Livres
458 637
Membres
412 299

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Contes de la fée verte



Description ajoutée par x-Key 2012-01-27T18:35:52+01:00

Résumé

Calcutta, me direz-vous. Quel drôle d'endroit où aller quand les morts reviennent marcher parmi les vivants. Et je vous répondrai : pourrait-on imaginer lieu plus approprié qu'une ville où cinq millions de personnes semblent déjà mortes — pourraient tout aussi bien l'être — et où cinq autres millions aimeraient bien mourir ?

C'est par cette nouvelle, « Calcutta, seigneur des nerfs », une des clefs de voûte de ces douze contes de la fée verte, que Dan Simmons a découvert Poppy Z. Brite et s'est enthousiasmé pour ce talent nouveau dans le registre du fantastique et de la terreur. Un talent d'une singulière puissance d'évocation, sensible aux parfums, aux atmosphères, aux expériences limites d'une génération en proie au mal de vivre — au point de parer la mort d'une étrange séduction charnelle.

« La vision que nous propose Poppy Z. Brite, écrit Dan Simmons, est noire, dérangeante, délicieusement érotique, suavement sauvage et entièrement personnelle. Ce jeune écrivain n'est pas seulement une étoile littéraire montante, c'est une supernova qui pourrait bien occulter des constellations plus brillantes et nous faire chérir la nuit au-delà du raisonnable. »

Afficher en entier

Classement en biblio - 85 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Ignis 2013-10-11T09:15:36+02:00

Dans une cité de plusieurs millions d'habitants, une ancienne cité assez surpeuplée et assez cruelle, il peut se développer une sorte de magie.

Le mot "ancien" ne signifie pas grand chose en Amérique.Deux ou trois cents ans au maximum....et les usines et les filatures désaffectées n'en ont guère plus de soixante. Mais je pense à La Nouvelle Orléans, cette ville embourbée dans le temps, où une nouvelle religion a évolué en moins de deux siècles- un mélange hétéroclite composé d'une dose de poussière de cimetière haïtien, d'une dose de juju de la brousse africaine, d'une gorgée de vin de messe et d'une pincée de miasmes des marais. La magie apparaît quand elle veut, où elle veut.

Dans une métropole grouillante et cruelle, on peut créer sa propre magie...volontairement ou non. Une magie destinée à assouvir les désirs qui auraient dû rester enfouis au luls profond de votre âme, ou à vous permettre de survivre à l'interminable succession des jours de désespoir. Et ce désespoir, cette faim de pain ou d'amour, cette joie secrète devant la folie de l'existence....tout cela a pu donner naissance à autre chose. Un composé de mauvais rêves et d'amour perdu, quelque chose dont les suppôts sont les abandonnés, les oubliés, les inutiles.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Un chef d'oeuvre digne de Brite. Sa plume est juste extraordinaire. Cette femme arrive a nous inclure dans son univers par une multitude de détails sans pour autant rendre le contenu lourd et difficile a suivre.

Je viens de le finir et j'en ai encore les entrailles retournées.

Noir, sale, glauque, mais profond, une multitude de sentiments a ressentir...

Ce livre ne peut laisser personne indifférent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Une auteure que m'avait sugérée une amie, me vantant sa plume poétique: effectivement! Poppy à un talent fou, avec elle même les choses les plus dégoutantes prennent une autre tournure. Elle posséde une vision des choses totalement décalée, le retranscrit sur le papier à la manière d'un poème, avec une imagination sans détour.

Moi qui n'aime pas particulièrement les recueilles de nouvelles, j'ai passé un très bon moment en compagnie de l'autrice et de son univers tout aussi glauque que morbide.

Seul ombre au tableau: Trop de rebondances. Les thèmes des nouvelles sont très répétitifs ainsi que ses personnages.

Une lecture que je ne conseille pas aux lecteurs sensible néanmoins :).

Ma chonique: https://yesagainonemorepage.blogspot.com/2019/03/contes-de-la-fee-verte.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-11-14T19:28:50+01:00
Or

Poppy Z. Brite – appelez-le Bily Martin comme il le souhaite – est un écrivain d’horreur que je ne connaissais que de nom, mais je n’avais jamais osé découvrir, non pas par rapport à sa vie intime que je respecte, mais un je-ne-sais-quoi.

Depuis que j’ai découvert Graham Masterton, je me suis pris d’affection pour la littérature d’Horreur. J’ai arpenté les rayonnages, sites tels que nooSFere ou Babelio en quête de trouver d’autres écrivains de la même tempe. J’ai écumé la collection Terreur de chez Pocket, quelques Fleuve noir et un peu de – la blague – J’ai lu Épouvante, le constat est flagrant. Très peu d’écrivains sont capables d’aller aussi loin dans le trash ; je citerai Graham Masterton, Nancy Averill Collins, Clive Barker et c’est tout, jusqu’à ce que découvre Poppy Z. Brite. Tout le reste, c’est de la rigolade, soit c’est bien mais ça ne va pas aussi loin (Robert McCammon, Stephen Laws, Matthew John Costello…), soit c’est très mauvais (Ramsey Campbell, Thomas Tessier…) ou bien ils n’ont absolument rien d’Horreur, mais sont considérés comme tels (Stephen King, Dean Koontz, Dan Simmons, John Saul…).

« Contes de la fée verte » est un recueil de 12 nouvelles – qui n’ont pas de liens directs avec l’absinthe – publié initialement chez Denoël, puis réédité toujours chez Denoël et pour finir chez Folio SF. Cela dit, malgré une parution dans les divers collections de Science-Fiction, ce n’est pas de la Science-Fiction.

Spoiler(cliquez pour révéler)→ « Anges » (Angels – 1987)

→ « Conte géorgien » ( A georgia story – 1987)

→ « Sa bouche aura le goût de la fée verte » (His mouth will taste of Wormwood) – 1989)

→ « Musique en option pour voix et piano » (Optional music for voice and piano – 1985)

→ « Xénophobie » (Xenophobia – 1989)

→ « La sixième sentinelle » (The sixth sentinel – 1991)

→ « Disparu » (Missing – 1985)

→ « Prise de tête à New York » (How to get ahead in New York – 1992)

→ « Calcutta, seigneur des nerfs » (Calcutta, lord of Nerves – 1991)

→ « Paternité » (The elder - 1986)

→ « Cendres de souvenir, poussière du souvenir » (The ash of memory, the dust of desire – 1990)

Les nouvelles s’enchaînent et restent dans une cohérence de liaison). Sur l’ensemble j’en ai adoré 3. « Xénophobie » nous envoie dans les tréfonds de Chinatown. C’est morbide, mais amusant avec deux lascars gardiens d’un linceul. « La sixième sentinelle » – un récit sympathique à lire, annonce les liens qui unissent deux personnes dans un cimetière. C’est peut-être la plus aboutie du recueil. Pour terminer, « Prise de tête à New York » m’a emballé par cette attaque de clochard et ce marché insolite. À noter que dans celle-ci, nous retrouvons les deux personnages de la première nouvelle « Anges ».

D’autres m’ont profondément ennuyé. Je citerai les deux dernières. Je n’ai rien compris au texte le plus court : « Traces de pas dans l’eau ». Quant aux autres, hormis « Calcutta, seigneur des nerfs » – un peu trop longuet à mon goût –, m’ont peu emballé.

J’ai trouvé quelques similitudes avec Clive Barker sur le plan personnel, mais aussi professionnel. Ainsi comme tous deux traitent des récits bien gores, trashs et très pornographes. Toutefois, ceux de Poppy Z. Brite sont plus compréhensibles, structurés.

Ce fut une belle lecture collective avec mes amies Fifrildi, Ludi33, Mladoria et Tatooa. Merci pour ces échanges sur notre forum commun les trolls de babel.

« Contes de la fée verte » est très morbide. On y découpe, démembre, fornique… le tout dans un univers glauque, parfois malsain, mais toujours avec une belle plume et le tout étant très bien détaillé. Les nouvelles se lisent avec beaucoup de facilité. J’ai eu ma dose de perversité et de lugubre. J’aime bien la littérature de l’Horreur, mais là, je ne suis pas très fan. Je préfère quand c’est fait avec subtilité et quand le personnage principal se trouve dans des situations délicates. Je pense que je pourrais continuer avec cet auteur, mais sur un format court comme celui-ci. J’ai un peu peur d’une éventuelle redondance sur un roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lain_se 2017-11-02T19:23:02+01:00
Bronze

Douze nouvelles sacrément glauques sublimées par une plume poétique, frisant l'érotisme. C'est le premier livre que je lis de Poppy Z. Brite et je ne suis pas déçue. Excellente lecture pour la période d'Halloween !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kirlan 2013-10-29T10:14:56+01:00
Lu aussi

j'ai fini ce recueil qui est le premier livre de cet auteur que je lis. Je suis assez partagée entre les nouvelles.

J'ai beaucoup aimé les deux dernières qui mettent en scène des personnages ayant une vie plutôt "normale" au départ. Les deux premières étaient très bien aussi, mais je trouve ensuite que les situations se répètent (les personnages sont déjà des habitués des lieux sombres et glauques ... pas étonnant qu'ils leur arrivent des trucs ...)

L'ambiance est bien sûr très glauque au bord du dégoût. Mais je m'y attendais alors c'était réfléchis comme lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NIMUEGON 2013-07-26T14:21:59+02:00
Argent

Poppy Z. Brite est brillante ! Et ce recueil de nouvelles l'est tout autant. J'ai été très heureuse de retrouver des personnages "d'âmes perdues" ! Sinon, dans l'ensemble, ça reste glauque, malsain, poisseux et puant. Sublime, dérangeant, sensuelle. Tout et son contraire.

Deux des nouvelles (en plus de celle où l'on retrouve des personnages d'âmes perdues) m'ont tout particulièrement heurtée (à tel point que même un an après je m'en rappelle encore). L'une faisant référence à Kali, l'autre étant celle d'une amoureuse folle à lier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elo0 2013-03-13T16:07:34+01:00
Or

Les nouvelles sont glauques, morbides à souhaits ^^

J'adore cette auteure

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eme93 2013-02-02T18:22:30+01:00
Argent

Toutes les nouvelles sont plutôt sombre et glauque mais toujours bien écrites !

Malgré mon coté fleur bleue je me suis prises dans toutes ces nouvelles plus noir les unes que les autres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hebii 2012-01-31T19:33:55+01:00
Diamant

Un chef d'oeuvre digne de Brite. Sa plume est juste extraordinaire. Cette femme arrive a nous inclure dans son univers par une multitude de détails sans pour autant rendre le contenu lourd et difficile a suivre.

Je viens de le finir et j'en ai encore les entrailles retournées.

Noir, sale, glauque, mais profond, une multitude de sentiments a ressentir...

Ce livre ne peut laisser personne indifférent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miero 2011-11-26T13:50:26+01:00
Argent

J'ai bien aimé ce recueil de "contes". Mais j'ai remarqué que dans la première partie du livre les contes sont plus captivant que dans la seconde, enfin ce n'est qu'un avis personnel. J'ai eu un énorme coup de coeur pour la première nouvelle avec les jumeaux, une histoire qui prend au coeur et qui ne laisse pas indifférent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par binou 2011-11-19T08:57:40+01:00
Argent

j'ai été moins emballée pas ces contes que par âmes perdues ou corps exquis. J'ai apprécié 2 ou 3 histoires mais sans plus. Par contre j'ai aimé retrouver ghost et steve (âmes perdues)

Afficher en entier

Date de sortie

Contes de la fée verte

  • France : 2011-01-13 - Poche (Français)

Activité récente

Masa50 l'ajoute dans sa biblio or
2018-11-14T19:27:59+01:00
kyerz le place en liste or
2017-06-13T16:14:40+02:00

Les chiffres

Lecteurs 85
Commentaires 13
Extraits 17
Evaluations 20
Note globale 7.89 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Swamp Fœtus - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode