Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de coumbaya : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
La fille du papillon La fille du papillon
Anne Mulpas   
Anne Mulpas.
une ode à l'écriture et à sa beauté.
c'est un livre sans prétention qu'elle nous offre, encore une fois.
L'écriture est magnifique, et Solveig est une humaine, sous toute ses facettes. Elle est drôle, unique, égoïste, et surtout perdu.
On ressent avec exactitude ce sentiment que tout pars en vrille sans pouvoir retenir les problèmes, que les faux pas s'accumulent, et c'est trop tard.
Il est important de lire ce livre, pour ne pas se sentir seul.
Anne mulpas, merci.

Zarbie les yeux verts Zarbie les yeux verts
Joyce Carol Oates   
Un irrésistible suspense psycoligique pour un livre subtile et boulversant où les apparences sont trompeuses...

par Niënor
Tour B2, mon amour Tour B2, mon amour
Pierre Bottero   
Ce livre n'est pas comme les ellana, les ewilan ou les âmes croisés ce livre est bien plus réelle que les autres ce n'est pas le même style ( fantastique ) que le reste !

Cette histoire ma énormément touchée le message que fait passer Pierre Boterro est magnifique:
Rien n'est perdu pour toujours et qu'il faut toujours écouter son cœur !
Voilà en tout cas pour moi le sens que j'ai tiré de ce livre!

ce livre est peut être petit (160p) mais le texte lui est magique !
Quand on lit le livre on glisse sur les mots,on est porté par l'histoire,on comprend directement les sentiments les doutes du personnage principal Tristan.

bref toujours aussi magnifique que les Pierre Boterro avec un énorme message et toujours une pointe de tendresse !
à lire absolument !

par tara92
Il était un piano noir... : mémoires interrompus Il était un piano noir... : mémoires interrompus
Barbara   
Un livre splendide, émouvant, qui nous fait regretter l'époque où l'on pouvait espérer s'en sortir par son talent... Une magnifique histoire vraie

par Zorgloub
No et moi No et moi
Delphine De Vigan   
No et moi est une jolie histoire, surtout si on a l'envie d'avoir le cœur qui se serre un peu ( beaucoup ) par moment, si on a l'envie de sourire, si on veut réfléchir sur des choses, les gens qui nous entourent, qu'on croise souvent, tous les jours.

par x-Key
La balade de Pell Ridley La balade de Pell Ridley
Meg Rosoff   
Je viens de le finir : j'inaugure les commentaires =).

On assiste à la fuite de Pell Ridley : son envol : une ballade.
Une multitude de paysages défilent sous nos yeux, des rencontres diverses sont parsemées dans le récit, des péripéties, quelques fois douloureuses nous rappelant que la vie n'est pas qu'une partie de plaisir et qu'il faut s'accrocher, rythment l'histoire. Puis la fin :
Toute en simplicité.
Mais énigmatique.
A l'image du roman.

par cam881995
Regain Regain
Jean Giono   
Tous sont partis.
Panturle se retrouve seul dans ce village de Haute-Provence battu par les vents au milieu d'une nature âpre et sauvage.
Par la grâce d'une simple femme, la vie renaîtra.
jean Giono, un de nos plus grands conteurs, exalte dans Regain avec un lyrisme sensuel les liens profonds qui lient les paysans à la nature.

Aubignane, « collé contre le tranchant du plateau comme un petit nid de guêpe », est un village de l’arrière pays provençal qui se vide peu à peu de ses habitants : ils ne sont plus que trois à se partager les maisons abandonnées.
Un matin, le père Gaubert, vieillissant, décide de partir. Puis au début du printemps, c’est au tour de la Mamèche, qui demeure au village depuis 40 ans, de disparaître...

Panturle, un homme encore jeune qui n’a pas de femme, est le dernier habitant.
Un jour, au retour d’une chasse au renard, il aperçoit une jeune femme qui éveille son désir.
Il la suit à travers bois : s’agit-il de la femme que la Mamèche, avant sa disparition, avait promis de lui ramener ?

L’écriture de Giono est sublime, toute en poésie, en raffinement et en simplicité.
Les métaphores notamment sont superbes, particulièrement bien choisies et travaillées.
Giono adopte des images concrètes, liées au monde de la nature, végétale ou animale.
« L’été, le soleil qui boit comme un âne sèche son bassin en trois coups de museau » : Giono n’hésite pas à comparer une saison à un animal ou des astres au monde végétal : « La nuit entasse ses étoiles comme du grain ». L’auteur livre à son lecteur une apologie de la nature mais aussi de l’homme, à travers ses productions, tels les outils.
Un des premiers outils sur lequel s’attarde Giono, c’est l’enclume du père Gaubert : « l’enclume est toute luisante, toute vivante, claire, prête à chanter ».
Gaubert est véritablement la mémoire artisanale d’Aubignane.
Avec son départ, c’est tout un trésor de gestes qui disparaît.
Giono célèbre le monde paysan, celui qui s’adapte aux conditions climatiques, qui fait sans cesse preuve de créativité, qui lutte pour survivre.
Dans ce monde laborieux, un éclair d’espérance peut toujours briller : ici, c’est la femme qui apporte le regain, la flamme de fécondité, celle de la terre, mais aussi celle de l’enfant.
J’ai apprécié dans cette édition la préface qui nous permet d’entrer dans ce livre avec un regard éclairé et le dossier conclusif qui apporte des repères biographiques sur Giono et des jalons pour mieux comprendre l’œuvre.

Au cours du roman, des notes de bas de page permettent d’éclaircir certains termes de patois.
« Regain » est un roman, dont on savoure avec délectation les superbes métaphores.
J’ai lu ce court roman avec beaucoup de plaisir, goûtant chaque mot, chaque phrase, tournant les pages avec bonheur.
Un grand classique à (re)découvrir.

Merci à:
Christelle Gaté pour son aide précieuse.

G. le 22/09/2010.


par Gambit
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
Les Hauts de Hurle-Vent Les Hauts de Hurle-Vent
Emily Brontë   
Un livre poignant, dur, noir mais avec des sentiments tellement intenses. L'écriture est fluide, on se plonge au coeur de ces évenements et de ces personnages torturés et on en ressort pas indemne. Une grand moment de littérature.

par mickaele
La Jeune Fille à la perle La Jeune Fille à la perle
Tracy Chevalier   
Il ne faut surtout pas se laisser arrêter par le fait que l'histoire se passe au XVIIème siècle. (je dis ça pour ceux qui n'aiment pas les romans historiques, ça ressemble plus à une histoire "romantique" !)
C'est avant tout l'histoire de Griet, une jeune fille obligée de devenir servante pour subvenir aux besoins de ses parents et de sa soeur. Comment sa vie va être bouleversée, aussi, par sa rencontre avec son maître, le peintre Vermeer.
C'est écrit simplement, d'une écriture fluide qui vous emporte. Un petit roman dur à lâcher avant la fin !

par Nath56