Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Coralie-105 : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
Journal de Los Angeles Journal de Los Angeles
Violet Fontaine    Anne-Sophie Jouhanneau   
Un excellent livre !
bien construit enfin j'ai vraiment passé un super moment de détente avec se livre excellent!
marquise66
No Ordinary Love No Ordinary Love
Jessica Sorensen   
Voilà un petit moment que j’avais envie de lire ce livre, ayant déjà eu l’occasion de lire cette auteure je n’ai pas trop réfléchi avant de me lancer dans cette lecture. Dès le début de cette histoire, je me suis sentie impatiente d’en connaitre plus, j’ai été agréablement surprise par ce que je vivais et ce fut une lecture très prenante, je l’ai trouvé très bien écrite.

No ordinary Love parle de harcèlement, celui de Ashlynn, ancienne meilleure amie de Queeny, la fille la plus populaire du lycée. Aussi adulée que crainte, elle ne fait pas dans la dentelle quand elle cherche à briser une personne, se servant de ces « suivantes » pour réaliser ses pires méfaits. Celle-ci va d’ailleurs jouer de son influence et des secrets qu’elle connait de Ashlynn pour lui faire les pires crasses possibles. J’ai trouvé l’adolescente très forte face à ce qu’elle va endurer, elle ne montrera pas la souffrance qu’elle peut ressentir. Portant sa nouvelle ennemie ne fera pas les choses à moitié, allant jusqu’à menacer les membres de sa famille.

Ashlynn va devoir se battre et se blinder face à ces attaques, c’est avec l’aide de Maxon et des amis de celui-ci qu’elle va se redécouvrir, redevenir celle qu’elle était avant de fréquenter l’être perfide qui se disait son amie. Avec ce garçon et ceux qui le côtoient, elle va reprendre confiance en elle, mais surtout elle va essayer de se faire pardonner, car étant proche de Queeny elle a du commettre des actes horribles pour lui montrer sa soumission afin de garder son amitié.

Elle cachera et gardera cependant certains secrets sur ce qu’elle a pu faire de mal, car ceux-ci pourraient lui faire perdre la confiance et le soutien de ceux qu’elle considère aujourd’hui comme ses amis. Les sentiments qu’elle commence a développer envers Maxon n’aident pas à se dévoiler et lui avouer ce qu’elle a fait, la laissant sans cesse sur le qui-vive qu’ils soient dévoiler. Cela rend certains moments passés ensemble tendus, lui faisant ressentir un grand malaise. Car si tout devait être dévoilé elle perdrait bien plus qu’un soutien, mais la confiance et le bonheur d’être à ses cotés.

J’ai beaucoup aimé ma lecture, le thème abordé fait partie de ceux que j’aime lire, car il mérite d’être plus connu. Cela existe, le harcèlement fait beaucoup de mal, à beaucoup de gens, enfants, adolescents comme aux adultes. Le faire connaitre par le biais de la lecture peut, je pense, permettre de faire ouvrir les yeux à certaines personnes mais aussi aider celles qui en souffrent. No ordinary Love est un livre touchant, qui montre la douleur et la peur, nous faire ressentir la crainte qu’une personne harcelée peut vivre chaque jour. Ashlynn va vraiment devoir faire face à des moments éprouvants, craindre pour elle mais aussi sa famille. Malgré le sujet fort abordé, l’auteure a réussi à y mettre de l’humour, le rendant plus facile à lire, elle nous a aussi montré et permis de rencontrer des personnages attachants, solidaires, mais nous en dévoilant d’autres détachés et aveugles de ce qu’ils vont faire subir.

Dès les premières pages nous entrons dans le vif du sujet, Jessica Sorensen ne nous épargne pas les insultes et les provocations dévastatrices. Les mensonges et les trahisons sont très présentes, nous mettant parfois mal à l’aise tout en nous faisant bien comprendre tout ce que peut englober ce type de harcèlement. Une fois la lecture terminée, on sent que ce n’est pas finit, la fin nous montrant encore ce qui pourrait arrive, dénonçant quelque chose de bien plus grave. C’est une fin qui fait espérer une suite et surtout qui nous laisse dans l’attende d’en découvrir plus.

Je suis ressortie de cette lecture le sourire aux lèvres mais aussi troublée par cette révélation qui vous laisse vraiment dans l’attente de plus. C’est une lecture qui vous laisse un gout d’amertume, de crainte mais aussi qui vous fait réagir, vous donne envie de vous battre pour que tout ceci cesse. C’est impatiente que j’attends de pouvoir lire les réponses aux questions encore floues que je me pose et j’ai hâte de voir comment toute cette histoire va se terminer

http://www.livresavie.com/no-ordinary-love-de-jessica-sorensen/#more-17407

par Natoche
#Secret WAG, Confessions d'une femme de footballeurs #Secret WAG, Confessions d'une femme de footballeurs
Manuela    Anonyme   
2 mots : AUCUN INTERET !!!!

Déjà parce que c'est mal écrit, l'auteur se perd dans ses souvenirs et nous perd en même temps ... on ne sait plus quand ni où on est !!

Et par dessus tout, c'est l'exemple même du livre qui sert juste à faire du fric sur un thème "pseudo-scandaleux" ! C'est la politique même de l'autruche ... "je vous raconte, mais je vous dis pas avec qui ! Et encore moins qui je suis...". Quitte à vouloir écrire ce genre de livre, autant donner des noms, ça pimente largement les choses !!!

A éviter ... de toute façon vous n'arriverez certainement pas à la fin tellement c'est ennuyeux :/

par hihi44
Salmacis, Tome 1 : L'Élue Salmacis, Tome 1 : L'Élue
Emmanuelle De Jesus   
Tout d’abord je tiens à remercier William et Cécile pour m’avoir accordé le privilège de découvrir ce roman plus de deux mois avant sa sortie :-) J’en suis très honorée et extrêmement ravie !

À vrais dire il est difficile de parler de ce roman sans le spoiler. Alors ne m’en veuillez pas si je reste brève et évasive sur l’intrigue mais c’est uniquement pour votre propre bien, car sincèrement cette lecture sera bien meilleure si le mystère reste entier. D’ailleurs si j’avais moi-même eu vent de l’intrigue, je ne suis pas certaine que j’aurai eu envie de le lire et croyez moi j’aurai été vraiment bête de ne pas y succomber !!! Car cette histoire aussi bien imprévisible qu’addictive annonce les prémices d’une très très chouette saga !

Hormis le faite qu’il s’agissait du grand vainqueur du Tremplin Black Moon, je ne savais pratiquement rien de ce livre avant de l’ouvrir. D’ailleurs si je ne me trompe pas, peu de chose ont filtré sur le net et pour l’instant il n’existe ni résumé ni synopsis de ce roman… Et c’est tant mieux, la surprise n’en est que plus appréciable !

J’ai trouvé le style de l’auteure vraiment agréable et limpide, une belle plume qui a su m’emmener avec elle dès les premières pages…

Nous vivons cette aventure du point de vue de Faustine, une jeune fille de dix sept ans qui a toujours vécu dans l’ombre de son frère jumeau Sasha. Le lien qui les anime et très puissant, mais malgré cela, Faustine et Sasha sont radicalement différents. Si l’on se prend d’affection pour Faustine, Sasha (malgré tout ce que peut en penser l’héroïne) n’est qu’une pâle copie de sa jumelle et vous l’aurez compris, il n’a pas vraiment remporté mon affection. Anna et Ben (l’oncle et la tante) m’ont beaucoup fait sourire et émue également, la situation peu ordinaire qui les amènent tous à vivre ensemble m’a beaucoup touché (remué les tripes et même beaucoup plus approprié). Andrea (le canon/énigmatique/ténébreux) est entouré d’énigmes et je me suis longtemps demandée ce que je pensai vraiment de lui et encore maintenant j’avoue que je suis un peu perdue à son sujet. J’aurai aimé que l’auteure prolonge quelques scènes entre lui et Faustine afin de me forger un peu plus mon opinion. Mais après réflexion, je pense que tout cela est fait exprès et que l’auteure a véritablement cherché à maintenir jusqu’au bout le mystère autour de son personnage. C’est une bonne idée, le seul problème c’est que du coup je n’ai pas réussi à m’accrocher à Andrea, désirée ou non il y existe une distance réelle entre lui et le lecteur.

Si j’ai aimé parcourir les 250 première pages (soit près des ¾ du roman), je n’ai pas cessé de me demander où l’auteure allait m’emmener. Nous sentons très bien qu’il va se passer un « truc », qu’il y a des choses anormales qui se dessinent à l’horizon. Des secrets nous sont dissimulés, une menace grandit… quelque chose de latent et de nébuleux qui prend forme. Et cette attente est un peu longue, même si le reste de l’histoire est très plaisant à lire il m’a manqué un peu d’action et je trouvai le récit un peu « bateau » : la p’tite nouvelle peu sûre d’elle qui tombe désespérément amoureuse du mec le plus haut canon et le plus mystérieux de l’école.
Jusqu’à ce que tout dérape !
L’auteure nous plonge brusquement dans un secret des plus troublants, grosse remise en question pour l’héroïne. Et pour le lecteur également car autant vous dire la vérité, l’idée dérange un peu ! Je me suis donc accrochée jusqu’au bout de cette histoire en me posant un milliard de questions sur la dite révélation et en me demandant continuellement ce qu’il allait bien pouvoir se passer ? Et quelle décision prendrait Faustine ? … ahhh et là j’ai compris qu’il s’agissait d’un premier tome ! Et mon monde s’est écroulé…

Vous l’aurez compris je n’ose émettre d’avis concernant le sujet de ce livre, sachant qu’il est vraiment important de ne rien spoiler. En même temps pour les plus curieux, si vous souhaitez avoir quelques infos supplémentaires avant de vous plonger dans ce roman, je ne vous dirai qu’un mot : Salmacis !

En bref : Une mise en bouche plus qu’appétissante avec ce premier opus, une intrigue dévorante qui m’aura tenu en haleine le dernier quart du roman et une envie indescriptible de me procurer la suite coûte que coûte !!! Je sens que l’attente va être longue…
http://www.a-lu-cine.fr/salmacis-emmanuelle-de-jesus/

par alucine
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
Les filles de Brooklyn Les filles de Brooklyn
Jessie Elliot   
Je suis partagée entre le fait que j’ai trouvé l’histoire un peu molle, et le fait que j’ai trouvé très agréable qu’il n’y aie mal 1000 aventures plus spectaculaires les unes que les autres qui leur arrivent… Il est très bien écrit, le 3 fille sont très attachantes, et même si j’ai mis quelques jours à le lire, je voulais vraiment savoir la fin!! et j’ai eu des surprises!! C’est un bon livre quand on a pas envie de se prendre la tête…
critique tirée de www.ezilasbook.ch

par ezila4
Au bout du rêve Au bout du rêve
Sarah Dessen   
Comme dans tous ses livres, Sarah Dessen nous plonge dans l'univers de l'héroïne, nous chamboule et pour finir, nous laisse sans voix devant la dernière page, quelques larmes roulants sur nous joues.
Dans ce livre, plusieurs problèmes apparaissent. Déjà, Cass est partie, laissant sa petite soeur seule face à l'océan déchaîné qu'est la vie, sans aucune ancre pour rester stable.
Sa mère, obsédée par Cass et ses poupées victoriennes ne se rend compte de rien et elle aussi, se laisse entraîner par le courant.
Catlin rencontre Matthew, le "parfait petit ami", enfin, juste au début. Il est le méchant et le gentil dans ce livre. Méchant, pourquoi ? Pour ce qu'il a fait à Catlin et gentil parce qu'il la rend heureuse. Elle devrait le haïr à cause de tous ces coups bas, ces attaques frontales, mais elle ne peut que l'aimer encore et toujours plus, malgré elle.
Au fil des pages, on la voit chuter toujours un peu plus, abandonner le cheerliding, ne plus sortir avec sa meilleure amie pour être sûre qu'elle ne sera pas en retard au rendez-vous de Matthew...
Les émotions dans ce livre sont fortes et je n'ai pas pu m'empêcher de verser des larmes en avançant dans l'histoire, en me rendant compte à quel point Matthew a brisé Catlin...
Ce livre est une vraie gifle. Mais d'un autre côté, il est agréable, un peu comme Matthew.
Si je devais citer deux points négatifs de l'histoire ce seraient l'écriture, la traductrice ne l'a pas rendu assez fluide et certaine phrase sont mal formulées, et l'auteure passe trop vite sur certaines choses. Je n'ai presque jamais pu lire de moments complices entre Catlin et Matthew ou ce genre de chose. Mais c'est sûrement fait exprès.
Bref, n'hésitez pas en le voyant dans votre librairie, achetez le et lisez le :)
La Liste La Liste
Siobhan Vivian   
Au top !

http://true-addict.overblog.com/

8 filles. Une liste. 4 sont nominées les plus jolies et les 4 autres les plus moches. Quoi de plus gratifiant ou au contraire dégradant ?

Danielle et Abby sont toutes les deux en troisième, entre tout juste au lycée, et après trois semaines d'école, et très précisément une semaine avant le bal de la rentrée, elles découvrent toutes les deux leurs noms sur la liste. Une est jolie, l'autre moche. Une se préocupe grandement des apparences, l'autre étant simple et sportive. Et leurs deux mondes va basculer.

Tout comme Candace et Lauren, toutes les deux en seconde. La première ayant plein d'amie et étant riche, l'autre est la petite nouvelle du lycée. L'annonce de la liste chamboulera leurs habitudes et leur popularité.

En première, il y a Sarah et Bridget, qui sont respectivement rebelle et malade. La vie de Bridget m'a beaucoup touché et m'a fait mal au coeur. Je vous laisse découvrir le pourquoi du comment, mais c'est étrange d'entrer dans la peau d'une fille qui se rabaisse sans cesse.

En terminale, il y a Margot et Jennifer, l'une populaire, l'autre annoncée quatre fois comme étant la Moche à chaque année.

Nous connaissons toutes, je pense, les stéréotypes des lycées Américains. Ce livre aborde ces points, mais pas seulement. La liste met en avant ces filles les désignant comme les plus belles ou les plus moches. Et tous sans exception en font les frais. Rebelle, discrète, méchante, populaire, impopulaire, gentille, etc... ces huit filles ont toutes une particularité qui, à l'annonce de la liste va chambouler leur vie.

C'est un excellent livre ! Au début, j'avais un peu du mal à me rappeler qui était qui puisqu'il y a tout de même beaucoup de personnage à ce souvenir et ce, d'un seul coup. Mais petit à petit, on entre dans chacune des péripéties qui se rejoignent toutes au final, aimant chacune de ses filles ou les détestant.

Intrigant et passionnant, ce livre aborde beaucoup de problèmes qu'ont les filles en général arrivé à l'adolescence et toutes sans exception peut se retrouver dans un des caractères de ces lycéennes. Et bien sur, après s'être demandé bon nombre de fois qui a bien pu créer cette fameuse liste, c'est avec une grande surprise qu'on découvre celui ou celle qui la crée.

En bref, j'ai adoré ce livre ! Très terre à terre et vraiment passionnant ! Ouvrez ce livre sans hésiter !

par naiky
Journal de Los Angeles, Tome 2 : Suspense à Hollywood Journal de Los Angeles, Tome 2 : Suspense à Hollywood
Violet Fontaine   
Un deuxième tome au dessus du premiers, le suspens et plus grand (mais toujours pas grandiose) et l'histoire est plus addictive (surtout quand on a rien à faire...) Violet Fontaine a une belle écriture bien que pas extraordinaire et c'est toujours sympa de plonger dans ses écrits. Les personnages sont attachants et la fin finit dans un suspens insoutenable ! Je recommande à toute ce livre qui es vraiment amusant et rapide. Parfait pour un weekend tranquille.

par Johanne24
Ne t'attache pas Ne t'attache pas
Morgane Bicail   
http://www.my-bo0ks.com/2017/11/ne-t-attache-pas-morgane-bicail.html

Déjà à la sortie de PhonePlay, l’autre roman de l’auteure, Morgane Bicail, j’avais très envie de découvrir sa plume. Pourtant, je n’avais pas franchi le pas. En revanche, avec Ne t’attache pas et sa quatrième de couverture très intrigante je n’ai pas hésité une seconde.

Ne t’attache pas c’est l’histoire d’Alexie, seize dont la vie est plus ou moins banale. Jusqu’au soir où un complot entre sa mère et sa voisine va la pousser à faire la rencontre du fils de cette dernière. Jérémy est mystérieux et ne tarde pas à l’entrainer dans des défis plus fous les uns que les autres.

Lorsque j’ai commencé Ne t’attache pas, j’ai plutôt bien accroché avec la plume de l’auteure. Le style est fluide et les pages défilent rapidement. Alexie, notre héroïne me semblait plutôt attachante et assez mature dans les premières lignes. Sa rencontre avec Jérémy, le sombre et secret voisin va nous intriguer dès les premières secondes.

Et c’est là que mes doutes ont commencé à prendre forme.

Ne t’attache pas m’a laissé totalement sur le cul. A vrai dire, je ne m’attendais vraiment pas à ce genre de lecture. Bête comme je suis, je m’attendais à quelque chose d’assez mignon et fleur bleu. Il faut dire qu’avec une si jolie couverture aux couleurs douces, je croyais dur comme fer à une romance bien sympa et qui fait rêver. Là était mon erreur.

Cette chronique sera donc en deux parties. La première avec ce qui m’a plu et la seconde, celle qui m’a complètement surprise (dans le mauvais sens).

Parlons points positifs. Comme je le disais plus haut, j’ai bien accroché à la plume de l’auteure. Le style est simple mais efficace. Des dialogues, des descriptions, le tout est assez équilibré. Globalement, l’histoire est prenante et je vous l’avoue ma curiosité m’a poussé à continuer ma lecture pour avoir le fin mot de l’histoire. Une intrigue bien menée par l’auteure donc puisque j’ai été suffisamment tenue en haleine pour persévérer. De plus, on ne peut pas dire que l’on s’ennuie au fil de notre lecture puisque les pages défilent assez rapidement.

Finalement, c’est plus l’histoire en elle-même qui m’a déplu. Ou devrais-je dire, les personnages.

Si au démarrage, j’avais de la sympathie pour l’héroïne que je trouvais relativement mature pour ses seize ans. Au fil des chapitres sa naïveté m’a fait plus d’une fois lever les yeux au ciel. J’avais vraiment envie de la secouer et lui dire de réfléchir. Quand « l’amour rend aveugle » prend son sens…

Le personnage masculin, lui, m’a totalement laissé de marbre et ce, dès le départ. Le bad boy mystérieux par excellence qui cache de lourds secrets ne m’a fait ni chaud ni froid. En fait, je me suis tout de suite rendu compte de son côté manipulateur à l’extrême. Si le côté défi est intéressant, on voit claire dans son jeu dès le départ.

Et c’est là le gros problème de ma lecture. La relation Alexie/Jérémy est basée sur une manipulation malsaine de la part de notre héros. Elle ne cesse de se dire qu’elle n’aime pas cette facette de lui pour finalement dire « amen » à tout. Bon sang mais qu’elle stupidité ! Je m’emporte un peu, mais tout au long de ma lecture je me suis vraiment posée des questions. Alexie espère de l’attention mais finalement n’a le droit qu’à du chantage… Enfin, la fin m’a paru totalement aberrante. Je ne vous dévoilerais rien ici, mais reste ouverte aux discussions en privé….

Vous l’aurez donc compris, je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire. Le côté malsain de la relation m’a totalement fait sortir de mes gonds. J’ai plus ou moins pensé à Panic de Lauren Oliver en écrivant cette chronique, car après deux jours pour remettre mes idées en place c’est le même ressenti que j’ai.

En relisant cette chronique, j’ai l’impression d’être très dure… Alors qu’il y avait tout de même du positif dans Ne t’attache pas. Vraisemblablement, cette lecture n’était pas pour moi.

par Carole94P