Livres
528 463
Membres
548 519

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par AudreyLaloi 2020-08-28T18:47:20+02:00

Mais ce que je regrette le plus, c’est cette once de désir que j’ai ressenti quand il s’est approché de moi. Je ne voulais pas ressentir ça. Ce que je veux moi, c’est le détester et le pourrir pour qu’il comprenne que je ne suis pas son jouet. Pourtant, mon corps m’a trahi. Je n’ai pu m’empêcher de me demander qu’elle sensation je ressentirai en sentant ses lèvres contre les miennes. C’est débile. Car maintenant je sais pleinement ce que je ressentirai : du dégout. Ce mec me dégoute. Son arrogance, son égoïsme, son assurance, tout chez lui me répugne.

Alors ce qu’il peut bien me faire, je n’en ai rien à carrer. Il peut toujours me toiser avec son regard furieux, je ne changerai pas d’attitude.

— Tu devrais être plus gentille avec moi, après tout, tu as encore un service à me demander n’est-ce pas ?

Un frisson me parcourt. Sa phrase résonne comme une menace. Ma boutique. Il faut que j’obtienne son aide. C’est certain que le priver de descendance ne m’aidera pas à obtenir ce que je veux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudreyLaloi 2020-08-28T18:45:32+02:00

— Pas mal le déguisement, poupée, se moque Eliott.

J’ouvre la bouche, mes yeux s’écarquillent. En d’autres circonstances je lui aurais asséné un tacle monumental. Mais aujourd’hui, peu importe ses paroles ou son comportement, je suis si soulagée de le voir ! Un élan de détresse en moi prend le pas sur ma raison, je le serre dans mes bras. J’ai eu si peur ! Il est arrivé tel un sauveur… Tant pis si c’est un gros con arrogant. En ce moment la seule chose à laquelle je pense c’est qu’il est là avec moi, qu’il me protège. Sa seule présence a réussi à me calmer, mon cœur et ma respiration s’apaisent.

Eliott prend mon menton dans sa main, il le lève pour que je le regarde. Il a toujours ce petit sourire en coin qui le rend si craquant.

— Un bisou pour les caméras, poupée.

Qu… Quoi ? Je fronce les sourcils. Je n’ai même pas le temps de réaliser ce qu’il vient de me dire que sa bouche est déjà posée sur la mienne dans un tendre baiser. Je me laisse faire, mon cerveau est trop affaibli par ces dernières émotions.

Lorsqu’il se décolle de moi, il se tourne vers les journalistes, souriant et fier de lui. Non, mais quel connard ! Se servir de moi pour faire sa petite publicité gratuite, redorer son image ! Il n’est pas là pour moi, mais pour lui. Quelle idiote j’ai été de croire une seconde qu’il pensait peut-être à quelqu’un d’autre qu’à sa propre personne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudreyLaloi 2020-08-28T18:42:48+02:00

Un jour quelqu’un m’a dit : La vie, c’est comme une partie de poker. Tu nais avec des cartes, bonnes ou mauvaises, peu importe. Ce qui compte c’est ce que tu en fais. Tu peux naître avec un bon jeu, mais ne pas savoir t’en servir et tout perdre ; tu peux avoir de mauvaises cartes, au mauvais moment, et te démerder pour que le sort s’abatte sur le joueur à côté de toi ; ou tu peux décider de bluffer, prendre le risque de tout perdre, mais aussi l’espoir de tout gagner. La bonne question est : qui a le plus à perdre ? Tout le monde, sans exception. Nous sommes tous autour de cette table invisible, tous les jours, prêts à jouer pour gagner jusqu’à notre dernier souffle. A l’époque je me demandais, pourquoi le poker ? Mais aujourd’hui j’ai compris. Parce que c’est un jeu solitaire fait de façades destinées à cacher la vérité. Ça peut paraître triste, mais si j’ai appris une chose, c’est que la vie est faite ainsi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode