Giuseppe, un partage pour l'amour de la lecture avec tout un groupe de personnes âgées que Guylain retrouve les samedis matin. C'est également la "rencontre", à travers une clé USB trouvée dans un wagon du RER, avec Julie, dame-pipi dont le lecteur tout autant que le protagoniste, apprendront à connaître (j'ai trouvé néanmoins tout ce passage sur Julie et ses écrits, un peu long et moins réussi que tout le reste du roman).
Mais la fin est jolie et reste ouverte, signe peut-être d'un second tome en préparation... c'est en tout cas une lecture que je recommande, un auteur qui gagne à être connu et qui a un réel potentiel pour l'écriture.
Un moment de lecture agréable.

par SuperNova
Le Cimetière des livres oubliés, tome 1 : L'Ombre du vent Le Cimetière des livres oubliés, tome 1 : L'Ombre du vent
Carlos Ruiz Zafón   
N'ayant plus vraiment une nature très sensible depuis quelques années, je ne pleure plus, et j'ai rarement les larmes aux yeux. La première et seule fois où je me souviens avoir pleuré pour un livre, c'était quand j'avais 13 ans, en lisant Harry Potter 2, et en apprenant la réalité du monde.
Mais pour ce livre-ci, ce fut très différent de tous ceux que j'ai lu entretemps. Dans les cent premières pages, j'ai eu les larmes aux yeux - ou du moins la gorge serrée - deux fois. Une fois de tristesse, et une fois de joie. Et de nombreuses fois par la suite de ma lecture, je me suis surpris à sourire naturellement - pas un rire du à l'humour, ou à une blague, mais un sourire qui me faisait un instant me sentir bien. Vraiment bien.
Ce n'est probablement donc pas un mensonge que j'ai lu, plusieurs fois, avant de commencer la lecture de l'Ombre du Vent, qui parlait de magie et de beauté. Car j'ai vraiment eu l'impression de lire un livre nouveau, de découvrir à quel point l'emprise de certains autres romans, ou l'abandon qui pouvait s'en suivre, était léger comparé aux sentiments que m'ont procurés celui-ci.

L'histoire se présente comme le récit d'un jeune garçon qui va, à partir d'un coup de foudre pour un livre, chercher à percer les mystères et secrets de l'auteur qui semblent se dresser sur sa route, comme des portes fermées, ou des poupées russes, ainsi qu'il est dit dans le quatrième de couverture. Je ne me souviens pas avoir déjà lu d'adaptation de l'espagnol, donc je ne saurais dire si le style est du au talent de l'auteur, ou s'il est inérent à la langue traduite, mais c'est un vrai régal, sans que ce soit simple pour autant. C'est toujours plein de poésie, de beauté, tout en gardant sa part de noirceur et de ténèbres lorsque l'histoire s'y prête. Seule chose que j'ai pu lui reprocher, c'est évidemment l'histoire, si nette, précise et parfaite, tellement bien huilée et dont l'éclat de la magie dissimule les accrocs de la réalité et lisse le tout. ça lui enlève de la crédibilité. Mais d'un autre côté, son caractère magique et envoutant surpasse ce détail, et on la prend pour ce qu'elle est : un conte, une aventure palpitante où on n'est toujours surpris, ou on rit, on pleure, et on a peur. Vraiment une réussite, donc. A lire.
Le Liseur Le Liseur
Bernhard Schlink   
Les mots manquent pour dire à quel point ce livre m'a marqué. On ne peut s'empêcher d'être touché par ce personnage double: dégoutée par sa participation au nazisme mais aussi de la compassion pour sa situation qui l'a menée au nazisme. Un livre à lire absolument et qui fait réfléchir.

par Liriel83
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4