Livres
451 652
Membres
397 245

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Comment tout a commencé



Description ajoutée par book-princess 2018-12-04T11:33:53+01:00

Résumé

Paris, rue d’Austerlitz, 1979. A l’Hôtel de Bourgogne, la vie s’écoule, rythmée par les allées et venues des clients, des voisins, des employées : M. Boulanger, occupant à vie de l’hôtel, Maria, femme de chambre épouse d’un braqueur, les filles qui tapinent au coin de la rue, Jacky, barman au célèbre cabaret de travestis Chez Michou…

Complexée par son poids, colérique, Annick tient comme elle peut son hôtel et son mari, Gérard, une brute alcoolique et raciste qui baise tout ce qui bouge. Sans oublier ses enfants, Rémi et puis l’aîné, qu’elle surnomme Jean de la Lune. Celui-là n’est pas le fils espéré, toujours ailleurs, pas dans les clous, ce garçon qui rêve de devenir majorette…

Un mercredi de septembre, à l’heure du déjeuner, la police embarque la patronne pour proxénétisme. Il voit sa mère monter dans le panier à salade. C’est le déclic. La fin de l’enfance. Son père, devenu groupie de Jean-Marie Le Pen, le fils le hait si fort qu’il souhaite et planifie sa mort.

Comment faire lorsqu’on découvre que l’on n’est pas dans la norme virile imposée et qu’au même moment l’homosexualité devient synonyme du « cancer gay », le sida ? Comment affronter l’homophobie de l’époque ? Comment se construire quand on ne se demande pas ce que sera sa vie, mais à quoi ressemblera sa mort ?

La peinture émouvante et terrible d’une période charnière, dont les drames croisent ceux d’une adolescence pas comme les autres. Et une bouleversante voix d’enfant, sa mue poignante et, malgré tout, vitale.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Root 2018-12-23T01:32:26+01:00

Que sa femme tienne les rênes, finalement ça l’arrange. Gérard, ce qu’il aime, c’est les matchs de foot, s’envoyer les filles de la poste et boire des coups le soir avec ses potes. On l’attend pour dîner alors que monsieur traîne dans les bars. Quand il se décide à rentrer, il est tellement bourré qu’il ne tient plus debout et sa chemise empeste le parfum. Annick peut gueuler et chialer tant qu’elle veut, il s’en balance.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Root 2019-02-22T15:23:16+01:00
Lu aussi

Elles s’appellent Carole, Claudine, Lisette, Léa. En rentrant de l’école, il leur fait parfois une bise. Il a bien compris qu’elles tapinaient, mais elles ont toujours le sourire et un petit mot gentil. Sa mère leur loue souvent des chambres, il faut bien faire tourner la boutique après tout. Le jour où un inspecteur de police s’invite chez eux au beau milieu du repas, ça lui semble démesuré. C’est si grave que ça ? Assez pour qu’on conduise Annick au poste. Pas la peine de compter sur Gérard pour les réconforter, son petit frère et lui. Gérard est un con, un con aviné doublé d’un beauf méchant. Un con qui aboie de loin et laisse la culotte à sa femme. Il faut dire qu’elle a du répondant, Annick. Ces deux-là se détestent. Gueularde, bornée, minée par son poids, il lui arrive toutefois de virer au romantisme poussiéreux. Dans les yeux du narrateur, elle est quand même belle, sous ses cheveux crêpés durcis à la Cadonett, engoncée dans son gros manteau rouge.

Dans ce Paris qui va voir naître l’année 1980, plus proche des Deschiens que d’Amélie Poulain, évolue Philippe, petit bonhomme de 11 ans. Dans cette drôle de cellule familiale bruyante et crasseuse, il apprend la vie. Ce qu’il y a derrière les façades grises de la rue d’Austerlitz, derrière les non-dits, les rires ou dans les journaux. L’actualité n’est pas reluisante : le FN monte et le monde s’inquiète du « cancer gay », cette nouvelle maladie qui touche les homosexuels. Philippe aussi aime les hommes. Mais il a tout intérêt à garder ça pour lui. Sa mère serait bien trop triste et son père en ferait une syncope. Ça, ce serait une bonne chose, cela dit. À mesure que le temps passe, ses hormones le travaillent. Voyeur, obsédé comme peut l’être un ado, il officie secrètement et parvient à contenter ses pulsions, et nourrit sa haine du paternel déchu. Mais comment vit-on dans le silence et la honte ? La solitude et l’incompréhension ? Le fils indigne a-t-il droit à la parole ?

Entre crise identitaire, drame social et satire familiale, ce roman porte un regard intelligent sur une décennie qui a vu le pays culturellement et idéologiquement chamboulé. Les mots, choisis, piquants, vous arriment au personnage principal qui découvre et se découvre. Si certaines situations et réflexions prêtent à sourire, c’est la justesse, surtout, qui épate. Ce « tout » de Comment tout a commencé, c’est la naissance au milieu de la mort, le besoin de reconnaissance noyé dans l’indifférence, et des lendemains qui n’auront jamais la saveur des jours passés. L’enfance qui claque la porte au nez de l’âge adulte qui n’était pas prêt. Des petites histoires dans la Grande. À travers la bouche d’un gamin qui joue les funambules entre fatalisme et espoir, Philippe Joanny signe là un premier roman entraînant, qu’on croirait écrit sur le fait tant le bouleversement se ressent à chaque chapitre. Sans excès ni complaisance, nostalgique, brut et beau.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Comment tout a commencé" est sorti 2019-01-16T00:00:00+01:00
background Layer 1 16 Janvier

Date de sortie

Comment tout a commencé

  • France : 2019-01-16 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 2
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 2
Note globale 7 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode