Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de cocoetbourriquet : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Anna et le Roi Anna et le Roi
Margaret Landon   
J'ai beaucoup aimé, un belle histoire d'amour sur fond d'histoire du Siam au 19éme siècle. On y découvre les relations Britanniques avec le roi du Siam, Rama IV, mais ce qui m'a le plus plu ce sont les traditions du Siam, et les paysages que l'on découvre, tout cela merveilleusement bien écrit. Il est basé sur les "mémoires" d'Anna, mais il reste un roman !

par ambre2
Gagner la guerre Gagner la guerre
Jean-Philippe Jaworski   
Une oeuvre vraiment incroyable .
Une oeuvre déroutante , on est directement propulsés dans une bataille navale, on se demande mais qu'est ce qu'il se passe, on assiste, impuissant , on contemple les agissements d'un Benvenuto qui sera tout aussi paumé que nous par la suite. Un double du lecteur ? Surement et c'est en parti pour cela qu'il devient attachant . Ce qui est, aussi, assez intéressant et confortable , ce sont les nombreuses adresses faites par Benvenuto aux lecteurs, on se sent proche de cet assassin, on est guidé par la main. On en vient à l'aimer cet anti-héros ;)

L'écriture de Jaworski est hypnotisante. Une écriture vraiment fine, rythmique et agréable . Je me suis souvent délectée de certaines tournures en souriant bêtement.

Oh et puis cette façon de briser les codes de la fantasy. Souvent dans la fantasy , pour construire une intrigue, un personnage , on a un passage obligé par les parents. On en apprend des tonnes en général et bien là... que nenni, c'est même envoyé balader par notre cher serviteur en personne.
Bref je vais m'arrêter là mais il y aurait tellement de choses à dire sur cette oeuvre si dense et si particulière. Enfin juste une chose, ce fut une belle rencontre :)

par Sadess
La famille Corleone La famille Corleone
Ed Falco    Mario Puzo   
Comment Vito Corleone est-il devenu Le Parrain ?
Toutes les grandes histoires ont un commencement...
Il était une fois en Amérique : New York, 1933. La ville et la nation s'abîment dans les profondeurs de la Grande Dépression. Mariposa, LaConti, Corleone, Tattaglia... Les familles du crime ont prospéré mais, avec la fin prochaine de la Prohibition, se profile une bataille qui déterminera celle qui prendra la tête de la pègre et celles qui devront faire face à une fin violente. Pour Vito, le chef de clan des Corleone, rien n'est plus important que l'avenir des siens. Ses plus jeunes enfants, Michael, Fredo et Connie, sont encore des bambins qui vont à l'école dans la plus parfaite ignorance des activités paternelles : pour eux, s'il est une figure que tout le monde respecte dans le Bronx, c'est parce qu'il a développé avec succès Genco Pura Italian Oil, une entreprise d'export d'huile d'olive. Même le fils adoptif de Vito, Tom Hagen, étudiant en droit à l'université et futur consigliere, ne s'interroge pas encore sur les origines de cette réussite foudroyante. Il s'inquiète plutôt au sujet de Sonny, le fils aîné des Corleone qui l'a recueilli, lui, l'orphelin des bas-fonds et en a fait son frère. En effet, du haut de sa quarantaine musclée, Vito pousse Sonny à être un homme d'affaires, mais Sonny – dix-sept ans, impatient et imprudent – veut autre chose : suivre les traces de son père, dont il connaît la vie clandestine de mafioso, et devenir partie prenante des affaires de la Famille. Le père et le fils vont devoir unir leurs forces pour assurer à leur lignée d'entrer dans l'âge d'or de New York...
Force de la tradition, corruption, rivalité entre Irlandais et Italiens, loyauté, amour et trahison : dans ce prequel sont réunis tout ce qui a fait du Parrain un classique moderne et de son adaptation cinématographique par Francis Ford Coppola un film culte.

par anonyme
DU SEXE EN AMÉRIQUE Une autre histoire des États-Unis DU SEXE EN AMÉRIQUE Une autre histoire des États-Unis
Nicole Bacharan   
Le grand roman intime de l'Amérique, une extraordinaire épopée !
Autant que la politique, et peut-être plus encore, la sexualité a construit l'Amérique. Elle a forgé l'identité profonde de ce pays que l'on dit « puritain », accompagné son histoire, orienté son destin. Depuis le choc du XVIIe siècle, lorsque les colons corsetés et condescendants sont tombés nez à nez avec d'insolents sauvages explosant de sensualité, l'obsession du sexe – parfois sa hantise – a nourri l'aventure américaine, avec ses flots de fantasmes, de désirs, de frustrations, de violences aussi, et modelé durablement les moeurs et les esprits.
C'est ce grand roman intime et inédit que Nicole Bacharan nous propose ici. Une autre histoire des États-Unis qui fouille au plus profond des êtres. Cheminant au fil des siècles, l'auteur va à la rencontre des Américains du passé, se glisse dans leur peau, partage leurs émois, dévoile leurs vices enfouis sous la vertu, et nous révèle leurs secrets d'une plume résolument romanesque.
Cette longue épopée sexuelle n'est pas toujours une partie de plaisir. C'est le sexe, si convoité, si haï, qui impose l'ordre chez les Puritains et les sorcières suppliciées. Le sexe, qui imprime l'esclavage dans les corps des Noirs avec une violence inouïe. Le sexe, qui s'avilit dans la guerre civile et les traques perverses du maccarthisme. Mais le sexe aussi, qui s'épanouit dans les années folles et les sixties, et triomphe au temps d'Internet et de la pornographie.
À chaque époque se réinvente le même inconscient collectif : l'obsession de la pureté et de la transparence, et cette recherche frénétique de la perfection morale qui ne peut produire que son contraire, le mensonge et l'hypocrisie. Telle est l'identité américaine, pays de la liberté mais aussi pays de l'esclavage, écartelé entre idéaux inatteignables et pulsions incontrôlables, une nation mal à l'aise avec sa sexualité. Aujourd'hui, à l'heure ou on célèbre tant la liberté des corps, les États-Unis n'en ont pas fini avec ce paradoxe originel.
Hernani Hernani
Victor Hugo   
Une bonne pièce.
 
Hernani est une pièce à lire. Pas parce qu'elle est magnifique (elle a des qualités indéniables et de magnifiques fulgurances mais Victor Hugo n'a jamais excellé comme dramaturge), mais parce qu'elle a marqué les lettres françaises. Hernani représenté sur scène a été un ras-de-marée dans le paysage littéraire du début du XIXe siècle. Le traitement totalement novateur de l'alexandrin dans cette pièce en vers (« j’ai foulé le bon goût et l’ancien vers françois / sous mes pieds »¹, « j'ai disloqué ce grand niais d'alexandrin »²) marqua le début d'une grande bataille, bataille dite "d'Hernani", mais qui cristallisait en fait l'opposition entre les derniers bastions classiques et la jeunesse romantique qui allait occuper le devant de la scène littéraire pendant un long moment. Théophile Gautier livre d'ailleurs une vision effarante de la manière dont, dès la première représentation et dès les premiers vers, les choses ont dégénéré.³ Plus qu'une simple pièce de théâtre, Hernani est un jalon dans l'histoire de la littérature, un événement tant littéraire et artistique que social. Raison de plus pour s'y pencher : il sera au programme des Terminales Littéraire jusqu'en 2020 !
Il faut reconnaître qu'Hernani donne dans certaines scènes une très bonne illustration de ce que peut être le style hugolien et l'expression romantique (comme mouvance littéraire) de sentiments. Même si je préfère Ruy Blas, Hernani reste une très bonne pièce.
 
Tant pour l'impact historique et littéraire que la pièce a eu que pour ses qualités propres, Hernani est une pièce à lire.
 
______
¹ Contemplations, I, 7, "Réponse à un acte d'accusation".
² Contemplations, I, 26, "Quelques mots à un autre".
³ Voir Théophile Gautier, Histoire du romantisme, XI "Première représentation d'Hernani" et XII "Hernani".
Un cœur simple Un cœur simple
Gustave Flaubert   
Comme tous le monde ici, je n'ai pas apprécié ce livre.
Il ne m'a rien apporté et je n'est pas eu le plaisir que je peux avoir en lisant un livre, comment voulez-vous que des collégiens, des lycéens.. découvrent le plaisir qu'on à quand on lis un livre lorsqu'on nous fait lire des livres comme celui ci ? ^^

par Mariine
Macbeth Macbeth
William Shakespeare   
Très sombre. J'ai préféré Hamlet, Macbeth ayant une atmosphère... malsaine. Cependant, cela reste une pièce intéressante, sur le plan de la vengeance et de la folie. On est à la fois captivé et révulsé par Macbeth.

A lire, pour avoir lu.

par Vavi
Horace Horace
Pierre Corneille   
Une tragédie poignante et vraiment bien écrite. On découvre petit à petit le terrible sort qui semble toucher les Horace et les Curiace, deux familles pourtant hautement liées par le sang... L'auteur sait vraiment mettre une grande intensité dramatique à sa pièce, et il nous offre une oeuvre magistrale avec des personnages haut en couleur. Tragique et pathétique se mêlent dans cette oeuvre pour nous livrer un beau tableau émouvant et saisissant. Comme toute tragédie qui se respecte, la beauté du texte est bien présente dans la versification, et c'est d'une main de maître que Corneille peint les tableaux de personnages si tourmentés par leur destin... Une très belle pièce que j'ai pris plaisir à lire et qui nous montre une fois de plus la grandeur d'âme de certaines personnes et l'honneur dont ils peuvent faire preuve en cas de problèmes...[spoiler] Par contre c'est vrai que voir que Horace tuer sa sœur juste parce qu'elle était anéantit par la mort de son amant, c'était horrible et inhumain. Le pire c'est que pour leur père c'était normal que son fils tue sa sœur... Sur ce point là, j'ai trouvé l'histoire mal tourné, bien que l'imagination d'une lutte fratricide soit bien, et de voir ainsi deux familles amis devoirs s’entre tuer pour 'honneur de leur cité, c'est vraiment tragique... En tout cas, bien sûr, seul Horace survit, alors que ses frères sont morts et que les trois Curiace aussi...[/spoiler] Bref, une bonne pièce, courte et facile à lire, avec une bonne intrigue même si certains passages manquent un peu de vraisemblance... Tout est cependant très bien écrit et c'est un plaisir à lire. Un bon divertissement.

par elana55
Belgravia Belgravia
Julian Fellowes   
En juin 1815, à Bruxelles, la jeune et jolie roturière Sophia Trenchard est tout heureuse d’avoir obtenu trois cartons d’invitation pour le bal que donne la duchesse de Richmond. Elle compte bien y retrouver l’homme qu’elle aime, le jeune et charmant Lord Bellasis… Pourtant, l’ambiance de la soirée ne sera ni à la légèreté ni à la romance. Napoléon, échappé de l’île d’Elbe, marche avec ses troupes sur Bruxelles. Wellington s’apprête à le bloquer sur la plaine de Waterloo. Pour combien de ces jeunes danseurs ce bal sera-t-il le dernier ?
« Belgravia » est le premier épisode d’une saga qui en comportera onze et sera diffusée sous forme de feuilleton chaque jeudi du 21 avril au 16 juin 2016. Le procédé est connu et semble avoir fait ses preuves. Si l’éditeur, J.C.Lattès, offre généreusement ce premier épisode, c’est uniquement pour amorcer la pompe. Il s’agit d’un roman historique à forte connotation sentimentale, ouvrage très bien écrit qui devrait ravir les amateurs (trices) du genre. L’ambiance de la ville de Bruxelles à cette époque particulière semble assez bien rendue. Les personnages sont bien campés et l’héroïne principale particulièrement attachante. La rencontre entre la famille de Trenchard, petit boutiquier parti de rien et devenu par la grâce des évènements principal fournisseur de l’armée au point d’être surnommé « le Magicien » avec le milieu aristocratique et les plus hauts responsables est des plus intéressantes et des plus emblématiques. À conseiller sans problème vu la qualité de ce premier épisode.
Terre indigo Terre indigo
Françoise Bourdin   
J'avais beaucoup aimé la sage télévisée il y a quelques années de cela.

J'ai également beaucoup aimé m'y replonger lors de la lecture de ce roman, une belle saga familiale, mêlant intrigue, pouvoir, pauvreté, combat, maladie, au autre complot.

Il est certain que cet ouvrage ne me laissera pas un souvenir impérissable mais j'ai pris un réel plaisir à le lire.

http://emysbooks.blogspot.fr/

par EMELOU