Livres
392 535
Comms
1 376 792
Membres
284 392

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Tu sais c’est quoi, mon rêve ? Mourir en regardant les lumières de la grande roue. Quand mon corps me lâchera, c’est ce que je veux voir. Et je veux que tu sois à mes côtés.

Mes yeux se remplirent de larmes. J’avais passé mon temps à essayer de l’apprivoiser et, quand il s’ouvrait enfin à moi, c’était le jour de mon départ.

— Est-ce que tu m’aimes ?

— Tu sais bien que oui.

— Alors dis-le, Kes.

— Pourquoi ? Qu’est-ce que ça change? C’est que des mots.

— Les mots sont importants pour moi.

Il attrapa un verre posé sur la table de nuit et le fracassa contre le mur derrière moi. Je me baissai et protégeai mes yeux avec mes mains. Je sentis les bouts de verre pleuvoir sur moi. Quand je me redressai enfin, Kes avait l’air choqué par ce qu’il venait de faire.

— Toi, tu dis que tu m’aimes…

— Et c’est vrai ! criai-je.

— Alors pourquoi je ne te suffis pas ?

Afficher en entier

Je vis la douleur dans ses yeux.

— Reste !

C’est là que je l’achevai.

— Je ne peux pas. Je dois retourner travailler.

Frustré et blessé, il lâcha un grognement.

— Si tu veux partir à ce point, démerde-toi pour trouver une bagnole !

Il sortit en claquant la porte.

Mes mains tremblaient quand je composai le numéro de Zachary. Quand il décrocha, j’arrivai à peine à parler, la gorge serrée par la douleur. Si je me laissais aller maintenant, j’allais me briser en mille morceaux. L’air était chaud, lourd, et j’étais en sueur.

Afficher en entier

Je crus que monter dans la grande roue allait me faire pleurer mais, avec Dylan à mes côtés, aucun mauvais souvenir ne refit surface.

Je finis par me demander si cette histoire ne m’avait pas aidée à grandir. Après tout, j’avais vingt-cinq ans maintenant, il était temps d’oublier tout ça. De l’oublier, lui. Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.

Afficher en entier

Il recommença et je réagis tout aussi violemment. Il décida alors de concentrer ses caresses à cet endroit-là. Ses sourcils étaient froncés et il s’appliquait. Il regardait mon corps trembler, se cambrer et il trouva enfin le rythme parfait pour moi. Je lâchai alors un gémissement rauque. Je n’avais encore jamais fait un bruit aussi animal.

— C’est tellement excitant de te voir comme ça, murmura Kes en accélérant ses caresses.

Le voir aussi surpris et ravi à l’idée de me donner un tel plaisir me fit tourner la tête. Je ressentis quelque chose de complètement nouveau. Des lumières explosèrent derrière mes paupières closes et je me mis à trembler si fort que Kes m’attira contre lui pour m’enlacer et me bercer.

Afficher en entier

J’avais déjà entendu des gros mots, mais je n’avais jamais vu un autre enfant oser les dire à un adulte. Comme il m’avait sauvée de mon foyer trop strict, je le voyais un peu comme un prince charmant sur son cheval blanc. J’allais me rendre compte plus tard – beaucoup plus tard – qu’il était plutôt du genre chevalier noir.

Afficher en entier

Kes avait mauvais caractère, mais il était fascinant. Il m’effrayait, mais il me protégeait. Il pouvait manquer complètement de tact et être très délicat ensuite. Il n’était pas parfait. Il était parfait pour moi. Il me poussait à me dépasser, à explorer le monde et à ouvrir les yeux. Il était tout ce que je n’étais pas et, ensemble, nous formions un entier, même si ça semblait incompréhensible pour les autres.

Afficher en entier

Il pouvait cracher du feu, mais parler d’amour lui brûlait les lèvres.

Afficher en entier

Je lisais tranquillement sous un arbre quand le sol s’était mis à vibrer. J’avais alors levé les yeux avec émerveillement sur la route qui longeait notre maison. J’imaginais des cavaliers à la peau rouge fondre sur la ville, leurs cheveux noirs au vent, les sabots de leurs chevaux martelant le bitume. J’avais quand même été très déçue de ne voir qu’une longue file de poids lourds remonter la rue dans un nuage de poussière et de vapeurs d’essence.

Afficher en entier

J’entendis quelqu’un crier après Kes, mais ce dernier jaillit de la tente en riant, une noix de coco poilue dans les bras. — Par là ! Il regarda par-dessus son épaule avant de fuir avec moi. La toile de la tente s’agitait comme si quelqu’un de très grand et large essayait de passer en dessous. On courait en riant aux éclats. M. Albert rebondissait sur mon épaule comme un sac à dos duveteux. Il tenait mes cheveux comme si c’étaient des rênes.

Afficher en entier

Dans une dernière provocation, le cowboy se mit debout sur la selle du poney et fit un salto arrière. Dans l’action, il perdit son chapeau et son bandana. Je reconnus aussitôt le sourire et la fossette de Kes. Je ne résistai pas et me mis debout pour l’applaudir et lui crier mon admiration. Ce jour-là, il devint mon Kes.

Afficher en entier