Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Coquelicot27 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Tous nos jours parfaits Tous nos jours parfaits
Jennifer Niven   
Je n'ai jamais autant pleuré en lisant un livre. Je ne m'attendais pas à pleurer jusqu'à ce que mes larmes coulent d'elles-mêmes. Et je dois avouer que je n'ai aucun mot pour décrire ce que je ressens pour ce livre.

Tous nos jours parfaits est simplement... parfait. Plutôt indescriptible. C'est pas un roman qui reste uniquement dans votre tête. Il emménage carrément votre cœur et il le fait battre à son rythme. C'est unique.

Je sais que ce que je vais dire va être très contradictoire mais ce bouquin a réparé mon cœur en même temps qu'il l'a brisé.

Et il est beau, ce livre. Sérieusement.
Je ne me suis pas posée une seule fois la question; je le sens au plus profond de mon être que j'aime ce livre.
Et j'aime Theodore Finch. C'est l'un de mes personnages préférés de tous les temps. Il est unique, il a une drôle de façon de voir les choses et tout ce qu'il est le rend beau. C'est le genre de personne qu'on ne croise qu'une fois dans une vie ou pas du tout. Mais qui reste à jamais dans les cœurs et les mémoires.
Il est génial à sa façon et ça le rend encore plus génial.
[spoiler]Sa mort m'a littéralement brisée. Je ne voulais pas y croire. Je m'attendais à ce qu'il émerge des eaux du Blue Hole en souriant comme un imbécile et qu'il annonce qu'il avait touché le fond. J'espérais. Et j'ai espéré jusqu'au dernier mot de ce roman. [/spoiler]

Je me suis dit qu'un tel roman ne pouvait pas avoir une telle fin. Mais avec du recule et une bonne dizaine de mouchoirs, je sais que c'était la fin parfaite. Et dès le départ il n'en existait qu'une : celle qui se trouve parmi les pages de Tous nos jours parfaits.

C'est un roman très bien écrit, complètement vrai qui nous fait réaliser des choses qu'on croyait déjà savoir. Qui nous fait vivre des choses qu'on croyait déjà avoir vécu ou qu'on espérait ne jamais avoir à vivre. D'un certain côté je crois que ça montre que les choses arrivent comme ça, sans vraiment prévenir. Mais que dès le départ elles nous pendaient déjà au bout du nez. [spoiler]Que la vie tourne autour d'un trou noir et qu'un jour ce trou noir nous aspire et nous disparaissons.[/spoiler]

Je n'ai pas vraiment de mots à mettre sur ce roman. Je crois qu'il faut le lire pour tout comprendre. Pour tout ressentir et pour tout vivre.
Il faut le lire pour s'attacher à de tels personnages si exceptionnels et à une histoire si unique. C'est le genre de livre qui vous laisse à bout de souffle comme si vous aviez couru aux côtés de Finch. C'est une superbe sensation quand on y pense bien.

J'aurais tellement de choses à dire mais "tellement" les rends impossible à sortir. Je ne trouve pas les mots.
Je pense juste que Violet, Finch, Brenda et tous ces personnages qu'on croise dans cette histoire valent le coup d'être découverts.

Tous nos jours parfaits est un roman qui devrait être obligatoirement lu.
Et aussi il nous fait comprendre que, contre toute attente, la vie vaut le coup d'être vécue, quoiqu'elle nous fasse subir. Qu'il y a toujours un petit rayon de soleil qui réussit à se faire un chemin entre les nuages.

Je le répète, c'est un très beau roman.
Vous devriez vous y plonger et voir si vous réussissez à toucher le fond ou pas.

C'est un coup de cœur. Un très très gros coup de cœur. De ceux qui au départ font mal puis semblent tout rendre plus léger.

En bref, c'est un roman qui m'a marqué et que je relirais un jour ou l'autre. Sûrement quand j'oublierais que la vie est belle de pleins de façons différentes.
[spoiler]Ah et j'allais oublier. J'ai trouvé émouvants les moments où Violet fait les dernières balades et trouve les traces de Finch qui est passé avant elle. J'ai trouvé que ça leur faisait garder un lien vraiment très fort. Et c'est beau.
Et la lettre qu'il lui a laissé à la fin. Waouh. Ce... poème tout mignon qui m'a fait versé encore quelques larmes. Une jolie lettre d'adieu.[/spoiler]

Jennifer Niven a fait un travail de génie avec Tous nos jours parfaits et je crois même que je devrais aller la remercier pour cette si jolie perle.

par Sheo
Adamas, Maître du jeu Adamas, Maître du jeu
Laurent Ladouari   
Cosplay ! Un roman qui selon moi va faire beaucoup parler de lui, j’en mets ma main à couper !!! Je pari beaucoup sur ce nouvel auteur et cette nouvelle saga qui va faire son entrée dans nos chères petites librairies à partir du 2 janvier prochain. Cosplay, première volution, un titre à première vue assez peu évocateur (« Cos » pour costume et « play » pour jouer), la présentation en quatrième de couverture pourrait également en laisser perplexe plus d’un. Et pourtant ne vous fiez pas à ce petit préambule étrange, car ce livre est une véritable petite bombe !! Et la suite promet d’être encore meilleure…

Dès les premiers chapitres Laurent Ladouari montre le ton, je craignais un peu (je dois l’admettre) de tomber dans un roman compliqué et dans lequel j’allai devoir être très attentive pour bien comprendre le déroulement de l’histoire, et bien pas du tout ! Le style de l’auteur est fluide et percutant, il maîtrise et connait parfaitement son sujet. Le tout se lit à une vitesse ravageuse. Une fois entrée dans le jeu, il est vraiment très difficile d’en sortir !!!

Nous commençons tout d’abord par faire la connaissance des personnages principaux du livre et notamment de la thésarde très intelligente et maligne Katie Dûma. Nous apprenons dès les premières lignes que 1T, une entreprise spécialisée dans la fabrication de microprocesseur, est au bord de la faillite. Elle vient tout juste de se faire racheter par Adamas, un puissant homme d’affaire aux idées loufoques, craint et jalousé par le reste du monde. Né gitan, Adamas est un homme bien énigmatique, le mystère entourant son personnage est vraiment intriguant, et je peux vous assurer que l’on VEUT savoir qui est Zoran Adamas. Sans compter ses brèves apparitions que l’on devine la plupart du temp, car Adamas adore jouer au chat et à la souris avec le commun des mortels. Le tout dernier chapitre m’a cependant permise de mieux le cerner. Mais Zoran Adamas n’est pas le seul personnage mystère de ce roman, et rapidement nous allons faire la connaissance de ses proches collaborateurs qui sont tout aussi incroyables et indéchiffrables que lui.

« Les prédateurs finissent tous de la même façon. Lorsque l’angoisse de disparaitre les abandonne, ils s’empâtent, s’alourdissent, ralentissent. Bientôt quelqu’un prendra leur place et les précipitera du sommet de la chaîne alimentaire où ils étaient trop confortablement assis. » p33

Le personnel de 1T se retrouve brusquement « pris en otage » par l’équipe d’Adamas qui leur demande de participer à un jeu, le Cosplay. Et ce, dans le but de tenter de sauver ou bien de détruire leur entreprise. Le Cosplay est un jeu virtuel. Coiffés d’un casque étrange et de capteurs au niveau des doigts, les participants choisissent un avatar parmi tout un tas de personnages historiques, mythiques ou oniriques. Ils sont alors projetés virtuellement dans un monde de fiction, un univers très proche visuellement des locaux de leur entreprise actuelle. Ainsi cachés derrière leur personnage de fiction, les salariés de 1T n’hésiterons pas à exprimer leur mécontentement. Armés d’armes à feu tous les coups sont permis dans le Cosplay et l’ensemble du personnel ne tardera pas à faire l’étalage des non-dits et des rumeurs les plus folles concernant leurs collègues ou supérieurs. C’est le grand déballage chez 1T, une apocalypse foudroyante et imprévisible la ravage. Et les joueurs les moins populaires se retrouvent vite dans la fosse aux squales…Game over !
Fraîchement recruté à 1T, Katie n’a pas d’autre choix que de participer au Cosplay. Et sans s’en rendre compte, son entrain et son amour pour 1T feront de son personnage de fiction un des principaux leaders du Cosplay.

« Dans l’océan, il y a des requins. Sur la terre, des lions. Dans les cieux, des aigles. Choisis bien ton rôle dans ce drame ! Car celui qui n’est pas lion, aigle ou requin est une proie qui vit dans la peur d’être dévorée. Mais, si le sinistre métier de requin te répugne, pour n’être la proie de personne dans ce bocal, un seul moyen : fais-toi dauphin. Leurs joyeuses assemblées tiennent tous les requins en respect. Ils sont les véritables seigneurs de l’élément marin. » P34

Que ce soit dans le Cosplay ou bien à l’extérieur du jeu, Laurent Ladouari à imaginé tout un panel de personnage vraiment très intéressant. Sans pousser très loin dans leur passé, la description qu’il nous en fait est suffisante pour nous permettre de nous attacher (ou bien de détester) ses personnages. Les chapitres sont assez courts et donnent un bon rythme au roman, le point de vue omniscient nous permet de nous projeter et de saisir avec encore plus de facilité l’univers crée par l’auteur.

S’il fallait néanmoins trouver quelques points négatifs, je dirai que je me suis assez souvent mélangée les pinceaux concernant certains personnages que je n’arrêtai pas de confondre. Car finalement, il y pas mal de personnages à mémoriser. Et en cette période « troublée » d’avant fête j’ai eu beaucoup de mal à trouver le temps de me plonger d’une seule traite dans ce roman, mes coupures répétées ne m’ont certainement pas beaucoup aidées !!! Autre point que je voudrai aborder, (attention ce n’est pas négatif du tout) j’ai été quelque peu déstabilisée car il n’y a pas de repères de temps ni d’espace dans ce livre. Nous ne savons pas à quelle époque nous sommes, ni à quel endroit. Nous savons néanmoins qu’Internet n’existe plus, que la monnaie courante est l’écu, que la ville dans laquelle nous progressons est ceinturée par un mur (dans la zone est en dehors de la zone) après que le monde ait subi une guerre (la guerre du Pacifique), qu’il y a un couvre feu et des règles de sécurité très strictes … Mais à vrai dire nous sommes tellement obnubilés par le sort de 1T et de ses occupants que l’aspect non développé concernant l’époque et la localisation, ne m’a finalement pas plus « titillé » que cela. (je ne serai tout de même pas contre quelques explications supplémentaires par la suite…)

En bref : Ce livre m’a vraiment laissé une très bonne impression ! Ce roman d’anticipation novateur, original et abracadabrant (enfin pas si invraisemblable que cela en fin de compte…) de jeu virtuel pour « sauver » une entreprise m’a vraiment beaucoup plu ! Il y a de l’humour, de l’action, une véritable intrigue, des questions, des tonnes de questions encore suspens… Qui est vraiment Julien ? Et Natacha ? Nemo ? 1T va-t-elle réussir à produire ce qu’elle nous promet ? Adamas est très loin de nous avoir livré tous ses secrets ! Je veux également en savoir plus sur Nonpareil, et Tancrède, et Paul… Bref, avec Cosplay Laurent Ladouari a réussi le pari de rendre passionnant un sujet qui au premier abord peut paraitre ennuyeux. Cosplay est LE petit bijou qu’il faut se procurer dès le début de l’année prochaine !

par alucine
Dangerous to Know & Love Dangerous to Know & Love
Jane Harvey-Berrick   
Silence is only skin deep.

Nineteen year old Daniel Colton is the guy all the girls want to date, and the man all the guys want to be. Moody, with an explosive temper, closed off and sullen, he’s also beautiful, tatted in delicious ways, with a pierced eyebrow and spiky black hair. It’s rumoured he has piercings in other places, too. Is he really mad, bad and dangerous to know?

Daniel lives with his older brother, Zef, and their home is party central. You want drugs, a good time, liquor, no questions asked? Colton’s is the place to go.

When Daniel and good girl Lisanne Maclaine have to work together on an assignment, Lisanne finds there’s a lot more to the college’s bad boy than his reputation. He’s intelligent and funny and good company. And then she discovers his secret, why he’s so closed off to everyone, and determined to keep people at arms’ length. But being his secret-keeper is harder than she ever dreamed.

The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy
Amy Engel   
Mon avis sur…
L’histoire
Autant vous prévenir, cette chronique risque de partir dans toutes les sens, un peu comme mon cœur qui s’est fait bourlinguer à gauche et à droite pendant ma lecture. Ce que je peux vous assurer, c’est que c’est un livre aussi génial que frustrant (et comme là je suis, vraiment, très frustrée, c’est vous dire à quel point il est magique !).
On s’immerge dès les toutes premières pages dans le monde post-apocalyptique créé par Amy Engel. Après une guerre nucléaire. On en apprend plus sur les nouvelles règles mises en place : le conflit entre les deux familles, les mariages forcés… Et qu’est-ce qu’on peut détester, tout comme Ivy, les Latimer, familles ennemies depuis des générations ! Puis, on découvre que tout n’est pas noir ou blanc, mais que cet univers est teinté de nuances, tout comme Ivy va finalement le réaliser.
Ivy est une jeune femme qui, au départ, souhaiterait être aussi forte que sa grande sœur Callie, celle qui, initialement, devait s’occuper des Latimer et en particulier du fils, Bishop. Puis, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux, non seulement sur lui et son père, mais également sur sa propre famille. Je l’ai trouvée courageuse, sensible, timide et prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime. C’était une déchirure que de l’abandonner à la fin de ce livre.
Bon… sinon y a Bishop. Non. Sinon y a BISHOP ! Le Bishop charmant ! Le meilleur Book Boyfriend au monde ! Non, je n’exagère pas ! Damn, il est tellement parfait : beau, sexy, téméraire, humain, honnête, droit… Le genre qui ferait fondre même un bloc de glace en plein pôle Sud (contrairement à ce qu’on croit, c’est là qu’il fait le plus froid). Bref… Vous avez compris : je l’ai adoré. Et pour le coup, l’abandonner fut une réelle torture. Surtout de la sorte ! Amy Engel est une sadique… une vraie, une pure, une dure !
Dans les personnages secondaires, nous avons le père d’Ivy, un homme froid, distant, prêt à tout pour accéder au pouvoir et même à sacrifier sa propre fille. Plus on avance dans le livre et plus on le déteste, à mesure qu’on découvre qui il est réellement.
Puis, il y a Callie. Alors là, je n’aurais qu’une phrase pour elle : Callie, JE TE HAIS !!!
Voilà, c’est dit. Y a pas à dire : on se sent mieux après.
Parlons un peu histoire et action : autant vous le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Et on est tellement pris que la fin arrive bien trop vite ! On suit Ivy dans la découverte de sa nouvelle vie de femme mariée, où elle doit mettre en place le plan établi depuis longtemps par son père. La tension augmente à chaque page du livre, pour finir en apothéose à sa toute fin… et QUELLE FIN ! Le genre qui vous donne envie de traverser les océans pour aller trouver l’auteur et mettre tout en œuvre pour lui soutirer les informations sur le tome 2 ! Sérieusement, c’est presque de la torture ! Surtout quand on apprend que cette suite sort en VO en novembre 2015 ! *PAN ! *
Bref, vous l’aurez compris : « The Book of Ivy » est une lecture totalement addictive, palpitante et haletante. Je l’ai refermé à la limite de pleurer toutes les larmes de mon corps, mais surtout avec la furieuse envie de tout casser chez moi.
C’est un roman que vous ne pourrez tout simplement pas lâcher dès l’instant où vous l’aurez ouvert. Un gros coup de cœur chez Lumen qui réussit là l’exploit que, sur quatre livres lus chez eux en ce début d’année, c’est le troisième Coup de cœur/Coup-de-poing/Coup de foudre !

L’écriture :
La plume d’Amy Engel est fluide tout en étant délicate. Elle parvient à nous toucher en plein cœur et on s’attache si facilement à ses héros au fil du livre, qu’on ne veut plus les abandonner. Elle décrit parfaitement les sentiments qui évoluent au fil des pages, en même temps que la réalité de la société se dévoile. Et des personnages qu’on adore au début, on en vient à la haïr à la fin, et inversement. Sa plume est tout simplement parfaite… et elle vous chamboulera à coup sûr !

Et si vous doutez encore de l’acheter, voici 15 raisons qui vous feront courir jusqu’à vote libraire :
Pourquoi faut-il avoir Ivy dans sa bibliothèque ?
1. Bishop.
2. Il y a un max d’action.
3. Bishop.
4. L’héroïne est vraiment touchante.
5. Bishop.
6. La société créée par Amy Engel est particulièrement saisissante de réalisme.
7. Bishop.
8. Les pages se tournent toutes seules tant on est happé par l’histoire.
9. Bishop.
10. On en ressort totalement chamboulé.
11. Bishop.
12. La couverture est juste sublime.
13. Bishop.

Blood of Eden, Tome 2 : La Gardienne d'Éternité Blood of Eden, Tome 2 : La Gardienne d'Éternité
Julie Kagawa   
Je l'ai tout simplement adoré!!! Je l'ai attendu longtemps, ce tome, et maintenant que je l'ai fini, j'ai l'impression qu'il me manque quelque chose. Le suspens, l'ambiance qui nous tient sans vouloir nous libérer. Le mélange parfait pour un roman d'exception. Julie Kagawa s'est surpassée. Les personnages sont vraiment très attachants (j'ai eu un coup de cœur pour Jackal, le frère "salaud égocentrique et meurtrier" [citation d'Allie pour désigner son frère de sang] de l'héroïne, avec un coté sombre mais très provocateur ironiquement). J'envie le caractère d'Allison, très proche de ceux qu'elle aime, farouche... Une héroïne formidable!!!!!!!
Vous l'aurez compris, c'est sans aucun doute la meilleure série que j'ai lu!!
Je le conseille à tous, ainsi que le tome 1. Vous serez très vite accros au style poignant de l'auteure!

par Lee-Loo
Terre de Sendre, Livre I : Le Rite de Lumness Terre de Sendre, Livre I : Le Rite de Lumness
Matthieu Fichez   
Bien que le livre s’intitule Terre de Sendre, le roman ne va pas tourner exclusivement autour du personnage de Sendre. Chaque chapitre va être consacré à d’autres protagonistes : Hinriegh, Yothol et Mist. Ce choix de découpe ne laisse jamais de place à l’ennuis même si l’action vient parfois a manquée.

Le récit tourne autour de la magie et de conflits politiques assez importants entre plusieurs pays. Grâce aux personnages que l’on suit dans chaque chapitre il est assez difficile de prendre partis pour le Bien ou le Mal, car chacun a plus ou moins sa part de blanc et de noire.

J’ai trouvé la lecture de ce livre très agréable, qui est avant tout baser sur la réflexion. Je regrette quand même un peu que certains passages sur Sendre aient été mis de côté, [spoiler]notamment sa formation en tant que chevalier. C’est une partie du récit qui aurait pu être un peu plus approfondi plutôt que de nous dire qu’elle commence sa formation et qu’au chapitre suivant elle est déjà consacrée chevalier. Surtout que c’est un peu son prénom qu’il y a dans le titre…[/spoiler].

Ceci dit, tout ce qu’il ce passe avec les autres personnages est aussi très intéressant, j’ai surtout aimé suivre Hinriegh qui est plutôt du côté « magie noire ».

Dans l’ensemble ce fut un bon moment de lecture et une fois commencé j’ai eu très envie de découvrir ce qu’il allait ce passé. Le seul petit bémol à mes yeux : une ponctuation parfois mal adapté avec des points d’exclamation qui ne devrait même pas existé.

par 327e
Le Lointain, tome 1 : La Prophétie Elfique Le Lointain, tome 1 : La Prophétie Elfique
Mélanie Bouteiller   
http://leden-des-reves.blogspot.fr/2014/11/le-lointain-melanie-bouteiller.html

Bon, après avoir été environ un mois sur ce bouquin, je suis heureuse de pouvoir enfin vous taper ma chronique sur ce premier tome de la saga Le Lointain ! Parce que j’en ai, des choses à dire !

Essayons de résumer brièvement ces 560 pages. J’ai bien dit « essayons ».
Elodie et Aimy sont jumelles. Mais Elodie a été l’enfant inattendue, et sa mère, la Reine des Mirages, l’a abandonnée après avoir eu une vision catastrophique. En espérant sauver son peuple et le monde qu’ils connaissent tous, Eloïse file sur Terre pour remettre son enfant à une famille, en souhaitant de tout son cœur qu’elle soit choyée. Personne n’en saura jamais rien, pas même Elodie, et ce n’est que lors de sa dix-septième année qu’un Mirage débarque dans sa vie pour lui apprendre cette vérité si longtemps tue. Bien décidée à prendre sa revanche, Elodie va suivre Arcan pour rejoindre le Lointain et accomplir sa destinée. Eden, lui, a été élevé sur Terre aussi, alors qu’il vient du Lointain, sans en posséder aucun souvenir. C’est Aimy qui le découvrira et qui partira avec lui à la recherche de ses origines dans une quête longue et dangereuse.
Mais au milieu d’eux plane une prophétie, qui les lie bien plus qu’ils ne peuvent l’imaginer et qui pourrait absolument tout renverser.

Je ne ferai pas de commentaires sur ce résumé, même si je n’en pense pas moins, vous commencez à me connaître.

Passons à des points autrement plus essentiels que cette futilité.
Je me dois de préciser quand même que ce roman a été lu en Lecture Commune avec Foreverdreamer, et que ceci explique complètement pourquoi ma lecture a été aussi longue. D’ailleurs, je peux vous dire que ça m’a légèrement frustrée de ne pas pouvoir avancer plus rapidement, m’enfin, ce sont les aléas de la LC !
Ce temps m’aura quand même permis d’apprécier (au sens positif comme moins positif) l’ouvrage un peu plus en détail que si je l’avais lu d’une traite.

Par quoi commencer ? Le début, je sais.
Alors quand j’ai commencé ma lecture, j’étais pleine d’enthousiasme. Après tout, il s’agissait d’un Valentina. Un Valentina, quoi ! Puis, j’ai commencé à déchanter. Pourquoi ? La première chose, c’était que même si l’écriture était agréable, je n’adhérais pas du tout avec Elodie. Qu’est-ce qu’elle a pu m’agacer ! Et ce sentiment a duré jusqu’à la moitié du bouquin, environ. Après, cela a eu tendance à s’atténuer. Doucement.
Je trouvais que les choses se passaient vite, manquaient de crédibilité et de cohérence, surtout dans les réactions des personnages et, en particulier, d’Elodie. J’avais réellement envie de lui flanquer des baffes ou de m’en taper le front, c’était assez impressionnant ! Pourquoi ? Arrogante, imbue d’elle-même, qui réussit tout (elle a beau être naturellement douée, justement, quand on ne peut pas supporter son caractère, c’est encore pire, en tout cas c’est ainsi que je l’ai vécu), il m’a été très difficile de m’attacher à elle. Mais… cela ne m’a pas empêchée de regretter qu’elle n’ait pas une fin comme Aimy, par exemple. Peut-être dans le deux ? Hihi.

Parallèlement, nous avons rencontré Aimy et Eden, qui eux, même s’ils m’ont paru légèrement… en surface au début, surtout Aimy que je trouvais étonnamment superficielle, ont eu quelque chose qui m’a plu. Je ne comprenais pas pourquoi l’auteure avait décidé de s’y attarder et j’ai bien compris qu’il fallait se laisser porter pour avoir des explications. Ce que j’ai naturellement fait.
Et je ne suis pas déçue, parce qu’Aimy et Eden sont vraiment des personnages auxquels je me suis attachée et j’avais vraiment envie de savoir ce qui allait se produire avec eux, autour d’eux, et tout ! Eden est d’ailleurs, je crois, mon personnage préféré. Je le trouve génial, même si parfois, son comportement, aussi, manquait un peu de profondeur.

Très vite, dans l’histoire, nous plongeons dans le Lointain, ce monde totalement différent du nôtre et peuplé de créatures merveilleuses : Mirages, Elfes et tant d’autres. Et alors là, s’il y a bien un monde dans lequel vous rêveriez d’aller, je crois que Le Lointain remporte largement la palme. Tout est tellement magnifique, aussi original, un peu comme sur la couverture, en fait ! Vous en restez ébahis juste à en lire les descriptions. Mais n’allez pas croire que c’est le monde des Bisounours, tututut, pas du tout. Même si c’est un monde féérique, il y a largement de quoi observer de réels éléments de fantasy.
Hell, ou Elodie, comme vous préférez, s’y insère notamment assez bien, même si pour moi, c’était clairement surjoué, m’enfin bref.

Une fois que l’intrigue est totalement mise en place, que notre chère auteure Mélanie Bouteiller a largué sa méga-bombe atomique, la révélation qui m’a laissée sur les choux et pour laquelle j’ai levé haut les mains et les pieds par la même occasion, là, les choses deviennent plus intéressantes. Clairement. Il devient difficile de lâcher le bouquin (au point que j’ai un peu speedé mon partenaire de LC, et que je lui ai gentiment demandé voire même supplié que nous abolissions le dernier palier pour éviter une punaise de frustration qui m’aurait été insupportable.
Les actions s’enchaînent, le dénouement arrive parfois avec une envie simultanée de baffer plusieurs personnages et d’éclater de joie parce que d’autres évènements arrivent, ou encore de se lamenter parce qu’il y a des pertes, bref… le tout est très bien ficelé mais manque encore un peu de profondeur dans les réactions de certains.

Oui, je sais, c’est un point récurrent chez moi, contrebalancé par la magie de l’univers que Mélanie Bouteiller a su créer pour nous enchanter et nous emporter. Son intrigue peut s’avérer tout simplement bluffante pour celui qui se laisse embarquer, et le tout est très bien empaqueté, dans le sens où les incohérences n’existent pas dans l’intrigue elle-même.
Non, pour moi, le gros point faible du livre, ce sont les personnages – auxquels nous pouvons quand même parfaitement nous attacher, soyez-en rassurés – qui manquent de crédibilité dans leurs décisions et leurs réactions dans la première partie du bouquin (pour la plupart, en tout cas), puis encore un peu de profondeur dans certains aspects par la suite.
Au départ, cela m’a énormément gênée, vous avez pu vous en rendre compte. Mais par la suite, je me suis réellement laissée emporter jusqu’à trépigner, pour savoir comment tout ceci allait bien se dénouer. En voyant l’ampleur que prenait le récit, surtout après cette révélation qui m’a tant marquée, j’ai pris du recul en me disant que, peut-être, si les personnages avaient cette faiblesse, c’était peut-être dû à une précipitation pour arriver à quelque chose de bien plus intéressant plus loin. Ce que je peux comprendre. Toutefois, un peu de développement au début de l’ouvrage aurait été un grand plus pour ce roman qui vaut mine de rien le détour.

Enfin bref (oui, quand même, je vais terminer cette chronique, mais j’ai trop de choses à dire, que voulez-vous !), La Prophétie Elfique reste une très bonne lecture malgré les faiblesses que j’ai (peut-être voire sûrement un peu trop) soulignées durant cet avis. Je conseille ce roman à ceux qui aiment la fantasy, mais aussi à ceux qui aiment tout simplement voyager et se laisser embarquer. La plume de Mélanie Bouteiller saura vous charmer, elle a véritablement un don pour les descriptions qui vous permettront de vous y croire.
Certains personnages vous charmeront, d’autres beaucoup moins, mais faites attention, tout peut changer et notre auteure parvient tout de même à jouer avec notre attachement à certains… (Ceux que vous apprécierez pourront devenir ceux que vous voulez étrangler et inversement, huhu).
Le défi a mine de rien bien été remporté par l’auteure, qui a réussi à me faire apprécier son histoire et j’espère pouvoir lire le tome 2 !
Ce sera un… 16/20 pour moi et quand même bravo à Mélanie pour ce joli voyage dans lequel on sent quand même une grosse part de travail !
Deadline, Tome 1 : Deadline for love Deadline, Tome 1 : Deadline for love
Sandra Léo   
Une histoire rock and roll super originale car on la découvre au travers du point de vue de Sam, personnage principal MASCULIN.
Les personnages sont super attachants, authentiques
Elle a pris soin de créer un univers autour de chacun d'eux

le plus : en plus de la romance, une intrigue bien menée, l'auteure nous balade jusqu'à la fin et on se régale à chaque chapitre.
Une écriture fluide, romantique et avec une touche d'humour.
Un seul petit bémol : trop court!

Lu en quelques heures!!!

Auteure à suivre ...
Les gardiens, Tome 1 : Neyla Les gardiens, Tome 1 : Neyla
Ellana Wolf   
Divine Aventure ! Diaboliques rebondissements...

Voici un livre que je vous recommande. Un gros coup de cœur. L’auteur nous transporte dans un monde plein de magie et d’aventure, de combats et d’amitié tout en jouant allégrement avec les sentiments avec le brio d’un chef d’orchestre. Elle a joué avec mes émotions et tiré des notes de plus en plus hautes, faisant vibrer mon pauvre cœur, me laissant les nerfs vifs et le sourire aux lèvres.
Les héros sont attachants, drôles, délirants. Les méchants sont redoutables et les scènes de combats parfois déchirantes (dans tous les sens du terme mdr).
Mais je ne peux pas vous en révéler plus, car il faut le lire pour comprendre à quel point nous plongeons au cœur du rêve pour mieux nous retrouver dans le pire des cauchemars ^^

par DYANE
Le Prodige Le Prodige
Charles Atkins   
Ce livre aurait pu être excellent!! Nous nous retrouvons dans l'univers d'un tueur en série mais d'un angle psychiatrique et médicolégal. Ce suspense psychologique est très divertissant, le rythme est enlevant et la tension est bien présente. Les personnages sont tous crédibles et certains sont vraiment inquiétants. Mais, il y a un MAIS.... C'est quoi cette fin??
Soit, il me manque un chapitre, soit l'auteur a été "happé" par un autre cas, ou soit l'auteur a délibérément voulu qu'on use de notre imagination pour la finale. Quoi qu'il en soit, c'est cruel.... Mais bon, cette touche de mystère supplémentaire va peut-être plaire à certains mais moi, j'aurais préféré une fin bien ficelée.

par merlin