Livres
458 767
Membres
412 521

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par machaso 2018-07-26T08:46:21+02:00

Une semaine vient de s’écouler sans que Julian m’ait adressé le moindre mot. Nos rapports sont on ne peut plus froids, et cela commence à m’agacer. Aujourd’hui, je dois impérativement le coincer pour lui parler de dossiers qui ne peuvent plus attendre. Il faudra donc que monsieur se décide à passer outre notre attirance pour que je puisse avancer dans les différents projets en cours.

Depuis mon bureau, j’entends ses frères lui dispenser des conseils sur des techniques de posture du dos en extension. S’ils parlent ainsi, c’est que l’entraînement est terminé. Je me lève donc de ma chaise et pars attendre Julian dans l’entrée. Ce dernier marche, tête baissée, avec sa serviette autour du cou et une boisson énergisante dans la main.

— Julian, l’arrêté-je juste avant qu’il arrive à ma hauteur. Je sais que tes minutes sont comptées, mais j’ai vraiment besoin de ton accord sur certains points et de ta signature sur des dossiers.

— Pas de souci. Montre-moi de quoi il s’agit.

Je soupire de soulagement et lui tends ce qu’il doit contrôler en prenant soin de ne pas le regarder dans les yeux.

— Il faudrait que tu signes ces chèques. Tu as les factures avec pour vérifier, si tu veux.

Nos doigts se touchent quand il me prend le stylo. Je me maudis d’apprécier ce contact si furtif et de ne pas l’avoir anticipé pour l’empêcher. Julian a l’air d’avoir, lui aussi, ressenti cette attraction qui circule entre nous car il suspend son geste quelques secondes en retenant sa respiration.

— Je t’ai préparé un tableau récapitulatif du coût global de notre sortie de ce week-end, continué-je, le regard encore tourné vers le sol.

Le fait qu’il soit juste à côté de moi, après ces quelques jours sans le moindre contact, fait s’écrouler toutes mes décisions le concernant. Il jette un œil distrait à mon tableur avant de reporter son attention sur moi.

— Autre chose ?

— Non, c’était tout, dis-je en le regardant enfin.

À cet instant, nous nous perdons tous les deux dans la contemplation de l’autre. Un sourire timide, mais qui en dit long, naît sur nos visages respectifs. Si seulement il acceptait de s’ouvrir un peu pour me laisser mesurer l’ampleur des dégâts et panser ses blessures…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-21T19:14:51+01:00

— Alors qui est l’heureux bébé qui pourra déguster tous ces délicieux pots industriels ?

Monsieur ne me dit pas bonjour mais prend le temps d’analyser mes achats. Un comble ! Moi aussi, j’ai fait attention à ce qu’il mettait dans son panier : des légumes, des légumes et encore des légumes. De quoi faire une soupe géante pour le secours populaire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-21T18:06:16+01:00

Il est en colère. Et c’est peu de le dire. Face à la masse de muscles que ce type représente, je me sens toute petite. Je vais peut-être faire pipi dans ma culotte.

— Vous vous croyez où ? m’engueule-t-il sans pourtant élever la voix. Dans un hall de gare ?

— Ah ! ça, non, lui souris-je. À la gare, il y a toujours un agent pour vous renseigner.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-21T18:04:51+01:00

Pendant que la future cliente me parle de ses souhaits, j’analyse attentivement la brochure pour lui répondre le plus précisément possible. Je n’ai pas envie de faire une bourde, sinon, je suis cuite.

— Vous avez bien raison de ne pas vous restreindre, madame ! Il y a une carte de membre valable pour l’année qui est fixée à cinquante-neuf euros. Puis un abonnement à quarante euros tous les mois.

Merde, ce n’est pas donné. À ce prix-là, je vais courir dehors, c’est gratuit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-21T17:39:28+01:00

Aujourd’hui, force est de constater que je n’ai toujours aucune proposition. Les quelques entretiens que j’ai eus n’ont rien donné. Les recruteurs ont constamment quelque chose à me reprocher : soit je suis trop jeune, soit je suis trop vieille, soit je n’ai pas assez d’expérience, soit je suis trop diplômée pour le poste… Mais merde, à la fin ! Laissez-moi être à l’accueil de votre petite structure régionale ! Quitte à faire la plante verte alors que je suis capable d’être assistante de direction dans un groupe national.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2019-04-23T11:53:28+02:00

Comme une droguée qui reçoit son shot après une crise de manque, je me mets à planer. Si Julian est ma came, alors je ne veux plus jamais aller en cure de désintox.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kandaina 2019-04-16T19:19:48+02:00

Il se persuade de réussir à protéger son cœur en ne laissant personne l'atteindre, mais aimer, c'est accepter de souffrir. Aimer, c'est vivre de ses émotions.

Afficher en entier

Sache qu'avoir besoin de quelqu'un ne te rend pas faible. Cela te rend humain. Et je veux être cette personne-là pour toi. Pour le moment, j'attends en retrait. Mais dès que tu le souhaiteras, je serai là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Venus13013 2019-02-16T00:58:24+01:00

Tu m'as tatoué là où aucune aiguille ne pouvait m'atteindre. Directement dans mon coeur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Venus13013 2019-02-16T00:57:58+01:00

Il se persuade de réussir à protéger son coeur en ne laissant personne l'atteindre, mais aimer c'est accepter de souffrir. Aimer, c'est vivre ses émotions. J'espère qu'il finira par en prendre conscience un jour.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode