Livres
567 902
Membres
622 827

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Confessions d'un automate mangeur d'opium



Description ajoutée par annick69 2018-04-07T14:17:56+02:00

Résumé

Paris, 1889. Un monde en transition, où les fiacres côtoient les tours vertigineuses des usines. Une ville brumeuse envahie par les aéroscaphes, d’étranges machines volantes qui quadrillent le ciel, et des nuées d’automates cuivrés... C’est dans cet univers révolutionné par l’éther, la substance verte aux propriétés miraculeuses, que la comédienne Margaret Saunders doit résoudre le mystère de la mort de sa meilleure amie, tombée d’un aérocar en plein vol. Sur la piste d’un créateur de robots dément, Margo, secondée par Théo, médecin dans un asile d’aliénés, va découvrir au péril de sa vie les dangers cachés de l’envoûtante vapeur.

Afficher en entier

Classement en biblio - 228 lecteurs

extrait

- Qu'avez-vous contre les choses naturelles ? demandai-je, regrettant aussitôt ma question.

- Elles meurent, madame Sadovnikova. Elles meurent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Ce livre est une véritable aventure. On suit l'aventure de Margaret et son frère Théo au coeur de Paris. Ils enquêtent sur la mort de la meilleure amie de Margaret. Cela va les mener dans des situations périlleuses. C'est un super livre addictif dans un monde parfaitement imaginé par les auteurs.

Afficher en entier
Bronze

Confessions d un automate mangeur d Opium est un roman qui se range dans la lignée des Steampunk, c est-à-dire une histoire qui se déroule au 19ème siècle, à la belle époque, et qui met en avant des progrès techniques imaginaires et fantastiques. L histoire est animée par deux personnages principaux, deux frères et sœurs : Margaret Saunders, actrice, et Théophraste, aliéniste, vivant tous deux à Paris au moment de l Exposition Universelle. Le récit débute par le décès d une certaine Aurélie, « amie » de Margo, qui se serait apparemment suicidée. Mais cette dernière, connaissant son amie, ne crois pas à la cause de la mort et décide d enquêter. De pages en pages, elle et son frère vont se retrouver mêlés à une sombre histoire d automate assassin, humain au départ mais dont l éther aurait permis de le rendre « immortel ». Dès lors, qui est le créateur de ces fameux automates ? Comment l éther atteint-il-le cerveau et comment à contrario l Opium vient chambouler ses effets ? Peut-on parler de progrès ou de torture ? Enfin, qui est ce mystérieux Owen, rescapé d une guerre et marqué à vie ?

Le portrait des personnages est assez particulier, je ne saurai dire si je les ai trouvé « ennuyeux » ou « originaux ». Margo est une femme attirante mais elle-même davantage attirée par les femmes (les auteurs auraient-ils souhaité ajouter une touche de modernité ? il aurait peut-être été intéressant de glisser subrepticement comment cette homosexualité été vue par les populations de l époque). Elle entretient une relation que j ai trouvée ambigüe avec son frère Théophraste De Barrias Archimbault, et je me suis demandé tout au long du récit si ce dernier était réellement son frère ou pas. Lui-même est un aliéniste attirée par le progrès et qui pense que l éther a des impacts sur le cerveau de ses patients. Ce personnage-ci est déjà un peu plus « intéressant » que celui de Margaret, plus profond dans ses pensées et ses actes.

Étrangement j ai retrouvé sur la forme de l histoire un peu de Pierre Pevel avec sa saga « Le Paris des Merveilles », surtout dans la volonté des auteurs d ajouter une pointe de cocasserie et d humour à l intrigue. Malgré ces personnages un peu creux et des conversations pas toujours bien construites, j ai quand même été emballée par l histoire et lu le roman assez rapidement.

Au niveau de "l enveloppe" du livre, je la trouve particulièrement attirante. La couverture, que l on doit à Noëmie Chevalier et Adèle Silly, est bien représentative du style Steampunk avec ses dorures et ses rouages typiques. L arrière-plan type carnet en cuir marron rappelle le terme « Confessions » du titre. Car l histoire démarre bien par la prise de parole d un personnage clé qui nous invite à découvrir son histoire, au travers de chapitre prenant respectivement les voix de Margo ou de Théo. Le nom des auteurs est inscrit sur un arrière-fond de type marbre blanc et l image met bien en relief la ville de Paris avec sa Tour Eiffel, ses aérocars, bref sa modernité fantastique. Sur cela je félicite les éditions Bragelonne, les designers et illustrateurs, car leur couverture est absolument superbe !

En conclusion un roman steampunk intéressant sur le fond mais aux personnages manquant de reliefs et d intensité.

Afficher en entier
Lu aussi

sympathique mais pas de coup de coeur

Afficher en entier
Lu aussi

Je suis très déçu de ce livre, l'idée de départ était intéressante le problème c'est que j'ai trouvé le récit très brouillon, les personnages et le scenario était très bancales à mes yeux.

D'après ce qui fait une bonne histoire c'est le fait qu'elle nous donne envie d'y croire, peu importe à quel point l'histoire et/ou les personnages sont fantastiques si on arrive à croire à l'univers de l'auteur le tour est joué. Malheureusement non seulement je n'ai pas cru une seule seconde à cet univers mais j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le récit.

Tout n'est pas à "jeter" dans ce livre bien évidemment, il y a beaucoup de bonnes idée seulement il y a trop de choses qui m'ont dérangé pour que je puisse vraiment les apprécier.

Afficher en entier
Bronze

Une histoire sympathique qui se laisse lire, mais cela s’arrête ici. Je connais déjà le style steampunk via la bande dessinée et je n’avais jamais essayé en roman. Même si je me suis laissé porter, il m’a manqué un esthétisme et un scénario plus approfondi et moins bateau.

Le roman est rythmé par deux voix, celui de Théo et de Margo, respectivement frère et sœur fusionnel, élément que je trouve le bienvenu ! Cela évite les éternelles histoires d’amour d’une banalité affligeante. Cependant, ces personnages principaux, même s’ils ne sont pas agaçants, auraient pu être plus attachants. Margo a une personnalité rigolote mais pas assez exploitée, et Théo m’a semblé beaucoup trop sérieux et posé pour que ses scènes d’action soient crédibles.

Tous deux vont décider d’enquêter eux-mêmes sur la mort de l’amie de Margo, sans savoir qu’ils vont trouver bien plus. Les péripéties s’enchaînent rapidement, avec des faces d’action et d’enquête. Mais ce que je pourrais reprocher, c’est que certains éléments du scénario sont facilement trouvables, notamment à cause du titre. (Oui d’ailleurs, le titre peut être un peu trompeur sur le contenu si on ne lit pas le résumé. Il est cool, mais on peut s’imaginer suivre le carnet personnel de ce dit automate.) Cela ne m’a pas empêché de continuer, on peut toujours être surpris, mais j’ai trouvé que les autres explications sont classiques et données de manière confuses.

Quant à l’écriture, elle est fluide, mais il m’a manqué des descriptions pour vraiment représenter un univers steampunk. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, mais le style est principalement représenté par le vocabulaire (aéronef, automate, etc..), alors que le livre était l’un des premiers du genre à être écrit par des français (si j'en crois la préface.). Un novice dans le style va peut-être avoir du mal à se représenter certaines machines ou les bâtiments.

Un livre qui aurait pu être mieux, mais qui remplit bien son job. Les péripéties ne sont pas désagréables à suivre, et on peut se laisser prendre par l’enquête. Je dirai que c’est un roman steampunk à ouvrir quand on cherche quelque chose de pas trop compliquer et qui sera nous détendre.

Afficher en entier
Lu aussi

Dans ce récit à deux voix, nous suivons les pensées et aventures de Margaret Saunders, alias Margot, et Théo, de manière alternée. La première, comédienne, incarnant Juliette dans la célèbre pièce de Shakespeare, est un personnage plutôt instinctif, ce qui la met dans des situations pas vraiment confortables. Heureusement, elle peut compter sur Théo, à l’esprit plus rationnel, au tempérament plus posé, pour la sortir de là.

Margaret décide d’enquêter sur la mort suspecte de sa meilleure amie. L’enquête en elle-même, ce mystère à élucider, sont très bien. Ils permettent aux auteurs de poser ça et là leurs petits indices, tels des cailloux blancs pour que le lecteur retrouve son chemin. L’univers steampunk, dans lequel le lecteur est plongé, bien qu’assez peu développé finalement, est crédible et on se laisse entraîner naturellement.

En revanche… Qu’est-ce que c’est que ce final ? Alors que tout ce qui y mène nous fait nous attendre à un superbe feu d’artifice, je me suis retrouvée avec un vulgaire pétard mouillé, qui me laisse un profond sentiment d’inachevé et d’incompréhension. Suis-je passée à côté de quelque chose d’important? Possible. Et je l’espère très fort.

Cela aurait pu être un bon moment de lecture, avec du suspense, de l’angoisse, de la psychologie, des liens intrigants entre les narrateurs, mais j’en sors avec une impression mi figue mi raisin. Ce n’est pas « bof », loin de là. Mais il y a quelque chose avec ce final qui m’a gâché mon plaisir… Cependant, je me répète mais il est possible que quelque chose m’ait échappé.

Afficher en entier
Argent

J'ai bien aimé ce roman. Même si je ne me suis pas vraiment attachée à Margo et Théo, sur lesquels on sait finalement assez peu de choses, j'ai trouvé l'intrigue captivante et l'univers suffisamment exploité pour un one-shot. Les seuls bémols : quelques petites longueurs et facilités scénaristiques, ainsi qu'une fin très abrupte qui me laisse un goût d'inachevé - c'est d'ailleurs pour ça que j'ai choisi de classer ce roman en argent plutôt qu'en or.

Afficher en entier
Argent

Un livre intéressant, qui se passe dans un Paris du XIX où la technologie règne en maître et où il est tout à fait normal de croiser divers automates. Le fait que, les 2 personnages principaux donnent leur point de vue à tour de rôle, rend l'histoire plus vivante à défaut d'être originale, l'automate fou me rappelant furieusement certains cybermen dans une série télé ! (Conception et "ressenti ")

Afficher en entier
Pas apprécié

Je ressors avec le même sentiment qu'à la lecture d'Arcadia, trop de blabla pour une histoire assez molle et vite régler. Je crois que je n'adhère pas à son écriture dans ce genre d'histoire parce que j'ai lu deux livres jeunesse de Fabrice Colin et je les ai beaucoup aimé. Je trouve qu'il en fait trop apportant à la narration des détails sans importance car n'ayant aucun incidence sur l'évolution de l'histoire et même si développer un personnage peut être important faut savoir sélectionner les info, je ne sais pas quel auteur à écrit quelle partie mais je le soupçonne d'avoir écrit Margo c'était la plus fleuri, la plus amoureuse de littérature et d'art des deux parties. Je suis déçue.

Afficher en entier
Diamant

Un excellent livre steampunk avec un univers qui certes ne change pas de beaucoup par rapport à d'autres, mais qui est m'a charmée par ces descriptions.

L'écriture des deux auteurs est très sympathique.

Un coup de coeur.

Afficher en entier

Dates de sortie

Confessions d'un automate mangeur d'opium

  • France : 2013-04-26 (Français)
  • France : 2018-02-14 - Poche (Français)

Activité récente

stcl l'ajoute dans sa biblio or
2020-12-29T18:50:12+01:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 228
Commentaires 45
extraits 23
Evaluations 82
Note globale 7.28 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode