Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Colophane

Extraits de livres par Colophane

Commentaires de livres appréciés par Colophane

Extraits de livres appréciés par Colophane

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 18-07
Ce livre se présente en plusieurs parties, écrites par des auteurs différents; malgré tout je n'ai pas le sentiment d'un ouvrage inégal, comme souvent en pareil cas. Évidemment, ma préférence va aux chapitres de la main de Boris Cyrulnik, dont la clarté, l'humour et la précision du discours remportent toujours mon adhésion.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ferdinand Buisson a dirigé la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, "bible" des hussards noirs de la République. Ce livre retrace son parcours et nous fait découvrir de nombreux textes commentés.
Un livre qui a changé mon regard sur la laïcité, bien loin de l'irréligion dans l'esprit de ce directeur de l'Enseignement Primaire de la IIIe République. Des discours qui montrent une élévation des sentiments et du sens du devoir, dont je me demande si elle peut encore être audible aujourd'hui.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-07
Un roman qui commence avec un cours magistral (Art et société...) pour s'achever en montagne face à un impitoyable géant de rocher et de glace. J'ai apprécié le personnage principal, le style pince sans rire de l'auteur, la course en montagne. Tout comme le retournement final...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Impossible d'attendre bien longtemps pour plonger dans la suite des aventures de Locke et Jean. Plonger, puisqu'une grande partie de ces nouvelles aventures se déroule en mer... et ce n'est rien de dire que nos héros ne comprennent que pouic à la navigation.

On retrouve le brillant emblématique du premier tome.

Addictif, virevoltant, mais l'impression demeure que l'on reste à la surface des personnages et de ce qui se joue dans cet univers.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 03-07
On se déplace d'un personnage à l'autre. De bons moments, mais la répétition des mêmes effets devient lassante, et j'ai terminé ma lecture en diagonale.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Décidément, après "le baiser du rasoir" (avec une nette préférence pour ce dernier), encore une série de fantasy originale et de qualité.
De la verve, de l'invention, des personnages attachants.
Mention spéciale pour les aperçus sur les religions de Camorr, et les dialogues.
On dévore. Addictif.
Pourtant... la comparaison avec Arsène Lupin lui serait tout de même fatale.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 22-06
Le feel-good book par excellence.
Embarquée par le style fluide et l'audace tranquille d'Andrew, j'ai sans doute ri moins compulsivement que pour "Ça ne peut pas rater", mais je trouve l'atmosphère beaucoup plus tendre.
Si c'était un plat, ce serait une succulente daube provençale bien fondante. Pas un plat tape-à-l’œil pour étoile Michelin, mais une valeur sûre...
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Mais où Agatha Christie allait-elle chercher toutes ces ingénieuses intrigues ?
Une des seules enquêtes où Hercule Poirot
Spoiler(cliquez pour révéler)
ne livrera pas le coupable !


