Livres
475 997
Membres
454 651

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Zazagege 2012-07-28T03:56:21+02:00

"Police, j'écoute, fit une voix d'homme assez bourrue.

- Bonsoir. Je m'appelle Coraline Jones.

- Tu ne crois pas que tu devrais être au lit, à l'heure qu'il est, jeune fille ?

- Peut-être, répondit Coraline, qui n'allait pas se laisser si facilement distraire, mais j'appelle pour signaler un crime.

- Tiens donc. Et de quelle nature ?

- Un kidnapping. Mes parents ont été emmenés de force dans un monde qui se trouve de l'autre côté du miroir du couloir.

- Et tu sais pas qui ?" A sa voix, Coraline devnina que l'agent de police souriait. Elle fit son possible pour s'exprimer comme une grande personne, dans l'espoir qu'il la prendrait enfin au sérieux.

"Je crois que c'est mon autre mère qui les retient tous les deux prisonniers. Il se peut qu'elle veuille les garder pour leur coudre des boutons à la place des yeux, ou simplement pour m'attirer dans ses griffes. Je ne sais pas très bien.

- Je vois. Ses redoutables serres crochues, c'est ça ? Hmmm... Tu sais ce que je te propose, moi, Coraline Jones ?

- Non, quoi ?

- Tu vas demander à ta maman de te préparer une grande tasse de bon chocolat bien chaud, puis de te faire un gros câlin. Rien de tel que le chocolat chaud et les câlins pour faire fuir les cauchemars. Et si elle fait mine de te gronder parce que tu la réveilles en pleine nuit, dis-lui que c'est un ordre de l'agent de police." Il parlait d'une voix grave aux accents rassurants.

Mais Coraline n'était pas rassurée pour autant.

"Je lui dirai quand je la reverrai", dit-elle avant de raccrocher.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-04-15T12:37:40+02:00

- Chez moi les chats ne parlent pas.

- Ah bon ?

- Non. »

Il sauta avec souplesse dans l’herbe, aux pieds de Coraline, puis leva les yeux vers elle.

« Ma foi, pour ces choses là, c’est toi la spécialiste, fit-il sèchement. Après tout, qu’est-ce que j’en sais, moi, hein ? Je ne suis qu’un chat. »

Il fit mine de s’éloigner, la queue fièrement dressée.

« Reviens, l’implora Coraline. Je t’en prie, ne t’en va pas. Je m’excuse. Sincèrement. »

Le chat s’arrêta, puis s’assit et, pensif, entreprit de faire sa toilette, sans paraître conscient de la présence de Coraline.

« On…pourrait être amis, tu sais, reprit-elle.

- Ouais… et on pourrait être des specimens rares appartenant à une espèce peu commune d’éléphants danseurs originaires d’Afrique. Sauf que ce n’est pas le cas. Du moins, en ce qui me concerne ? » ajouta-t-il toutes griffes dehors.

Coraline soupira.

« S’il te plaît… Comment t’appelles-tu ? Moi c’est Coraline. »

Le chat bâilla sans se presser, voire avec application, en dévoilant une bouche et une langue extraordinairement roses.

« Un chat, ça n’a pas de nom. Répondit-il enfin.

- Ah bon ?

- Non, c’est bon pour vous autres, les noms. Parce que vous ne savez pas qui vous êtes. Mais nous, nous le savons ; alors nous n’en avons pas besoin. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par kaminari 2012-12-24T00:30:33+01:00

"Je t'aime très fort, tu le sais", reprit [l'autre mère].

Coraline acquiesça malgré elle. Car c'était vrai : cette femme l'aimait. Mais elle l'aimait comme l'avare aime l'argent, comme le dragon couve son or. Aux yeux-boutons de l'autre mère, elle n'était qu'un bien matériel. Elle le savait très bien. Un petit animal domestique qu'on tolère mais qui, en raison de son comportement, a cessé d'être amusant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-09T21:31:35+01:00

Le chat s'arrêta, puis s'assit et, pensif, entreprit de faire sa toilette, sans paraître conscient de la présence de Coraline.

- On...pourrait être amis, tu sais, reprit-elle.

- Ouais...et on pourrait aussi être des spécimens rares appartenant à une espèce peu commune d'éléphants danseurs originaires d'Afrique. Sauf que ce n'est pas le cas. Du moins en ce qui me concerne, ajouta-t-il toutes griffes dehors.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Spika 2016-07-02T18:32:31+02:00

_ Faut pas exagérer, répliqua Coraline. Il pleut, c'est tout. Je peux aller jouer dehors ?

_ Que dit ta mère ?

_ "Tu ne vas pas sortir par un temps pareil, Coraline Jones."

_ Dans ce cas ma réponse est non.

_ Mais je voudrais continuer à explorer, moi !

_ Eh bien, explore l'appartement, lui proposa son père. Tiens, voilà de quoi écrire. Compte les portes et les fenêtres. Dresse la liste de tout ce que tu trouveras de bleu. Monte une expédition pour partir à la découverte du ballon d'eau chaude. Et laisse-moi travailler tranquille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2014-10-15T15:16:31+02:00

- Coraline?

On aurait dit la voix de sa mère. Coraline alla dans la cuisine, car c'était de là que venait la voix. Une femme s'y tenait, le dos tourné. Elle ressemblait un peu à sa mère. Sauf que...

Sauf qu'elle avait la peau blanche comme un linge.

Sauf qu'elle était plus grande et plus mince.

Sauf que ses doigts étaient trop longs, qu'ils n'arrêtaient pas de bouger, et que ses ongles rouge sombre étaient pointus et tout recourbés.

- Coraline? fit-elle. C'est toi?

Alors elle se retourna. A la place des yeux, elle avait de gros boutons de chemise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2014-10-15T15:15:56+02:00

Il est étonnant de constater à quel point notre personnalité dépend du lit dans lequel nous nous réveillons le matin. Étonnant aussi, comme cette personnalité peut être fragile.

Parfois Coraline oubliait qui elle était quand elle rêvait qu'elle explorait l'Arctique, la forêt amazonienne ou le coeur de l'Afrique ; alors il fallait lui taper sur l'épaule en l'appelant par son nom pour qu'elle franchisse d'un bon, un million de kilomètres et revienne en sursaut dans la réalité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2014-10-15T15:14:43+02:00

Elle entra dans la chambre. Les jouets s'animèrent, comme s'ils étaient contents de la voir, et un petit char d'assaut sortit même du coffre pour venir la saluer, écrasant sous ses chenilles plusieurs autres jouets. Il tomba par terre, versa sur le côté et resta là comme un scarabée sur le dos, à actionner ses chenilles en émettant un grondement sourd, jusqu'à ce que Coraline le remette dans le bon sens. Le tank s'enfuit sous le lit tant il avait honte.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-09T21:31:35+01:00

Le chat noir se mit à se nettoyer le museau et les moustaches d'une manière qui montrait bien son impatience croissante. Coraline le caressa sur la nuque et le cou. Il se leva, fit plusieurs pas pour se placer hors de sa portée, puis se rassit et la regarda à nouveau.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Spika 2016-07-02T18:30:51+02:00

Dans ses explorations, elle se mit aussi en quête d'animaux. Elle trouva un hérisson, une mue de serpent (mais pas le serpent qui allait avec), un caillou qui ressemblait à s'y méprendre à une grenouille et un crapaud qui ressemblait à s'y méprendre à un caillou.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode