Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Coriandrysse : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
QQ Sweeper, tome 1 QQ Sweeper, tome 1
Kyousuke Motomi   
Contrairement à la plupart des lectrices, je ne connaissais pas Kyousuke Motomi avant de lire QQ Sweeper, et je découvre donc ses dessins, son humour, et son talent dans ce shôjo.
À vrai dire, je dois avouer que j’avais prévu depuis un moment de lire ce premier tome, mais les premières pages ne m’ayant pas vraiment encouragé à poursuivre ma lecture, j’avais laissé traîner ce livre dans ma pile à lire, jusqu’à ce qu’un élan de courage me force à le finir.

Finalement, je ne suis pas déçue, puisque malgré son étrange scénario, son atmosphère sombre et quelques dessins qui sont parfois moins beaux que d’autres, QQ Sweeper est un très bon manga qui se lit rapidement, qui nous plonge dans un univers totalement différent de tous ceux dont on est habitué, qui nous questionne, et bien sûr, qui nous fait rire.
En effet, comme l’affirme l’auteur à la fin de ce premier tome, ce shôjo est bien plus sombre que tous ceux que je connais, et c’est d’ailleurs ce qui le rend original à mes yeux. Après tout, il fallait penser à réaliser un manga sur le ménage ! C’est vrai que ça peut étonner et peut-être même rebuter au début, mais finalement, je trouve que c’est une excellente façon de se démarquer. Kyousuke nous prouve ainsi qu’il peut écrire et dessiner sur tout, et qu’il peut créer une histoire captivante en partant d’une activité aussi basique et ennuyeuse que le ménage.
D’ailleurs, j’aime beaucoup l’idée de « nettoyer les âmes » à l’aide d’un balai, d’une bonne dose de volonté et de pensées positives, et ce en rentrant dans le cœur de la personne concernée. C’est une excellente idée qui rend le mystère encore plus épais, et qui nous montre que ce mangaka déborde vraiment d’imagination.

Côté graphismes, je dois admettre que certaines planches ne m’ont pas forcément plu, en particulier pendant les moments drôles, mais dans l’ensemble, ils sont agréables à regarder, on voit pas mal de lieux différents qui semblent réalistes (excepté à l’intérieur de la grande porte qui mène aux cœurs des gens, bien sûr), et les personnages sont pas mal, surtout Kyutaro !

Parlons maintenant des personnages.
L’héroïne qui semble d’abord banale se révèle en fait être très drôle, notamment par sa ténacité, par sa franchise, et bien sûr par son but ultime. Personnellement, je n’aurais jamais eu l’idée de créer un personnage de ce genre, et pourtant c’est encore une fois une très bonne idée. Fumi est une jeune fille qui n’aspire qu’à l’argent et qui veut donc à tout prix épouser un homme riche, ce qui la rend immédiatement originale et comique. On pourrait cependant croire qu’elle est égoïste, mais ce n’est pas le cas. Elle aide les autres en risquant sa vie quand ils sont dans le besoin, ne se lamente pas sur son passé tragique, ne s’avoue jamais vaincue bien longtemps, obéit aux ordres, essaie de faire de son mieux, etc… Et pour une fois, miracle ! L’héroïne ne pense pas qu’à ses histoires de cœur. Enfin je veux dire, elle élabore souvent des plans pour se rapprocher d’hommes riches (qui m’ont bien fait rire, d’ailleurs), mais on voit bien qu’il n’y a pas d’amour là-dessus, qu’elle ne pense qu’à son intérêt et aux biens matériels. Du coup, selon moi, on ne peut pas les considérer comme des histoires de cœur, ce qui permet à Fumi de ne pas s’éterniser sur ses sentiments contradictoires, sur son attirance pour telle ou telle personne, etc… En fait, dans tout ce tome, on ne la voit jamais se torturer l’esprit à propos de cela. Elle se rapproche de Kyutaro, c’est vrai. On peut imaginer qu’une romance aura lieu entre les deux protagonistes, bien sûr. Mais tout ça reste implicite.

Kyutaro est un personnage très mystérieux, et qui a donc forcément attiré mon attention. De plus, j’aime beaucoup son physique, et encore plus dans le passage où il entre dans le cœur de Sakaguchi. Le noir lui va parfaitement bien, et j’espère qu’il continuera à en porter dans les tomes suivants. Concernant sa personnalité, il paraît d’abord très froid et dur, et il l’est, d’ailleurs. Mais au fond, on voit bien qu’il agit de cette manière avec les gens parce qu’il ne veut pas se rapprocher d’eux à cause de son passé trouble et visiblement tragique. D’ailleurs, il n’hésite pas à sauver Fumi chaque fois qu’elle est en danger, et lorsque le directeur lui apprend qu’elle n’a pas de famille et qu’elle n’a donc nulle part où aller, il devient plus doux et compréhensif, et fait même tout son possible pour l’aider à passer le test qu’il lui avait lui-même imposé.

Enfin, Sakaguchi qui était d’abord un personnage que l’on ne pouvait que détester, se révèle finalement être plus torturé que l’on pouvait le penser, et on s’aperçoit donc qu’il n’a pas un si mauvais fond que ça.

Quant au directeur, je n’en pense pas encore grand-chose, mais j’aime le fait qu’il soit jeune, drôle et qu’il essaie d’ouvrir Kyutaro aux autres et notamment à Fumi. Cependant, on comprend facilement qu’il a encore des doutes au sujet de l’identité et du passé de Fumi, et la fin de ce premier tome nous interroge d’ailleurs nous aussi sur elle, ce qui accentue une fois de plus le suspense déjà bien présent dans ce shôjo.

En conclusion, un bon volume qui nous permet de nous éloigner de tous les autres mangas de ce genre, avec une bonne dose d’humour, des personnages attachants, et un thème plus qu’original et intriguant qui est très bien développé et pensé.

par Cassy33
Special A, tome 15 Special A, tome 15
Maki Minami   
On sent que les choses évoluent, lentement mais sûrement, au cours de ce tome. Concernant la révélation de l'identité de Finn, je l'attendais, et je ne suis pas déçue de l'issue. On espère que son idylle pourra se poursuivre. De l'autre côté, on suit le quotidien de Megumi. C'est mignon, mais je ne peux pas m'empêcher d'éprouver de la peine pour elle, quelque part. On attend davantage.

par Eleanara
Special A, tome 16 Special A, tome 16
Maki Minami   
Hikari donne du panache à ce tome. Avec toutes ses maladresses... C'est amusant, même si, par moment, on ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel. La relation entre Hikari et Kei reste mignonne, même si elle se révèle plutôt atypique... Le moindre que l'on puisse dire, c'est qu'il ne s'agit pas d'un couple comme les autres. On sent que la fin approche. Il y a pas mal de moments amusants ce tome-ci.

par Eleanara
Special A, tome 17 Special A, tome 17
Maki Minami   
La fin m'a vraiment décue, je pensais pas que ca allait finir si vite mais je n'ai pas trop l'impression de voir u couple mais plutôt encore des rivaux...

par Vavamiss
Special A, tome 18 Special A, tome 18
Maki Minami   
Un tome sympathique a lire. Sa fait plaisir de revoir les personnages après un long bout de temps.

par Elvyra
Paradise Kiss, L'intégrale Paradise Kiss, L'intégrale
Ai Yazawa   
Manga très sympa, avec un graphisme magnifique. J'ai dévoré ce manga et je continuerai à lire des livres de Ai Yazawa.

par lag123
Tsubaki Love, Tome 10 Tsubaki Love, Tome 10
Kanan Minami   
Je dois avouer que les couvertures sont vraiment incroyables :O Je suis fan.
Concernant ce tome, je suis triste pour la mère de Kyouta, mais en même temps je me met aussi à sa place ... un bon tome encore une fois ♥

par takiko
Tsubaki Love, Tome 9 Tsubaki Love, Tome 9
Kanan Minami   
La première fois de Kyouta et Tsubaki est... vraiment belle. J'aime sa douceur, il est à croquer, il n'y a pas à dire !

par takiko
Tsubaki Love, Tome 8 Tsubaki Love, Tome 8
Kanan Minami   
Je déteste vraiment le personnage de Rika et le moment de la robe m'a fait mal au coeur. C'est une vraie sorcière celle là !

par takiko
Tsubaki Love, Tome 7 Tsubaki Love, Tome 7
Kanan Minami   
Un tome agréable à lire... Haru est un peu spécial quand même, non ?

par loana585