Un modèle de "whodunit", où les indices nous semblent limpides... une fois les explications du Maestro dévoilées, bien sûr.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Caroline chérie... Lecture de mon adolescence, au parfum d'interdit, car ma chère maman l'avait cachée au fond de l'armoire. Un escabeau plus tard, je me suis régalée aux mésaventures de la belle. Attachante ; ce n'est pas une "héroïne" parfaite, loin de là; plutôt jolie tête de linotte. Elle traverse les tourbillons de la révolution française bien plus préoccupée de ses coups de sang que de l'Histoire. Pauvre Georges !
C'est très agréable à lire, et si Caroline est loin d'être un exemple, on la suit avec plaisir et petits frissons.
Délicieux.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 22-06
"La voleuse de robes" se déroule dans le domaine de la haute couture parisienne.... qui a fort à faire pour défendre ses secrets de fabrication ! Et Alix, qui a besoin d'argent, doit divulguer la collection de celui qu'elle admire et qui lui a donné sa chance.
Coté cœur, de quel coté penchera t-elle? Elle commencera par faire de mauvais choix. Mais tout n'est pas joué, malgré les jalousies et les coups du sort.
Une lecture agréable, une héroïne qui ne se laisse pas abattre.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Et je fonds pour le personnage de Verrian... (soupir) (malgré son prénom improbable) Heureusement qu'il ne se décourage pas non plus !
Vu la date à laquelle le roman se termine, le fond historique est propice à une suite. Je ne dirais pas non....
Plaisant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Ce n'est pas mon style graphique préféré, mais je voulais entamer cette nouvelle série sur les Stryges.
Scénario bien agencé. L'atmosphère varie; parfois colorée dans les scènes de jour, sinistre à souhait pour celles de nuit ou de tempête...
Bien sûr, on reste sur sa faim, mais les dernières pages sont suffisamment élégantes pour ne pas se sentir trop pris en otage par le cliffhanger.
Un bon début.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Sans nous faire rire aux larmes, ce livre permet de passer un agréable moment à suivre les mésaventures de Stéphanie, dont j'admire la ténacité...
Les seconds rôles sont bien campés.
Lecture fluide.
Un bon livre de vacances, en somme.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 22-06
Il ne faut pas bouder son bonheur à lire un Zola qui s'autorise une possibilité de bonheur. C'est la fin du monde des petits boutiquiers, inexorable, mais la confiance inébranlable de Mouret dans sa vision sera récompensée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Il y a de bonnes choses.
La "philosophie" des Marchombres, la réponse du savant qui se double de celle du poète, oui.
Mais les personnages pour moi manquent de quelque chose. D'épaisseur? De chaleur?
Je reste sur ma faim.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 22-06
Un récit vraiment plein de bons sentiments, ce n'est pas un conte de fées traditionnel, même si cela y ressemble (qu'en dirait Monsieur Bettelheim?), mais c'est plaisant et agréable à lire. Pour tous publics.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
"Le miroir se brisa" fait partie des quelques Agatha Christie dont l'intrigue reste vivace dans ma mémoire malgré les années. Quand je dis "quelques", c'est rapport à la quantité de "whodunit" qu'elle a écrit. J'en ai bien lu une cinquantaine. Et quelques-uns sont plus marquants que les autres, dont celui-ci. Un excellent cru.
Pour Némésis, ce principe de justice à retardement me laisse perplexe, même si l'on ne peut que savourer la "croisière" de Miss Marple (en fait il s'agit de voyage en bus).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-06
On connaît l’œuvre célèbre de Levi-Strauss, Le cru et le cuit. Eh bien les voilà renvoyés dos à dos... au profit du fermenté.
Dans son blog "Ni cru ni cuit", en plus de savoureuses - et didactiques - recettes, madame Frédéric nous fait découvrir l'histoire - ô combien riche - de cette façon de préparer les aliments, permettant de les conserver sans risque et avec saveur. Peu d'entre nous ont conscience de son importance de tous les jours (pain, vin, bière, vinaigre, choucroute, sauce soja...)
Les recherches historiques sont rassemblées dans cette "somme", une référence.
Et c'est passionnant !
Le "ferment" de nos civilisations ?
Pour une bonne digestion de l'ouvrage, inutile de l'engloutir en une seule fois, vous pouvez avantageusement le déguster à petites bouchées, de temps en temps.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
J'avais gardé un souvenir ébloui de ce livre dévoré à l'adolescence, du musicien de génie; théologien, qui sur le tard entame des études de médecine pour "servir" en Afrique...
Bon. Hum. Les années ont passé, et aujourd'hui que je me suis procuré le texte, comment dire...
Déjà, j'ai appris la controverse sur les talents médicaux contesté du "bon docteur". Soit. Je ne vois pas en quoi cela diminue les mérites de Monsieur Schweitzer -l'existence de la clinique lui est due, quand bien même il en aurait été davantage le directeur que le médecin-chef-, cela rafraîchit tout au plus.
Ensuite, la relecture. Argh. Cette hagiographie empreinte de bons sentiments et d'une condescendance marquée envers les Africains est beaucoup moins digeste que dans mon souvenir et choque la sensibilité contemporaine... le texte a bien mal vieilli.
Cela dit, c'est un destin qui reste admirable, voilà.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 18-06
L'héroïne commence par se faire écraser. Pas au figuré, non; littéralement. Et c'est clopin-clopant, après 6 mois de rééducation, sous la pluie, que Miss Catastrophe rencontre l'homme idéal, qui la ramasse à la petite cuillère. Par terre.
J'ai beaucoup apprécié cette romance, avec son lot de contrariétés (il en faut), mais qui ne met pas trop d'acharnement à monter en mayonnaise les moindres mouvements d'humeur des amoureux pour en faire des obstacles monstrueux (heureusement, car cela finit par m'agacer à la longue, dans les romances...) Une rencontre idyllique, mais pas invraisemblable. Un malentendu dramatique, mais qui se tient. Ouf, cela fait du bien... Le conte de fées se "limite" au prince charmant (parce que oui, il est parfait, cet Alexandre, quand même) et un environnement professionnel de la belle terriblement enjolivé; c'est inouï, une ambiance de travail comme celle-là...
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 18-06
De "bonnes" choses (si l'on peut dire, étant donné l'avalanche d'avanies qui dévalent sur Ewa); lecture fluide, suspense. Mais comme Snowgirl, je trouve que l'auteur en fait trop. Trop de revirements. Trop de tortures, de mauvais traitements, ce qui nuit à la tenue de l'histoire; les "méchants" paraissent du coup parfaitement improbables ; leurs motivations sont en décalage avec leurs actes et les explications
Spoiler(cliquez pour révéler)
que "balance" le miroir sur les relations entre la directrice et le(s) traitre(sse)(s)[/spoiler] manquent de finesse psychologique => cela crée une distance malvenue.
[spoiler]Car le récit est finalement bien plus angoissant... quand les héros se sortent d'affaire!
Pas sûre de lire d'autres opus dans l'immédiat; laissons mûrir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
C'est tout-à-fait printanier. Calpurnia, qui passe pour un modèle de vertu et qui voit s'amenuiser les chances de trouver un mari, jette la bienséance par dessus les moulins... En cachette quand même, il ne faut pas que sa famille soit clouée au pilori ! Le personnage masculin est comme il se doit un "bad boy" victorien (de l'aristocratie, rassurons-nous). Et l'auteur nous épargne l'héroïne "top model" assortie, en la dotant de rondeurs et de robes improbables.
Mignon tout plein.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Comme Catherine Frot, Odette a de la grâce ; serait-ce la moindre des choses avec le prénom de la princesse du "Lac des Cygnes" ? Un recueil léger et charmant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-06
Par touches successives, à travers trois narrateurs, on remonte le récit d'une séquestration.
C'est prenant, on tremble pour les protagonistes que l'on voudrait protéger, y compris d'eux-mêmes (sauf le père, quand même...)
Est-ce que la situation pourra se dénouer, ou bien tout est-il déjà trop mal engagé?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Même sans avoir suivi tous les épisodes, à la lecture, effectivement les intonations et les expressions des acteurs s'imposent ! Autant dire qu'ils ont réussi à camper les personnages.
D'une redoutable efficacité !
Et en lisant en parallèle le livre d'Eric le Nabour (https://booknode.com/kaamelott_au_coeur_du_moyen_age_0387672), c'est encore mieux....
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 18-06
Intéressant. Il faut garder à l'esprit que ce livre n'est pas récent. Dans le contexte actuel, où les opérations musclées anti-avortement ou anti-vivisection ne nous étonnent guère - qu'on les approuve ou pas -, où l'utilisation des cellules souches fait débat, la réaction, ou plutôt l'absence de réaction de la population telle qu'elle apparaît dans le roman me semble parfaitement incompréhensible.
Du coup je suis restée très en retrait du récit.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-06
Difficile d'imaginer qu'au XIXe siècle les infirmières sont à peine mieux considérées que les filles à soldats.
L'impact de Florence Nightingale sera impressionnant.
Didactique...
Intéressant en regard des livres policiers d'Anne Perry mettant en scène Hester Latterly (série Monk).
Pour ce qui concerne l'histoire de la médecine, je préfère nettement le livre de Jean Marchioni sur le baron de Larrey...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4